Mercy Thompson – Tome 02 – Les liens du sang : Patricia Briggs

Titre : Les liens du sang – Mercy Thompson 2

Auteur : Patricia Briggs

Édition : Milady (2009)

Résumé :

Parce qu’elle lui doit une faveur, Mercedes s’engage à aider son ami vampire Stefan dans sa lutte contre un autre de ses congénères. Mais cela va s’avérer plus difficile que prévu car ce vampire est possédé par un Démon ! Et elle ne pourra compter sur aucun de ses amis dans cette lutte ….

« Grâce à la science, les bûchers de sorcières, ordalies et autres lynchages publics appartiennent au passé.

En contrepartie, le citoyen modèle, rationnel et respectueux de la loi, n’a pas à s’inquiéter des créatures qui errent dans la nuit. Je voudrais parfois être l’un de ces citoyens modèles. « 

La mécanicienne auto Mercedes Thompson a des amis un peu partout. y compris dans des tombeaux. Et elle doit une faveur à l’un d’entre eux. Pouvant changer de forme à volonté, elle accepte de prêter main-forte à son ami vampire Stefan pour remettre un message à un autre mort-vivant.

Mais ce vampire inconnu est loin d’être ordinaire. tout comme le démon qui le possède.

Critique :

Dans le premier tome, « L’Appel de la Lune » l’auteur nous avait présenté la meute d’Adam, le loups-garou voisin de Mercy.  Même si les vampires étaient présents, ils n’étaient pas les vedettes.

Le tome « deux » met à l’honneur  les buveurs de sang. Roulements de tambours et place au monde nocturne des vampires et des démons !

Cette fois, Mercy va se retrouver mêlée à une étrange histoire de vampire, de démons et de meurtres.

Stefan, son ami vampirique, fan de Scooby-Doo (ça s’invente pas) va être à l’origine de ses emmerdes qui, dans un roman, s’appellent « une aventure » et, sans les emmerdes, pas de roman.

Le tome précédent nous l’avait expliqué : Mercy est une des rares changeuse et cette capacité à se transformer en coyote peut être parfois très utile…

Évidemment, rien ne se passera pas comme prévu et les ennuis s’abattront sur la petite communauté.

Rien à dire, l’action est présente dès le départ, le texte ne s’essouffle pas, alternant avec des actions rapides et courts passages explicatifs.

C’est dans ces moments que nous en apprendrons plus sur les vampires, sur l’essaim de Marsilia et sur leur fonctionnement. Une très bonne chose, car nous ne savions pas grand-chose sur le monde de la nuit. L’auteur va entrer dans leur monde en profondeur, pour mon plus grand plaisir.

Arrivée aussi de nouveaux personnages, sans éclipser les anciens.

J’ai parcouru ce tome aux côtés de Mercy, d’Adam, de Samuel, de Jesse, de Stefan, de Zee (un faes) et de Gabriel. Mon carnet d’adresse s’est étoffé avec l’arrivée des nouveaux vampires qui ne gagnent pas à être connu, sauf si vous voulez vous faire « pomper » tout votre fluide vital. Les impôts vous en laisse encore un peu, pas les vampires…

Ce livre n’est pas une promenade de santé pour notre chère Mercy, ça c’est sûr.

De plus, vu la majorité d’hommes dans ce tome, la testostérone coule à flot et Mercy, simple femme, se retrouve considérée comme une faible, alors que dans les ennuis, elle est la première à se jeter tandis que les hommes hésitent.

Point de vue (images du monde) des relations entre les personnages, c’est toujours le bon vieux triangle amoureux du premier tome, avec peut-être un 4ème homme… Plus on est de fous, plus on rit .

J’ai apprécié ce deuxième tome, lu aussi durant les vacances. Bien qu’il soit centré sur les vampires, les loups ne sont pas relégués au second plan.

Le deuxième tome confirme que le premier était le premier (La Palice, si tu me lis…) et qu’il bénéficiait des erreurs de jeunesse.

Celui-ci est plus mature, sans perdre l’humour des réparties.

Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette.

Mercy Thompson – Tome 01 – L’appel de la lune : Patricia Briggs

Titre : L’appel de la lune – Mercy Thompson 1

Auteur : Patricia Briggs

Édition : Milady (2008)

Résumé :

 » Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. « 

En effet, Mercy Thompson n’est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana, c’est une dure à cuire qui n’hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte.

Mais ce n’est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d’une bande de loups-garous, le minibus qu’elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient jeter des sorts sur son garage.

Au cœur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d’enlèvement…

Critique :

Mercy Thompson n’est pas une fille comme les autres.  Oh que non ! Tout d’abord elle est garagiste et s’éclate à retaper de vieilles voitures, avec un gros faible pour les voitures Allemandes.

Ensuite c’est une métamorphe. Elle est capable de se transformer en coyote. Enfin, elle fait ami-ami avec les loups-garou, les vampires et autres créatures de la nuit.

Tout commence lorsque Mac, un jeune loup-garou, frappe à sa porte. Dans l’incapacité de contrôler son loup, il lui demande de l’aide.

Mercy est une brave fille, et, tout comme on recueillerait un chaton égaré, elle le confie à Adam, le beau loup-garou qu’elle a pour voisin et qui est l’Alpha de la meute locale. Ze big boss, quoi.

Petit problème : ce jeune loup se retrouvera  sur le seuil de Mercy, plus raide que les derniers mètres du Mont Ventoux et plus froid qu’une vieille nonne recluse. Oui, il a avalé son certificat de naissance… Gênant ! Surtout que la fille de l’Alpha a disparu, en plus.

C’est ce que j’appellerais une journée de merde, moi. Mais pas Mercy. C’est une héroïne rebelle qui sort des sentiers battus. Comme toutes les héroïnes.

Le style du livre est simple, facile à lire, l’intrigue nous donne envie de poursuivre la route et les pages se tournent facilement.

L’univers est bien étoffé, nous avons les loups-garous avec leur hiérarchie, les métamorphes, dont Mercy fait partie, ils ne doivent pas attendre la pleine lune pour changer, les vampires vivent en essaim, avec leur hiérarchie propre et Stefan, le vampire qui est ami avec Mercy a l’air bien sympa avec son bus décoré comme le minibus du dessin animé « Scooby-Doo ».

Dans les romans de Patricia Briggs, les loups-garous ont fait leur coming-out et le monde est au courant de leur existence. N’oublions pas non plus les faes… Un vrai petit monde fantastique.

Rien à dire, on passe un bon moment de lecture, sans se prendre la tête…

Enfin, quoique, à un moment donné, je me la suis prise, la tête, avec les explications finales qui, si vous n’avez pas un tube d’aspirine à vos côtés, seront douloureuses pour vos méninges.

Oui, c’est le petit bémol du livre : l’auteur, croyant bien faire, a voulu étoffer son histoire, peut-être trop.

Résultat : on se perd un peu à la fin entre le trafic de loups-garous et les expérimentations, l’enlèvement de Jesse, la tentative pour destituer Adam de son rang de chef, le malaise d’un loup-garou qui n’admet pas sa condition, l’usurpation d’identité, ect…..

Bref, ça tournait dans ma tête et je sais que mes deux neurones n’ont pas tout capté.

Pour ce qui est de l’intrigue amoureuse, on la sent venir à des kilomètres, un peu du genre d’Anita Blake (même si elle, elle hésite entre un vampire et un loup-garou).

Mercy hésite entre Samuel et Adam… entre deux bêtes à poils, deux mecs séduisants, parce que dans les livres, ils sont jamais moche et ne sentent pas mauvais de la gueule comme tous animaux à poils qui se respectent.

Pitié, inventez-nous une autre intrigue amoureuse ! Même si, je peux concevoir qu’il n’y ait pas 36 scénarios différents.

Malgré tout, j’ai tout de même passé un bon moment de lecture, et j’ai continué avec les autres, sans être déçue.

Pas de la grande littérature, mais juste de quoi passer le temps durant les vacances ou dans le métro. On se prend pas la tête et on ne s’embête pas en le lisant parce que les temps morts sont peu nombreux.

Le premier tome souffrait des fautes des débutants et je peux vous dire qu’elle a redressé la barre dans les suivants.

C’est vraiment à découvrir, cette série !

Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette.

L’heure du loup : Robert McCammon

Titre : L’heure du loup

Auteur : Robert McCammon
Édition : Presse Pocket / Milady

Résumé :
Michael Gallatin est un as de l’espionnage, un séducteur, mais surtout un loup-garou. Capable de se transformer à la vitesse de l’éclair, de tuer silencieusement et avec une incroyable férocité, il a déjà prouvé en Afrique ses talents contre Rommel. Maintenant on lui confie une mission aussi dangereuse que délicate : découvrir ce qui se cache derrière l’opération « Poing de fer », le mieux gardé des plans secrets nazis.

Critique :
Imaginez, James Bond sans les gadgets de Q mais avec la faculté de se transformer en loup… le tout sur fond de Seconde Guerre Mondiale, du côté des alliés, avec des Allemands bien méchants, et notre gros louloup d’espion doit démanteler une opération « Poing de Fer » (et pas Point de Vue) sinon, ça va chier grave pour les alliés.

Si Michael n’était pas là, nous serions tous en Germanie, à parler de je ne sais quoi, à saluer je ne sais qui (Sardou, arrête de chanter dans ma tête !).

Mon premier livre avec un loup-garou, ce fut celui-là, mais quel loup-garou ! On aimerait l’avoir pour meilleur ami, Michael.

Du suspense, de l’action, des chapitres alternant entre le passé et le présent : le présent pour la guerre et le passé sur « comment je suis devenu un lycanthrope » et tout son apprentissage au sein de la meute.

Un livre super avec une autre approche du loup-garou, sans pour autant tomber dans la nunucherie car le sang gicle de tous les côtés et la Grande Faucheuse fauche dans tous les sens.

Un roman d’espionnage différend des autres, un thriller à lire, non, à dévorer !

Titre participant au challenge « Totem » de Lili Galipette dans la catégorie « Loup-garou ».

Jeunesse de Sherlock Holmes à Pau – Tome 4 : François Pardeilhan

Titre : Jeunesse de Sherlock Holmes à Pau – Tome 4

Auteur : François Pardeilhan
Édition: Pin a Crochets (2006)

Résumé :
Le passage du jeune Sherlock Holmes à Pau durant les années 1868 à 1871 a suscité de nombreux commentaires.

Au travers de témoignages recueillis par ceux qui, le temps d’une aventure, ont côtoyé ce personnage de légende, des éléments supplémentaires viennent grossir les preuves déjà nombreuses de l’œuvre accomplie par le futur détective londonien dans la cité paloise.

Son influence déterminante dans un événement qui fit scandale à l’Hôtel de France, son intervention fort à propos suite à une menace qui planait sur la mairie de Pau, sa contribution dans une sale affaire aux côtés du curé de l’église Saint-Jacques et sa rencontre insolite avec l’entrepreneur d’une brasserie au sud de la ville constituent des circonstances extraordinaires dans une cité de vingt-cinq mille âmes.

Comment ces témoignages auraient-ils pu arriver jusqu’à nous si un auteur béarnais, qui fréquenta le même lycée que cet Anglais aux étranges méthodes, n’avait pris la peine de rassembler ces informations ?

Ce tome retrace de manière fictive la vie de Sherlock Holmes et les affaires sur lesquelles il a enquêtées à travers des témoignages de personnes qui auraient fait sa connaissance au cours de son séjour à Pau.

Il relate son influence déterminante dans un évènement qui fit scandale à l’Hôtel de France, son intervention suite à une menace contre la mairie de Pau…

Critique :
C’est toujours un plaisir de retrouver mon détective consultant préféré, surtout dans sa jeunesse.

Bon, d’accord, rien n’est canonique, mais malgré tout, pourquoi bouderai-je mon plaisir ?

Comme dans le tome précédent (le « 3 » pour ceux qui viennent d’arriver), ce sont les habitants de Pau qui, aux travers de leurs souvenirs, nous parlent de Sherlock Holmes.

Que ce soit un de ses anciens professeurs de philosophie, monsieur Marion, ou l’abbé Cazaux qui racontera à son ami le cardinal Marcini comment il a fait connaissance avec Sherlock Holmes, suite au fait que Marcini lui parlera de la mort du cardinal Tosca (une Untold Story bien connue des holmésiens).

Que ce soit en reprenant d’anciens personnages du tome 2 qu’étaient monsieur Barrère et sa nièce ou une histoire racontée par un couple, amis de Henry Baskerville, tous ces gens nous parleront de ce grand échalas portant un manteau gris et qui traînait un peu partout : Sherlock Holmes !

A chaque fois, c’est une lettre ou un événement (la mort du cardinal Tosca dont parlera le cardinal Marcini) qui leur referont penser à leur rencontre avec Holmes, jeune, à Pau.

Notre jeune ami n’a pas chômé durant son séjour et les quatre enquêtes qui nous sont narrées sont fraiches et agréables à lire.

De plus, ce fut un réel plaisir de retrouver monsieur Barrère et sa nièce, Claire, celle qui donna quelques émois à Sherlock (émois partagés, en plus).

Pas de doute, on comprend que l’auteur a bel et bien fait ressentir à Holmes des sentiments voisins de l’amour pour cette jeune fille.

Si jamais dans le tome 2 vous aviez eu un doute sur le fait que Sherlock appréciait très fort Claire (mais pour cela, il fallait être lent à la comprenette), l’auteur nous fait comprendre qu’il ne fallait pas en avoir, même si rien ne fut consommé entre les deux jeunes gens. Eh, remisez vos espoirs au placard…

Le seul bémol dans ce tome 4, c’est que les aventures ne sont plus racontées du point de vue de Sherlock Holmes, comme cela avait lieu dans le tome 2.

Sinon, hormis ce petit détail, les enquêtes sont très agréables à lire et on a l’impression de découvrir le détective dans ses débuts, ceux que Conan Doyle ne nous a jamais racontés.

La cinquième et dernière aventure n’en est pas vraiment une, juste un clin d’oeil à Oscar Wilde et Conan Doyle et sur le fait que tout le monde autour d’un certain Charles de Bordeu parlait de Sherlock Holmes comme d’un personnage de fiction.

« Erreur », leur apprend ce dernier. « J’ai été en classe avec lui ! » et de rassembler les preuves pour ses amis plus que sceptiques.

Avec une visite à la clé…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).