Black Butler – Tome 3 : Yana Toboso

Titre : Black Butler : Tome 3                                               big_3-5

Scénariste / Dessinateur : Yana Toboso
Édition : Kana (2010)

Résumé :
Pour démasquer Jack, Ciel s’est fait passer pour un enfant des rues suivit par Sebastian. Quand ils trouvent la dernière victime, il est déjà trop tard, mais le jeune Comte pourra t-il faire face à l’effroyable vérité ? Et Sebastian pourra t-il tenir tête à cet homme, l’un des rares à pouvoir lui donner la mort ?

Sebastian affronte Grell dans un combat sanglant mais qui ne manque pas de panache ! Grell manie une faux de la mort, une arme de l’au-delà ressemblant fortement à une tronçonneuse.

Ce troisième tome tonitruant va nous plonger dans l’histoire de la famille Phantomhive et nous en apprendre un peu plus sur les motivations de chacun et sur le monde de la Mort…

Critique : 
Avantages de la série ? Trois petits tomes et l’enquête est bouclée ! Il en ira de même dans toute la collection.

Si le premier tome a commencé avec des scènes de vie quotidiennes, puis avec l’enquête qui se mettait en place, le deuxième a poursuivit l’enquête et s’est terminé sur un cliffhanger et voici le troisième qui est là  pour clore l’affaire et nous offrir un peu de détente ou de nouveauté dans les derniers chapitres.

Ici, on termine l’enquête de l’Éventreur : le combat initié dans le tome continue de plus belle entre Sébastian et le Shinigami, le tout servi par des dialogues amusants et croustillants.

Pourtant, Sebastian pourrait perdre la vie dans ce combat…

Le shinigami, bien que « mâle » parle de lui au féminin et ne rêve que de relation avec le diable de Sebas-Chan, tout en essayant de le tronçonner avec sa faux de la mort.

— En fait, nous ne pouvons sans doute pas nous comprendre, un shinigami a pour tâche de récupérer toutes les âmes, mais un diable est une bête nuisible qui dérobe les âmes pour les dévorer. Mes sentiments pour toi ne seraient jamais récompensés, c’est vraiment comme dans la tragédie de Roméo et Juliette. Si nous étions les acteurs principaux, même Shakespeare verserait des larmes. Aah, Sebas-Chan… renonce à ce nom funeste que t’a donné ton maître et n’ait d’yeux que pour moi. Pourquoi es-tu Sebas-Chan.
— À partir du moment où mon maître m’a nommé Sebastian, cela a constitué mon baptême et notre contrat.
— J’en ai des frisson, Sébas-Chan. Je serais même prête à porte ton enfant !
— Arrêtez, vous me dégouttez. Et c’est impossible, biologiquement parlant.
— Quelle froideur ! Beau Tyran ! Diable pareil à un ange. Corneille aux plumes de colombe. Mon agneau aussi avide qu’un loup !

On entrevoit aussi la fameuse « lanterne cinémagique » qui est le film de la vie des gens qui vont mourir. Là encore, de l’humour avec Sebastian qui, comme film de vie, revoit toutes les bêtises du personnel du manoir.

— Nous, les shinigami, recevons une liste de ceux qui doivent bientôt mourir, et nous leur faisons revivre leurs souvenirs au moyen de ce théâtre afin d’examiner quel genre d’humains ils étaient et quelle vie ils ont menés. Ainsi nous voyons s’il faut les laisser vivre ou s’il faut les tuer.

Nos amis ayant déjà découvert le coupable dans le tome précédent, nous avons droit ici aux motifs de cet assassin. J’avoue que le meurtrier avait un mobile plausible, compte tenu des circonstances de sa vie, mais pas d’excuses.

Le motif est même plausible puisqu’on a jamais connu ceux du véritable Éventreur.

La tante de Ciel nous en apprend un peu plus sur sa sœur – mère de Ciel – et sur leur assassinat dans l’incendie ainsi que sur ce qui a suivi. À chaque tome ses petites révélations. Cela aiguise la curiosité.

Pour l’imbécile qui aurait encore eu un léger doute sur la véritable nature de Sebastian, ce tome dissipe tout. Que ce soit durant la combat avec le shinigami ou après, lorsqu’un shinigami « bœuf carottes » arrivent pour infractions au règlement…

— C’est inhumain !
— En effet, car je suis une diable de majordome.
— Penses-tu qu’un diable peut l’emporter sur un kami comme moi ?
— Je me le demande, je n’en ai jamais combattu, je l’ignore. Mais puisque monsieur me demande de gagner, c’est ce que je vais faire.
— Je vous présente nos excuses pour le désagrément immense que cette chose vous a causé. Vraiment… Dire que je dois courber la tête devant une bête sauvage comme vous… quelle honte pour les shinigami…
— Eh bien, veuillez le surveiller correctement afin qu’il n’importune plus la bête sauvage.

Sebastian n’hésite d’ailleurs pas à parler de « contrat » entre lui et Ciel, qui est son maître.

— Maintenant j’appartiens corps et âme à mon maître qui possède même le moindre de mes cheveux. Aussi longtemps que notre contrat continue, j’obéis à ses ordres. Si mon maître m’ordonne de ne pas mourir, je ne mourrai pas. Mais s’il me dit de mourir, je disparaîtrai.

La froideur de Ciel se fait plus ressentir, il est moins « enfant gâté », plus mature, plus manipulateur, aussi. Il connait exactement les termes du contrat qui le lie à son diable de majordome et il en use.

— Parce que c’est ton travail. C’est parce que je savais que tu me protégerais même si tu devais mourir pour ça. Alors je n’ai pas tiré. Le contrat passé avec toi stipule que tu dois m’accorder ta force jusqu’à ce que j’ai atteint mon but et me protéger en empêchant que je meure. Si j’étais mort, il y aurait eu dérogation au contrat. Puisque le respect du contrat fait partie de l’esthétique des diables, tu étais censé venir à mon secours même si tu devais en mourir.

Ciel est sur échiquier, Sebastian est son pion, il est le roi et il sait que si le roi tombe, c’est « échec et mat ». Les pions, on peut les sacrifier à loisirs.

— Vous devez toujours utiliser adroitement vos pions pour rester en vie, en vous servant par exemple de moi ou de madame Red. Même si les cadavres de vos pions s’amoncellent au pied de votre trône, vous ne devez jamais tomber, car si le roi tombe, la partie est finie.

Mission « Jack l’Éventreur » terminée… Une de plus à ajouter au palmarès de Ciel, le chien de garde de la reine.

Ma première impression de la découverte de ces trois tomes était excellente, elle reste la même à la relecture.

Il faut tout de même aimer le fantastique, l’humour, les situations cocasses, les enquêtes et autres diableries !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), au Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon), au Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine, au « Mois anglais III » chez Titine et Lou, au Challenge « Victorien » chez Arieste et au Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Black Butler – Tome 3 : Yana Toboso »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois anglais 2014 | Plaisirs à cultiver

    • Oui, ça fait peur, du personnel pareil !! Mais ce ne sont pas des bras cassés, on l’apprendra plus tard ! 😀

      Bon sang, je ne leur confierais pas le dressage de table, la tonte du gazon ou la cuisine !! 😆 Mais ma défense, oui !

      J'aime

  2. Ping : Le Mois Anglais is back the 1er juin : check-list et liste définitive ! | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Billet récapitulatif I love London | Plaisirs à cultiver

  4. Ping : Le "Mois Anglais 2014" : Bilan de mes publications | The Cannibal Lecteur

  5. Ping : Black Butler – Tome 3 – Yana Toboso | 22h05 rue des Dames

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s