Hanna était seule à la maison : Carin Gerhardsen [Saga Katarina Ewrlöf 2]

Titre : Hanna était seule à la maison                               big_3

Auteur : Carin Gerhardsen
Édition : 10/18 (2013)

Résumé :
Les policiers du commissariat d’Hammarby doivent agir vite.

En très peu de temps, deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg. Une jeune fille, issue d’une famille à problèmes, est étranglée sur un ferry qui fait la liaison entre Stockholm et la Finlande.

Sa petite sœur de 14 ans se retrouve seule, confrontée à une situation qu’aucune adolescente ne devrait connaître. En faisant son jogging, l’inspectrice criminelle Petra Westman découvre au milieu des buissons un nourrisson dans un état d’épuisement avancé, à proximité du cadavre d’une femme sans aucun papier d’identité.

Au même moment, une petite fille de 3 ans se réveille et découvre qu’elle est seule chez elle. Son papa est en voyage à l’étranger et sa maman est sortie avec son petit frère. Hanna se retrouve sans personne, enfermée à clé dans l’appartement familial.

Et le temps s’écoule…

Critique : 
Non mais allo quoi ? C’était donc si difficile de trouver un polar suédois qui m’enchante enfin ?? Apparemment, oui. Heureusement qu’il y a eu ce polar pour me réconcilier tout à fait avec les grands blonds aux yeux bleus (pax suédoise avait commencée avec le polar précédent « Du sang sur la Baltique).

Le livre commence par une scène d’inceste entre un père et son fils. Nous sommes en 1964 et nous n’en saurons pas plus lorsque le chapitre premier s’ouvre sur 2007 pour nous présenter toute une brochette de personnages.

On passe d’une famille où la mère se la joue « alcoolo cool », laissant ses filles vivre comme elles le veulent à une mère qui ne sait plus à quel « sein » (le gauche ou le droit) se vouer pour que son bébé, qui a une angine, cesse enfin de pleurer. Nous avons aussi un grand garçon de 24 ans qui se fait tabasser par son père, deux flics qui boivent une bière et la famille du commissaire Conny Sjöberg.

C’est assez touffu au début et ce n’est qu’au fil de la lecture que tout s’imbriquera parfaitement, nous démontrant qu’une connerie d’ado peut avoir des conséquences fâcheuses et entrainer tout le monde dans un sacré Tsunami.

L’écriture, au présent, est passée toute seule, les personnages étaient agréables et l’intrigue bien ficelée. Oui, je me suis laissé surprendre et j’aime ça.

Les pages se tournaient toutes seules et des 75 pages lues au début, les 275 autres le furent d’une traite (c’était un marathon lecture, mais le bouquin était un vrai page turner).

Une vraie lecture plaisir, avec du suspense, deux enquêtes dont on veut en savoir plus, et leur alternance fait que l’on ne s’ennuie jamais, même lorsque que des parties de chapitres sont consacrées à la vie des personnages. Sans oublier les passages avec la petite Hanna, seule à la maison… Angoissant !

Bon, une petite réclamation au sujet de la petite Hanna, justement, qui a presque 4 ans : elle avait plus de chance de se faire mordre par une chauve-souris enragée que de tomber, en appuyant au hasard sur les touches du téléphone, sur une gentille personne telle que Barbro, prête à la croire à retourner toute la ville de Stockholm pour la retrouver à l’aide de maigres indications.

Autre point négatif : le roman se termine un peu en queue de poisson, sans que l’on sache ce qui va arriver à certains personnages. La suite au prochain épisode ? Sans doute. Et je serai là.

Bref, une lecture vraiment super, sans pour autant transcender le genre. Plaisant et addictif.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  « Un hiver en Suède » de Mes chroniques Littéraires (plus au Marathon Lecture organisé par elle-même le 22 & 23 mars 2014).

Winter on the island IICHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (2)