Le trésor du marchand d’esclaves : Sherlock’s Story 2

Titre : Le trésor du marchand d’esclaves

Auteur : Non communiqué
Édition: Sherlock’s Diffusion SA

Résumé :

Il s’appelait Firmont. Il avait été marchand d’esclaves et avait accumulé d’immenses richesses en pratiquant son triste métier.

Où cachait-il son or et ses bijoux ? Personne ne le savait. Seul son testament révèle son secret.

Son décès suscite convoitises nombreuses et manœuvres ignobles. Enlèvement de sa fille naturelle, vol du testament dans le coffre du notaire.

Et Sherlock se charge de l’enquête. Comment notre héros va-t-il échapper au funeste sort auquel son mortel ennemi semble l’avoir condamné ?

Critique :

« Ma petite entreprise, connaît pas la crise » voilà ce que devait fredonner Firmont, le marchand d’esclaves, tout en comptant son magot.

Oui mais voilà, un jour, la Grande Faucheuse vient vous chercher et comme vous ne pouvez pas emporter votre magot, il devient l’objet de toutes les convoitises.

Et voilà que son notaire déboule chez Sherlock Holmes car cette nuit, on a volé le testament de Firmont, là où se trouvait noté les indications vers le trésor…

« Allez, Jack Sparrow, on lève l’ancre ! »

Ah non, je devrais dire « The game is afoot » puisque nous sommes avec Sherlock Holmes. Toute cette histoire de chasse trésor au trésor m’a perturbée et l’absence de Watson, remplacé par le jeune Harry Taxon n’a fait que me troubler d’avantage.

De nouveau quelques grosses ficelles avec les bandits qui exposent leurs plans quand Holmes les écoute bien caché quelque part… Une sale manie tout de même.

Holmes et son fidèle Harry feront un voyage express à Paris où notre détective, muni d’un pass « Touriste », aura droit à un city trip plus qu’inhabituel…

Voyons voir : une rencontre avec la bande des Apaches, voyous bien connu de l’époque (et bien pire que des voyous), guet dans un cimetière, sans oublier une petite visite des catacombes, celles qui ne possèdent pas de fil d’Ariane ou de fléchage fluorescent brillant dans le noir indiquant « Exit », taggage des murs à la craie, salutations aux habitants des catacombes après la découverte de cercueils et ossements, bref, un séjour de tout repos.

Hormis les grosses ficelles, le récit est agréable à lire pour une passionnée de Sherlock Holmes, il est court, ce qui évite les longueurs inutiles et bien rythmé.

Sans oublier la petite morale de l’histoire que « Bien mal acquit ne profite jamais… »

Petit bémol : réédition d’une historie parue en janvier 1908 et le tirage fut limité à 10.000 exemplaires, ce rend ces petits livres assez rare… Donc, assez cher !

Lu dans le cadre du challenge « Thrillers et polars » de Liliba (lien dans l’image).

Une réflexion au sujet de « Le trésor du marchand d’esclaves : Sherlock’s Story 2 »

  1. Ping : Les triomphes de Sherlock Holmes – Souvenirs d’une souris d’hôtel : Gérard Dole | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.