Le marathon lecture suédois c’est parti ! (suivi)

Bon, ceci est mon premier marathon, mais je ne pense pas que je serai une coureuse de fond…

Faut dire aussi que entre faire les courses, ranger les courses, mettre la lessive à sécher pendant que Chouchou faisait la vaisselle, repiquer mon thym et mon aneth, repiquer aussi le petit cactus que j’ai hérité de ma grand-mère (elle en maison de repos, alors, j’ai pris son petit cactus chez moi), cuire le poisson, dîner (il était 12h30) et mettre tout à jour dans WP et FB… Vous comprenez pourquoi je n’ai que 74 pages de lues à mon compteur ! Et uniquement le matin…

J’ai choisi « Montage rapide des étagères Ikéa«  : de 10h à 22h le samedi  et/ou le dimanche. Bien que « Chroniques Littéraires » ait inventé, rien que pour moi, la catégorie « Je détale quand je vois un suédois, sauf s’il est tout nu »…

Samedi 22 mars : « Hanna était seule à la maison » de Carin Gerhardsen (10/18).

Le pitch du roman : Deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg.

Une jeune fille est étranglée sur un ferry entre Stockholm et la Finlande, et un nourrisson est retrouvé à proximité du cadavre d’une femme sans papier d’identité.

Au même moment, Hanna, trois ans, se réveille et découvre qu’elle est seule chez elle, enfermée à clé dans l’appartement familial.

Et le temps s’écoule…

23h30 (vendredi) : j’ai émergé du divan, les yeux en quiquines de poupousse. Merde, je n’ai pas vu la fin du second épisode de « Elementary » diffusé sur RTL-TVI… alors, à moitié endormie, je me suis brossé les dents et je me suis vautrée avec plaisir dans le lit conjugal, me blottissant contre ma source de chaleur préférée. Marathon de lecture ? Heu, c’était rappé pour minuit !!

06h00 : Vessie au rapport ! Faut éviter de boire du thé au soir… Pipi !!!! Une fois descendue pour vider, je n’avais plus envie de remonter dans le lit, alors, je me suis installé dans le divan pour lire mon livre.

Le livre commence avec une scène assez dérangeante : un père qui tripote le robinet de son fils… Nous sommes en 1964 et on ne sait pas encore à quoi cette scène se rattachera dans le roman…

Mon ventre gargouille… Vite grignoter un morceau et prendre une tasse de café. Hop, on se réinstalle, le livre et moi, bien au chaud sous le plaid, à moitié couché dans le divan, la tasse de café fumante non loin.

06h30 (j’ai pas vraiment regardé la montre) : On est revenu en 2007 et on a fait la rencontre d’une profusion de personnages !

  • Une femme avec son bébé qui hurle et son mari qui est au Japon, pour un séminaire.
  • Un appart, une fête, une mère à moitié beurrée avec sa bonde de loosers et ses filles (une belle, une moche) qui font quasi ce qu’elles veulent. Elles ont le feu au cul, aussi… Surtout la grande de 16 ans qui a déjà un mec de 24 ans.
  • Le copain… Parlons-en, tiens. Son père le brutalise, le fils se comporte comme une lavette, pas fait beaucoup d’études (pour ne pas dire « n’a rien fait), dépend de son père pour vivre et à une mère malade (qu’il doit garder, tu parles d’une vie).
  • Famille Sjöberg : 5 enfants. Tiens, c’est le nom du commissaire sur le quatrième de cover! Ils ont l’air d’une famille « normale ».
  • Petra et Jamal qui boivent un verre. On apprend que Petra est flic aussi.

Jusque là, on ne sait pas encore ce qui va relier tout ces personnages.

7h00 : Plus de café depuis longtemps… J’ai suivi Jennifer (fille chaudasse numéro 1) sur le ferry qui relie Stockholm à la Finlande. Son mec est avec, mais on sent que elle n’en a rien à foutre de lui. Là voilà même qui se fait un plan sexe avec deux hommes de 45 ans !

Voilà, j’en suis arrivée à la page 74 avant de partir pour faire les courses, vers 7h45… Oui, le magasin ouvre trèèèès tôt ! 😉

20h – 23h10 : de la page 74 à la… 308 !! Les 50 dernières seront pour demain matin. J’ai lu avec quelques interruptions, mais je dois dire que le roman se lit facilement, assez vite, qu’on ne s’embête pas et que tout est en train de s’imbriquer !! Là, je suis trop crevée que pour continuer. 😉

Dimanche 23 mars :

7h00 : Levée à cette heure-là et j’ai avalé un petit déj express, pris un mug de café brûlant et j’ai terminé le livre sur les chapeaux de roues !

Aaaah, enfin un roman suédois qui me plaît ! L’intrigue était bien, le suspense était au rendez-vous, les personnages intéressants, le rythme correct (ni trop rapide, ni trop lent). Un chouette moment de lecture, bien que la fin nous laisse avec beaucoup de questions quant au devenir de certains personnages et la découverte d’un complice… La suite au prochain épisode, sans doute… (Ma chronique ICI)

8h00 : montée en haut pour attraper un autre un autre grand blond aux yeux bleus et je suis tombée sur « Le sang des pierres » de Johan Theorin que je me suis empressée de sortir de la biblio dans le but de poursuivre le RAT.

Le pitch ? A Oland, à la fonte des neiges, de nouveaux venus s’installent à Stenvik : Vendela Larsson, qui a grandi sur l’île, occupe avec son mari, écrivain célèbre, une luxueuse villa flambant neuve. Peter Mörner réintègre sa maison familiale avec son fils et son père.

Le vieux marin Gerloff revient lui aussi au village de son enfance, peut-être pour la dernière fois. Les maisons de tous ces arrivants sont bâties, dit une légende de l’île, entre le monde des trolls, au fond de la carrière, et celui des elfes, qui dansent sur la lande. Cette frontière est marquée par une ligne rouge dans la falaise, une veine sanguine, qui a toujours porté malheur.

Et le malheur ne tarde pas à s’abattre sur cette communauté puisqu’on retrouve le père de Peter assassiné…

Après le brouillard d’automne de « L’Heure trouble », l’hiver, saison du deuil, de « L’Écho des morts », Johan Theorin tresse ici un suspense virtuose où se mêlent présent et passé sur fond de réveil printanier des forces de la nature.

De 9h00 à 12h00 : Faut croire que je ne suis pas faire pour les RAT… je me suis préparée mon repas de demain, j’ai rédigé les brouillons de mes deux futurs billets, j’ai regardé avec Chouchou l’émission « Escales » qui nous montrait de la cuisine chinoise bien appétissante, ensuite, on a préparé le Teppanyaki (il a coupé les filets de dindonneau et les légumes, a joué avec ses épices et les sauces).

12h30 à 15h30 : On a mangé et puisque le soleil brillait, après avoir été prendre l’air, je suis restée à la cuisine, dans le soleil, et j’ai rangé mes armoires… parce que entre mes tasses (collection) et mes boites (collection), mon homme ne sait plus où mettre ses épices (il en a tout plein). Donc, j’ai tout rangé et fait de la place, avec une planche rien que pour mes thés !

Bref, j’ai pas encore ouvert le livre ni lu une seule page… Non, je ne suis pas faite pour les lectures non stop. Je le fais d’ailleurs rarement, mais le petit RAT que je viens de faire m’a bien plu et je recommencerai, mais toujours à mon rythme 😉

17h00 : Commencé à lire 46 pages de « Le sang des pierres » et distraite ensuite par des tas de petites choses, tel qu’une émission sur « National Geographic » qui nous parlait de l’origine de l’homme, avec les dinosaures et les bêbêtes qui peuplaient la terre avant les grands dinos de Jurassic Park ! Vous saviez qu’il y avait eu des autres grosses bêtes avant les dinos, vous ??

20h00 : Grand Prix de Moto GP au circuit de Losail, au Quatar et Valentino Rossi a fait deuxième derrière Marc Marquez ! Mon pilote revient sur les devants ! Quoi ? Non, il n’est pas suédois, mais italien… non, le Quatar n’est pas un fjord suédois… Oui, je me suis dissipée de mon RAT, oui, ce n’est pas bien, non, je ne le ferai plus, oui, je vais lire sérieusement, là ! 😉

22h00 : Crevée, je vais au lit… Et je finirai ma lecture demain

Lundi 24 et mardi 25 : j’ai eu un peu de mal à continuer le livre parce qu’il était assez lent, mais le final était plus trépidant, ce qui me fait dire que le livre était « correct » mais sans plus et qu’il ne valait sans doute pas un « Prix des lecteurs 2013 », hormis pour le billet que j’enverrai à Asphodèle !

Ma grosse nique de ce roman est ICI ! Ce qui clôt le challenge « Un hiver en Suède » qui m’a fait passer de bons moments, même si les lectures n’étaient pas toujours au top ! Je le poursuis avec la suite, qui sera consacrée au polars du Nord de manière plus générale, autrement dit, je vais pouvoir sortir mes norvégiens, islandais, scandinaves, de ma PAL 😉

Winter on the island II

 

Publicités

Mr. Shivers : Robert Jackson Bennet

Titre :  Mr. Shivers                                                      big_2

Auteur : Robert Bennett
Édition : Eclipse (2011)

Résumé :
Etats-Unis, époque de la grande dépression. Par milliers, les gens quittent leur foyer, à la recherche d’une meilleure vie. Mais Marcus Connelly n’en fait pas partie. Lui ne désire qu’une chose : la vengeance.

Passager clandestin des chemins de fer, le vagabond couvert de cicatrices qui a tué la petite fille de Connelly rôde dans les campements de ceux qui ont tout perdu. Nul ne connaît son identité mais tout le monde connaît son nom : Mr Shivers.

C’est l’histoire d’une Amérique hantée par la mort et le désespoir. Un monde dans lequel un homme doit affronter une sombre vérité et répondre à une question : jusqu’où peut-on aller pour obtenir satisfaction ?

Critique :
Un mystérieux tueur en série que personne n’arrivait à stopper… Un homme qui décidait de traquer cet assassin qui lui avait ravi sa petite fille, sa route croisant celle d’autres personnes poursuivant le tueur eux aussi… Ça ne pouvait qu’être intéressant ! J’en avais eu l’eau à la bouche en achetant ce roman et c’est donc toute contente que j’ai entamé cette lecture.

La lecture s’est terminée avec la gorge sèche pour cause de récit qui ne m’a pas rassasié le gosier !

Le seul point positif, c’est la description de cette Amérique des années 30, après le krash boursier et la tempête de sable qui dévasta toutes les plantations, obligeant les gens à se mettre en route et à jouer les explorateurs des temps modernes, sillonnant leur pays à la recherche du travail, passagers clandestins sur les trains.

Pour le reste, l’histoire manque de rythme, les moments plus « intenses » étant suivis de moments plus calmes qui ne sont pas intéressants, juste bon à me faire bailler et soupirer. Quand je pense que certains auteurs pourraient me recopier l’annuaire de Saint-Embroisine et me captiver tout de même ! Là, il n’en fut rien.

Les personnages ne sont pas très attachants et le méchant vilain tout plein ne fait pas peur.

Dommage, parce qu’il a tout pour plaire, heu, pour déplaire, ce mystérieux tueur au visage couturé de cicatrices non esthétiques (n’est pas le sexy Albator qui veut) et au palmarès « cadavres » bien rempli. Il semble insaisissable, tuant sans motifs, sans mobiles, sans schéma précis, suivant juste sa route. Les membres de la série « Esprits criminels » y auraient perdu leur latin, avec un tueur pareil. Las… *gros soupir*

Ce tueur étrange, je me suis posée des tas de questions sur lui. Étrange, tout le monde connaît son nom : « Mr. Shivers ». Et tout le monde a des anecdotes sur lui (soit vu de ses yeux vus, soit raconté par d’autres).

Mais voilà, mal exploité, il ne fait même pas froid dans le dos, ce tueur ! Un comble.

Ce qui m’a dérangé aussi, c’est que je ne m’attendais pas à tomber sur du fantastique dans le livre. Et c’est là aussi que le bât a blessé…

Bref, je ne le recommande pas du tout !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), au Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon) et au  « Challenge US » chez Noctembule.

CHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (1)CHALLENGE - Polar historique CHALLENGE - US