American Psycho : Bret Easton Ellis

Titre : American Psycho

Auteur : Bret Easton Ellis
Édition : 10-18 (2005)

Résumé :
« Je suis créatif, je suis jeune, […] extrêmement motivé et extrêmement performant. Autrement dit, je suis foncièrement indispensable a la société ».

Avec son sourire carnassier et ses costumes chics, Patrick Bateman correspond au profil type du jeune Yuppie des années Trump.

Comme ses associés de la Chemical Bank, il est d’une ambition sans scrupules. Comme ses amis, de il rythme ses soirées-cocktails pauses cocaïne.

À la seule différence que Patrick Bateman viole, torture et tue. La nuit, il dévoile sa double personnalité en agressant de simples passants, des clochards, voire un ami. Mais il ne ressent jamais rien. Juste une légère contrariété lorsque ses scénarios ne se déroulent pas exactement comme prévu…

Critique :

ABANDON !! Oui et je vous jure que ça me fait bien râler (pour rester un tant soit peu polie) parce que ce roman, je voulais à tout prix le découvrir, surtout en lisant toutes les critiques positives sur Babelio..

Et oui, je savais ce qui m’attendait, du moins en ce qui concerne les scènes gores.

En fait, ce n’est pas ça qui m’a fait décrocher, mais les quantités de ce que je nommerai des élucubrations (celles d’Antoine me faisaient rire, pas celles des personnages du roman).

Déjà, dès les premières pages, j’ai soupiré en découvrant la scène du taxi et les dialogues sans queue ni tête. Surréaliste…

Et ce ne fut qu’une longue suite de soupirs en tournant les pages et en tombant sur des pavés indigestes de bla-bla, de liste de marques pire que si je me trouvais sur une chaîne consacrée aux pubs.

Ok, c’est bien que l’auteur insiste sur le fait que l’argent a fait d’eux des esclaves, que le dieu fric est leur maître et que ces gens ont perdu toute notion de ce qu’est la réalité. Mais de là à nous décrire, jusqu’à l’indigestion, les détails de leurs repas et toutes leurs vaines distractions… Soupirs, soupirs.

Heureusement que ces divagations endormantes étaient entrecoupées de scènes plus sanglantes pour me réveiller.

Patrick Bateman, notre personnage principal est psychopathe à ses heures perdues et il dézingue des SDF. On passe son temps comme on peu, non ?

Golden boy friqué, il est élégant, ne porte que des costumes qui valent votre mois de salaire, il est plus brillant qu’un sapin de Noël illuminé et nous pouvons dire que c’est une espèce de bôgosse. Bôgosse infernal et infect, oui !

Le pire, c’est que nous entrons à un moment dans l’ère du surréalisme poussé à pleine puissance puisque personne ne s’émeut des traces de sang sur les draps, le sol, les journaux imbibés de fluide vital que la femme de ménage dépose tout simplement dans la poubelle.

Il l’a vraiment fait ou pas ? Il a rêvé, fumé, disjoncté tout seul ?

Je n’en sais rien parce qu’au final, j’ai zappé des centaines de pages, les tournant en grimaçant pour finir par lancer le livre sur la table, de rage.

Même le sang qui giclait m’énervait à cause de tout le reste.

Le plus râlant ? Au boulot, tout était terminé, plié, encodé, clôturé, bref, j’avais le droit de m’affaler dans mon fauteuil de bureau, de mettre les pieds sur la table et de lire durant 4h…

Non, je n’avais rien d’autre à lire avec moi… et là, ce fut un long cri de douleur. Mes collègues ont cru que le PC avait planté, serveur y compris et que toutes les données étaient perdues. Z’ont eu peur.

Non, c’était juste ma frustration de lecture après quelques chef-d’œuvre littéraires. American Psycho ne sera pas mon coup de cœur et ma critique ira dans le sens contraire des autres.

Le livre qui a ébranlé l’Amérique ne m’a pas ébranlé, moi…

P’têt que le film avec Christian Bale sauvera les meubles ?

Titre participant aux Challenges « Romans Classiques » de Métaphore et « La littérature fait son cinéma » de Kabaret Kulturel.

Publicités