Élémentaire mon cher… lock Holmes : Film britannique de Thom Eberhardt (1988)

Titre : Élémentaire mon cher… lock Holmes               big_4

Fiche technique :

  • Titre original : Without a Clue
  • Réalisation : Thom Eberhardt
  • Date de sortie : 1988
  • Scénario : Gary Murphy et Larry Strawther, d’après les personnages de Conan Doyle
  • Musique : Henry Mancini
  • Pays d’origine : Grande-Bretagne
  • Durée : 1h47min

Distribution :

  • Michael Caine : Reginald Kincaid/ Sherlock Holmes (VF : Dominique Paturel)
  • Ben Kingsley : docteur Watson (VF : Philippe Dumat)
  • Jeffrey Jones : inspecteur Lestrade (VF : Bernard Tiphaine)
  • Lysette Anthony : fausse Leslie Giles (VF : Céline Monsarrat)
  • Paul Freeman : professeur Moriarty
  • Nigel Davenport : Lord Smithwick
  • Pat Keen : Mrs Hudson
  • Peter Cook : Norman Greenhough
  • Harold Innocent  : Le maire Johnson (VF : Georges Atlas)
  • Matthew Savage : Wiggins (VF : Brigitte Lecordier)

Résumé :
Élémentaire, mon cher… Lock Holmes (Without a Clue) est un film britannique réalisé par Thom Eberhardt, sorti en 1988. Le film est une parodie où les rôles sont inversés : Holmes est un imbécile hâbleur, poltron et chaud lapin, en réalité un acteur raté engagé pour tenir le rôle du personnage imaginé par Watson, le véritable détective dépassé par sa création.

L’histoire débute sur une parodie de la nouvelle La Ligue des rouquins d’Arthur Conan Doyle. Les références aux nouvelles de Sherlock Holmes sont abondantes. Le personnage principal, le Docteur Watson doit engager un cabotin pour personnifier un détective de son invention, au risque de ne pas être pris au sérieux. Le film tourne autour de la disparition d’un imprimeur de la monnaie royale Britannique.

Critique :
Ah, quel plaisir de revoir ce film presque vingt ans après… Oui, la première fois que je l’avais vu, c’était à la télévision, dans les années 90. Le titre et surtout le résumé m’avaient intriguée et j’avais décidé de le regarder, pas très rassurée, je l’avoue. Quoi ? On osait se moquer de mon détective préféré ? De sceptique notoire, je suis passée à conquise ! Vingt ans après, je le suis toujours.

Bon, le film est à prendre au second degré et il faut savoir se moquer de sa passion pour le détective de Baker Street. Jamais je n’aurais pensé, en le voyant la première fois, que ce film me ferait sourire de manière jubilatoire durant toute sa durée.

Le trait de génie du réalisateur, c’est d’avoir changé les rôles ! Il fallait penser à tourner une parodie avec un Watson obligé d’engager un cabotin pour personnifier un détective de son invention (Holmes).

Le docteur Watson est interprété par un Ben Kingsley magnifique, intelligent, loin d’un Nigel Bruce… Et Holmes, en crétin patenté, cela valait le coup de voir ça une fois dans sa vie. Michael Caine le réussit avec brio, jouant les crétins d’une manière si naturelle que cela passe comme une lettre à la poste. Holmes qui court après les femmes, les regarde se déshabiller par le trou de la serrure, fallait oser !

Les premières images du film nous entraînent sur une parodie de la nouvelle La Ligue des rouquins d’Arthur Conan Doyle. Holmes/Kincaid déclame son texte et tout le monde s’y laisse prendre, moi y comprise, la première fois. Ensuite, il se fait tirer les oreilles par Watson parce qu’il est sorti de son texte une fois de trop. Tout au long du film, les références aux nouvelles de Sherlock Holmes seront abondantes.

Le film tournera ensuite autour de la disparition d’un imprimeur de la monnaie royale Britannique. Notre pauvre Watson sera bien obligé d’aller rechercher Holmes/Kincaid puisque personne ne veut traiter avec lui. Le voilà prisonnier de sa chose. Lui qui s’en était débarrassée !

Une scène m’a interpellée : à un moment, Holmes/Kincaid joue avec les éprouvettes de Watson et évidemment, cela explose. Quand Watson arrive dans le salon, tout est brûlé, fichu… Dans le fauteuil, nous découvrons Holmes en train de lire le journal, planqué derrière ce morceau de papier. C’est quand il l’abaisse pour nous faire découvrir son visage rendu noir à cause de l’explosion que la scène m’a fait penser à celle où Watson/Jude Law abaisse son journal dans le premier opus de Ritchie. Bon, Jude Law n’avait pas le visage noir, mais la scène si semblable m’a fait sourire. Clin d’oeil de Ritchie ou pur hasard ?

Mention spéciale à Wiggins, le gamin qui aide Watson et qui donnera un sérieux coup de main à Holmes/Kincaid, ainsi que madame Hudson. Moriarty est bien entendu de la partie ! A la différence qu’il en a après Watson…

Une scène que je trouve magnifique est celle de Holmes/Kincaid est devant un tableau noir, essayant de trouver le lien entre Moriarty et l’affaire.

En conclusion, le film est très plaisant à voir ou à revoir. Je le conseille vivement, même si les bonus sont quasi inexistants et que je ne savais pas le regarder en V.O. sous-titré français. Le titre, traduit en français, a changé. Au lieu de « sans indice », ils nous ont sorti « Élémentaire, mon cher… Lock Holmes ». Je suppose qu’ils ont voulu s’amuser avec le fameux et anti-canonique « Élémentaire, mon cher Watson » en jouant sur la prononciation du prénom « Sherlock », le transformant ainsi pour l’adapter au film, puisque c’est Holmes qui doit recevoir les éclairages de Watson.

Le film gardera une saveur particulière pour moi, l’ayant regardé, la première fois (années 90, donc), chez ma grand-mère (pour le voir au calme, ma grand-mère ne parlant pas beaucoup durant les films), non loin du poêle à charbon qui me chauffait la couenne. Une vraie madeleine de Proust, ce film !

 challe10

Oscar Wilde et le cadavre souriant : Gyles Brandreth [Saga Oscar Wilde 3]

Titre : Oscar Wilde et le cadavre souriant                big_3

Auteur : Gyles Brandreth
Édition : 10-18 (2010)

Résumé :
En 1883, Sarah Bernhardt et Edmond La Grange dominent le théâtre mondial.

Déterminé à faire fructifier sa renommée naissante après sa triomphale tournée américaine, le jeune Oscar Wilde se rapproche de ces deux monstres sacrés.

Installé à Paris, il travaille avec La Grange à une nouvelle traduction d’Hamlet qui promet de faire des étincelles. Mais pour l’heure, elle fait surtout des victimes…

La compagnie La Grange est frappée par une série de disparitions mystérieuses, et Oscar Wilde est bien décidé à en trouver le responsable.

Entre jalousies artistiques, vices cachés et secrets de famille, le poète dandy découvre l’envers peu reluisant du décor flamboyant du Paris fin-de-siècle.

Critique :
Oscar Wilde a trouvé un cadeau original pour l’anniversaire de Conan Doyle : un manuscrit. Et pas n’importe lequel… Un récit racontant sa « première enquête » avec, à la clé, des meurtres à élucider !

– Comme je l’ai dit, Arthur, c’est un cadeau de Noël. L’an passé, vous m’avez offert « Le Signe des Quatre ». Voici mon présent pour cette année. C’est un manuscrit… et un défi. Cette histoire date de ma jeunesse. Il s’agit d’un compte-rendu d’un an et demi de mon existence, il y a de ça bien longtemps maintenant. […]

Oscar lui offre donc le récit de son escapade aux États-Unis entre décembre 1881 et décembre 1882, ainsi que le compte-rendu du séjour qu’il effectua ensuite à Paris, lorsqu’il travailla avec Edmond La Grange sur une nouvelle traduction d’Hamlet qui promettait de faire des étincelles.

Elle fit des étincelles, en effet, mais elle fit surtout des victimes !

La compagnie La Grange se retrouve confrontée à trois morts violentes : Suicides ? Accidents ? Meurtres ? En tout cas, Wilde est bien décidé à en trouver le responsable, si elles ne sont pas accidentelles.

Le manuscrit se terminera par les explications de Wilde quand aux quatre morts suspectes (oui, une de plus).

– Il s’agit d’une histoire vraie, Arthur. J’imagine que vous pourriez la qualifier d’énigme criminelle. Il est impossible de la publier, du moins de mon vivant. De nombreux passages sont diffamatoires, d’autres licencieux, et le texte est pour l’instant incomplet. Le manuscrit est inachevé : il manque le dernier chapitre. J’aimerais que vous le lisiez, Arthur. N’omettez aucun mot, même si certains vous choquent. Si vous le souhaitez, vous pouvez le montrer à votre ami Sherlock Holmes. Il est d’une autre trempe. Puis, une fois que vous l’aurez lu et que vous y aurez longuement réfléchi, j’aimerais que vous me disiez ce que devra révéler selon vous le dernier chapitre.

Mais est-ce bien là toute la vérité sur ces morts étranges, monsieur Doyle ? Votre perspicacité nous sera bien utile afin de découvrir si votre ami Oscar n’a pas camouflé une partie de ses conclusions.

– J’ai été négligent, mais pensez à ce que je suis, Robert, et essayez de me comprendre. Je suis un conteur, un auteur dramatique. Il me faut garder mes lecteurs en haleine jusqu’à la dernière page, tenir mon public sur le bord de son siège jusqu’au baisser de rideau. J’ai besoin d’un dénouement. Ne me privez pas de mon coup de théâtre.

Ce troisième opus nous montre un autre pan de la vie de Wilde, nous faisant découvrir son voyage en Amérique, sa vie à Paris alors qu’il n’a que 27 ans et sa rencontre avec son ami et biographe : Robert Sherard. Sans oublier d’autres personnages importants, telle Sarah Bernhardt.

Par contre, comparé au deuxième tome qui avait une mort violente quasi dans les premières pages et un rythme assez relevé, ici, il faut attendre la page 136 pour la première mort « humaine », la toute première de la page 68 étant animale.

Les suivantes ne se produiront que dans le début des pages 300…

Le style d’écriture est agréable, ni gnangnan, ni alambiqué; les personnages sont attachants, surtout Wilde; on a de l’humour, des bons mots; de la fiction mélangée à beaucoup de vérité et quelques rebondissements à la fin : je viens de passer un bon moment de lecture.

– Pardonnez-moi ce retard, s’excusa le docteur en se dégageant des bras d’Oscar. Le train de Southsea a été arrêté. Un corps sur la voie. Regrettable accident.
– Certains feraient n’importe quoi pour éviter de passer Noël en famille, murmura Oscar.

Par contre, le livre est déconseillé aux lecteurs qui sont à la recherche d’un rythme trépidant… La lenteur de l’histoire pourrait les faire soupirer, bien que moi, je ne me sois pas embêtée…

Effectivement, pour les lecteurs qui veulent suivre les pas de Wilde aux États-Unis et à Paris, boire de l’absinthe avec lui, pénétrer dans les coulisses du théâtre La Grange, arpenter les petits caberdouches de Paris, tel « Le Chat Noir » ou manger une salade de homard en compagnie de Conan Doyle, au Baker Street Bazaar de Madame Tussaud, juste après la visite de la Chambre des Horreurs, c’est du pain béni.

En soixante ans d’existence, le Baker Street Bazaar n’avait sans doute jamais connu une telle affluence qu’en cette journée. Trente mille personnes avaient fait la queue pour découvrir la dernière attraction de Madame Tussaud : la réplique exacte du petit salon dans lequel, à peine dix semaines auparavant, Mary Eleanor Pearcey avait battu à mort la femme de son amant et le bébé de cette dernière.
Elle avait entassé les corps de ses malheureuses victimes sur le landau du nourrisson et les avait abandonnés sur un terrain vague de Kentish Town, non loin de son domicile.
John Tussaud avait dépensé deux cent livres, soit le prix d’une petite maison, pour acquérir la voiture d’enfant et d’autres souvenirs du crime, parmi lesquels le gilet taché de sang de la meurtrière et le bonbon que suçotait l’enfant au moment de sa mort.
Cet investissement se révéla fort fructueux. À cette époque, l’entrée du Baker Street Bazaar s’élevait à un shilling par personne.

L’auteur est un inconditionnel d’Oscar Wilde et on le ressent dans ses romans qu’il connaît très bien le célèbre dandy. Grâce à sa connaissance profonde de l’œuvre et de la vie du poète, il nous restitue le génie du personnage avec brio et nous entraîne sur ses pas, dans des enquêtes hors du commun.

Quant à la figure de cire au musée de Madame Tussaud, représentant un criminel qui sourit en dévoilant les dents du bas, il est clair que vous devez vous en méfier !

Ne faites jamais confiance à un homme dont le sourire dévoile les dents inférieures, même si c’est une figure de cire ! Elle est tout de même exécutée d’après nature ou à partir du cadavre…

C’est Oscar qui nous le dit et il avait raison !

Livre participant aux Challenges « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), « Polar Historique »de Sharon (reprise du challenge de Samlor)« I Love London 2 » de Maggie et Titine,  « Victorien » chez Arieste et  « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Un tueur sur la route : James Ellroy

Titre : Un tueur sur la route                    big_5

Auteur : James Ellroy
Édition : Payot et Rivages (1991)

Résumé :
« Il existe une dynamique dans la mise en œuvre de l’horreur : servez la garnie d’hyperboles fleuries, et la distance s’installe même si la terreur est présente, puis branchez tous les feux du cliché littéral ou figuratif, et vous ferez naître un sentiment de gratitude parce que le cauchemar prendra fin, un cauchemar au premier abord trop horrible pour être vrai.

Je n’obéirai pas à cette dynamique. Je ne vous laisserai pas me prendre en pitié. Charles Manson, qui déblatère dans sa cellule mérite, lui, la pitié ; Ted Bundy, qui proteste de son innocence pour que les femmes solitaires lui écrivent, mérite le mépris. Je mérite crainte et respect pour être demeuré inviolé jusqu’au bout du voyage que je vais décrire, et puisque la force de mon cauchemar interdit qu’il prenne fin un jour, vous me les offrirez. « 

Ainsi parle Martin Michael Plunkett, âgé de 35 ans, coupable de plusieurs dizaines de meurtres sexuels couvrant tout le territoire des États-Unis sur une période de dix années.

Avec un tueur sur la route, James Ellroy s’est attaché à faire le portrait, de « l’intérieur », d’un « serial killer ».

Critique : 
J’avais déjà partagé les pensées de tueurs froids et insensibles dans les romans de Jim Thompson « 1275 âmes » et « L’assassin qui est en moi », sans compter celui de « American Psycho » de Bret Easton Ellis (que j’ai abandonné), « Un employé modèle » de Paul Cleave et « Au-delà du mal » de Shane Stevens; mais ces tueurs sont des agneaux, comparé au Martin Plunkett d’Ellroy !

Déjà du point de vue « score », Martin est hors catégorie car on parle de au moins 40 à 50 morts…

Niveau froideur, il dépasse aussi le Lou Ford de « L’assassin qui est en moi » (Thompson).

Avantage de notre serial-killer ? Contrairement aux assassins de Jim Thompson, il tue des gens auxquels ont ne peut pas le rattacher : des autostoppeurs, un couple dans la montagne, un automobiliste, un couple de culturistes… bref, il laisse ses envies le guider et il voyage beaucoup à travers les États-Unis, ce qui le rend insaisissable.

Ce qui m’a plu, dans ce roman, c’est que nous sommes dans la tête de Plunkett : depuis son enfance et son premier meurtre jusqu’à son arrestation finale, le tout entrecoupé d’articles de journaux, de rapport de police et des notes d’un des enquêteurs.

Interrogé sur ce qui s’était passé durant ces cinq minutes, Dussenbery a déclaré : « Lui et moi, nous avons parlé. Il voulait s’assurer que sa déclaration serait publiée mot pour mot lorsqu’il aurait avoué. Il a été clair sur ce point. Il semblait y attacher une importance capitale.

Cette manière de nous narrer l’histoire lui donne un aspect véridique, sans compter que Plunkett croisera même la route d’un certain Charles Manson…

Non, je n’ai pas spolié en vous disant qu’il se faisait arrêter ! Le début du roman commence par des articles de journaux qui relatent son arrestation pour 4 meurtres tout frais. Ses 4 derniers.

Plunkett s’emmure dans le silence et décide qu’il racontera son histoire sous forme de livre, mais en faisant en sorte qu’on ne le prenne pas en pitié, qu’on ne lui trouve aucune circonstances atténuantes.

« Il existe une dynamique dans la mise en œuvre de l’horreur : servez-la garnie d’hyperboles fleuries, et la distance s’installe même si la terreur est présente, puis branchez tous les feux du cliché littéral ou figuratif, et vous ferez naître un sentiment de gratitude parce que le cauchemar prendra fin, un cauchemar au premier abord trop horrible pour être vrai. Je n’obéirai pas à cette dynamique. Je ne vous laisserai pas me prendre en pitié. Charles Manson, qui déblatère dans sa cellule mérite, lui, la pitié ; Ted Bundy, qui proteste de son innocence pour que les femmes solitaires lui écrivent, mérite le mépris. Je mérite crainte et respect pour être demeuré inviolé jusqu’au bout du voyage que je vais décrire, et puisque la force de mon cauchemar interdit qu’il prenne fin un jour, vous me les offrirez. »

Plunkett est froid, méthodique, calculateur, schizophrène, intelligent (frôlant le génie), il ne possède aucun sentiment de pitié ou d’empathie, aucune once de gentillesse. Pire, il ne ressent aucun regrets de ces actes. C’est une machine à tuer.

Son écriture est tranchante comme un scalpel et en effet, il ne se cherche pas des excuses. Le récit n’en est que plus glaçant à la première personne que conté par un narrateur ou bien les flics chargés des enquêtes. C’est vraiment un portrait de l’intérieur qu’Ellroy nous livre !

Mais pourquoi donc ce gamin est-il devenu un tueur en série ?

Martin, lorsqu’il était jeune, plutôt que de jouer dans l’équipe de football ou avec des gamins de son âge, il se crée un cinéma mental et il s’identifie à Super Saigneur, le méchant d’un comics de son enfance… Un super méchant qui aime le sang et le sexe…

« En leur ôtant la vie, je les ai connus aux instants les plus exquis de leur existence. Je les ai abattus dans la fleur ardente et saine de leur jeunesse, j’ai assimilé fougue et sexe, qui se seraient affadis, n’en eusse été l’usurpateur, les utilisant pour mon propre usage.

Je l’ai fait en partie pour mettre à mort mes cauchemars et contenir mes furies abominables, en partie aussi pour les frissons de pure émotion et l’intensité électrique de la sensation de pouvoir que je trouvais dans le meurtre.

Je ne peux mieux généraliser mes pulsions qu’en les résumant en ces termes ».

C’est lui qui permettra à Martin d’échapper à sa folie intérieure, celle qui le rend malade et le tourmente. Il veut se faire connaitre à la face du monde en tant que « Super Saigneur » dont il utilise les initiales « SS » pour signer ses crimes.

Martin croit qu’il va se sentir mieux et oublier ses traumas d’enfance dont il a refoulé un acte important. Nous l’apprendrons sur la fin.

Pourtant, comme je vous le disais, Martin n’a aucune excuse, le Mal existe, c’est tout.

La preuve en est qu’un jour, au hasard des tueries, il tue un homme dans le Wisconsin et se retrouve accusé du viol et du démembrement post-mortem de deux adolescentes.

La tournure dramatique de l’histoire est là : accusé d’un crime qu’il n’a pas commis.

Toute l’horreur arrivera avec la rencontre qu’il fera dans sa cellule : le véritable tueur se tient devant lui, il sait que Martin a tué un homme et en a tiré une photo. Cet homme exerce un boulot dans les forces de l’ordre et lui n’a pas eu de traumas dans son enfance. Mais le Mal existe, c’est ainsi…

Leur rencontre au sommet vous fera dresser les cheveux sur la tête tant ils sont froids et parce que le violeur admire le tueur qui en compte déjà 40 à son actif.

Il fera en sorte que Martin soit relâché. « Lis les nouvelles, on va parler de moi », lui déclare-t-il. Puis, par une suite d’articles de journaux et de rapports de police, nous suivrons leurs cheminements sanglants et meurtriers.

Âmes sensibles, abstenez-vous de lire ce roman, non pas à cause du sang et des descriptions des meurtres – l’auteur ayant eu l’intelligence de ne pas abuser de l’hémoglobine en sauce et des détails trop scabreux – mais en raison du voyage cauchemardesque où Plunkett sema la mort sur son passage, durant 10 ans (entre 1974 et 1984).

« Je dégrafai ma hache – auto-affûtable, acier brossé et revêtement en Téflon – et la balançai en direction de son cou. La tête fut sectionnée d’un coup net, le sang jaillit, les bras et les jambes s’agitèrent en soubresauts spasmodiques; puis tout son corps tout entier s’effondra en tas sur le sol.

La force du coup que j’avais donné me fit tournoyer, et pendant une seconde j’englobai dans ma vision la scène dans son entier : les murs éclaboussés de sang; le reste du cou d’où jaillissait un geyser artériel, le cœur continuant à pomper par réflexe ».

Je pensais sortir de ma lecture dégoûtée, mais au final, je m’en sors bien, ayant réussi à garder mes distances avec l’âme tourmentée de Plunkett et sa logique froide qui n’est logique que pour lui. Mon blindage était solide !

Sans problème, je pourrais me plonger dans un récit de Jack l’Éventreur… Mais je ne vais pas tenter le Diable, tout le temps !

Un livre fort qui, bien que fiction, vous donnera l’apparence d’un récit véridique ou « comment accompagner un tueur en série pas à pas »…

Du tout grand art…

« Et si j’ai conquis le droit à la crédibilité en me décrivant avec honnêteté, jusque dans mes faiblesses, alors, croyez-moi lorsque je vous dis ceci : j’ai atteint des sommets de puissance et de lucidité que nul terme ne pourra jamais mesurer, fût-il logique, mystique, ou humain. Telle a été l’inviolabilité sanctifiée de ma folie ».

« J’ai l’intention de découvrir ce qu’il en est, en me tournant vers l’intérieur de moi-même, en fermant tous mes sens au monde; jusqu’à l’implosion, vers des espaces au-delà de toutes les lois, de toutes les routes, de toutes les limites. Sous quelque forme obscure, ne continuerai ».

Livre participant au challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  Le « Challenge US » chez Noctembule.

Couché dans le pain : Chester Himes

Titre : Couché dans le pain                                  big_3-5

Auteur : Chester Himes
Édition: Série Noire Gallimard / Folio

Résumé :
Au petit matin d’une veillée funèbre agitée, à Harlem, le révérend Short se penche un peu trop par la fenêtre et dégringole du deuxième étage.

Premier miracle : une vaste corbeille de petits pains frais amortit sa chute. Il remonte à l’étage, indigné. Tout le monde se presse à la fenêtre et… deuxième miracle: il y a encore un homme dans le pain.

Mais celui-là est mort, bien mort, avec un couteau planté en plein cœur…

Critique : 
♫ Couché dans le foin, avec le soleil pour témoin ♪ (1)… Oups, c’est « couché dans le pain », le titre du roman. Voici donc un lapsus révélateur… entre le titre du livre et une chanson !

Non, le roman de Chester Himes ne nous conte pas les aventures extraconjugales d’un boulanger qui aurait pétri des miches qu’il ne fallait pas, joué avec sa baguette et trempé son croissant ailleurs…

Harlem… Au petit matin d’une veillée funèbre agitée, le révérend Short se penche un peu trop par la fenêtre et dégringole du deuxième étage. Bardaf, c’est l’embardée… ?

Non ! Miracle divin pour ce serviteur de Dieu : une vaste corbeille de petits pains frais amortit sa chute. Il remonte à l’étage, indemne et indigné. L’aurait-on poussé afin qu’il se présente plus vite devant son Créateur ?

Les gens qui veillaient le mort ont du mal à croire à sa chute mais puisque personne ne l’a vu sortir par la porte… C’est donc qu’il dit vrai. Ils se pressent tous à la fenêtre pour vérifier la présence du panier de pain et là… second miracle : il y a encore un homme couché dans le pain.

Serait-ce une histoire de coucherie « joyeuse » dans du pain ? Non, celui-là est mort, bien mort, avec un couteau planté en plein cœur… Mais il n’y état pas quand le révérend y a chuté.

Vous voyez un peu le bordel ? Avec, en prime, un coup de fil anonyme signalant un corps couché dans le pain…

Comment les policiers vont-ils s’en sortir pour démêler ce sac de nœud et découvrir qui est l’auteur du crime et du coup de fil anonyme ? Surtout que à Harlem, personne ne va dénoncer le caïd local…

– Tout ce que j’ai appris jusqu’à présent, c’est que les gens d’Harlem sont à tels point respectables que leur merde n’a pas d’odeur !
– Qu’est-ce que vous espériez ? demanda Ed Cercueil. Que l’un d’eux allait se dénoncer ?

No stress ! Mesdames et Messieurs, veuillez faire entrer les deux policiers les plus efficaces au monde : Ed Cercueil et Fossoyeur Jones !

– Les inspecteurs Fossoyeur Jones et Ed Cercueil Johnson se présentent au rapport, mon général, marmonna Pigmeat.
– Ah ! Nom de Dieu ! fulmina Chink. Il nous manquait plus que ces deux fumiers de cow-boys de mes deux pour foutre le bordel.

Ils marchent en marge de la loi, ont des indics, les consultent, font fumer leurs méninges et la poudre de leurs révolvers, et, au bout d’une enquête des plus rocambolesque, arriveront à trouver le(s) coupable(s). Oui, bon nombre de personnages ont des choses à se reprocher.

– Ce fils de pute de prêcheur devient dingue à force de picoler son mélange d’opium et de cherry brandy ! fulmina-t-il. J’ai jamais donné à Dulcy ce putain de couteau et je ne l’ai jamais vu avant.

Roman policier noir au coeur de Harlem, dans une famille haute en couleur et où personne n’est tout à fait blanc comme neige. D’ailleurs, ici, la neige, on la sniffe.

– Diminuez quand même la dose, insista Fossoyeur d’un ton sec. Si on vous laisse opérer, c’est uniquement parce que vous approvisionnez nos indics.
– Et sans vos indics vous pourriez plus opérer, vous autres, rétorqua la vieille. Les flics trouveraient jamais rien si y avait personne pour les rencarder.

Si vous voulez plonger dans le quartier de Harlem, c’est avec Himes qu’il faut voyager : écriture simple mais riche de couleur, intrigue au top, rebondissements dans l’histoire et violation de la loi par les forces de l’ordre. Roman noir…

– On est à Harlem, dit-il, et des bleds comme ça, y en a pas deux. On est obligé de partir de rien, parce que les gens d’Harlem agissent pour des raisons qui ne viendraient jamais à l’idée de personne ailleurs. Tenez, par exemple : j’ai connu deux gars de couleur, deux ouvriers sérieux et pères de famille. Ils se sont bagarrés un jour dans un bar de la Cinquième Avenue, près de la Cent-dix-huitième Rue, pour savoir si Paris était en France ou si c’était la France qui se trouvait dans Paris. Et ils se sont saignés à mort.

Brody éclata de rire.
– Il y a encore mieux ! dit-il. Deux Irlandais du côté de Hell’sKitchen, se sont mis à s’engueuler pour savoir si les Irlandais descendaient des dieux ou si les dieux descendaient des Irlandais. Ils se sont descendus à coups de pétard.

Bien que j’ai trouvé « La reine des pommes » plus humoristique et encore plus rocambolesque, l’auteur m’a entraîné une fois de plus dans son récit, me présentant à cette famille bizarre où j’ai eu du mal à m’y retrouver dans tous leurs noms étranges.

Sans chichis, en quelques 200 pages, Himes m’a présenté la solution et j’ai éclaté de rire devant la résolution de l’affaire. Fossoyeur Jones et Ed Cercueil sont bien les meilleurs !

Les dialogues sont drôles, les réparties fusent et les bons mots aussi.

– Si les flics me trouvaient là, pour peu y diraient que je l’avais poussé par la fenêtre.
– Tu me fais de la peine fiston, déclara Fossoyeur avec le plus grand sérieux. Les flics sont pas si vaches.

Avec une déduction à mon actif, j’étais loin de la solution, qui était bien trouvée parce que l’auteur m’a bien baladé.

Faites juste gaffe aux balles, elles sifflent parfois à vos oreilles…

(1) La chanson « Couché dans le foin avec le soleil pour témoin » est de Mireille. (Mireille Hartuch, plus connue sous le pseudonyme de Mireille, née le 30 septembre 1906 à Paris et morte le 29 décembre 1996 dans la même ville, est une compositrice, chanteuse et actrice française. Elle est l’épouse de l’écrivain Emmanuel Berl).

Livre particiapant au challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  Le « Challenge US » chez Noctembule.

La langue au chat… : Erle Stanley Gardner

Titre : La langue au chat…                                     big_3

Auteur : Erle Stanley Gardner
Édition:  Un Mystère n°90 édité par Presses de la Cité – 1ère édition (1952)

Résumé (Extrait) :
Le chaton avait des yeux jaunes qui lui avait valu d’être appelé « Ambre », et ces yeux ne quittait pas la boule de papier froissé qu’Helen Kendal agitait par-dessus son bras de fauteuil.

Critique :
Après avoir avalé quelques romans noirs et un de dark fantasy où l’auteur prenait un malin plaisir à trucider tout le monde, je me devais d’opter pour une lecture plus calme. Perry Mason, le célèbre avocat américain était l’homme qui tombait à point…

Minute papillon ! Qui a dit « papy avocat » ? Non, non, non, dans les livres, Mason n’a pas 90 balais et sa secrétaire n’en a pas 86 ! Il est jeune, il est beau, il est grand et fort, il sent bon le prétoire tout chaud et sa secrétaire tient plus du modèle « poupoupidou », avec un cerveau bien alimenté, que de la mamy gâteuse du téléfilm des années 90 !

Bien, maintenant que j’ai mis les choses au point, parlons du roman : Franklin Shore a fichu le camp il y a 10 ans de chez lui et n’a plus donné signe de vie à sa famille. Bien que déclaré mort juridiquement, sa chiante mégère de « veuve » conteste l’affaire et la nièce, Helen Kendal, ainsi que Gérald, le frère du disparu, ne peuvent rien toucher de l’argent.

Helen comprit alors pourquoi tante Matilda se refusait obstinément à croire Franklin Shore décédé. Elle le haïssait trop pour pouvoir supporter l’idée qu’il échappât à sa vengeance. Elle se plaisait à l’imaginer revenant pour les seules raisons pouvant l’obliger à revenir : parce qu’il serait vieux, seul, meurtri par la vie, et dans le besoin.

Sur ce, tout s’emballe : le « disparu » téléphone à Helen et lui dit qu’il vit toujours. Stupeur ! Ensuite, c’est le chaton d’Helen qui a failli mourir empoisonné. Que de péripéties pour cette jolie jeune fille.

Si Perry Mason va entrer en scène, c’est parce que Franklin, l’oncle volage, a demandé à sa nièce d’aller le quérir, afin qu’il se mette en contact avec Henry Leech, un homme de confiance. Homme qui sera retrouvé raide mort dans sa voiture…

– […] En revanche, j’ai toujours remarqué que, lorsque vous m’indiquiez des indices, ce n’est pas tant pour attirer mon attention sur eux que pour m »empêcher de la porter sur d’autres choses. (Le lieutenant Tragg s’adressant à Perry Mason)

Le reste de l’histoire ne sera que rebondissements et imbroglio comme je les aime.

Ce qui m’a sauté aux yeux directement, c’est le côté « anti-jap » qui transpire dans cette histoire vis-à-vis du domestique, Komo… L’histoire se déroule en 1942, normal, donc. Les autres que j’avais lu étaient postérieurs ou antérieurs à cette date ou occultaient la seconde guerre mondiale.

Une chose qui m’a fortement plu dans ce roman-ci, c’est qu’il ne se déroule pas tout à fait comme dans les nombreux autres que j’ai lu.

Ici, pas le scénario habituel du client(e) qui demande à Mason de l’aider, en omettant des tas de choses importantes + meurtre + accusation client(e) + enquête de Mason + procès où Perry Mason prouve que son client(e) est innocent(e) et démasque le coupable par la même occasion.

Le schéma de celui-ci est différent et c’est « tant mieux ». Ici, durant l’enquête de Perry Mason, Della Street, sa secrétaire, se fait arrêter par le lieutenant Tragg et se retrouve accusée d’avoir soustrait un témoin important.

La voilà au tribunal devant un jury. Le district attorney, Hamilton Burger, jubile : cette fois, il va accrocher Mason à son tableau de chasse. Depuis le temps qu’il est son adversaire dans les cours et tribunaux… « Là, c’est sûr, je vais l’avoir » se dit-il en se frottant les mains.

Pas de chance, Perry est toujours le plus fort et il indiquera même le chemin vers la solution aux 12 jurés en leur parlant du comportement étrange d’un chaton… Pour qui connait les mœurs des chatons, la solution crève les yeux, une partie du jury l’a comprise et moi aussi.

Nous n’assisterons pas non plus à la dernière contre-attaque de Perry au procès, mais nous le retrouvons, à la fin, en compagnie de sa secrétaire, innocentée par le jury, lui expliquant comment il a solutionné l’affaire, qui est coupable, pourquoi, comment et toussatoussa.

Pas de déroulement du procès ? Vachement inhabituel dans les romans mettant en scène l’avocat…

De plus, puisque le lieutenant Tragg et le district attorney lui avaient reproché de trop se mêler des enquêtes et d’utiliser des méthodes peu orthodoxes, il ne leur a pas donné la solution de l’affaire, les laissant patauger dedans jusqu’au cou.

– Mason, dit Burger [District Attorney], vous exercez votre métier de façon peu orthodoxe. Vos méthodes sont spectaculaire, théâtrales et bizarres.
– Vous oubliez un qualificatif, glissa Mason.
Le district attorney battit des paupières :
– Effectives ? s’enquit-il.
Mason acquiesça.
– C’est bien ce qui m’ennuie, dit Burger.
– Je suis aise de vous l’entendre reconnaître.
– Oh ! Ça ne m’ennuie pas dans le sens que vous pensez, mais simplement parce que vous risquez de faire école et que chaque avocat de ce comté s’efforcera bientôt de jouer un plus fin avec la police.
– Si je découvre le véritable coupable d’un crime avant la police, est-ce mal agir ?
– Ce sont vos moyens que je critique.
– Qu’ont-ils de si critiquables ?
– Vous ne vous contentez pas d’interroger vos clients dans votre bureau et de plaider leur cause devant le tribunal. Vous vous lancez à corps perdu dans des enquêtes, vous procurant des preuves par tous les moyens, vous refusant à mettre la police dans la confidence.

La solution, les deux hommes doivent la trouver. Ils y arriveront, mais cela mettra bien 15 jours de plus et à ce moment là, ils comprendront que Mason savait tout…

Bluffant, donc, ce petit roman, qui m’a sorti des sentiers battus de l’auteur.

Ajoutons aussi des traits d’humour et des réparties bien senties entre l’avocat et le flic ou contre le district attorney.

– Nous avons une minute, Floyd, dit le lieutenant Tragg. Le type qui nous attends est mort. Il ne risque donc pas de faire quoique ce soit qui puisse nous embrouiller. Mais Maître Masson, lui, est bien vivant.
– Sous-entendez-vous que je pourrais vous embrouiller ? s’enquit l’avocat avec un sourire.
– Quand une de vos aventures nocturnes rend mon intervention nécessaire, je préfère avoir un entretien avec vous le plus vite possible. Cela simplifie toujours beaucoup les choses.

Et des traits d’esprits du lieutenant Tragg :

– C’est vous, Mason ? Est-ce que vous allez encore m’annoncer que vous avez découvert un cadavre ?
– Non, non ! dit vivement l’avocat.
– J’aime mieux ça. Qu’y a-t-il donc ?
– Je n’ai pas découvert de cadavre, mais une personne qui était avec moi vient d’en découvrir un dans une automobile, près du réservoir qui est à l’entrée de la route d’Hollywood…
– Oh, fit le lieutenant Tragg, c’est quelqu’un se trouvant avec vous qui a découvert ce cadavre ? Vous avez, je suppose, dépassé le nombre de cadavres que vous pouviez découvrir personnellement et vous préférez maintenant passez la main à votre estimable secrétaire ?
– Croyez-vous que ce soit vraiment le moment de vous donner tant de peine pour faire de l’esprit ?

Et une secrétaire qui ne se laisse pas faire face au lieutenant…

– Qu’est-ce que c’est que cela ?
– C’est une porte, répondit Della avec humeur. Vous avez déjà vu des portes, lieutenant [Tragg]. C’est fait ordinairement de bois, posé sur des gonds; ça s’ouvre et se referme.
– Comme c’est curieux ! fit Tragg.

Bien que j’ai compris certaines choses, tout n’était pas illuminé dans mon esprit, ma théorie s’étant affinée tout au long de ma lecture. L’auteur a pris soin aussi d’embrouiller les pistes et de nous lancer des leurres au visage.

J’ai adoré le final, Mason gagnant une fois de plus sur ce pauvre Burger, qui est cuit et qui doit se répéter, comme un mantra « Un jour, je l’aurai ».

Livre participant au challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  Le « Challenge US » chez Noctembule.

Note : Le petit chat noir est en fait l’avatar de Karine, du blog  « Livrenvie – Black Kat’s Blog ». Allez lui rendre visite, ses chroniques sont addictives, ces citations du jour sont fraiches, mais attention, elle pourrait vous faire augmenter la pile de livre…

Le Trône de Fer – Intégrale 1 – Le Trône de fer/Le Donjon rouge : George R.R. Martin

Titre : Le Trône de Fer – Intégrale 1 : Le Trône de fer/Le Donjon rouge

Auteur : George R.R. Martin   big_4
Édition : J’ai Lu (2010)

Résumé :
Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage.

Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s’en sortiront indemnes…

Critique :
Non, non, non, « Le trône de fer » ne concerne pas les tribulations d’un pot de chambre… Bien qu’il faut tout de même signaler que certains personnages, dans le livre, en ont ch** dur !

Winter is coming… Bienvenue dans le jeu des Sept Familles, pardon, des Sept Couronnes (et on ne parle pas du dentiste !).

Ayant envie de me la couler douce lors de ma lecture, j’ai préféré d’abord regarder la série télé afin de ne pas me perdre dans la profusion de personnages et de pouvoir m’appuyer sur les acteurs choisis pour les rôles, sans devoir les imaginer. Farniente, quand tu me tiens…

Puisque la Saison 1 passait, aux yeux des fans, pour être plus que fidèle au livre, je ne risquais pas d’être perdue en ouvrant le pavé que constitue cette Intégrale 1.

Point de vue « série », j’avais ramé au départ avec la profusion des personnages, de l’intrigue et des détails, donc, cette remise à niveau livresque ne fut pas une perte de temps. Loin de là !

Le fait d’avoir regardé la série ne m’a pas privé de mon plaisir de lecture,  l’univers de Westeros étant plus riche et plus profond dans le livre. Cela m’a même permis de comprendre des petits détails que je n’avais pas capté.

Grosse différence par contre entre l’âge des protagonistes du livres et celui de ceux de la série. Ils sont fort jeunes dans le livre et j’ai parfois eu du mal avec leur jeune âge. Quant à Tyron Lannister, il est mieux dans la série !

La lecture est passé comme une lettre à la poste, malgré l’épaisseur de la brique et quelques longueurs, mais rien de grave, docteur, puisque j’ai coupé le pavé avec quelques polars noirs.

L’histoire, vous la connaissez, donc, pas de résumé, mais une liste de ce que j’ai aimé et quelques récriminations minimes…

1. Si la profusion de personnages est déroutante au départ et rend la lecture un peu laborieuse (ma mémoire ramait un peu), ils sont travaillés, complexes; ni tout noir, ni tout blanc; l’auteur n’hésitant pas à les mutiler, les tuer,… et plus, si affinités. Bref, réaliste !

Avoir vu la série avant m’a permis de mettre de suite un visage sur les personnages et de lire le livre tout en écoutant la superbe B.O.

De plus, qu’ils soient principaux ou secondaires, les personnages ont tous été travaillés, bien décrits, ils ont tous une histoire et un passé qui les caractérisent chacun.

2. L’agencement des chapitres : bonne idée de les présenter selon les Point De Vue (POV) de quelques personnages principaux. Cela nous offre une autre vision de l’histoire, les POV des personnages pouvant s’opposer puisque on peut passer d’un héros à un méchant.

Mieux : ce style de narration donne l’opportunité aux supposés « méchants » de justifier leurs actes.

Les différents POV peuvent éclairer leurs souvenirs respectifs et nous en apprendre plus, ou nous faire poser des questions. On suit donc chronologiquement les aventures de nos narrateurs en herbe.

3. Pas de Bisounours, c’est de la Fantasy sombre, réaliste et sans manichéisme : les méchants sont parfois à tuer (Joffrey, je t’aurai un jour), fascinants de méchanceté, de fourberie, de saloperie ou de sadisme. Quant aux gentils, ils ne sont pas tout blancs, ils ont même un sacré passif.

Pas de manichéisme ici : oubliez ! Pas de lutte du Bien contre le Mal, juste un jeu de pouvoir de niveau féodal où tous les coups bas sont permis, y compris sous la ceinture ou dans le dos. Mais ne cherchez pas de preux Chevalier Blanc…

On peut être un roi bon et un un dirigeant incompétent…

4. Les intrigues politiques sont dignes d’intérêt et on se dit que la fiction ne s’éloigne guère de la réalité. Alliances, trahisons,…

5. Pas qu’une seule intrigue, en plus, mais 3 pour le prix d’une ! On a les guèguères pour l’obtention du royal trône d’un côté; mélangé à ce qui se passe derrière le Mur et les héritiers Targaryen qui veulent redevenir khalife à la place du khalife…

6. De la violence, du sang, des tripes, de la rate et des boyaux… Des scènes de cul (dans la série, on voit des choses qui pendouillent), de l’inceste frère-soeur. Bref, pas de puritanisme ici ! L’auteur considère le cul comme ce qui fait tourner le monde. Il a raison, certains sont tombés bien bas à cause de leur zizi.

7. Les personnages (oui, oublié de le dire plus haut) évoluent : des gens qui nous semblaient détestables au départ peuvent se révéler plus aimables ensuite (Drogo) ou au contraire passer de « sympa » à « fils de sa mère » (Littlefingers a baissé dans mon estime !).

8. Un invité peu habituel : leur foutu climat ! Chez eux, les hivers peuvent durer des années et des années. Ça change toute la donne.

9. Les guerres incessantes et les jeux de pouvoir qui se jouent dans les pages sont jouissif.

10. Les loups de la famille Stark…

11. Par contre (je le savais mais c’est plus fort que moi) évitez de vous attacher aux personnages parce qu’ils peuvent disparaître… J’ai déjà perdu de ceux que j’appréciais beaucoup. C’est plus réaliste, je sais. Leur monde n’est pas très éloigné du nôtre.

12. Tyron Lannister : je l’adore ! Ce nain qui a la langue bien pendue (et pas que la langue, si vous voyez ce que je veux dire… Et ce truc là ne pend pas toujours…) est un personnage attachant, il a de la répartie et dans les Lannister, c’est le moins pire. Sans lui, il manquerait quelque chose dans le livre.

13. Ce qui me plaît aussi, c’est le côté « roman historique » avec ses chevaliers, ses épées, ses châteaux mélangés dans le surnaturel de la Fantasy (dragons), mais sans la facilité de la magie.

Ici, on ne se bat pas à coup d’Abracadabra ou d’Avada Kedavra, mais avec des épées ou avec des mots, pour les intrigues politiques, sans oublier les coups dans le dos. Seuls les plus forts ou les plus retors gagneront.

14. On sent que l’auteur a des références historiques : la guerre de Cent Ans, les Croisades, la guerre des Deux-Roses,… peuvent être les sources de son récit, sans oublier « Les rois maudits » de Druon. Westros ressemble à l’Angleterre du Moyen-Age. Le mur de glace est celui d’Hadrien, en plus massif.

Ils pensent tous que la menace viendra du voisin, mais elle viendra du Nord, par-delà le Mur…

15. Les chapitres se terminent par des cliffhangers : toujours du suspense, ce qui nous incite à toujours poursuivre la lecture. L’univers du roman est riche en rebondissements.

16. Bémol : je ne sais pas si la faute incombe au traducteur ou à l’auteur, mais il y a des redondances de certains termes et la prose est un peu simpliste. De plus, certains termes venant du langage médiéval sont un peu déroutant.

17. J’aurais aimé le POV narratif de Jaime, Cercei ou même de Joffrey afin de lui analyser sa petite tête de petit merdeux.

18. Scandale : les éditions « J’ai Lu » auraient pu se casser un peu le cul et nous sortir autre chose comme titre que « Intégrale 1″… Déjà que la version « poche » est découpée par rapport à l’originale !

19. Heu, la série n’étant pas finie… Quid si l’auteur décède ?

Bref, vous l’aurez compris, malgré quelques points négatifs, je me suis bien amusée avec la série et le livre.

Non, je ne sais pas si Martin est le nouveau Tolkien… Premièrement, je n’ai lu qu’un tome et puis, qui suis-je, moi, pour oser comparer Tolkien à un autre auteur d’une autre époque ?

Tolkien fut le précurseur… Chez Martin, pas d’Elfes, de Hobbit, d’orques ou d’Uruk-Hai !

Mais ses intrigues politiques valent le détour et je me réjouis de découvrir les Intégrales suivantes (tout en croisant les doigts pour que mes personnages préférés ne trépassent pas).

Titre participant aux challenges « Le Pavé de l’été » chez Sur Mes Brizées, au « Challenge US » chez Noctembule et Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle.

En 1997, « Blood of the Dragon » remporte le prix Hugo du meilleur roman court et « A Game of Thrones » le prix Locus du meilleur roman de fantasy.  Les trois premiers volumes de la saga ont également remporté le prix Ignotus en 2003, 2004 et 2006.

Les Raisins de la colère : John Steinbeck

Titre : Les Raisins de la colère

Auteur : John Steinbeck
Édition : Gallimard/Folio

Résumé :
L’histoire débute au moment où Tom Joad sort de prison. Tandis qu’il retourne chez lui, il rencontre un ancien prédicateur, Jim Casy, avec qui il partage des souvenirs d’enfance.

Les deux personnages font la route ensemble. Alors qu’ils arrivent à la ferme familiale, ils s’aperçoivent que celle-ci a été désertée. Déconcertés et un peu perdus, Tom et Jim décident d’aller chez l’Oncle John où ils retrouvent les autres membres de la famille Joad. Ces derniers sont en train de charger un camion Hudson avec ce qui leur reste de biens.

Les cultures ont été anéanties par le Dust Bowl (tempête de sable) et la famille n’a par conséquent pas pu honorer ses dettes. Chassés de chez eux, ils espèrent que la situation s’arrangera en Californie grâce à des feuillets leur proposant du travail et qui sont distribués un peu partout dans leur état : ils pensent que, là-bas, ils auront à manger et gagneront assez d’argent pour vivre.

Séduits par cette publicité, la famille Joad décide d’investir tout ce qui lui reste dans ce voyage. Bien que ce projet enfreigne les termes de sa liberté conditionnelle, Tom décide de partir avec sa famille. L’ancien pasteur J. Casy se joint également à la famille.

Les Joad empruntent la Route 66 pour aller vers l’ouest.

Dans des camps de fortune dressés au bord de la route ils entendent l’histoire d’autres familles, dont certaines reviennent de Californie.

La famille Joad ne veut pas admettre que les promesses auxquelles elle croit ne seront pas tenues. Juste avant la limite d’état, Noah (l’aîné des fils Joad) quitte la famille pour rester vivre au bord du Colorado et la grand-mère de la famille meurt pendant la traversée du désert.

En arrivant en Californie, Connie (le mari de Rose of Sharon, la fille, qui est enceinte) quitte la famille. Le reste de la famille, dirigé par Man, n’a d’autre choix que de poursuivre sa route.

A leur arrivée, ils s’aperçoivent qu’ils ne gagneront jamais beaucoup d’argent car il y a trop de travailleurs et les propriétaires importants de la région ne les respectent pas tandis que les plus petits font faillite. Ils profitent du grand nombre d’émigrants pour baisser les salaires et les familles émigrantes vivent dans des camps de fortune provisoires appelés Hooverville.

Les travailleurs étant exploités, des individus essayent de les faire adhérer à des syndicats ; Jim Casy, qui a fait de la prison pour couvrir Tom car il avait agressé un shérif, est l’un d’entre eux.

Critique : 
Un roman qui, malgré ses quelques longueurs, m’a pris aux tripes… Un roman porteur d’un message sur le capitalisme qui, non content d’exploiter l’homme, fait en sorte que toutes les richesses ne soient détenue que par quelques mains (la racaille en col blanc).

« Lorsque la propriété est accumulée dans un trop petit nombre de mains, elle est enlevée. Lorsqu’une majorité a faim et froid, elle prendra par la force ce dont elle a besoin. la répression n’a pour effet que d’affermir la volonté de lutte de ceux contre qui elle s’exerce et de cimenter leur solidarité ».

 

L’industrialisation a beau être pointée du doigt dans ce roman (les tracteurs), ce n’est pas elle qui est citée à comparaître sur le banc des accusés : la machine n’est pas responsable du mal qu’elle fait.

Non, mais l’auteur dénonce la mauvaise utilisation et le fait que les banquiers – eux, une fois de plus – aient entraînés les plus pauvres à payer leurs erreurs (♫ non, non, rien n’a changé ♪).

« La banque ce n’est pas la même chose que les hommes. Il se trouve que chaque homme dans une banque hait ce que la banque fait, et cependant la banque le fait. La banque est plus que les hommes, je vous le dis. C’est LE MONSTRE. C’est les hommes qui l’ont créé, mais ils sont incapables de le diriger ».

Oklahoma, fin des années 20… 1929 pour être plus précise. Les cultures ont été anéanties par le Dust Bowl (tempête de sable) et les agriculteurs qui avaient emprunté de l’argent aux banques après une récolte merdique, se retrouvent à ne plus savoir honorer leurs dettes puisque aucune de leurs récoltes ne fut vraiment bonne.

Et que font les banquiers lorsque vous ne savez pas payer vos dettes ? Ils vous saisissent vos biens, vos terres et vous saisissent à la gorge. Ils ont expulsé les fermiers sans aucun état d’âme (et nous savons que cela continue de nos jours)…

Le passage où les tracteurs charruent les terres des pauvres gens, massacrant au passage leurs maisons de bois est émouvant. C’est toute leur vie qu’on met à bas, leurs terres que l’on massacre, leurs terres que l’on va épuiser en plantant du coton.

À non, c’est vrai, ce ne sont plus leurs terres, ce sont celles de la banque, de la société, de on-ne-sait-pas-trop-qui, mais le responsable n’est pas « humain » en tout cas. Il est bien plus facile de dire que c’est la Société Machin.

Chassés de chez eux, ils penseront comme tous les immigrants que leur situation s’arrangera ailleurs – en Californie, ici – puisque des feuillets leur promettent monts et merveilles, notamment du travail à foison. Ces pauvres gens pensent que, là-bas, ils auront à manger et gagneront assez d’argent pour vivre. Pauvres fous… (pas en tant qu’insulte, mais en tant que visionnaire de leur futures emmerdes).

La famille Joad, c’est elle que nous allons suivre sur leur chemin d’exil  depuis l’Oklahoma jusqu’en Californie, sur la mythique route 66 qui ne sera pas une partie de plaisir, mais s’apparentera plus à une descente aux Enfers.

Les voitures des émigrants surgissaient en rampant des chemins de traverse, regagnaient l’autostrade et reprenaient la grande voie des migrations, la route de l’Ouest. A l’aube, elles détalaient, pareilles à des punaises ; dès la tombée du jour, surprises par l’obscurité, elles se rassemblaient et venaient grouiller autour d’un abri ou d’un point d’eau.

De fait, nous n’avons jamais vu d’immigrants voyager en Rolls. Ici, ce sera un vieux « camion ». De nos jours, ce sont des containers, des embarcations de fortune…

Mais comme Moïse, la terre promise, certains ne la verront jamais, et les autres, ils ne feront que l’avoir rêvée parce qu’on leur a vendu de belles images. Non content de les spolier de leurs terres, on les spolie de leurs rêves d’avoir une vie meilleure.

Ne laisse pas s’envoler trop tes espérances, pour n’avoir pas à ramper comme un ver de terre.

Ce livre comporte des passages assez long et j’ai parfois eu dur de continuer le voyage, mais comme les Joad, je me suis accrochée afin de lire ce chef-d’œuvre de Steinbeck, ce pamphlet qui n’épargne pas les banques et qui nous raconte ce que fut la grande dépression de 1929 au travers du voyage d’une famille.

Il vous prend aux tripes parce que vous vous retrouvez à abandonner ce que fut votre vie, vos affaires, vos amis, vous voyagez sur une route qui a tout du fleuve Styx (celui des Enfers), parce que vous vous retrouvez dans des camps de fortune dressés sur les bords des routes, parce que les promesses de travail vantées par les put**** de prospectus ne sont pas tenues, entrainant les familles déjà démunies à crever de faim parce que sans emploi et sans nourriture.

Et tout retour en arrière est impossible, c’est marche en avant ou crève en faisant marche arrière.

Si vous qui possédez les choses dont les autres manquent, si vous pouviez comprendre cela, vous pourriez peut-être échapper à votre destin. Si vous pouviez séparer les causes des effets, si vous pouviez savoir que Paine, Marx, Jefferson, Lénine furent des effets, non des causes, vous pourriez survivre. Mais cela vous ne pouvez pas le savoir. Car le fait de posséder vous congèle pour toujours en « Je » et vous sépare toujours du « Nous ».

La famille Joad, qui ne sera pas au bout de ses peines, va devoir se disloquer, elle crèvera de faim aussi, subira comme d’autres l’injustice et l’exploitation, elle devra faire face à des conditions de survie inhumaines, elle connaîtra le rejet, la discrimination, la mort, la prison,…

« Les grandes compagnies ne savaient pas que le fil est mince qui sépare la faim de la colère. Au lieu d’augmenter les salaires, elles employaient l’argent à faire l’acquisition de grenades à gaz, de revolvers, à embaucher des surveillants et des marchands, à faire établir des listes noires, à entraîner leurs troupes improvisées. Sur les grand-routes, les gens erraient comme des fourmis à le recherche de travail, de pain. Et la colère fermentait.

Comme le dit la devise de mon pays, « L’Union Fait La Force » et c’est uni que tout ces opprimés arriveront à s’en sortir. La solidarité étant souvent très forte entre eux (dans le livre).

– On en apprend tous les jours, dit t-elle, mais il y a une chose que je sais bien, à force . Quand on est dans le besoin, ou qu’on a des ennuis – ou de la misère – c’est aux pauvres gens qu’il faut s’adresser. C’ est eux qui viendrons en aide – EUX SEULS.

Autre paradoxe soulevé par le récit et qui me fait penser à ce que nous vivons toujours : les habitants de Californie ne veulent pas les immigrés mais ils en ont besoin pour le travail… « Travaille et puis casse-toi, pauv’con ».

– On est bien dans un pays libre, tout de même.

– Eh bien tâchez d’en trouver, de la liberté. Comme dit l’autre, ta liberté dépend du fric que t’as pour la payer.

Bref, un livre à lire, les personnages sont attachants, ce qui est écrit est une partie de l’histoire, malgré quelques longueurs, ça vaut la peine de l’ouvrir, de plus, le style d’écriture est implacable. Dire que depuis, rien n’a changé.

Craignez le temps où l’Humanité refusera de souffrir, de mourir pour une idée, car cette seule qualité est le fondement de l’homme même, et cette qualité seule est l’homme, distinct dans tout l’univers.

L’auteur a reçu pour cette œuvre le prix Pulitzer en 1940.

Lu dans le cadre des Challenges « Romans Cultes » de Métaphore, de « La littérature fait son cinéma – 3ème année » de Kabaret Kulturel, du « Pavé de l’été » chez Sur Mes Brizées, pour Le « Challenge US » chez Noctembule et pour Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle.

[Série] The Mentalist : une série qui vous ausculte les pensées

The Mentalist est une série télévisée américaine créée par Bruno Heller et diffusée depuis le 23 septembre 2008 sur le réseau CBS.

Mentalist… C’est quoi ce truc ? C’est « Quelqu’un utilisant l’acuité mentale, l’hypnose et/ou la suggestion… Maître dans l’art de manipuler la pensée et le comportement ».

Un mentaliste peut donc utiliser diverses méthodes telles que l’illusionnisme, la lecture à froid, l’hypnose ou encore la psychologie.


Synopsis de la série :
L’unité des crimes majeurs du California Bureau of Investigation (CBI), dirigée par Teresa Lisbon, enquête sur des crimes, avec la collaboration de Patrick Jane, consultant pour le CBI, utilisant ses facultés de mentalisme.

Patrick Jane dispose d’un sens très fin de la psychologie et de son mental (lecture froide, hypnose, etc). Il ne s’agit pas d’un pouvoir car il a aussi été prestidigitateur. Sa carrière de voyant lui a également permis d’acquérir des connaissances pointues en matière d’analyse psychomotrice. Tous ses talents rassemblés lui permettent d’être plus précisément un mentaliste, ce qui lui vaut d’être également un manipulateur très efficace pour résoudre les enquêtes.

Cependant, c’est sur le cas particulier de John le Rouge (Red John), un tueur en série qui signe toujours ses meurtres par un smiley dessiné avec le sang de ses victimes sur les murs, que se centre leur attention. John le Rouge a tué la femme et la fille de Patrick Jane, qui autrefois se faisait passer pour un médium et s’était moqué du tueur…

Acteurs principaux :
Simon Baker  : Patrick Jane (V.F : Thierry Ragueneau)
Robin Tunney  : Teresa Lisbon (V.F : Cathy Diraison)
Tim Kang : Kimball Cho (V.F : Stéphane Pouplard)
Owain Yeoman  : Wayne Rigsby (V.F : Thibaut Belfodil)
Amanda Righetti  : Grace Van Pelt (V.F : Stéphanie Lafforgue)


Pour tout vous avouer, lorsque cette série a commencé à être diffusée, je ne l’ai pas regardée. Pourquoi ? Pas envie, tout simplement… Ne me demandez pas pourquoi car le pitch était plus qu’intéressant. Manque de temps, une fois de plus et puis, on y pense plus.

Et puis, un soir, alors qu’il n’y avait rien à la télé (Comme d’habitude), je suis tombée sur un épisode de la saison 4 au cours d’un zapping. Pourquoi pas ?

C’est là que le charme a opéré. Non seulement j’ai regardé l’épisode, mais je me suis surprise à apprécier la série puisque j’ai regardé l’épisode suivant, diffusé à la suite de l’autre et que la semaine suivante, j’étais fidèle à mon poste…

Mais bon, j’avais pris le train en cours de route et il me manquait beaucoup de choses.

En parfaite petite pirate que je suis, j’ai téléch…. Heu, j’ai acquis la première saison et je l’ai visionnée avec un certain plaisir, pour ne pas dire un plaisir certain.

La Première Chaîne Belge (RTBF) diffuse en ce moment la saison 5 tous les jeudis et, bien qu’ayant raté quelques épisodes, je la visionne tout en continuant de découvrir la première saison sur mon PC.

Ici, je me contenterai de vous parler de la saison 1 en général, sans développer une critique pointue pour chaque épisode.

– Alors, docteur Belette, votre diagnostique ? Point de vue des personnages… Du héros principal, Patrick Jane ?

– Je dois vous avouer que Patrick Jane, le « mentalist », est mignon à croquer et que je commettrais bien le péché de chair avec lui. Ce joli blondinet a un sourire qui me fait fondre, je le croquerais bien tout cru en hurlant « Patriiiick » tout en arrachant son costume trois pièces avant de me ruer sur son service trois-piè…

– Heu, les lecteurs voudraient peut-être un avis plus professionnel et moins personnel…

– Oh, pardon ! Hors tout fantasmes personnels, j’avoue que le personnage est mystérieux et qu’il est intrigant. Ce bel animal est doté de facultés d’observation et de déduction exceptionnelles, il utilise notamment des techniques de lecture froide ou d’hypnose pour l’interrogatoire d’un témoin, quand ce n’est pas carrément celles du pickpocket ou du cambrioleur qui ouvre toutes les serrures… Ceci afin d’élucider des meurtres. Sous couvert de ses sourires bienveillants, il sonde tout le monde; sous couvert de vous réconforter en vous posant la main sur l’épaule, il vous analyse et vous passe à la moulinette. Ou pire, il vous hypnose afin de vous tirer les vers hors du nez.

Il n’a aucune gêne à vous dire tout haut le résultat de son analyse sur vous. Ses déductions sont parfois holmésiennes car basées sur des détails physiques (des mains de joueur de guitare, par exemple), ou souvent sur des analyses plus intuitives, comme des coups de sondes.

3810caaf881f79d9fa067806e4d94d6c_large

Sa personnalité fait penser à d’autres personnages du petit écran :

  •  Au Dr House pour son ardeur à résoudre le problème;
  •  À l’inspecteur Murdoch (Murdoch Mysteries);
  •  Au Hercule Poirot d’Agatha Christie;
  •  Au héros de la série « Life » (Damian Lewis);
  •  À Monk (tous les deux ont le même don de déduction et leurs femmes ont été assassinées);
  •  Un peu de « Lie to Me »;
  •  Un soupçon du lieutenant Columbo (comme le lieutenant, Jane pose parfois des questions que l’on pourrait croire « à la con », hors, il n’en est rien / Pour le fait que les enquêtes se déroulent dans les milieux huppés et pour sa voiture ancienne et française, une Citroën DS);
  • À la série « Psych » : Enquêteur malgré lui » (série télévisée apparue quelques années avant Mentalist dont le personnage – Shawn Spencer – est consultant pour la police, qui a un talent d’observation très développé pour remarquer tous les détails et qui prétend être médium – une série que je n’aime pas du tout).

De plus, tous les personnages de toutes ces séries ont pour inspiration le personnage de Sherlock Holmes (le Holmes des romans d’Arthur Conan Doyle)  et même Bruno Heller, le créateur de la série, déclare qu’il considère Jane comme le nouveau Sherlock Holmes.

The Mentalist s’est aussi inspirée du célèbre ouvrage du père du roman policier français, Émile Gaboriau, intitulé « L’Affaire Lerouge » dont l’adaptation télévisée avait été diffusée par la Société Radio-Canada entre 1964 et 1965 (ces infos là viennent du Net).

De plus, Patrick Jane a de multiples talents, dont celui de pouvoir compter les cartes dans un Casino et de contrôler les dés pour faire 6/6 à chaque lancé.

Pour ce qui est des interrogatoires ou des questions à poser aux témoins ou à la famille, Patrick ne met pas de gants, il leur rentre dans le lard et est bien souvent odieux, mais au contraire du docteur House, il le fait avec le sourire.

Au sein de l’équipe, Jane est très à l’aise et apporte une aide précieuse dans chaque affaire, malgré ses excentricités. Ses collègues le suivent souvent des ses excentricités, en soupirant, mais ils le suivent.

Toujours élégant, le sourire ravageur et charmeur, rempli d’idées loufoques qui payent…

Cependant, derrière son assurance apparente, il se sent responsable de la mort de sa famille et ne poursuit qu’un but : parvenir un jour à retrouver la trace de John le Rouge pour le tuer.

Les scénaristes nous le montrent aussi parfois avec les larmes aux yeux, avant qu’il ne se reprenne très vite. On sent la faille sous la carapace.

Ce que j’apprécie aussi, c’est que les scénaristes ne jouent pas sur une relation sentimentale avec son chef, Teresa Lisbon. On ne sent pas qu’elle le regarde avec des yeux d’amoureuse transie et, ma foi,  je serais contre une relation entre eux deux.

Sans oublier que notre Mentalist est un grand buveur de thé… Il a même un charme soo british, je trouve…

Agent-Teresa-Lisbon-The-Mentalist-tv-female-characters-15317910-682-1024En ce qui concerne le personnage de la « chef » du CBI – Teresa Lisbon – il est plus que bien campé.

Loin d’être une cruche, c’est une jeune femme autoritaire, attachée aux règles et aux procédures, mince et athlétique, parfois agacée par le comportement de Jane et ses méthodes peu conventionnelles.

Elle respecte la loi, elle, ce qui tout le contraire de Patrick.

Cependant elle a constaté que les analyses de celui-ci étaient pertinentes et c’est à cause de cela qu’elle a pris la décision de l’emmener avec elle sur le terrain.

Elle est le garde-fou de Jane et fait de son mieux pour l’empêcher de faire des folies, mais ce n’est pas demain la veille que Patrick Jane va obéir, ce qui fait qu’elle est régulièrement obligée de le couvrir auprès de son supérieur hiérarchique.

Lisbon et Jane forment un duo de charme : c’est un duo professionnel et efficace.

Pas de roucoulades entre eux et c’est tant mieux. Lisbon est souvent caustique avec Patrick et n’hésite pas à lui envoyer des piques.

Souvent il lui fait hausser les sourcils ou soupirer d’exaspération… Tout comme le directeur du CBI, monsieur Minelli.

Lisbon a sous ses ordres trois agents : Kimball Cho, Wayne Rigsby et Grace Van Pelt.

Ce sont des personnages auxquels je me suis vite attachée. Ils ont beau avoir regardé Patrick comme une bête de foire au départ, ils ont vite compris qu’il était utile dans la résolution de leurs affaires criminelles.

Wayne Rigsby a une carrure imposante mais c’est une personne aimable et attachante.

Dès l’arrivée de la nouvelle recrue – Grace Van Pelt – il est sous le charme de cette belle grande rousse.

Mais, grand timide, il n’ose pas lui avouer ses sentiments, se montrant souvent gêné et maladroit avec elle. Un malaise qui amuse beaucoup ses coéquipiers, tout particulièrement Jane.

******

Kimball Cho est l’inspecteur le plus discret de l’équipe. Derrière son calme apparent, il sait se montrer acerbe et caustique.

Fin stratège et pédagogue, c’est souvent à lui que revient la lourde tâche de mener les interrogatoires.

Il est également celui qui a le plus de recul sur le comportement de Jane et qui semble être le plus amusé par sa personnalité étonnante.

Dans la saison 2, on apprend que non seulement il a fait son curieux en lisant les dossiers de ses collègues (ce qui est interdit), et qu’il a fait partie d’un gang…

*******

mentalist2-grace-van-peltGrace Van Pelt est la nouvelle recrue de l’équipe de Lisbon et spécialisée en informatique, ce qui lui vaut d’être souvent « coincée » au bureau, mais elle rêve d’accompagner plus souvent ses collègues sur le terrain.

Au cours des enquêtes, elle prendra conscience de ce qu’elle ressent pour Rigsby.

Prudente, elle jouera à celle qui ne s’en rend pas compte, ne souhaitant pas être entraînée dans une histoire sentimentale avec un collègue de bureau.

C’est une jeune femme croyante et sensible au domaine du paranormal, elle s’accroche parfois avec Jane, qu’elle trouve trop rationnel et trop cynique.


Personnages récurrents :
John le Rouge (Red John dans la version originale) est un tueur en série ayant commis près de trente meurtres y compris celui de la femme et la fille de Patrick Jane cinq ans avant qu’il rejoigne le CBI. Il signe tous ses crimes avec un smiley tracé à l’aide du sang et du doigt de sa victime…

Red_John___Wallpaper_by_SpEEdyRoBy


Lors de la visualisation de la saison 1, j’ai donc appris que Patrick Jane se faisait passer autrefois pour un « médium » et profitait de la crédulité des gens pour se faire un max de fric.

Un jour, alors qu’il était interrogé sur John le Rouge, un tueur en série sanguinaire qui signe ses crimes d’un smiley ensanglanté, il le dépeint en lui prêtant de fausses caractéristiques et en se moquant de lui.

Ne jamais se moquer publiquement d’un serial-killer : celui-ci se venge des propos qu’il juge insultants en assassinant la femme et la fille de Jane.

En rentrant chez lui, Jane découvre la situation mais aussi un mot du tueur épinglé sur la porte, le prévenant qu’il n’aurait pas dû se moquer de lui et de par son acte barbare, il lui prouve le sérieux de ses actes.

Sa vie vient de basculer et c’est ce qui l’a décidé à devenir consultant pour le CBI sous la responsabilité de Teresa Lisbon afin de se servir de ses dons pour aider la police et traquer les criminels dans des affaires de meurtres.

Dans un épisode, nous apprendrons aussi que Patrick a été interné dans un hôpital psychiatrique.

Les scénarios des épisodes sont de factures classique, pas toujours de coups de pied dans les fesses au final mais ils sont plaisants et j’ai réussi à découvrir quelques coupables.

S’ils ne possèdent pas de preuves concluantes pour inculper un coupable, Jane n’hésite jamais à piéger le (la) coupable. Tout son talent se trouve dans les mises en scène des pièges. Je vous avoue que pour certains épisodes, je n’avais pas vu venir le piège et j’avais marché à fond dedans.

La série a de l’humour, pas d’éclat de rire, mais certaines réparties m’ont fait pousser des éclats de rire tant c’était bien répondu.

J’ai apprécié aussi que John Le Rouge ne soit pas cité dans tous les épisodes, mais juste de temps en temps.

Le final de la première saison est un cliffhanger pour la suivante, Patrick étant passé à peu de mètres du fameux John Le Rouge…

En bref, une série sympa et agréable à suivre, sans se prendre la tête, elle me détend bien et la personnalité de Patrick Jane y est pour beaucoup. Il est aussi hors-norme qu’un docteur House (mais en version souriante et aimable) ou qu’un Sherlock Holmes puisque s’il ne peut plus travailler au CBI et résoudre des enquêtes, il n’a plus de but dans la vie.

On se doute aussi que Patrick est surtout là pour traquer le serial-killer et le descendre s’il a la  chance de l’avoir devant lui. C’est son Moriarty à lui et John apprécie que Patrick soit à le pister, ça doit lui changer son ordinaire.

Ce fait, je l’ai surtout compris lors du visionnage d’une partie de la saison 2… Le dossier Red John avait été retiré à l’équipe de Lisbon et confié à celle de Sam Bosco. Je ne dirai rien de plus, hormis que j’avais compris le pourquoi de certaines choses arrivées au sein du CBI.

La série se laisse regarder avec plaisir.

Petits clins d’œil :
Comme je le signalais plus haut, Patrick Jane roule dans une voiture française : une Citroën DS en hommage à la série Columbo dans laquelle le lieutenant conduit une Peugeot 403.

Dans les deux premières saisons, il s’agit d’un modèle gris de type export provenant des États-Unis (avec phares avant fixes et non-protégés, grilles de climatisation à la place des clignotants avant, ceux-ci étant placés sous le pare-choc, et doubles feux arrières ronds), appartenant à la production de la série.

Dans l’épisode 16 de la Saison 1, lorsque Jane et Van Pelt se retrouvent seuls et discutent, juste après que Van Pelt prononce la phrase : « Voilà la liste de tes clients », il est possible de voir sur l’écran d’ordinateur de cette dernière, divers noms, dont ceux de : Kenny King, James Dean, Rob Johnson, Don Goodman, Allan Davis ou encore Megan Fox. Il y apparaît aussi le nom de nombreux assistants et autres « travailleurs de l’ombre » de la série non-crédités au générique de Mentalist.

Idem dans l’épisode 16 de la Saison 3 : alors que Jane demande à l’expert des empreintes digitales du CBI s’il a identifié l’empreinte qui correspondait à celle trouvée sur les lieux du crime, celui-ci lui répond que n’étant pas David Caruso (interprète de Horatio Caine dans la série Les Experts : Miami) cela devrait prendre plus de temps.

Pike : Benjamin Whitmer

Titre : Pike                                                                            big_3-5

Auteur : Benjamin Whitmer
Édition : Gallmeister

Résumé :
Pike n’est plus l’effroyable truand d’autrefois, mais il a beau s’être rangé, il n’en est pas plus tendre.

De retour dans sa ville natale des Appalaches proche de Cincinnati, il vit de petits boulots avec son jeune comparse Rory qui l’aide à combattre ses démons du mieux qu’il peut.

Lorsque sa fille Sarah, disparue de longue date, meurt d’une overdose, Pike se retrouve en charge de sa petite-fille de douze ans. Mais tandis que Pike et la gamine commencent à s’apprivoiser, un flic brutal et véreux, Derrick Kreiger, manifeste un intérêt malsain pour la fillette.

Pour en apprendre davantage sur la mort de Sarah, Pike, Rory et Derrick devront jouer à armes égales dans un univers sauvage, entre squats de junkie et relais routiers des quartiers pauvres de Cincinnati.

Pike est un remarquable roman noir dans lequel Benjamin Whitmer, digne héritier de Jim Thompson et David Goodis, plonge dans l’âme du lecteur pour y laisser une empreinte indélébile.

Critique :
♫ Noir c’est noir ♪… chantait Johnny. Moi, je viens de faire « noir SUR noir » en ne trouvant rien de mieux à faire que de lire Whitmer juste après Thompson. Deux polars trèèès sombres… ♫ Il n’y a plus d’espoir ♪

« L’Express » disait que Benjamin Whitmer avait sans doute avalé du Jim Thompson dans ses biberons et je constate qu’il en a eu aussi dans ses panades. Son roman est cinglant, dur, noir, sans espoir.

La première ligne nous met de suite dans l’ambiance plus que noire du roman puisque la scène inaugurale est celle d’un meurtre : Derrick Krieger, dit Derrick, vient de tuer un gosse d’une balle dans le dos.

– Tu l’as buté, hein, espèce de fils de pute ? dit le plus grand en serrant ses gros poings noirs.
Derrick continue d’avancer, le .45 pointé vers son interlocuteur.
– Il s’est pris les pieds dans ses lacets.
– Ah ouais ? Et c’est comme ça qu’il a mis plein de bouts de cervelle par terre ?
– Ça arrive à tout le monde. Ça pourrait même vous arriver à vous.

Derrick est un flic qui n’a rien à voir avec son homonyme aux grosses lunettes et qui menait ses enquêtes avec la nonchalance d’un Droopy…

Ce flic plus que salaud serait-il la face sombre de ce que l’on a découvert sur la jeunesse de son homonyme, le commissaire Derrick (qui fit les beaux jours des après-midi dans les maisons de repos) ?

Je ne puis me prononcer pour l’acteur, mais le flic du roman, c’est une saloperie d’ordure qui pense qu’il peut jouer au justicier dans la ville, tuant des pédophiles ou autres raclures.

Le problème, c’est qu’il est bien pire que les raclures qu’il descend allégrement ! Le côté obscur de la Force est toujours plus attirant… et ce flic pense valoir mieux que tous les autres représentants de la loi réunis.

L’autre gars du livre, celui qui a donné le titre, c’est Douglas Pike : un ex-truand impitoyable, autrefois, rangé des voitures depuis quelques années, bien qu’il ne soit pas devenu un tendre, faut pas pousser.

Notre truand s’est converti en travailleur honnête qui réalise de petits petits boulots avec Rory, un jeune boxeur amateur qui a échoué à devenir professionnel. Un type qui a une faute originelle à expier lui aussi. Rory, c’est un peu le fils que Pike n’a pas eu.

♫ Noir, c’est noir ♪… Leur vie est sombre et là où les nuages commencent à s’amonceler encore plus au-dessus de leur tête, c’est lorsque Wendy, une gamine de 12 ans débarque. C’est la petite-fille de Pike, la fille de sa fille qu’il n’a quasi pas connu, ou si peu. Sa fille faisait la pute et est morte d’une overdose. ♪ Noir, c’est noir, il n’y a plus d’espoir ♪

Les retrouvailles seront tendues entre le grand-père et la petite-fille…

Pour ce qui est des portraits psychologique des personnages, rien à dire, ils sont travaillés et les dialogues sont incisifs. Pike, Rory, Wendy, malgré leurs défauts ou leur langage borderline sont des gens auxquels on s’attache. Derrick, pas du tout.

Par contre, j’ai quelques reproches à faire sur l’écriture. Certes, l’auteur a de l’aisance avec les mots de plus de dix lettres, son vocabulaire est riche, mais l’alternance de phrases courtes avec des plus longues très imagées casse un peu le fil du récit.

Trop de métaphores tuent la métaphore. Dire que le type qui le regardait avait des yeux qui étaient comme des trous de neige rempli de pisse, heu, j’ai du mal à imaginer… Ils étaient jaunes et fumants ?

La fureur froisse le visage de Wendy comme un vol d’oies sauvages éclipsant le soleil.

Pour le style narratif, j’apprécie plus un récit au passé simple que au présent. Dans ma tête, lire « Pike haussa les épaules » passe mieux que « Pike hausse les épaules ».

Il n’y a pas que ça : les chapitres sont fort courts, très très courts et ils me donnèrent l’impression d’être arrêtée non-stop dans ma lecture. Certains ne font même pas une page ! Vous l’entamez et hop, terminé.

Pourtant, le principe narratif était bon avec cette alternance de chapitres concernant Pike ou Derrick, dans le but de faire s’entrechoquer le destin de ces trois personnages.

Trois ? Bien sûr, il faut ajouter aussi la gamine qui sera le déclencheur de tout le reste… En ayant marre de ce grand-père qu’elle ne connaît pas et de son comparse, elle fugue et croise sur la route le fameux Derrick Krieger.

Pike, en apprenant qu’il a aguiché la petite, décidera de se mettre en chasse. Ce flic, il ne le connaît pas et tout le monde lui conseille de l’éviter comme la peste. De plus, tant qu’il y est, il aimerait aussi en apprendre un peu plus sur la mort de sa fille…

Étrange que ce livre dont le flic est aussi sombre qu’une nuit sans lune, semant les cadavres derrière lui et qui se fait pourchasser par un ex-truand qui mène une vie plus réglo que la sienne. Le monde à l’envers. Celui qui devrait être au service de la population n’est que pourriture tandis que le truand s’est blanchi. Enfin, on ne peut pas dire que Pike enquête avec gentillesse non plus…

Son enquête deviendra pour Pike une vengeance, comme une sorte de rédemption pour lui, mais le chemin sera long et semés de cadavres, de violence, de sang…

Cotton actionne la pompe de son calibre 12 et refait feu à travers le bar, criblant de plombs le cadavre de Jessie. Ils l’ont pas encore fabriquée, la cartouche de fusil à pompe capable de perforer trois cents bonnes livres de gros bouseux du Kentucky.

Si les chapitres sont trop courts, par contre, ils nous font descendre toujours un peu plus bas dans la noirceur et dans la violence purement gratuite. Noirceur dans l’âme des personnages principaux, pour qui la vengeance est ce qui les fait avancer  dans ce monde où le repos de leur âme n’existe pas.

« Pike », c’est un roman qui nous plonge brutalement dans un univers sauvage, rude, sans complaisance, où tout est noir. L’auteur nous traînant dans des squats de junkies ou dans les relais routiers des quartiers pauvres de Cincinnati, en passant par des ring de boxe.

Tout ici n’est que violence, qu’elle soit psychologique ou physique. Le tout est purement gratuit, parfois.

Et c’est là que le bât blesse un fois de plus : il manque de la profondeur dans l’histoire. Dommage, ce petit plus en aurait fait quelque chose de grand.

Malgré toutes mes critiques, j’ai passé un sacré moment de lecture et j’en ressors groggy, comme si je m’étais faites boxer par Rory, juste bonne à lire « Oui-Oui part en vacances ».

Livre participant aux challenges « Thrillers et polars (2013-2014)«  de Liliba et au  « Challenge US » chez Noctembule.

Le Facteur sonne toujours deux fois : James M. Cain

Titre : Le Facteur sonne toujours deux fois       big_3

Auteur : James M. Cain
Édition: Folio Policier / Série Noire Gallimard

Résumé :
Chômeur à vingt-quatre ans, Frank Chambers arpente les routes, une petite valise à la main, à la recherche d’un emploi. Il s’arrête à une station-service restaurant. Le patron, Nick Papadakis, qui exploite l’établissement avec son épouse Cora, lui propose un travail. Après avoir aperçu la jeune femme, Frank accepte de rester et devient rapidement son amant. Ensemble, ils décident de tuer Nick.

Petit plus :
À sa parution en 1934, ce roman reçut de nombreuses critiques élogieuses.

Novateur par son écriture concise et rythmée, le livre l’est tout autant par le choix de son sujet. Cette passion banale entre deux êtres très ordinaires débouche sur un crime dont les mobiles centraux sont l’argent et le sexe.

D’un regard distancié, sans porter le moindre jugement moral sur ses personnages, James Cain met en évidence leurs motivations et montre comment l’obsession de la réussite aboutit au naufrage d’individus fascinés par le rêve américain.

Ce récit a donné lieu à différentes adaptations cinématographiques, notamment en 1946 avec Lana Turner, puis, en 1981, avec Jack Nicholson et Jessica Lange.

Critique :
Ne cherchez pas une signification au titre, ni de facteur dans l’histoire…  L’auteur, James M. Cain lui-même, ayant indiqué avoir choisi ce titre à la dernière minute, étonné qu’un éditeur lui octroie enfin un contrat. Donc, pas de véritable sens à donner à ce titre pour le moins étrange.

Si ce roman ne raconte pas la vie dure d’un postier, il nous raconte un morceau de la vie de Frank Chambers, jeune « chômeur vagabond » de 24 ans, qui fait une halte dans une station-service-restaurant pour un repas.

Le patron, un grec du nom de Nick Papadakis, l’engage. Il tient son restaurant avec l’aide de sa belle jeune femme, Cora…

Là, je parie que vous voyez venir l’affaire qui est aussi grosse que le train postal Glasgow-Londres.

Et notre fringant ex-chômeur nous raconte, sans surtaxe, comment il est tombé amoureux de la femme du patron, rêvant qu’elle lui vérifie la colle de son timbre-poste.

J’avais tant envie de cette femme que je ne pouvais rien garder dans l’estomac.

Attirance qui se trouve être réciproque. Elle aussi veut se faire cacheter la lettre.

Sans tarder, il lui glisse son colis postal dans la boîte aux lettres (celle munie d’une fente), il lui cachette le timbre poste, le lèche, le retamponne, vérifie le colis sous tous les angles, fait des dépôts en liquide et tous deux nous rejouent la mythique scène de « L’arrière-train sifflera trois fois » (-18 ans)…

Non, les images et les détails ne sont pas compris dans le livre. J’extrapole un peu sur les scènes, mais ils s’envoient bien en l’air.

Liaison passionnée, sadomasochiste, même, puisque lors de leur premier baiser fougueux, Cora demandera à Frank de lui mordre les lèvres, ce qu’il fera, jusqu’au sang… Dracula en aurait défailli de jouissance. Entre eux, ce ne sera que morsures durant leurs étreintes brutales et rapides.

Elle semblait être l’ancêtre de toutes les putains du monde. Le diable en eut pour son argent, cette nuit-là.

Petit soucis dans leur romance timbrée et hautement sexuelle : le mari !

C’est là que nous remarquons que nous sommes en plein roman noir parce que, dans la collection Harlequin, le mari, voyant sa femme éprise d’un autre, aurait soit cédé sa place en pleurant de bonheur pour les deux tourtereaux, ou, au pire, demandé le divorce…

Avec un peu de chance, il aurait même eu un accident mortel, tout seul comme un grand, laissant par derrière lui une lettre dans laquelle il leur souhaiterait ♫ tout le bonheur du monde ♪… Oui, mais… On n’est pas chez Harlequin le champion de l’Amûûr, ici.

« Alors, on en fait quoi de mon graisseux de mari ? »
« Ben c’est tout simple, on le tue… »

Mais on entube pas… heu, on ne tue pas un grec aussi facilement que ça et notre ami survit au coup de la baignoire (Clo-Clo aurait apprécié que survienne la panne de courant, lui aussi).

Puisqu’il est gentil et un peu con, le mari ne remarque rien… La seconde tentative sera-t-elle la bonne ?? Nos expéditeurs veulent l’envoyer de nouveau ad patres, par recommandé cette fois-ci, avec accusé de réception de la part de Saint-Pierre.

Un mot, un geste, la Poste fait le reste… Signez ici pour l’âme du pauvre grec qui s’est quand même fait entuber.

On ne peut pas dire que ce livre pêche par un style littéraire utilisant les mots de plus de dix lettres du dictionnaire, ni que les dialogues soient d’Audiard, ils manquent même de descriptions de ce que font les protagonistes durant leur parlottes.

Malgré tout, la lecture se déroule sans accro, plus rapide que Chrono Post (pas difficile non plus d’être plus rapide que la Poste !).

Je pense que le style littéraire « un peu plat » est voulu, puisque c’est Franck Chambers qui nous raconte son récit juste avant de passer… Je ne vous dirai pas où !

On nagera dans le Noir, avec les tentatives de meurtres, le sexe bestial, l’envie,…

Avec un avocat retors et plus roublard que Perry Mason himself ! Un truc de fou où les agences d’assurances jouent leur grand rôle de faux-cul (elles sont faites pour ça).

Noir, parce que Franck Chambers est un gars qui a la bougeotte et que, une fois conquise la femme du grec, ben il n’aspire qu’à une chose : reprendre la route. Ils manquent même de séparer, la rancoeur ayant cédé la place l’amûûr.  Un comble alors qu’ils ont tué pour être ensemble.

Le noir, on s’y enfoncera jusqu’au genoux puisque deux coupables s’en sortiront… Et là où le Noir nous prendra à la gorge, c’est quand un innocent sera condamné à la potence. Ironie, quand tu nous tiens…

Qui avait dit « Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin ? ».

Décidément, dans les polars noirs, les hommes tombent à cause du fait qu’ils ont été tremper leurs biscuits dans des tasses de café dans lesquelles ils n’avaient pas à aller touiller.

Livre participant aux challenges « Thrillers et polars (2013-2014)«  de Liliba, à celui de « La littérature fait son cinéma – 3ème année » de Kabaret Kulturel et au  « Challenge US » chez Noctembule.