Le Portrait de Dorian Gray : Oscar Wilde

Titre : Le Portrait de Dorian Gray

Auteur : Oscar Wilde
Édition: Livre de Poche (2005)

Résumé :
Par la magie d’un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira.

Le jeune dandy s’adonne alors à toutes les expériences, s’enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. « Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais », « il faut guérir l’âme par les sens, guérir les sens par l’âme ».

Oscar Wilde voulut libérer l’homme en lui donnant comme modèle l’artiste. Pour se réaliser, il doit rechercher le plaisir et la beauté, sous toutes ses formes, bien ou mal.

Petit plus : L’art n’a rien à voir avec la morale. Dans une langue raffinée, l’auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l’art. Ses propos sont incisifs et humoristiques.

Ce livre scandalisa l’Angleterre victorienne, Oscar Wilde fut mis en prison pour avoir vécu ce qu’il écrivait.

Au siècle suivant, Proust, Gide, Montherlant, Malraux ont contribué à la célébrité du génial écrivain.

Critique :
Dialogue imaginaire :
– Belzébuth ? Méphisto ? Hadès ? Est-ce que quelqu’un pourrait me répondre ? Y a quelqu’un ? demanda Dorian Gray.

– Que veux-tu, petit homme ? répondit une voix sépulcrale.

– Je souhaiterais vivre longtemps mais sans vieillir… Pouvez-vous m’aider, monsieur le Seigneur des Ténèbres ?

– Nous avons des excellentes crèmes anti-rides : de l’Huile Ofolaz, de l’Oré-Al de chez Bête En Cours ou de la Diader Mine. Au choix.

– Maître des Ténèbres, je ne suis pas prêt à vous vendre mon âme pour une quelconque crème anti rides ! Je refuse de vieillir, point !

– Tu rigoles ou quoi ? s’esclaffa le diable. Jane Fonda semble avoir 20 ans dans ses spots publicitaire !

– S’il vous plaît, Votre Ténébreuse majesté ? Qui est cette Jane Fonda ?

– Oublie, c’est dans le futur ! Fais-toi tirer le portrait, mon cher Dorian et laisse-moi faire le reste ! rugit le diable dans un rire démentiel.

Et voilà comment, par la magie d’un voeu (ou d’un pacte avec le Diable, nul le sait), Dorian Gray conservera la grâce et la beauté de sa jeunesse. Seul son portrait vieillira.

Mais à tout pacte, il y a une contrepartie et Dorian laissera plus que son âme dans ce petit arrangement !

Durant tout le roman, nous le voyons s’avilir, à défaut de vieillir, n’hésitant pas à tuer pour que son petit secret soit aussi bien conservé que sa jeunesse. Et point de vue conservateur, c’était du costaud !

Au départ, je n’avais pas l’intention de lire ce roman d’Oscar Wilde, même en sachant que c’était CE livre qu’il avait écrit tandis que Conan Doyle écrivait « Le signe des quatre ».

Nos deux auteurs avaient reçu une avance d’un américain nommé Joseph Marshall Stoddart, qui venait d’être nommé directeur du Lippincott’s Monthly Magazine, publié simultanément à Londres et à Philadelphie.

Une avance pour quoi ? Pour écrire chacun un roman…

Wilde, écrivit « The picture of Dorian Gray » qui allait scandaliser le Londres littéraire et mondain et Conan Doyle, lui, s’était vu réclamer, non pas un roman historique, mais une autre aventure de Sherlock Holmes ! Ce fut « Le signe des quatre ».

Honte à moi… Si une connaissance ne m’avait pas conseillé, séance tenante, de me procurer ce livre et de le lire, je ne l’aurais jamais lu. Et je serais passée à côté d’un grand moment de lecture !

La descente de Dorian dans un abîme de noirceur est tout simplement magnifique. On lit et on est impuissant devant ce qui se trame.

Excellent !

Lu dans le cadre du challenge « La littérature fait son cinéma » de Kabaret Kulturel, du challenge « Romans Cultes » de Métaphore et « I Love London » de Maggie et TitineParticipe aussi au challenge « Les 100 livres à avoir lu au moins une fois » chez Bianca.

challenge-des-100-livres-chez-bianca
Publicités

11 réflexions au sujet de « Le Portrait de Dorian Gray : Oscar Wilde »

  1. Ping : Challenge « I Love London  | «The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Challenge « La littérature fait son cinéma  | «The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Demandez le Strand ! | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Challenge « Romans Cultes  | «The Cannibal Lecteur

  5. Ping : Challenge « Les 100 livres à lire au moins une fois  | «The Cannibal Lecteur

    • Ça me vient comme ça, quand je fais autre chose, genre la vaisselle… j’ai l’esprit qui divague.

      Je ne l’avais jamais lu et c’est une connaissance du Net qui me l’avait conseillé, je l’ai écouté et pas regretté !

      Il y avait tellement de critiques sur Babelio de ce livre que je me devais de trouver une intro marrante.

      J'aime

  6. Ping : Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois : 1er bilan | des livres, des livres !

  7. Excellent dialogue d’introduction ! Dommage que j’ai déjà lu le roman, je me serai esclaffée à la lecture… Ou alors, tant mieux ? (C’est un peu comme rire à durant un film dramatique juste après avoir vu une parodie, c’est gênant quoi)

    Je ne sais pas si la traduction laisse le même ressenti mais j’ai trouvé la plume d’Oscar Wilde très, très belle. Cette façon de décrire la jeunesse, la beauté et l’ambiance en faisant passer des métaphores tant par le visuel, que par l’auditif ou l’olfactif… J’en étais sur le cul. (Et je l’étais encore plus en comparant la trame du roman avec la vie privée d’Oscar Wilde et la relation spéciale avec Alfred Douglas. Sorcellerie.)

    Mais enfin, ravie de voir que tu sors conquise alors que le lire n’était pas dans tes projets !
    (Par contre, l’adaptation de 2009, une horreur… Et pourtant, il y a Colin Firth et Rebecca Hall…)

    J'aime

    • Merci à toi ! 😉

      N’étant pas une grande adepte des adaptations, je passe souvent mon tour quand le livre est adapté pour la télé ou le ciné (hormis quelques uns, les exceptions qui confirment la règle).

      Si le livre m’a plu, je n’ai pas envie de voir d’adaptation, elle perd toujours en émotion, je trouve.

      Oui, rire à un drame parce qu’on pense à une parodie, ça ne fait pas très sérieux… 🙄 Je sais.

      Je n’ai jamais lu Wilde « in english dans le texte » mais le lecteur perd avec une traduction, donc, on peut raisonnablement penser que Wilde en V.O, c’est encore mieux.

      Ce livre m’a marqué, je l’avoue. Je vois que je ne suis pas la seule.

      Merci de ta visite et de ton petit (grand) commentaire, Le Vampire Aigri 😉

      J'aime

  8. Ping : Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois : 2e bilan | des livres, des livres !

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.