Une sale histoire: Fédor Dostoïevski

Titre : Une sale histoire

Auteur : Fédor Dostoïevski
Édition : Actes Sud (2001)

Résumé :

1862 : début des grandes réformes en Russie, qui annoncent une tentative de libéralisation du régime. Désireux de prouver sa largeur d’esprit, alors fort à la mode, un grand chef de l’administration s’invite à la noce d’un modeste fonctionnaire. La série de catastrophes découlant de cette très mauvaise idée est l’occasion d’une farce irrésistible qui, par son impertinence caustique, annonce déjà la révolution.

Critique : 

Ma décision est prise depuis quelques temps déjà, c’est décidé, je me mets ENFIN à lire des auteurs Russes ! Mais bon, pour commencer, je me suis dit qu’un roman assez fin conviendrait mieux que de m’attaquer à « Guerre et paix » !

Voilà pourquoi j’ai commencé ce projet par ce roman qui m’a fait entrer de plein-pied dans la Russie de 1862, celle des castes, des privilèges, de l’administration toute puissante et du début des réformes qui annoncent une tentative de libéralisation du régime.

Un grand chef de l’administration, désireux de prouver sa largeur d’esprit, ne trouve rien de mieux que de s’inviter à la noce d’un modeste fonctionnaire.

Le quatrième de couverture me parlait d’une farce irrésistible et je m’attendais à des éclats de rire, mais il n’en fut rien.

C’est bien une farce, mais c’est de l’humour à froid. C’est de l’impertinence caustique, pas du rire gras. Ne vous attendez pas à de la blague à deux balle (honte à moi) mais c’est encore plus terrible.

Bien que j’aie eu quelques difficultés avec les noms des protagonistes, n’arrivant pas bien à les reconnaître, au départ et obligée, de ce fait, à relire plusieurs fois les mêmes lignes, j’ai persévéré, obligeant mon cerveau à lire les noms et non les deviner (un personnage, ce n’était pas « Stéphane », mais « Stépane »)

Ce qui m’a plu ? Les pensées de Mr Pralinski avant de s’inviter à la noce : il se fait un film de ce qu’il pense être le futur déroulement de son entrée surprise, se voyant déjà ensuite, adulé par les autres… Et la largeur d’esprit, à cette époque, c’était le must !

Mais c’était oublier que la première chose qui foire dans un plan de bataille, c’est le plan de bataille lui-même !

Pralinski et ses déboires, ce fut un peu à la manière de Perette de son pot de lait : elle se voit déjà en possession de poules, de vaches, de cochons… Et ensuite ? Adieu veau, vache, cochon, couvée !

Au final, une belle découverte de quelques moeurs de la Russie Impériale et une belle illustration du fameux « Tu t’es vu, quand t’as bu ? »

Titre participant au Challenge « Myself » par Près de la Plume… Au coin du feu.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Une sale histoire: Fédor Dostoïevski »

  1. Ping : Challenge « My self  | «The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Bilan Livresque : Avril 2013 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.