Les cafards – Une enquête de l’inspecteur Harry Hole : Jo Nesbø

Titre : Les cafards – Une enquête de l’inspecteur Harry Hole

Auteur : Jo Nesbø                                            big_3-5
Édition : Folio Policier (2006)

Résumé :
Un somptueux couteau thaïlandais enduit de graisse norvégienne est retrouvé planté dans le dos d’un ambassadeur scandinave.

L’homme est mort dans une chambre de passe à Bangkok. Près de lui, une valise au contenu sulfureux de quoi nuire, de quoi faire très mal…

A peine revenu d’Australie, Harry Hole repart pour l’Asie, ses usages millénaires, ses secrets et sa criminalité dont il ignore tout.

Toujours aussi cynique, intimement blessé, l’inspecteur venu d’Oslo va se heurter de plein fouet à cette culture ancestrale en pleine mutation. Un tueur local monstrueux le traque sans relâche.

L’affaire se complique au-delà de la raison. Bangkok reste une ville à part.

Un mystère pour celui qui s’y arrête.

Hole ira jusqu’au bout, au plus profond du cœur d’un homme, jusqu’à l’invraisemblable…

Critique :
Et bien, avec ce deuxième tome de Jo Nesbø, je viens de me réconcilier avec l’auteur ainsi qu’avec son inspecteur Harry Hole !

Si le premier ne m’avait pas convaincu à 100%, c’était en raison de l’amour immodéré qu’avait l’inspecteur Harry pour les boissons alcoolisées et qui faisait de lui une éponge imbibée, mais pas Bob (en Belgique, « Bob », c’est celui qui ne boit pas et qui reconduit ses potes avant d’être l’éponge du même nom). Ça le rendait chiant et très con.

Ici, bien qu’il ait continué de se biturer grave après ses heures de service à la police d’Oslo, il deviendra sobre comme un moineau une fois sur l’enquête Thaïlandaise.

« Il ne buvait pas pendant le service. Pas encore. Même s’il l’avait déjà fait, et même si le docteur Aune prétendait que chaque fissure prend naissance là où la précédente s’est arrêtée ».

Oui, l’ambassadeur de Norvège en poste à Bangkok s’est fait poignarder dans le dos pas un couteau thaïlandais enduit de graisse norvégienne… et dans son attaché-caisse, des photos compromettantes avec un homme adulte en train de faire des choses interdites avec un garçon mineur d’âge.

Harry Hole sobre, ça va beaucoup mieux, il fait des erreurs, mais il n’est plus le crétin fini qu’il était lors de son enquête en Australie.

Bon point aussi, le récit est plus captivant que le premier, l’auteur passant plus de temps à nous parler de l’enquête qu’à nous jouer le guide du voyageur comme il le fit en Australie.

On apprend des choses sur la Thaïlande, mais le pan « roman policier » est majoritaire sur le côté « guide du routard historique ». C’est bien simple, je n’ai pas vu le temps passer ni les pages se tourner.

Par contre, l’appellation « thriller » noté sur la couverture est usurpée. Nous ne sommes pas dans un thriller où l’on court dans tous les sens, mais dans un roman policier, tout simplement.

Harry est toujours aussi « je broie du noir du matin au soir » mais il semble moins s’apitoyer sur lui-même et le personnage de l’inspecteur gagne des galons dans mon estime. Son cynisme me plaît toujours aussi bien.

— Parle-moi un peu du trafic des filles, dit Harry.
— Il est à peu près aussi dense que la circulation.

— Tu ne dois pas sous-estimer la part d’irrationnel dans la nature humaine…
— Quand tu vises un clou et que tu te tapes sur le pouce, qu’est-ce que tu balances contre le mur ?
— Le marteau ?
— Bien, ca fait quel effet, d’être un marteau ?

J’ai bien aimé comment l’auteur a mené son histoire, sans tout dévoiler, cachant bien ses fausses pistes, ses vraies et mettant à notre disposition une palette de personnages assez bien colorés, le tout imbibé de culture thaïlandaise sans tomber dans l’excès.

Une enquête pas facile pour Harry qui devra ménager la chèvre et le chou, le pédophile et la diplomatie, manier la politique de la langue de bois et tenter de résoudre cette affaire assez obscure.

Un bon polar qui m’a fait passer un agréable moment de lecture dans la chaleur étouffante de la ville de Bangkok en proie au tourisme sexuel.

— Ils [les américains] les amenaient par avion de Saïgon, pour les permissions de deux jours. Aujourd’hui il n’y aurait pas d’industrie du sexe ici sans l’intervention de l’armée américaine. L’une des rues, ici, a même reçu officiellement le nom de Soi Cowboy.
— Alors pourquoi ne restaient-ils pas là-bas ? Ici, c’est pratiquement la cambrousse…
— Les soldats qui souffraient le plus du mal du pays voulaient par-dessus tout baiser à l’américaine, c’est-à-dire dans des voitures ou des chambres de motel. Ils avaient même la bière américaine dans les minis-bars des chambres.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), le Challenge « Nordique » chez Mes chroniques Littéraires, le « Challenge Ma PAL fond au soleil – 2ème édition » chez Métaphore et Ma PAL « Canigou »… C’est du massif !

Publicités

9 réflexions au sujet de « Les cafards – Une enquête de l’inspecteur Harry Hole : Jo Nesbø »

  1. Hole c’est comme le bon vin, il se bonifie avec le temps !
    Surtout à partir du suivant (Rouge gorge) il y fait une rencontre décisive et du coup les différentes enquêtes suivent vraiment un fil rouge

    J'aime

    • Ouf, parce que le premier n’était pas super terrible ! Si je n’avais pas déjà acheté les trois premiers tomes, j’aurais arrêté là mon aventure avec le Harry !

      Bon, pas trop tarder à lire la suite ! 😉

      J'aime

  2. Oh ! je dois le lire ! Je voulais le faire en juillet, puis… pfff… j’ai fait autre chose ! Je vais le sortir de la valise. Il me plaisait bien cet inspecteur torturé !

    J'aime

    • Moins torturé, ça va mieux, on sort un peu du cliché du flic torturé à mort qu’à la fin ça en devient lassant vu qu’ils sont tous pareils 😛

      J’avais failli ne pas lire les autres car le premier tome n’était pas super (me demande pourquoi il a un prix, tiens !) mais j’avais acheté les trois premiers en bouquineries, alors, j’ai poursuivis 😛

      J'aime

  3. J’ai lu celui-ci en premier, et je n’avais été qu’à demi-convaincue. J’ai ensuit poursuivi avec L’homme chauve-souris, et là… je ne retenterai pas l’aventure avec Jo Nesbo.
    Dans ma bibliothèque « de village », la bibliothécaire avertit les emprunteurs : attention, Jo Nesbo, très violent (il paraît). »

    J'aime

    • Violent ? Bof, j’ai connu pire. J’ai aimé les cafards, moins l’homme chauve-souris qui était à dormir… paraît que dans la suite, ça devient de mieux en mieux.

      Ton bibliothécaire doit avoir une définition surannée du mot « violence » 😀

      J'aime

  4. Ping : Bilan Livresque : Août 2014 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s