Elfes – Tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus

4fa7b-preview_page-phpTitre : Elfes – Tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus            big_3-5

Scénariste : Jean-Luc Istin
Dessinateur : Kyko Duarte

Édition : Soleil (2013)

Résumé :
Les Elfes bleus d’Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrenn, ont tous été massacrés !

L’Elfe bleue Lanawyn et Turin, un homme réputé, enquêtent alors que toutes les pistes mènent vers un clan d’Yrlanais, ces Hommes du nord qui haïssent les Elfes.

Dans la cité île Elsemur, Vaalan une jeune Elfe bleue passe l’épreuve de l’eau des sens. La mère prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré.

« Celui qui contrôle le crystal, contrôle l’océan ».

Cette annonce fait grand bruit et il se murmure que Vaalann pourrait être le messie que les Elfes bleus attendent depuis plusieurs générations…

Entre enquête et initiation, cette histoire nous mène dans un monde de faux-semblants, de rêves et de désillusions !

Critique :
C’est grâce au magazine « Lanfeust » que j’avais découvert l’album 5 des Elfes.

Ayant pris mes renseignements sur la série, j’ai découvert avec ravissement que les éditions Soleil avaient lancé ce concept : faire une série de 5 albums sur un même univers – Elfes – mais en changeant à chaque album de scénaristes et de dessinateurs. Original ! Ce premier tome est consacré aux Elfes bleus.

Ouverture et feuilletage de l’album : un dessin maîtrisé, des couleurs pâles qui côtoient des couleurs plus chatoyantes, des Orks, des cadavres. Un début plus que prometteur.

Le scénario ? On se croirait dans une bonne vieille enquête : Turin, un homme, voyage avec la belle Lanawynles, Elfe de son état. Ils se rendent dans la ville portuaire d’Ennlya.

Là, c’est la stupeur additionnée de puanteur : tous les Elfes d’Ennlya ont été massacrés et tout porte à croire que le forfait a été perpétré par les Yrlanais, une tribu humaine qui entretient des relations houleuses avec ces voisins immortels.

Des problèmes entre les peuples, les races : on se croirait sur la Terre…

Lanawyn, aidée de Turin, va entreprendre la délicate mission d’élucider le mystère.Tout en faisant gaffe de ne pas se laisser mener par des indices de culpabilité trop gros que pour être vrai. Faudrait faire gaffe aussi de ne pas heurter certaines sensibilités, parce que dans l’ombre, ça complote ! Une étincelle et tout peut s’embraser.

L’album n’est pas uniquement centré sur l’enquête car « ailleurs », une prêtresse dévoile à la jeune Vaalann son destin : elle est l’Élue, celle qui sera digne de contrôler le crystal qui permet de se faire obéir de l’océan.

Avantage du format one-shot : on sait qu’à la fin, tout sera joué, pas de « suite » directe, le prochain album étant consacré à une autre race elfique (les Sylvains). Donc, pas de tirage en longueur.

Des inconvénients ? Oui et un fameux : le format du one-shot  n’autorise pas le développement des caractéristiques du peuple des « longues oreilles ». Pas assez de place que pour développer plus, ce qui n’aurait pas fait de mal… À mon avis, deux tomes auraient été nécessaires pour donner plus de corps à l’histoire et aux protagonistes. Comme quoi, quand c’est trop court, c’est pas assez long !

Ce que j’ai apprécié, en plus du graphisme, c’est l’alternance entre l’enquête de Lanawyn et Turin sur le massacre des villageois d’Ennlya  et le parcours de Vaalan pour devenir la guide de son peuple puisqu’elle est l’Élue. Le tout est habillement agencé et parfaitement imbriqué puisque tout se dévoile au fur et à mesure de l’histoire.

Suspense, pas de temps mort dans la narration, du mystère, une enquête « policière », de la nécromancie, de la lâcheté pour certains et du courage pour d’autre, une attaque « surprise », des gens qui veulent devenir Calife à la place du Calife, de la vengeance, de la haine, de la rancœur, de la xénophobie entre les différents peuples, de l’amitié, aussi… Bref, un cocktail des plus agréable.

Quant aux personnages, malgré le manque d’espace pour mieux les développer, ils sont intéressants, certains sont attachants et le tout est bien présenté, compte tenu des 52 pages pour pouvoir tout faire.

Ce récit, pour les habitués de la fantaisy, pourrait paraître « trop classique », mais il n’en reste pas moins « plaisant » et comme je vous l’ai déjà dit, les dessins sont superbes : que ce soit sur les gros plans des personnages ou des grandes cases montrant les décors majestueux du royaume marins des petits êtres bleus… Enfin, pas si petits, on n’est pas chez les Schtroumpfs non plus.

Le dessinateur a utilisé une technique que j’aime beaucoup : une grande image et des petites cases dessus. Ça varie et apporte beaucoup à l’originalité.

On ne lui reprochera que le fait d’être un one-shot et de ne pas avoir de tome 2 ainsi qu’un air de déjà-vu. Il me semble que le monde des Elfes pouvait donner plus d’idées moins  basique.

Attention, j’ai tout de même passé un très un bon moment d’évasion !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014).

CHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (2)

Publicités

3 réflexions au sujet de « Elfes – Tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus »

  1. Ping : Bilan Livresque : Décembre 2013 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s