Black Butler – Tome 1 : Yana Toboso

Titre : Black Butler : Tome 1                                   big_3-5

Scénariste / Dessinateur : Yana Toboso
Édition : Kana (2009)

Résumé :
Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d’une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d’érudition, d’éducation, d’art culinaire, rien à redire, il est parfait.

Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature… Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable…?!

Critique : 
C’est vraiment le hasard qui m’a fait découvrir ce manga… Alors que je me trouvais dans une bouquinerie, j’ai aperçu la couverture qui m’a fait de l’oeil.

Le prenant en main, j’ai tout de suite été attirée par le graphisme et l’univers « victorien » de ce manga. Les trois premiers tomes étaient disponibles, emballé c’est pesé !

Lorsque je le lus, je sus que ce manga n’était pas tout à fait comme je l’avais pensé… Pourtant, au premier abords, ce manoir perdu dans la campagne londonienne paraissait tout à fait normal.

Oui mais… Il est habité par des gens étranges : tout d’abord, Sebastian, un majordome à la beauté du diable qui m’a perturbé, ne sachant pas encore « qui » il était (merci à l’auteur d’avoir construit son récit pour n’en dévoiler au lecteur qu’au fur et à mesure de ce premier tome).

Ce majordome a un sourire ravageur, un maintien divin et un corps qui crie « déshabillez-moi de suite ».

Bizarre, bizarre, il a l’air de tout savoir faire… Gérer les autres membres du personnel, se battre, tout résoudre. Omnipotent, quoi.

Autre étrangeté : le comte Ciel Phantomhive est le jeune maître de ce manoir. Jeune ?? Oui, il 12 ans et gère l’industrie familiale : jouets et friandises. Au premier abord, il fait très « enfant gâté ». De plus, il porte un bandeau sur l’œil comme Albator.

Nous avons aussi un maître d’hôtel, Tanaka, qui ne sait rien faire d’autre que boire du saké mais qui a le style d’un vrai maître d’hôtel, lui !

Vient ensuite Bardroy, un cuisinier que je ne voudrais pas engager : ses plats sont douteux et il cuisine la viande au lance-flammes !!

La servante, May Lin, tellement maladroite qu’elle pourrait vous tuer sans le vouloir. À se demander à quoi elle sert avec ses lunettes en cul de bouteilles.

Un jardinier, Finnian, à la force surhumaine, qui se prend pour Démolition Man et qui entretient le jardin en le dévastant.

Bref, on a déjà une intrigue rien qu’avec les personnages et tout ce que Sebastian doit faire pour réparer leurs conneries !

Autre avantage : le manga est découpé en quatre chapitres qui s’attardent chacun sur une partie de la journée. Un vrai plaisir de suivre leurs aventures tout au long de la journée du majordome.

C’est là qu’on pourrait se demander ce que le magaka pourrait bien avoir à nous raconter de palpitant sur un majordome…

Passé les premiers « chapitres » où on voit la vie dans la maison Phantomhive et les folies de la fiancée de Ciel (oui, on se fiance au berceau, chez les nobles), voici qu’on entre dans l’action avec un mafiosi qui ne rêve que d’inonder l’Angleterre de drogue.

Attention, on a beau se trouver dans l’époque victorienne puisque nous sommes en 1888, on a tout de même des voitures et des téléphones qui ne sont pas d’époques du tout ! Sans oublier des armes à feu plus modernes qu’autre chose.

On se rend bien compte aussi que Sebastian est plus qu’un majordome, surtout lorsqu’il se bat contre toute une meute de mafioso déchainés !

Les dessins sont super et l’action bien représentée. Les dialogues sont savoureux et Sebastian est un personnage plein de ressources et d’humour.

Le premier tome est palpitant : il soulève bien des questions, sans répondre à toutes tout de suite, il aiguise notre curiosité, possède du mystère, de l’humour pince-sans-rire, des situations cocasses et on a qu’une envie : attraper la suite !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), au Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon), au Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine, au « Mois anglais III » chez Titine et Lou, au Challenge « Victorien » chez Arieste et au Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Black Butler – Tome 1 : Yana Toboso »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois anglais 2014 | Plaisirs à cultiver

  2. Ping : Billet récapitulatif I love London | Plaisirs à cultiver

  3. Ping : Le Mois Anglais is back the 1er juin : check-list et liste définitive ! | The Cannibal Lecteur

  4. Voilà un manga acheté sur un coup de tête et qui depuis dort dans ma bibliothèque. Tu vas peut-être me donner l’envie de l’en sortir.

    J'aime

  5. Ping : Le "Mois Anglais 2014" : Bilan de mes publications | The Cannibal Lecteur

    • Oui, très étonnant ! Au départ, on ne comprend pas trop, normal, on ne sait pas tout. Mais au fur et à mesure, l’auteur dévoile un peu et c’est ce qui est appréciable, il reste toujours un petit peu de secret caché, même après 15 tomes lus. 😉

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s