Le monde des quatre de Baker Street : Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand & David Etien

Titre : Le monde des quatre de Baker Street

Scénaristes : Jean-Blaise Djian & Olivier Legrand
Dessinateur : David Etien
Édition : Vents d’Ouest (2013)   

Résumé :
Bienvenue dans le Monde des Quatre de Baker Street !

Des bas-fonds de Londres au 221b Baker Street, des plus célèbres affaires de Sherlock Holmes aux secrets du diabolique professeur Moriarty, ce magnifique livre de 64 pages vous plongera au coeur de l’univers de la fameuse équipe d’apprentis détectives de l’époque victorienne.

Avec ses superbes illustrations originales signées David Etien et ses textes écrits par les scénaristes Djian et Legrand, cette véritable encyclopédie vous fera également découvrir, à travers trois courtes nouvelles, le passé de nos héros, ainsi que leur toute première enquête, sous la forme d’une bande dessinée inédite,  « L’Affaire du taxidermiste ».

Un must pour les fans de la série et les connaisseurs de l’univers de Sherlock Holmes !

Critique :
Et bien non, cet album n’est pas à l’usage exclusif des adeptes de cette série et/ou des connaisseurs de l’univers de Sherlock Holmes !

Ma foi, si vous êtes intéressé par quelques petits détails sur la vie londonienne de l’époque victorienne, tels que ses personnages marquants, ses Irlandais, Scotland Yard, l’East End, le 221b Baker Street, les personnages principaux du canon, les Workhouse, et bien, ce livre vous ravira, tout en vous évitant de vous farcir une brique indigeste.

Oh, attention, point de vue infos, ce n’est pas une mine d’or (64 pages), mais une pépite très agréable, surtout en raison des illustrations originales signées David Etien.

Déjà la couverture est une réussite : imitation carnet de cuir usé, les trois Irréguliers, le chat Watson (qui fait le quatrième membre) et Sherlock Holmes en arrière plan, petit sourire sournois aux lèvres. Bon, le macfarlane et le deerstalker sont excessifs, nous ne sommes pas à la campagne, que diable !

Le seul bémol de cette série est Holmes portant cette grande cape et cette casquette de chasse en plein Londres ! Holmes est un gentleman, costume et haut-de-forme sont de rigueur… Hélas, les gens ont plus l’habitude de la caricature.

Hormis ce détail, j’ai terminé ma lecture du « Monde des Quatre de Baker Street » avec ravissement, en ayant appris un peu plus sur ces trois jeunes apprentis Irréguliers de Holmes, tous trouvé par Wiggins, une vieille connaissance canonique.

Cet album contient, en outre, trois courtes nouvelles concernant le passé de nos héros, ainsi que leur toute première enquête, sous la forme d’une bande dessinée inédite :  « L’Affaire du taxidermiste ».

Les  textes sont clairs, précis, non dénué d’humour ou de petites saillies amusantes et avec ce soleil, ce fut un ravissement de plonger au coeur de l’univers de cette fameuse équipe d’apprentis détectives et d’en apprendre un peu plus sur leur passé et la manière dont ils furent engagés.

Une réussite !

Lu dans le cadre du Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « I Love London » de Maggie et Titine et le Challenge « Victorien » chez Arieste.

10 réflexions au sujet de « Le monde des quatre de Baker Street : Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand & David Etien »

  1. Ping : Billet récapitulatif I love London | Plaisirs à cultiver

  2. La couverture de cet album est très réussie je trouve, bien d’inspiration 19è. peut-être que cet album plairait à mes garçons ? Mon grand est tout à fait fasciné par la série télé qui passe depuis 2 semaines, peut-être est-ce un futur holmésien ?

    J'aime

    • la série télé ?? Sherlock version BBC qui vient de repasser sur Fr3 ?? (ou Fr2…).

      J’ai été mordue dès 13 ans par Sherlock Holmes et il me reste des séquelles ! 🙂

      L’album permet de comprendre l’univers des 4 de baker street, on peut le lire sans avoir lu les albums, mais cela gâche une surprise…

      Attention, bien que « gentillet », on sent bien que la vie de ces gamins n’est pas rose… l’album 3 est plus « violent » car on passe faire un tour à l’asile de Bedlam.

      Mais tu me diras que les dessins animés sont plus violents que la bédé. A 12 ans, j’adorais Ken Le Survivant, gore, très gore, au club Dorothée. 🙂

      J'aime

  3. Ping : Bilan Livresque de Juillet 2013 | The Cannibal Lecteur

      • Je pense que c’est ce que je vais faire dès que je passerais devant ma librairie BD.

        Quant à mon sac j’attends de voir comment il résistera au poids du savoir (mouahhhaaa. Non sérieux, certains manuels d’anthropos sont de vraies enclumes), mais pour l’instant, je suis très contente du résultat.

        J'aime

        • Le savoir pèse lourd, très lourd ! Achète des conneries genre Public ou Closer et tu verras, c’est tout léger, tout léger…

          Bon, le quotidien Le Monde est léger, mais le poids est dans les mots 🙂

          J'aime

Répondre à Bianca Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.