Wiggins et le perroquet muet : Béatrice Nicodème

Titre : Wiggins et le perroquet muet

Auteur : Béatrice Nicodème
Édition : Syros

Résumé :
« Je ne sais pas comment fait M. Sherlock Holmes, mais tout ce qu’il touche se transforme en roman. Le nom, déjà, Violet Juniper… Les Folies-Bergère… J’en oubliais de boire mon thé.

– Prêt pour une nouvelle aventure, Wiggins ?  »

Non, Sherlock Holmes ne travaillait pas seul. De nombreuses énigmes ont été résolues grâce à Wiggins, un môme des rues de Londres. Cette fois, il enquête sur le meurtre d’une danseuse de cabaret et doit se faire embaucher chez un empailleur.

Critique : 

Pour quiconque à lu le Canon Holmésien, « Wiggins » est à tout jamais lié à la bande de gamins des rues, déguenillés et nommé « Les Irréguliers de Baker Street » par Sherlock Holmes.

Cette bande de gamin des rues était utilisée par le détective pour les filatures ou autres renseignements. Ils apparaissaient dans « Une étude en rouge » et aussi « Le signe des quatre » et l’un se détachait du lot : Wiggins.

Le voici donc avec des ambitions : devenir détective lui aussi ! Ce qui ne sera pas facile car il a encore beaucoup à apprendre…

Bien que ce livre appartienne à la collection « Jeunesse », il peut être lu par un adulte sans que cela cause un problème. Très court, il correspondrait presque à la taille d’une aventure canonique classique.

Pas de temps mort et l’enquête se résout assez vite, sans se perdre dans des méandres inutiles.

L’auteur, contrairement à Conan Doyle, nous parle un peu plus de l’extrême misère dans laquelle certains enfants sont plongés : travail dur, le froid, le fait qu’ils ne mangent pas à leur faim tous les jours, pas d’école, ils vivent avec leurs parents dans des maisons en ruine, si pas des taudis,…

Elle nous parle du quartier mal fréquenté qu’est celui de Whitechapel (même si Jack a rendu son tablier de cuir), des pubs louches et mal-famés se livrant à des trafics en tout genre, du travail lourd et mal payé de la mère de Wiggins (elle cumule deux emplois, travaille dans le froid et dort 3h par nuit) des petits boulots que cumule Wiggins afin de pouvoir acheter du bois pour se chauffer,  des chaussures pour sa mère.

Bref, de ce qui concernait une grande partie de la population londonienne !

Elle nous touche aussi un mot sur l’oisiveté ou les occupations inutiles des bourgeois par le biais des pensées de Wiggins. La fracture sociale est grande entre les différentes couches sociales.

La personnalité du grand détective est bien respectée et au passage, Wiggins se permet même d’égratigner un peu Watson avec le fait qu’il dénature les écrits de Holmes… Comme Holmes se plaisait lui-même à faire remarquer à son biographe !

L’enquête que Sherlock Holmes confie à Wiggins est faite pour lui et très plaisante à suivre : nous avons une charmante danseuse qui a été étranglée, un mec à la jambe de bois et le principal suspect fréquenterait le marché aux poissons où travaille la mère de Wiggins (dans le froid le plus polaire). Du tout cuit ? Ben non, Wiggins, pas si évident que cela. Faut pas croire que tout lui tombe tout cuit et qu’il ne fait pas d’erreur.

Pour pimenter le tout, nous sommes en plein hiver, les filatures et les planques de Wiggins sont rendues plus difficile à cause du  froid et le pauvre se gèle les doigts de pied (et le reste aussi) à cause de ses souliers rempli de courant d’air.

Wiggins met le doigt sur une affaire complexe où un perroquet muet entre en scène !

Quand à cet empailleur, il est bizarre, non ?

Une lecture rafraichissante après une période « noire » ou juste pour le plaisir de suivre un gamin dans les ruelles sombres de Londres. La neige est comprise dans le prix.

Titre participant au Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, au Challenge  « Thrillers et polars » de Liliba et au Challenge « Polar Historique » de Samlor.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Wiggins et le perroquet muet : Béatrice Nicodème »

    • Il y en a en veux-tu, en voilà ! Il fut un temps où les trouver était difficile. Avec l’ère du Net, c’est plus facile et puis, depuis quelques temps, on dirait que l’on écrit plus sur lui. Tant mieux pour nous, les amateurs, tant pis pour le portefeuille.

      J'aime

  1. Ping : Challenge « Sherlock Holmes  | «The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Challenge « Thrillers et Polars  | «The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Challenge « Polar Historique  | «The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Bilan Livresque : Avril 2013 | The Cannibal Lecteur

  5. Je le note ainsi que toute la série wiggins, la lecture de La maison de soie m’a redonné envie de plonger dans les aventures de Holmes, qu’elles soient celles d’origines comme celles écrites par nos contemporains !

    J'aime

  6. Ping : Challenge "I Love London" | The Cannibal Lecteur

  7. Ping : Billet récapitulatif I love London | Plaisirs à cultiver

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s