Alexandre – Tome 1 : Le feu du ciel : Mary Renault

Titre : Alexandre – Tome 1 : Le feu du ciel      big_2

Auteur : Mary Renault
Édition : Le Livre de Poche (2004)

Résumé :
À la cour du roi Philippe de Macédoine, le petit Alexandre grandit, idolâtré par son père et sa mère, la reine Olympias, parmi les soldats et les serviteurs.

Beau, sensible, attentif, l’enfant révèle bien vite une intelligence exceptionnelle et un indomptable désir de dominer.

À douze ans, il tue un homme ; à treize, il dompte le fameux cheval Bucéphale ; à seize ans, il gouverne en l’absence de son père et prend le commandement d’une armée. Le roi meurt lorsqu’il a vingt ans, le laissant seul face au puissant ennemi perse…

L’étendue et la rigueur des connaissances historiques, une intuition rare des êtres et des sentiments, une exceptionnelle richesse imaginative, telles sont les qualités qui ont permis à Mary Renault (1905-1983) de nous donner un récit romanesque qui s’impose à l’égal des meilleures biographies.

Critique : 
Le petit Alexandre est un sacré gamin ! Le petit Nicolas ne lui arrive même pas à l’ongle du doigt de pied… Son ascendance, déjà, n’est pas triste : fils du roi Philippe II de Macédoine et de maman Olympias, qui n’est autre que la fille de Néoptolème, roi d’Épire (de la tribu des Molosses) et la nièce de Léonidas – pas le marchand de pralines, ni celui qui lutta aux Thermopyles…

Afin qu’il garde les pieds sur terre  (hem !), sa mère le convainc qu’il est le descendant de Zeus par son père (de par Héraclès, le fils de Zeus) et d’Achille par elle-même. Pas « Achille Brad Pitt », mais le vrai héros légendaire de la guerre de Troie. Ensuite, elle laissera sous-entendre que son père n’est pas son père mais qu’elle l’aurait conçu avec Zeus, himself.

Le petit Alexandre cumule un tas de qualités : beau, sensible, attentif, possédant une intelligence exceptionnelle, il parle aux Dieux, connait le définition du mot « stratégie » sans compter cet indomptable désir de dominer qu’il mettra en pratique plus tard… Sur les champs de bataille…

Notre gamin possède un tempérament passionné, ses colères terribles sont assez violentes (il tient ça de sa mère), suivies de prompts repentirs. Capable d’élans généreux aussi, ce qui lui vaut des fidélités sans failles. Ses convictions religieuses ? Entachées de superstitions.

Le trait de caractère dominant chez Alexandre, c’est sa volonté de fer, qui peut aller jusqu’à l’obstination et l’entêtement.

Vous jouiez aux Légos quand vous étiez petits garçons ? Lui non. À douze ans, il tue un homme de sang-froid, à treize, il dompte le fameux cheval Bouképhalas. Son précepteur ? L’illustre Aristote, qui l’initiera à la culture grecque. Les héros de l’Iliade ? Il rêve de leur ressembler…

À seize ans, il gouverne en l’absence de son père et prend le commandement d’une armée. Le CV est impressionnant.

À vingt ans, papounet Philippe II trépasse et le laisse seul face aux Perses qui ont des intentions belliqueuses… Et aux Perses, on ne répond pas « cassez-vous, pov’cons ! ». Mais la suite, c’est pour le deuxième roman.

Tiens, au fait, les mœurs sexuelles d’Alexandre… Homo or not homo ?  L’auteur reste en retrait de cette polémique, la question ne se posant pas dans une société qui acceptait la bisexualité comme la norme. Alors, si Alexandros a joué avec le kiki d’Héphaistion, je m’en br**** ! Rien n’est prouvé. Par contre, une amitié pareille, c’est exceptionnel…

Je ne me prononcerai donc pas sur la rigueur des connaissances historiques de l’auteur : sûr, elle en sait plus que moi ! Et ça se remarque dans le roman qu’elle sait de quoi elle parle. Érudition quand tu nous tiens…

Certes, nous n’avons pas de témoin vivants sous la main pour les vérifications d’usage, mais on peut dire que le récit historique, bien que romancé, s’approche de la vérité. Les notes de l’auteur en fin de roman nous le signalent.

L’auteur peut aussi se targuer d’une exceptionnelle richesse imaginative et s’il est dit que « son roman est l’égal des meilleures biographies », je me dois de tempérer mon enthousiasme premier par un soupir…

Le problème du récit, c’est que ça n’avance pas très vite… Nous terminons cette première partie à la page 600 et le roi Philippe vient de mourir assassiné. Le roi Philippe II de Macédoine, pas notre nouveau roi à nous, les Belges !

Autant je n’avais pas vu le temps passer en lisant l’histoire romancée de Gengis Khan par Conn Iggulden, autant j’ai baillé souvent sur la biographie romancée de Alexandre le Grand. Un comble pour moi qui voulait en savoir un peu plus sur ce personnage !

Autre point noir, mais qui ne concerne pas l’auteur, c’est d’avoir vu – à ma grande honte – quelques extraits du film avec Collin Farrell en blonde et Angelina Jolie dans le rôle de sa maman. Ça vous fou en l’air les premières pages car je voyais les images horribles de ces acteurs mal castés ou mal castrés, au choix !

Le roman est long, laborieux, j’ai ramé pour arriver à la fin et c’est bien dommage, je m’attendais à mieux. Je pense que je ne chercherai pas à acquérir les deux suivants…

Ma foi, je vais aller voir si Valerio Manfredi fait dans le moins soporifique sur Alexandre Le Grand…

Le « Pavé de l’été » Sur Mes Brizées, Objectif « PAL Noire à Zéro » de George et « Vingt Mille Lieues Sous Mes Étagères » by The Cannibal Lecteur.

CHALLENGE - DEstination la PAL CHALLENGE - Faire fondre la PAL

Publicités

16 réflexions au sujet de « Alexandre – Tome 1 : Le feu du ciel : Mary Renault »

  1. Ping : Challenge "Pavé de l’été" | The Cannibal Lecteur

  2. Damned ! ça n’a pas été une partie de plaisir, cette lecture ! En revanche, la lecture de ton billet est sacrément plaisante, elle : on s’en tire mieux que toi, pour le coup !

    J'aime

    • Non, pas une partie de plaisir… mais si on souffre d’insomnie, parfait ! J’ai failli m’endormir sur le banc, durant mon heure de table, mes yeux se fermaient tous seuls au-dessus du livre ! 🙂

      Ma vengeance quand le livre est mauvais ou juste soporifique… je me déchaine dans mon billet !

      J’ai une autre brique d’ouverte, mais elle est mieux, c’est « La griffe du chien » de Don Winslow !

      J'aime

  3. Bon, il est sur l’étagère depuis un moment, et tu refroidis mon enthousiasme… En même temps, j’accumule tout sur Alexandre depuis quelques années (pour un petit projet fictionnel qui nécessite de savoir ce que je raconte) et finalement même si la qualité n’est pas là, il reste l’information… Et j’avoue, le film avec C. Farrell a déclenché l’intérêt pour le héros historique (je reconnais que le film a plein, mais alors plein de failles, donc pas crier!) et depuis j’accumule… Je garderais donc la trilogie de Mary Renault pour les jours où je suis extrêmement réveillée! 🙂
    Vas-tu tenter le 2e volume ?

    J'aime

    • Non, je ne tenterai pas le volume 2, je vais aller vers la trilogie de Manfredi ! Qui m’attend aussi sur l’étagère.

      Attention, mon avis sur le livre n’est que mon avis… il ne vaut pas grand-chose et tu pourrais aimer le livre ou apprécier le récit. A toi de l’ouvrir pour le découvrir 🙂

      Un projet fictionnel ?? M’intéresse ça. J’aime le personnage d’Alexandre Le Grand et j’éviterai le film avec Farrell… :->

      Mon intérêt pour le personnage ne date pas du film, loin de là. La lecture d’une série de David Gemmel a relancé mon intérêt pour Alexandre (Le lion de macédoine).

      Un conseil : ouvre-le et oublie ce que j’en ai dit pour le lire. Le livre est érudit, rien à dire, peut-être trop érudit et moins fictionnel.

      J'aime

      • je note David Gemmel!
        Pour l’instant j’accumule sur Alexandre, et je note des idées, donc c’est un projet à long terme (surtout que j’ai 2 autres livres sur le feu à terminer avant, un presque terminé, et le second encore au stade de brouillon, et avec énormément de recherches à faire, puisque ça va se passer au Japon au 19e siècle et que je suis quasi ignorante… enfin un peu moins après 3 livres déjà)… Parfois un mauvais film t’amène à un personnage… une personne dans le cas d’Alexandre. J’avoue avoir été fasciné par Alexandre grâce à Oliver Stone (il aura au moins réussi ça :p ) et je me suis mis à accumuler… Il y a de très sympathiques romans policier qui mettent en scène Alexandre au fait, par Paul Doherty chez 10/18.
        pour Mary Renault, c’est intéressant de voir ta réaction! Donc je garde ça dans un coin de mon cerveau! Je te donnerai mon opinion (pas tout de suite, j’ai quelques livres sur le feu… juste pour la lecture cette fois 🙂 ).

        J'aime

        • En effet, Paul Doherty est dans ma biblio et je ne pensais plus à lui !!

          Merci pour les infos et pour le réveil de ma mémoire. Faut que je sorte tout ça !

          C’est vrai, beaucoup on découvert Holmes à travers le film de Ritchie ou la série de la BBC. J’étais intriguée par Alexandre avant le film et Colin Farrell en gonzesse blonde ! 🙂 ouf !

          J'aime

          • Farrell n’était pas non plus le meilleur choix… après, Duris pour Lupin non plus (et là, je pourrais me mettre à grogner et maugréer pendant des heures!). De mon côté, je vais me débrouiller pour ajouter les livres de Gemmell à ma collection!… les listes de livres à lire s’allongent, s’allongent! 😉

            J'aime

            • Tu veux ma liste ???? Elle est énooorme, presque aussi grande que celle des livres à lire (non, elle, elle est le double).

              Sur le net, l’autre jour, il y avait les pires acteurs/trices choisi(e)s pour un rôle… C’est vrai que parfois on se demande ce que le producteur avait dans la tête.

              Farrell et Jolie étaient deux erreurs ! Duris ? Romain Duris en Lupin ??? Heu ??? Houston, y’a pas un problème, là ?

              J’aimais bien Georges Descrières, moi.

              Gemmel est très « fantasy » et la quadrilogie raconte la vie d’un jeune spartiate, son ascension et sa rencontre avec Alexandre le Grand. Ça commence dans le tome intitulé « le lion de macédoine ».

              Attention, qui dit fantasy, dit magie, surtout avec Gemmel…

              J'aime

  4. Ping : Bilan Livresque de Juillet 2013 | The Cannibal Lecteur

  5. merci pour ton avis sur ce livre car je cherche une nouvelle série sur Alexandre le grand et tu m’a dissuadé de me tourner vers celle-ci! je cherche plutôt une oeuvre historique mais romancée. je te conseille la trilogie de Manfredi et le livre de Druon 🙂 je pense que je lirai celle de Gemmell 🙂
    bonne lecture!

    J'aime

    • Celle de Gemmel est excellente, mais il faut aimer le fantastique et le côté « non historique » de la chose.

      Manfredi est sur ma liste et j’aimerais bien le lire. Oar contre, Druon, c’est une découverte parce que l’auteur n’est pas sur ma liste.

      Merci de l’info !

      J'aime

      • C’est Maurice Druon, auteur des rois maudits. Son roman sur Alexandre est excellent à mon gout 🙂
        je cherche un livre vraiment historique et plaisant à lire sur Alexandre, donc si tu as d’autres romans à me conseiller je suis preneur 🙂

        J'aime

        • *se tape la tête au mur* Imbécile que je suis ! Le nom, je ne l’ai même pas reconnu ! Hem, je me maudis.

          Dès que je trouve un chouette truc, je lui saute dessus et je fais passer l’info ! Merci du conseil pour Druon. 🙂

          J'aime

  6. Ping : Challenge Pavé de l’été : c’est l’heure du BILAN ! | Sur mes brizées

  7. Ping : "Objectif PAL Noire à Zéro" ou "Vingt mille lieues sous mes étagères" | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.