Le Trône de Fer – Intégrale 1 – Le Trône de fer/Le Donjon rouge : George R.R. Martin

Titre : Le Trône de Fer – Intégrale 1 : Le Trône de fer/Le Donjon rouge

Auteur : George R.R. Martin   big_4
Édition : J’ai Lu (2010)

Résumé :
Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage.

Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s’en sortiront indemnes…

Critique :
Non, non, non, « Le trône de fer » ne concerne pas les tribulations d’un pot de chambre… Bien qu’il faut tout de même signaler que certains personnages, dans le livre, en ont ch** dur !

Winter is coming… Bienvenue dans le jeu des Sept Familles, pardon, des Sept Couronnes (et on ne parle pas du dentiste !).

Ayant envie de me la couler douce lors de ma lecture, j’ai préféré d’abord regarder la série télé afin de ne pas me perdre dans la profusion de personnages et de pouvoir m’appuyer sur les acteurs choisis pour les rôles, sans devoir les imaginer. Farniente, quand tu me tiens…

Puisque la Saison 1 passait, aux yeux des fans, pour être plus que fidèle au livre, je ne risquais pas d’être perdue en ouvrant le pavé que constitue cette Intégrale 1.

Point de vue « série », j’avais ramé au départ avec la profusion des personnages, de l’intrigue et des détails, donc, cette remise à niveau livresque ne fut pas une perte de temps. Loin de là !

Le fait d’avoir regardé la série ne m’a pas privé de mon plaisir de lecture,  l’univers de Westeros étant plus riche et plus profond dans le livre. Cela m’a même permis de comprendre des petits détails que je n’avais pas capté.

Grosse différence par contre entre l’âge des protagonistes du livres et celui de ceux de la série. Ils sont fort jeunes dans le livre et j’ai parfois eu du mal avec leur jeune âge. Quant à Tyron Lannister, il est mieux dans la série !

La lecture est passé comme une lettre à la poste, malgré l’épaisseur de la brique et quelques longueurs, mais rien de grave, docteur, puisque j’ai coupé le pavé avec quelques polars noirs.

L’histoire, vous la connaissez, donc, pas de résumé, mais une liste de ce que j’ai aimé et quelques récriminations minimes…

1. Si la profusion de personnages est déroutante au départ et rend la lecture un peu laborieuse (ma mémoire ramait un peu), ils sont travaillés, complexes; ni tout noir, ni tout blanc; l’auteur n’hésitant pas à les mutiler, les tuer,… et plus, si affinités. Bref, réaliste !

Avoir vu la série avant m’a permis de mettre de suite un visage sur les personnages et de lire le livre tout en écoutant la superbe B.O.

De plus, qu’ils soient principaux ou secondaires, les personnages ont tous été travaillés, bien décrits, ils ont tous une histoire et un passé qui les caractérisent chacun.

2. L’agencement des chapitres : bonne idée de les présenter selon les Point De Vue (POV) de quelques personnages principaux. Cela nous offre une autre vision de l’histoire, les POV des personnages pouvant s’opposer puisque on peut passer d’un héros à un méchant.

Mieux : ce style de narration donne l’opportunité aux supposés « méchants » de justifier leurs actes.

Les différents POV peuvent éclairer leurs souvenirs respectifs et nous en apprendre plus, ou nous faire poser des questions. On suit donc chronologiquement les aventures de nos narrateurs en herbe.

3. Pas de Bisounours, c’est de la Fantasy sombre, réaliste et sans manichéisme : les méchants sont parfois à tuer (Joffrey, je t’aurai un jour), fascinants de méchanceté, de fourberie, de saloperie ou de sadisme. Quant aux gentils, ils ne sont pas tout blancs, ils ont même un sacré passif.

Pas de manichéisme ici : oubliez ! Pas de lutte du Bien contre le Mal, juste un jeu de pouvoir de niveau féodal où tous les coups bas sont permis, y compris sous la ceinture ou dans le dos. Mais ne cherchez pas de preux Chevalier Blanc…

On peut être un roi bon et un un dirigeant incompétent…

4. Les intrigues politiques sont dignes d’intérêt et on se dit que la fiction ne s’éloigne guère de la réalité. Alliances, trahisons,…

5. Pas qu’une seule intrigue, en plus, mais 3 pour le prix d’une ! On a les guèguères pour l’obtention du royal trône d’un côté; mélangé à ce qui se passe derrière le Mur et les héritiers Targaryen qui veulent redevenir khalife à la place du khalife…

6. De la violence, du sang, des tripes, de la rate et des boyaux… Des scènes de cul (dans la série, on voit des choses qui pendouillent), de l’inceste frère-soeur. Bref, pas de puritanisme ici ! L’auteur considère le cul comme ce qui fait tourner le monde. Il a raison, certains sont tombés bien bas à cause de leur zizi.

7. Les personnages (oui, oublié de le dire plus haut) évoluent : des gens qui nous semblaient détestables au départ peuvent se révéler plus aimables ensuite (Drogo) ou au contraire passer de « sympa » à « fils de sa mère » (Littlefingers a baissé dans mon estime !).

8. Un invité peu habituel : leur foutu climat ! Chez eux, les hivers peuvent durer des années et des années. Ça change toute la donne.

9. Les guerres incessantes et les jeux de pouvoir qui se jouent dans les pages sont jouissif.

10. Les loups de la famille Stark…

11. Par contre (je le savais mais c’est plus fort que moi) évitez de vous attacher aux personnages parce qu’ils peuvent disparaître… J’ai déjà perdu de ceux que j’appréciais beaucoup. C’est plus réaliste, je sais. Leur monde n’est pas très éloigné du nôtre.

12. Tyron Lannister : je l’adore ! Ce nain qui a la langue bien pendue (et pas que la langue, si vous voyez ce que je veux dire… Et ce truc là ne pend pas toujours…) est un personnage attachant, il a de la répartie et dans les Lannister, c’est le moins pire. Sans lui, il manquerait quelque chose dans le livre.

13. Ce qui me plaît aussi, c’est le côté « roman historique » avec ses chevaliers, ses épées, ses châteaux mélangés dans le surnaturel de la Fantasy (dragons), mais sans la facilité de la magie.

Ici, on ne se bat pas à coup d’Abracadabra ou d’Avada Kedavra, mais avec des épées ou avec des mots, pour les intrigues politiques, sans oublier les coups dans le dos. Seuls les plus forts ou les plus retors gagneront.

14. On sent que l’auteur a des références historiques : la guerre de Cent Ans, les Croisades, la guerre des Deux-Roses,… peuvent être les sources de son récit, sans oublier « Les rois maudits » de Druon. Westros ressemble à l’Angleterre du Moyen-Age. Le mur de glace est celui d’Hadrien, en plus massif.

Ils pensent tous que la menace viendra du voisin, mais elle viendra du Nord, par-delà le Mur…

15. Les chapitres se terminent par des cliffhangers : toujours du suspense, ce qui nous incite à toujours poursuivre la lecture. L’univers du roman est riche en rebondissements.

16. Bémol : je ne sais pas si la faute incombe au traducteur ou à l’auteur, mais il y a des redondances de certains termes et la prose est un peu simpliste. De plus, certains termes venant du langage médiéval sont un peu déroutant.

17. J’aurais aimé le POV narratif de Jaime, Cercei ou même de Joffrey afin de lui analyser sa petite tête de petit merdeux.

18. Scandale : les éditions « J’ai Lu » auraient pu se casser un peu le cul et nous sortir autre chose comme titre que « Intégrale 1″… Déjà que la version « poche » est découpée par rapport à l’originale !

19. Heu, la série n’étant pas finie… Quid si l’auteur décède ?

Bref, vous l’aurez compris, malgré quelques points négatifs, je me suis bien amusée avec la série et le livre.

Non, je ne sais pas si Martin est le nouveau Tolkien… Premièrement, je n’ai lu qu’un tome et puis, qui suis-je, moi, pour oser comparer Tolkien à un autre auteur d’une autre époque ?

Tolkien fut le précurseur… Chez Martin, pas d’Elfes, de Hobbit, d’orques ou d’Uruk-Hai !

Mais ses intrigues politiques valent le détour et je me réjouis de découvrir les Intégrales suivantes (tout en croisant les doigts pour que mes personnages préférés ne trépassent pas).

Titre participant aux challenges « Le Pavé de l’été » chez Sur Mes Brizées, au « Challenge US » chez Noctembule et Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle.

En 1997, « Blood of the Dragon » remporte le prix Hugo du meilleur roman court et « A Game of Thrones » le prix Locus du meilleur roman de fantasy.  Les trois premiers volumes de la saga ont également remporté le prix Ignotus en 2003, 2004 et 2006.

Publicités