Floris – Tome 1 – Floris, fils du tsar : Jacqueline Monsigny

Titre : Floris – Tome 1 : Floris, fils du tsar

Auteur : Jacqueline Monsigny
Édition : Archipoche (2009)

Résumé :

En 1717, alors que Pierre le Grand rend visite au jeune Louis XV, le hasard le met en présence de la comtesse Maximilienne de Villeneuve-Caramay.

C’est le coup de foudre. Bien que mariée et mère d’un enfant de deux ans, la jeune femme suit le tsar en Russie.

Un périple qui mènera la comtesse, son fils Adrien et Floris, qui naîtra de ses amours avec le souverain russe, de Paris à Moscou en passant par la Turquie, les splendeurs de Saint-Pétersbourg, les rivages de la Baltique et les steppes d’Ukraine.

Les protagonistes de cette aventure connaîtront tour à tour le luxe de la cour, la paille des cachots, la peur des loups, l’attaque des brigands…

Ce roman de coeur et d’épée est l’une des plus touchantes histoires d’amour jamais écrite.

Critique :

Moi qui pensait lire un livre « historico-romantique », je suis tombée dans de l’Harlequino-guimauvien ! Moi qui pensait lire de l’Histoire avec juste « un doigt » de romance (que les pervers se calment à la mention du doigt), on est fort loin d’une « touche » de romance parce que c’était une « louche » !

Diable, j’ai lu des livres qui ne m’avaient pas plu, mais ici, je viens de tomber très, très bas ! Le bouquin illustrerait à merveille le rayon « Vendredi, c’est lecture pourave » du blog d’Altervorace !!

Niveau dialogues, scénario, travail des personnages et tout le Saint tremblement, ça se situe au niveau de vingt mille lieues sous les mer ! Pas le roman de Jules Verne, non, je vous parle de la profondeur abyssale du roman. Oui, c’est aussi bas que ça.

Le 4ème de couverture mentionnait : « Ce roman de cœur et d’épée est l’une des plus touchantes histoires d’amour jamais écrite ». Touchante ? Non ! Lamentable, oui !

Le niveau de ce livre ne vole pas plus haut que le derrière d’un cochon et il est tellement sirupeux du point de vue de l’histoire d’amour que si je l’avais tordu, j’aurais fait provision de miel pour les 10 prochaines années !

Comme le chantait Patriiick : j’m’attendais pas à ça ! Si j’avais su que c’était de la lecture pourave, j’aurais viré mon cerveau et lu pour ce qu’il était. J’vous jure que je suis tombée de haut, et rapidement, en plus.

Vous ne me croyez pas ? Vous voulez des preuves ? Vous allez en avoir, à vos risques et périls pour vos neurones.

Scénario : la comtesse Maximilienne de Villeneuve-Caramay se promène dans les bois (la, la, la schtroumpf, la,la, la), elle a un enfant de 2 ans et vit séparée de son mari, qui court la gueuze à Paris.

D’elle, vous aurez pour description « Fort belle, avec ses longs cheveux bruns et ses yeux violets, elle s’était volontairement exilée dans son superbe château de Mortefontaine ».

Vous comprenez mieux la profondeur abyssale, là ? Description digne d’une rédaction d’une gamine de 7 ans.

Elle croise la route d’un homme qui s’est tordu la cheville à cause de son cheval (oh, un air de « Jane Eyre » mais n’est pas Brontë qui veut) et elle le ramène dans son supeeerbe château… Il lui dit qu’il est l’interprète du Tsar de Russie, Pierre le Grand, qui vient rendre visite au roi Louis XV et au régent, Philippe d’Orléans.

J’ai déjà compris que ce sois-disant baron Pierre Mikhaïlof n’est autre que le Tsar de Russie.

« Chababadabada, chababadabada » ils vont tomber amoureux l’un de l’autre…

On s’en doutait, avec des réflexions telles que : « Maximilienne avait tout à coup un sentiment de bonheur intense qu’elle ne pouvait s’expliquer ».

Bref, après le souper, ils s’en vont aider une vieille bohémienne dont le mari souffre d’une rage de dent, que le Tsar enlèvera avec une pince.

Oui, Maximilienne aide son prochain et ne chasse pas les gitans, bohémiens et autres, non, elle les accueille !

Et c’est durant le retour que le faux interprète mais vrai Tsar lui prendra la main :  « Qu’ai-je fais pour mériter des moments si délicieux ? » lui demande-t-il. Il lui avoue son amour avec un « Maximilienne, je vous aime ».

Et un litre de miel, un ! Parce que après avoir joué au jeu de « Je t’aime, moi non PLUS » (+), ils vont nous sortir le grand jeu avec « Je vais et je viens, entre tes reins »…

Oui, premier chapitre, c’est l’amour fou et partagé et début du deuxième, le Tsar va ôter son calbute pour une partie de culbute ! Virer son falzar pour lui faire admirer l’bazar… et lui fourrer le sceptre qui n’était pas d’Ottokar Ier.

Audiard étant absent lors de l’écriture des dialogues, cela nous donnera des : « C’est donc ça, l’amour ? » murmuré par une Maximilienne toute palpitante et des « Oui, c’est cela ma chérie, je vais t’apprendre à devenir une vraie femme », répondu par Pierre.

Heu, elle a déjà un gosse, elle voit plus ou moins… En plus, si le fait de se faire faire l’amour « correctement » par un homme doit faire de nous de vraies femmes, j’en connais beaucoup qui n’en seront jamais, les pauvres !

Encore pire : « Regarde-moi mon amour, tu es belle, tu es faite pour aimer ». Profond, non ?

Ah non, j’oubliais le « Je t’aime, Pierre, serre-moi contre toi, garde-moi toujours car je t’attendais depuis si longtemps ! » et le encore pire « Maximilienne, tu te donnes à moi sans savoir qui je suis, et tu ne peux imaginer ce que cela représente pour moi. C’est le plus beau de tous les cadeaux ».

Puisqu’il l’a aimé toute la nuit, son légionnaire, nous avons droit à une pensée philosophique d’une des femmes qui peut prétendre au titre de la plus bête de toute la littérature : « Maximilienne ne comprit que plus tard à quel point Pierre avait fait violence à sa nature parfois sauvage pour être si doux et si tendre avec elle ».

Et nous n’en sommes qu’à la page 20 !

Comme prévu, le Tsar ne lui dit pas qui Il est, laissant son ami jouer son rôle de Tsar et même draguer Maximilienne pour être bien sûr de son amour. Diantre, c’est digne d’un Pierre le Grand, ça ? Il n’en sort pas grandi, le pauvre.

Ensuite, il l’emmène avec lui à Paris, voir le petit Louis XV (il est tout jeune, le gamin) et c’est là qu’elle apprend ce que nous savons déjà : Pierre est le Tsar. Le vrai !

Madame boude, monsieur traverse Paris pour la retrouver, sympathise au passage avec le bandit Cartouche et avec Law, le père des actions (on lui doit l’introduction du billet de banque et d’une des premières bourses au monde).

Là, le Tsar a plus des airs d’un jeune Belmondo… et il a d’autres pensées profondes telles que :

« Il désirait éperdument cette femme à la peau douce et fraîche comme un fruit » (il n’a sans doute jamais touché les épines des figues de barbarie)

« Maximilienne se sentait envahie d’une chaleur intense, venue du plus profond d’elle-même » (trop mangé de fayots et une flatulence qui remonte ?)

« Oh, Pierre, comment ai-je pu songer à ne plus vous revoir ? » (Elle songe, donc elle est…)

« L’ange de l’amour déployait sur eux ses ailes et ils se sentaient isolés du monde ». (attendez, je vais vomir !)

Il la reculbute et lui jure de l’aimer pour toute la vie…

Ouais, pourtant, lors d’une fête à Versailles, un orage éclate et le fait de voir les nichons rebondis d’une marquise lui donne envie de lui fourrer le buisson puisque « Une petite aventure ne saurait faire de peine à Maximilienne si elle n’en sait rien ».

Lorsqu’elle le surprit en train de lorgner sur l’opulente poitrine, Maximilienne s’en fut, poursuivie par le Tsar, décidément très en verve car il nous sortira :

« Je suis vraiment incorrigible, je possède la plus exquise des femmes et je m’en vais trousser une marquise qui ne vaut pas plus que la dernière des souillons de cuisine ».

Il la course, entre de force dans une chambre et pousse sa meuf sur un lit.

La suite serait délectable et je vais vous la conter, ce qui est regrettable car le Tsar, très féru de dialogues inoubliables, nous sortira des :

« Je t’aime, je te veux, je brûle de t’aimer » et un « Je te violerai si je veux »car Mâdâme se refuse à lui.

« Je te violerai si je veux » ? Ou était le MLF ?? Les chiennes de garde ? Les flics ? Versailles était-il donc une sorte d’hotel Sofitel ?

Heureusement que Maximilienne « sentait poindre en elle un désir irrésistible au contact du corps viril de Pierre ».

L’avantage, c’est que l’auteur nous dit que c’est à ce moment précis que sera conçu leur fils, Floris ! Pas lors de l’assaut précédent ou de celui de demain, non, non, ce soir là !

Le pire était à venir, parce que Maximilienne va suivre le Tsar, à Moscou, elle est tellement gentille que lorsqu’elle le suit à la guerre, les soldats l’aiment bien, et que, se faisant enlever, un des ravisseurs se battra contre l’autre parce qu’il ne veut pas qu’on la tue, car on ne tue pas une femme enceinte. Oh, que c’est touchant !

Lui aussi deviendra son pote ! Seule l’épouse de Pierre, Catherine, complotera contre elle.

L’accouchement ? Elle mettra au monde un beau rôti de 10 livres… Un bébé de 5 kilos, messieurs, dames ! Rien de moins, rien de plus. Et elle n’était même pas grosse comme une vache à l’engraissement.

Comme le disait mon boucher « Il y en a un peu plus, madame, je vous le laisse ? ».

Le bébé est même né avec une dent mais plutôt que de le nommer Nakunedent, ils le nommeront Floris.

La totale sera atteinte lorsqu’elle présentera Floris, âgé de trois mois à son autre fils, Adrien, âgé de trois ans. Il n’est pas content, l’enfant, de devoir partager sa maman avec un truc vagissant, mais maman est futée et elle lui donne le paquet vagissant et là, miracle, son premier enfant tombe sous le charme de son petit frère !

L’auteur nous précise même qu’Adrien protégera TOUJOURS son petit frère et qu’ils seront inséparables ! Pff, pas drôle, même pas de conflit fraternel, juste de l’amour jusqu’à plus soif !

Même Alexis, le fils du Tsar, qui a comploté contre son père, aimera la nouvelle meuf de son père, avant de mourir, empoisonné.

Ensuite ? J’ai laissé tomber, j’avais déjà perdu trop de neurones dans l’aventure et vous pensez bien que je ne lirai pas le second tome !

Non, ce livre est juste bon pour celui qui veut lire de la lecture pourave ou caler un meuble…

Ah, si vous organisez un camp scout, prenez-le avec vous, pour le feu de camp, c’est tout bon puisque c’est de la guimauve !

ABANDON : Titre participant à l’Objectif « PAL Noire à Zéro » de George et « Vingt Mille Lieues Sous Mes Étagères » by The Cannibal Lecteur.

Publicités

Bilan Livresque : Février 2013

Février ne comptant que 28 jours, 3 de moins que janvier, ce qui explique peut-être ce piètre bilan en quantité de livres lus : 7

Par contre, j’ai fait la part belle à ma Terrible PAL Noire puisque j’ai sorti 4 livres, dont un qui traînait là depuis 1998 !! C’est vous dire ce que je retrouve parfois dans mes étagères.

Afin d’étoffer un peu mon challenge « Polar Historique », j’ai entamé ce mois avec mon ami Nicolas Le Floch, sortant donc « L’homme au ventre de plomb » de ma PAL Noire (ICI). Excellent deuxième tome et une plongée dans le Paris d’avant la révolution. Parot m’a enchanté.

« Le meneur de loups » d’Alexandre Dumas (ICI) m’a permis de mener deux challenges à la fois, dont celui du « Totem », version « loup ».

Puisqu’il traînait dans ma PAL depuis 1998, il était plus que temps de le lire, mieux vaut tard que jamais… Et encore un regret de ne pas l’avoir lu plus vite. Un roman fantastique qui vous inflige une belle leçon de vie.

Continuant sur ma lancée, j’ai continué à diminuer un peu ma PAL Noire et j’ai ENFIN lu « Iacobus : Une enquête du moine-soldat Galceran de Born«  de Mathilde Assensi (ICI) qu’à une époque, j’avais cherché partout.

Encore et toujours un regret de ne pas avoir eu le temps de le lire plus tôt. Une belle aventure et une enquête à l’aise, mais non endormante. Il participait aussi aux Challenges « Thrillers et Polars » et « Polar Historique ».

Aussitôt acheté, aussitôt dévoré pour « Les premières aventures de Sherlock Holmes – Tome 4 : Aux portes de l’enfer » (ICI). Vous n’êtes pas sans savoir que j’apprécie le détective de Baker Street et que je passe mon temps à le retrouver dans les pastiches.

Là, c’est sa jeunesse mise en scène par Andrew Lane. Au menu, aventures, déchiffrement de codes, solution de l’énigme de l’antipathique gouvernante, un soupçon de romance et quelques rebondissements. Le titre participait aux challenges « Sherlock Holmes » / « Thrillers et Polars » et « Polar Historique ».

Jeffery Deaver, je me devais de le découvrir, puisque j’adore les romans policiers et la science criminelle. Cela tombait bien « La carte du pendu » (ICI) faisait partie de ma PAL Noire.

Un enquêteur paraplégique, ce n’est pas courant dans la littérature et si vous avez vu « The bones collector », vous comprendrez qu’imaginer Denzel Washington dans le rôle de Lincoln Rhymes n’est pas des plus désagréables pour l’esprit. Ajoutons que l’enquête possède de multiples rebondissements et vous aurez compris que j’ai passé un excellent moment de lecture. Et une autre fiche pour le challenge « Thrillers et Polars ».

Un membre de Babelio (Gruz) m’avait plus que conseillé « Les loups de Fenryder » de Alex Covin (ICI). Et bien, il avait raison !

Si vous aimez les ambiances « frissons » et l’univers fantastique style Stephen King, ce livre est fait pour vous. Vos plus grandes peurs prennent vie… Challenge « Thrillers et Polars » + Coup de coeur !

Toujours sur conseil d’un membre de Babelio (Jeranjou, cette fois), je me suis attaquée à un maître du genre : Dennis Lehane et ce fut « Un dernier verre avant la guerre », une enquête du duo Patrick Kenzie et Angela Gennaro (ICI) et challenge « Thrillers et Polars » + Coup de coeur !

L’auteur ne vous laisse que peu de répit, le style est drôle, les métaphores de Patrick m’ont fait penser à Frédéric Dard, en plus subtil. Je ne savais pas où il allait m’emmener, je fus surprise, séduite, emportée par le livre et soufflée par le fait qu’il ne met pas de gant lorsqu’il parle des tensions raciales. Pas de manichéisme chez lui, ce n’est pas tout blanc ou tout noir, non, c’est gris.

 

 

Bilan de lecture : 7 livres dont 4 PAL Noire et tous ont participé à des challenges

1. L’homme au ventre de plomb : Parot (ICI) PAL Noire

2. Le meneur de loups : Dumas (ICI) PAL Noire

3. Iacobus : Enquête du moine-soldat Galceran de Born : Assensi (ICI) PAL Noire

4. Premières aventures de S. Holmes – T4 : Aux portes de l’enfer : Lane (ICI)

5. La carte du pendu : Deaver (ICI) PAL Noire

6. Les loups de Fenryder : Covin (ICI)

7. Un dernier verre avant la guerre : Lehane (ICI) 

Un dernier verre avant la guerre : Dennis Lehane [Kenzie & Gennaro 1]

Titre : Un dernier verre avant la guerre     big_5

Auteur : Dennis Lehane
Édition : Payot et Rivages (2000)

Résumé :

Amis depuis l’enfance, Patrick Kenzie et Angela Gennaro sont détectives privés. Ils ont installé leur bureau dans le clocher d’une église de Boston. Un jour, deux sénateurs influents les engagent pour une mission apparemment simple : retrouver une femme de ménage noire qui a disparu en emportant des documents confidentiels.

Ce que Patrick et Angela vont découvrir, c’est un feu qui couve « en attendant le jet d’essence qui arrosera les braises ». En attendant la guerre des gangs, des races, des coupels, des familles.

Petit plus :

Thriller urbain, roman engagé, « UN DERNIER VERRE AVANT LA GUERRE » est la première enquête du couple Kenzie-Gennaro, les deux héros meurtris de Dennis Lehane.

Ils ont, selon les mots de Jean-Pierre Perrin dans Libération, « Le désespoir terriblement drôle et l’humour ravageur prêt à fleurir sur la moindre cicatrice ».

Critique :

Voilà, c’est fait ! Je ne suis plus vierge de lectures de l’auteur Lehane ! Et oui, j’ai franchi le pas. Pourquoi ? Grâce à Jeranjou qui m’a plus que conseillé de découvrir cet auteur… Une fois que j’eus trouvé ce livre, je l’ai lu de suite.

Comment cela s’est passé cette découverte ? Bien, très bien. Pour une première fois, je suis conquise, c’est l’orgasme littéraire, le Nirvana, le 7ème ciel, le panard total.

Pourtant, ma main a tremblé un peu lorsque j’ai débuté la lecture de ce roman. Imaginez que je ne l’aime pas ? Aurais-je osé écrire une mauvaise critique et surtout la publier ?

Heureusement pour ma vie, j’ai ADORÉ le bouquin. Tiens, si je pouvais lui attribuer un 5,2 et bien, je le ferais.

C’est du pur malt, ce livre, la plaquette de chocolat noir !

Les personnages de Lehane sont haut en couleur, torturés, aussi. D’ailleurs, si l’on pouvait décerner les titres de « pires pères » à ceux de Patrick Kenzie et à Roland, je voterais pour. Plus que des salauds, leurs papas.

Pour ce qui est des lieux, nous sommes dans la ville de Boston et découvrons le ségrégationnisme poussé assez loin.

Ce qui a de bien, c’est que l’auteur n’enfonce pas de portes ouvertes et faciles avec des clichés tels que « Il est méchant, le Blanc » ou « Il est gentil, le Noir ».

Oh non, l’auteur ne met pas les fautes dans l’un où l’autre groupe, les fautes sont partagées et les crétins finis sont aussi cons d’un côté que de l’autre.

Entre le Blanc qui insulte le jouer de foot parce qu’il est noir et le Noir qui pense que s’il a une vie de misère, c’est la faute aux autres, alors il doit prendre des flingues et descendre tout le monde, sans réfléchir… et j’en passe.

Alors, les gangs se forment…

Bref, pas de manichéisme, tout n’est pas tout blanc ou tout noir avec l’auteur, mais gris. Si les gangs Noirs sont armés lourdement, il en va de même pour les gangs Blancs.

Pourtant, malgré la noirceur du roman, l’auteur nous glisse des tas de petites réflexions amusantes, par l’entremise des pensées de son détective, Kenzie.

Des métaphores qui m’ont fait pouffer de rire, glousser, me faisant penser à un autre auteur, Frédéric Dard et son célèbre commissaire San-Antonio.

La différence étant que Dard faisait dans le polar burlesque, le sexuellement non sérieux. Lehane m’a fait rire mais a poussé ma réflexion sur les remarques plus sérieuses de ses personnages.

Ce que j’ai apprécié aussi, ce sont les retournements de situation, les rebondissements d’enquête. Lorsque vous croyez que tout est réglé, hop, rebondissements ! Et ce, jusqu’à la dernière ligne. Magnifique !

Mon intention est de poursuivre ma découverte de cet auteur. J’ai justement Di Caprio qui m’attend sur une étagère… « Shutter Island » pour ceux qui n’ont pas compris.

Titre participant au challenge « Thrillers et polars » de Liliba.

American Psycho : Bret Easton Ellis

Titre : American Psycho

Auteur : Bret Easton Ellis
Édition : 10-18 (2005)

Résumé :
« Je suis créatif, je suis jeune, […] extrêmement motivé et extrêmement performant. Autrement dit, je suis foncièrement indispensable a la société ».

Avec son sourire carnassier et ses costumes chics, Patrick Bateman correspond au profil type du jeune Yuppie des années Trump.

Comme ses associés de la Chemical Bank, il est d’une ambition sans scrupules. Comme ses amis, de il rythme ses soirées-cocktails pauses cocaïne.

À la seule différence que Patrick Bateman viole, torture et tue. La nuit, il dévoile sa double personnalité en agressant de simples passants, des clochards, voire un ami. Mais il ne ressent jamais rien. Juste une légère contrariété lorsque ses scénarios ne se déroulent pas exactement comme prévu…

Critique :

ABANDON !! Oui et je vous jure que ça me fait bien râler (pour rester un tant soit peu polie) parce que ce roman, je voulais à tout prix le découvrir, surtout en lisant toutes les critiques positives sur Babelio..

Et oui, je savais ce qui m’attendait, du moins en ce qui concerne les scènes gores.

En fait, ce n’est pas ça qui m’a fait décrocher, mais les quantités de ce que je nommerai des élucubrations (celles d’Antoine me faisaient rire, pas celles des personnages du roman).

Déjà, dès les premières pages, j’ai soupiré en découvrant la scène du taxi et les dialogues sans queue ni tête. Surréaliste…

Et ce ne fut qu’une longue suite de soupirs en tournant les pages et en tombant sur des pavés indigestes de bla-bla, de liste de marques pire que si je me trouvais sur une chaîne consacrée aux pubs.

Ok, c’est bien que l’auteur insiste sur le fait que l’argent a fait d’eux des esclaves, que le dieu fric est leur maître et que ces gens ont perdu toute notion de ce qu’est la réalité. Mais de là à nous décrire, jusqu’à l’indigestion, les détails de leurs repas et toutes leurs vaines distractions… Soupirs, soupirs.

Heureusement que ces divagations endormantes étaient entrecoupées de scènes plus sanglantes pour me réveiller.

Patrick Bateman, notre personnage principal est psychopathe à ses heures perdues et il dézingue des SDF. On passe son temps comme on peu, non ?

Golden boy friqué, il est élégant, ne porte que des costumes qui valent votre mois de salaire, il est plus brillant qu’un sapin de Noël illuminé et nous pouvons dire que c’est une espèce de bôgosse. Bôgosse infernal et infect, oui !

Le pire, c’est que nous entrons à un moment dans l’ère du surréalisme poussé à pleine puissance puisque personne ne s’émeut des traces de sang sur les draps, le sol, les journaux imbibés de fluide vital que la femme de ménage dépose tout simplement dans la poubelle.

Il l’a vraiment fait ou pas ? Il a rêvé, fumé, disjoncté tout seul ?

Je n’en sais rien parce qu’au final, j’ai zappé des centaines de pages, les tournant en grimaçant pour finir par lancer le livre sur la table, de rage.

Même le sang qui giclait m’énervait à cause de tout le reste.

Le plus râlant ? Au boulot, tout était terminé, plié, encodé, clôturé, bref, j’avais le droit de m’affaler dans mon fauteuil de bureau, de mettre les pieds sur la table et de lire durant 4h…

Non, je n’avais rien d’autre à lire avec moi… et là, ce fut un long cri de douleur. Mes collègues ont cru que le PC avait planté, serveur y compris et que toutes les données étaient perdues. Z’ont eu peur.

Non, c’était juste ma frustration de lecture après quelques chef-d’œuvre littéraires. American Psycho ne sera pas mon coup de cœur et ma critique ira dans le sens contraire des autres.

Le livre qui a ébranlé l’Amérique ne m’a pas ébranlé, moi…

P’têt que le film avec Christian Bale sauvera les meubles ?

Titre participant aux Challenges « Romans Classiques » de Métaphore et « La littérature fait son cinéma » de Kabaret Kulturel.