Le Crucifié de Farriers’ Lane : Anne Perry [Charlotte et Thomas Pitt 13]

Titre : Le Crucifié de Farriers’ Lane

Auteur : Anne Perry
Edition :  10/18

Résumé :

Alors que Thomas et Charlotte Pitt assistent ensemble – une fois n’est pas coutume à une représentation théâtrale, le juge Samuel Stafford meurt empoisonné dans une loge voisine.

II s’apprêtait à rouvrir le dossier d’un homme condamné cinq ans plus tôt à la pendaison pour le plus horrible des meurtres.

L’inspecteur Pitt se retrouve donc avec deux enquêtes criminelles à mener ; or police et magistrature ne semblent guère disposées à lui faciliter la tâche.

Heureusement Charlotte est à ses côtés pour l’aider à découvrir la vérité.

Critique :

Thomas Pitt, vous êtes un inspecteur de police comme on en fait plus (sauf dans les livres et les séries). Vous êtes tenace, perspicace, têtu, malin et vous suivez les pistes tel un chien de chasse suivant du gros gibier.

Incorruptible, pour vous la notion de Justice passe avant tout. Il en est de même pour votre femme, bien que, parfois, elle prenne un peut trop de risques…

En tout cas, Pitt, votre droiture devrait être citée en exemple et copiée !

Au cas où certains ne suivraient pas (ceux du fond, à côté du radiateur), j’apprécie très fort les enquêtes de Thomas Pitt, aidé de sa femme Charlotte.

Par contre, je ne sais parfois plus les titres que j’ai lu et ce livre, j’étais persuadée de l’avoir lu. Il n’en était rien… Heureusement que je m’en suis rendue compte en fouillant des mes notes.

Parce que je vais vous dire, moi, lecteurs, que celui-là mérite son lot d’étoiles à la cotation boursière !

Mais venons-en au principal :

En découvrant le titre, je m’attendais à tomber sur une enquête autour d’un « fraîchement » crucifié, mais en fait, nous commençons par l’empoisonnement d’un juge, alors qu’il était au théâtre.

Devinez qui était non loin ? L’inspecteur Thomas Pitt, son épouse Charlotte et Caroline, la maman de Charlotte.

Un juge raide mort, ce n’est pas courant… Empoisonné avec de l’opium, encore moins…

Petit bémol ? Celui-ci avait, apparemment, l’intention de réouvrir un procès, vieux de cinq ans, où il avait siégé en tant que juge à la Cour d’Appel !

Quel procès ? Celui de Godman, un acteur, juif (vous comprendrez l’importance de sa nationalité ensuite) déclaré coupable d’avoir crucifié l’amant de sa soeur à la porte d’un maréchal-ferrant de Farriers’ Lane.

Jugé coupable, en première instance et en appel, il fut pendu haut-et-court sous les vivas du bon peuple… Dois-je préciser qu’il clamait son innocence ?

Ce crime horrible (la crucifixion, pas la pendaison) avait déclenché des émeutes antisémites lors de l’arrestation de Godman, puisque, selon ces braves gens, seul un juif aurait eu le culot de crucifier un homme.

On murmure même qu’ils auraient déjà fait le coup à un type, du temps d’un certain Ponce Pilate, un homme fort propre qui se lavait les mains…

Bref, vous l’aurez compris, le climat, en Angleterre, à cette époque, était anti-juif et propice à tout faire flamber chez ces pauvres gens qui n’étaient coupables que d’avoir une autre religion et d’autres croyances, sans oublier qu’ils avaient crucifié, à une époque lointaine, Notre Seigneur Jésus-Christ, ce que le bon peuple anglais n’avait toujours pas avalé. Amen !

Cette tension, on la ressentira tout au long du roman, les juifs étant accusé de tous les maux, dont celui de ne pas être vraiment des « êtres humains » comme les autres. Édifiant !

Je me suis dit, en lisant certaines répliques, pas piquée des vers : « Mais quel esprit étroit ils avaient, à cette époque… » et une petite voix m’a susurré « à cette époque seulement ? ».

Non, rien ne change en ce bas monde. Le livre nous fait comprendre que les esprits étroits d’alors le sont toujours.

En tout cas, c’est aussi un camouflet adressé à la peine de mort (à l’époque, on les pendait) et, qui sait, aux erreur judiciaires… Je n’en dirai pas plus.

Les quatre cent pages  se sont déroulée au rythme de l’enquête de Thomas Pitt, aidé de temps en temps par son épouse.

Non seulement il doit résoudre la mort du juge, mais aussi comprendre quelles preuves il avait découvert pour avoir décider d’interroger, cinq ans après, les protagonistes, les avocats, les témoins et les juges de la Cour d’Appel.

Y a-t-il un rapport entre la mort du juge et le procès ? Oui ? Non ?

Pitt hésite, se tâte, enquête, ce qui n’est pas facile car casse-gueule. Beaucoup ont à perdre dans cette histoire, si, d’aventure, il s’avérait que le procès ne fut pas équitable et l’enquête bâclée.

Se pourrait-il que le coupable de la crucifixion ne le soit pas et que l’on ait pendu un innocent ?? Si oui, très grave !

Pitt aura bien besoin de sa sagacité pour venir à bout de cette enquête, tout en sachant que, si erreur il y a eu au procès, c’est tout le système judiciaire anglais qui risque de trembler sur ses fondations, les juges qui risquent d’être remis en question et puis, la populace était tellement contente de pendre un juif.

Cette haine, on la ressentira vraiment tout au long du roman avec les clichés de fous que la société anglaise avait sur eux.

L’autre côté du livre qui m’a plu, c’est l’amusement que j’ai ressenti avec la mère de Charlotte, veuve, qui nous la joue « cougar » en tombant amoureuse d’un homme plus jeune qu’elle, déclenchant l’ire de sa fille qui ne veut pas voir sa mère batifoler avec un acteur qui a l’âge d’être son fils.

Dans ce roman, Caroline Ellison se montre sous un autre jour, sortant du carcan dans lequel on l’a forcée à entrer et découvrant l’amour. Tout à fait différente de son rôle dans « L’étrangleur de Cater Street ».

A un moment, j’ai pensé que madame Perry n’avait pas potassé la manière de crucifier une personne, étant donné qu’il est dit que des clous de maréchalerie étant fixés dans les paumes et les pieds de l’homme.

Hors, la paume des main étant trop fragile pour supporter le poids du corps, les clous étaient enfoncés dans les avant-bras, entre le radius et le cubitus (oui, oubliez les représentations du Christ en croix, ce n’est pas la réalité).

Et là, elle nous le faisait tenir avec des clous dans les mains ?

Ouf, l’honneur fut sauf lorsque dans la description, le policier déclara qu’en plus des clous dans les paumes des mains, il y en avait aussi dans les avant-bras.

Ce que j’ai adoré dans le livre ? La petite claque sur mon nez dans les cent dernières pages ! (trois, en fait, de claques sur mon nez).

Toute fière d’avoir remarqué un détail qui clochait lors de la mort du juge Stafford, j’étais persuadée de détenir mon coupable dès les premières pages, mon sentiment se renforçant un peu plus sur la fin, sans que je sache le mobile.

Mes claques, je me les suis prise avec plaisir, Madame Anne Perry ayant bien mélangé les cartes et ayant gardé tous les atouts dans sa manche.

Oui, j’avais raison avec mon coupable, mais il me manquait encore beaucoup de chose ! Ce furent les trois claques.

Un régal, cette lecture et cette plongée dans le Londres victorien et la discussion entre Pitt et… Oscar Wilde, qui lui donnera une information de première catégorie.

1/128 (PAL Noire)



Publicités