[Durango] – Piège pour un tueur : Yves Swolfs (Tome 3)

Titre : Durango – Tome 3 – Piège pour un tueur               big_3-5

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : des Archers (1983) / Dargaud (1983) / Alpen Publishers (1990-92) / Les Humanoïdes Associés (2006) / Soleil (2007)

Résumé :
Durango se remet peu à peu de sa blessure à la main et ne se résout pas à abandonner son métier de mercenaire. Chez un vieil armurier, il déniche un Mauser qui lui semble parfait pour l’assister dans sa nouvelle mission.

Le propriétaire d’une exploitation minière l’a contacté pour assurer sa protection et lui a donné rendez-vous au dépôt de la compagnie Allen. Mais quand Durango arrive au rendez-vous, c’est sur des cadavres qu’il tombe… sans parler des bandits qui semblent résolus à lui trouer la peau.

En allant à Silver Bridge pour y dénicher son employeur et éclaircir la situation, le cow-boy ne se doute pas qu’il se jette dans la gueule du loup…

Critique : 
C’est dans ce tome que notre Durango acquiert son fameux Mauser, dont le vendeur lui signale qu’il avait appartenu au « pistolero muet », faisant référence par-là au film avec Trintignan « Le grand silence ».

Ce pistolet automatique (10 coups) est là pour compenser le handicap de sa main droite et lui permettre de tirer de la gauche.

Aujourd’hui, il se rend en Arizona, au dépôt de la « Allen Minning » car le proprio l’a contacté pour jouer les bodyguard (sexy).

Pas de fanfare ou de pom-pom girl pour le beau blond, mais plutôt des cadavres froids et raides pour l’accueillir ! Les traditions se perdent… Sans compter qu’ensuite, c’est une balle qui tente de lui raccourcir son acte de naissance !

Mon beau blond va pouvoir tester la puissance de feu de son Mauser M98. Au moins, de ce côté là, pas de soucis, devra pas le reporter au marchand !

Dans cet album, le dessin s’est amélioré, les traits de Durango sont mieux dessinés et les femmes devraient se pâmer devant sa jolie petite gueule d’amour et ses yeux vert qui crient « braguette ». Entièrement vêtu de noir, l’homme donne envie d’aller voir ce que tout ces habits cachent…

Notre bellâtre est tout bonnement tombé dans un guet-apens à son arrivée dans la ville de Silverbridge ! Bon, cela lui permettra, non seulement de mener une enquête afin de savoir pourquoi on veut lui coller la mort de Allen sur le dos, mais aussi d’augmenter son score de mecs refroidis. Faudrait que je les compte, tiens…

Toujours aussi froid et sans émotion quand il cherche ou joue à la Grande Faucheuse, Durango a néanmoins de la suite dans les idées.

Cupidité, soif de pouvoir, soif d’argent, magouilles et compagnie, manipulations, double-jeu, meurtres, vols, tentative de viol, bref un menu assez copieux pour ce troisième album. Sans compter les hommes qui sont fort devant un type désarmé et à plusieurs, mais qui souillent leur calebard quand le type récupère son arme.

Un étrange personnage mène aussi une enquête sur le maire, mais on ne sait pas trop dans quel camp il se situe. Seule la fin nous le dira.

À noter aussi l’apparition d’un « Blondin-Clint Eastwood » dans la personne d’un cavalier qui passe dans la rue (page 32).

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), « Le mois Américain » chez Titine, Challenge « Polar Historique » de Sharon, Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez Cannibal Lecteur (oui, chez moi !) et le « Marathon Bédé » chez Chroniques Littéraires.

Publicités

5 réflexions au sujet de « [Durango] – Piège pour un tueur : Yves Swolfs (Tome 3) »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois américain 2014 | Plaisirs à cultiver

  2. Ah tiens, cela me rappelle mes années BD… cela date (sans doute il y a plus de vingt ans!)… je passais des journées entières à lire toutes les bd de la bibliothèque municipale. Celle-ci est passionnante, mais ma préférée est sans doute Thorgal (avec XIII). Il y en avait une autre, dont je n’ai jamais retrouvé le nom, une série de bd dans le genre space opéra avec un héros aidé un géant rouge très costaud… Il faudrait que je me replonge là-dedans…

    J'aime

    • Je n’ai jamais quitté mes années bédés et mes XIII, je les ai relus cette année, tout à la suite, mais malgré tout, m’a fallu des aspirines à la fin, parce que l’auteur en a fait un peu de trop… ça devenait lourdingue.

      Thorgal, je les ai aussi, mais je les lis moins souvent… ma préférence restera aux gags de Gaston, au Spirou de Franquin, à Lucky Luke et Buck Danny et j’en passe !

      Pour le space opéra, je ne vois pas…

      J'aime

  3. Ping : Bilan du Mois Américain : Septembre 2014 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Challenge « Il était une fois dans l’Ouest  : reprise par le Cannibal Lecteur | «The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s