Ça y est, je l’ai fait !!

Là, vous vous demandez de quoi je peux bien parler… Non, je n’ai pas sauté à l’élastique, ni en parachute, mais j’ai tout simplement lu mon premier roman sur liseuse !

Oui, oui, une vraie ! Je ne parle pas ici des quelques romans que j’avais lu en alternance sur format papier et sur mon PC avec l’aide de « Calibre », le programme qui gère les bibliothèques numériques.

Attention, je n’ai pas encore acheté de liseuse, mais mon essai est concluant, je vais donc franchir le pas…

Comment cela se fait-il que j’aie lu sur liseuse mon roman ? C’est tout simple… À force d’acheter mon café chez le même fournisseur depuis des années, on croise des gens, on lie des amitiés.

Et un des pensionnés que je connais depuis des lustres m’a montré sa liseuse (rhô, bande de cochons, je ne parle pas de sa chose, mais de sa liseuse !) fraichement acquise. Là-dessus, je lui ai proposé quelques romans à mettre dessus, j’ai emporté sa liseuse au boulot car j’avais des livres numériques sur la base de données, et après quelques petites manipulations, les livres étaient dessus.

Échange de bons procédés, il me l’a laissé une journée pour que je la teste et que je vois si oui ou non je franchissait le pas.

Le petit bémol vient de l’affichage de la page, que je trouve fort sombre. Pour l’avoir plus net, il faut une lampe de bureau ou mettre le rétro-éclairage en marche. Par contre, au soleil, c’est nickel !

Pour bien tester, j’ai coupé sa lumière et j’ai lu avec cette page fort sombre et tout compte fait, je n’ai pas forcé sur mes yeux, tout a bien été.

Me voilà donc prête à passer à l’étape ultime : la liseuse !!

Demain, la chronique du livre lu au format numérique : « Justice noire, misère blanche » de Donald Goines.

Chevauchée avec le diable : Daniel Woodrell

Chevauchée avec le diable - Woodrell
Titre : Chevauchée avec le diable                          big_3-5

Auteur : Daniel Woodrell
Édition : Payot et Rivages (2002)

Résumé :
1860. la guerre de sécession fait rage. les armées régulières des fédéraux et des confédérés s’affrontent a l’Est, mais a l’Ouest, dans les étendues sauvages du Kansas et du Missouri, des hommes se réclament de leur propre drapeau.

À seize ans, Jake Roedel et son frère de sang Jack Bull Chiles rejoignent l’une des troupes rebelles sécessionnistes. ils font l’apprentissage d’une vie qui leur semble héroïque, une vie ou la violence la plus inhumaine est si fréquente qu’elle parait presque acceptable.

Durant ces quatre années de guerre, Jake fera la découverte de la loyauté et de la trahison, et, quand naîtra la profonde amitié le liant a un « nègre », de la mort et de l’amour.

« Chevauchée avec le diable » est le récit flamboyant d’un voyage initiatique au sein du conflit qui déchira les États-Unis. Il nous fait découvrir un aspect peu connu de cette guerre civile et met en scène des passions et des émotions complètement intemporelles.

Critique : 
1860… La guerre de Sécession n’est pas encore officiellement déclarée que déjà des hors-la-loi se réclament de leur propre drapeau.

Restez bien scotché au fond de votre selle, parce que vous allez suivre ceux que l’ont nomme les Bushwhacker durant quelques années.

Des quoi ? Des Bushwhacker. C’était le surnom donné aux malfaiteurs qui se réclamaient plutôt des thèses sudistes et étaient des pro-esclavagistes (au contraire des Jayhawkers qui se réclamaient plutôt des thèses nordistes et anti-esclavagistes).

Jake Roedel, Hollandais d’origine, 16 ans et toutes ses dents, fait partie de cette bande de rebelles sécessionnistes, accompagné de son frère de sang, Jack Bull Chiles.

Ces hommes ne veulent pas endosser l’uniforme des Sudistes, ni appartenir à une armée régulière. Eux, tout ce qu’ils veulent, c’est que l’envahisseur Yankee foute le camp de leur pays, et ils sont prêt à tout pour ça.

Nous allons les suivre durant quatre années, quatre années faites de pillages, de pendaisons d’émigrés, de raids contre les fédéraux, de repos durant l’hiver, de crimes gratuits, et j’en passe.

Pourtant, malgré ce climat de violence, j’ai trouvé le récit assez « sobre », si je puis me permettre, bien que la mise à sac de la ville de Lawrence par eux, additionnés des troupes de Quantrill, soit un véritable massacre.

Les personnages ont tous un petit quelque chose qui les rend humain à certains moments. Jake « Dutchy » Roedel n’est qu’un gamin qui a pris les armes. Lui et son frère de sang baignent tellement dans la violence qu’elle fait partie de leur quotidien, qu’elle est devenue acceptable. Pour eux, ils sont héroïque.

Bizarrement, ils ont beau être des pro-esclavagistes, il y a tout de même un nègre (ceci n’est pas un terme péjoratif de ma part) dans leur troupe de sanguinaires : Holt, qui se bat avec eux.

— Ce que je sais, c’est qu’il y avait tous ces nègres morts à Lawrence. Je n’arrive pas à les chasser de mon esprit.
— Il y avait beaucoup de morts à Lawrence, dis-je.
— Il n’ont pas épargné un seul nègre.
— Ils ne voulaient épargner personne, Holt.
— Jake, voici ce que je pense de ces hommes : les nègres et les Hollandais sont leur cible favorite. Pourquoi est-ce qu’on était avec eux ?
— Et bien, pour arrêter les agresseurs Yankee.
— Mais on ne les a pas arrêtés.
— Non.
— Et ils t’ont tiré dessus, et ils m’ont tiré dessus.
— C’était une affaire d’hommes, répliquais-je. Les affaires d’hommes n’ont rien à voir avec la guerre.

Et c’est là que certains personnages prennent toute leur dimension pour évoluer vers un mieux : Jake, petit à petit, va sympathiser avec Holt.

C’est le massacre dans la ville de Lawrence qui va ouvrir les yeux de Jake sur toute cette folie. Mais le réveil sera brutal pour lui.

D’un style agréable et facile à lire, ce roman a la bonne idée de nous raconter la guerre de Sécession vue d’un autre angle, une version peu connue mais qui mériterait de plus amples développements de la part des Historiens. À noter aussi qu’il y a des personnages ayant réellement existé ainsi que des faits réels, dans le roman.

La violence est présente dans les pages, elle y est souvent gratuite, les exactions des uns entraînant des réponses plus musclées des autres.

Toute la bêtise de la guerre qui, du jour au lendemain, peut vous faire passer d’homme loyal à « traitre » aux yeux des autres.

La guerre est synonyme de perte, mais la capitulation est synonyme de dévastation.

La rédemption est toujours possible et c’est sur cette note un peu plus positive que j’ai mis pied à terre, rangeant mes colts au fond de mes fontes et conduisant mon cheval à l’écurie pour un repos bien mérité après cette folle chevauchée qui m’a entrainée loin dans les terres du Missouri et du Kansas.

Une bien belle lecture passionnante, mélangeant les folles chevauchées avec des moments plus calmes.

Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, « Ma Pedigree PAL – La PAL d’excellence » chez The Cannibal Lecteur, Challenge « La littérature fait son cinéma – 4ème année » chez Lukea Livre et le Challenge « Le Mois Américain » chez Titine.

Vous l’avez reconnu ?? Son sourire n’appartient qu’à lui…