Le Loup dans la Smala : E. Richard Johnson

Titre : Le Loup dans la Smala

Auteur : E. Richard Johnson
Édition : Gallimard (1972)

Résumé :
Son nom est Jericho Jones, mais on l’appelle Judas. Tueur au service de la Mafia, il travaille en solo. A peine sorti de taule, il est convoqué par Candoli, le chef Mafioso de Chicago.

Le vieux, à l’agonie, l’envoie régler quelques comptes à Kansas City et surtout y chercher son fils qui rue un peu trop dans les brancards.

Dès le début, Judas comprend que son contrat sent mauvais et se heurte à un mur de silence. Mais à coups de titine, on peut toujours causer.

Critique : 
Avant toute chose, ceux qui n’apprécieraient pas cette critique recevront la visite de Jericho Jones, tueur au service de la Mafia… Que cela soit bien clair entre vous et moi !

Jericho Jones, dit « Judas » est  un tueur à gages, travaillant en solo et offrant ses services à tous, Mafia ou pas. Sauf si vous voulez faire flinguer votre belle-mère ! Là, il déclinera le contrat. Dommage, hein ?

L’ami Jericho est un peu rouillé suite au 5 ans qu’il vient de passer à l’ombre pour un meurtre. Non, ce n’était pas un « contrat », les flics ne connaissent même pas sa profession particulière ! La raison, il nous l’expliquera plus tard.

À peine sorti de taule, avant même d’avoir pu manger un steak et d’avoir pu se taper une prostituée, on vient le chercher parce que Candoli, parrain de la Mafia de Chicago a besoin de ses services : son fils, qu’il avait envoyé mettre un peu d’ordre à Kansas City, n’a plus donné signe de vie.

La mission de Jericho, s’il l’accepte ? (peut pas refuser) Savoir ce qu’il est arrivé à l’unique héritier du parrain mourant de Chicago et s’il est mort, apprendre qui lui a remplacé son extrait de naissance par un avis de décès et lui régler son compte. Avec la Mafia, on ne rigole pas…

– Tu veux dire qu’il refuse de payer Bicek ?
– À ce qu’il paraît. S’il continue comme ça, je donne pas cher de sa peau. Des leggings en ciment qu’il aura, oui, quand il plongera dans le fleuve !

Notre tueur accepte surtout parce qu’il voudrait en profiter pour savoir ce qu’il est arrivé à son ami cambrioleur, Blanky Shaw, dit « Sanitary Blacky », retrouvé avec 4 balles dans le buffet et le portefeuille toujours dans la poche !

Dès le départ, les bâtons vont se mettre dans les roues du vélo de Jericho et… Tiens, quelqu’un aurait-il marché dans une déjection canine ? Non ? Mais alors, pourquoi a-t-il l’impression que ce contrat pue ?

Langage argotique, ambiance sombre, guerre de succession dans la mafia, volonté de renier les vieilles règles de la Famille, coups bas à tous les étages, une enquête qui piétine à cause du fait que personne ne moufte, mensonges à gogo et foutage de gueule, des personnages bien campés, tous plus glauques l’un que l’autre, des règlements de compte à O.K Kansas et du plomb qui vole…

Sans oublier une dose d’humour :

– Bicek est un con, il serait incapable de faire marcher un bordel pour militaires, rétorquai-je.

Notre surnommé Judas devra se méfier afin de ne pas tomber sur plus traître que lui ! Et tâcher de se secouer les méninges rouillées afin de comprendre ce qui pue dans cette affaire et la résoudre.

Ça puait plus qu’un putois et Jericho a trouvé… Une fin en partie inattendue (je ne peux pas tout déduire) et une lecture fraiche, bien que le livre soit de 1972.

Il est à noter que le titre original était « The Judas »… Plus que le renard dans le poulailler, Judas a vraiment été le loup dans la smala.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014).

Le clan des Siciliens de Ennio Morricone…

Publicités