Justice blanche, misère noire : Donald Goines [NUM]

Titre : Justice blanche, misère noire                    big_4

Auteur : Donald Goines
Édition : Gallimard (2001)
Première publication : White Man’s Justice, Black Man’s Grief (1973)

Résumé :
Chester Hines est un Noir de Detroit jadis jugé pour meurtre et acquitté. Au volant de sa vieille Ford déglinguée, il grille un feu et se fait arrêter par la police. Comme il est déjà fiché, l’inspection est minutieuse et un flic découvre un pistolet dans la voiture.

Arrêté, Chester est incarcéré en attendant son jugement. Dans sa cellule, les détenus noirs font la loi et abusent sexuellement des Blancs, ce qui ne lui plaît guère. Jusqu’au jour où un maton décide d’intervenir et fait sanctionner plusieurs prisonniers sous l’accusation de sodomie.

Bientôt jugé et condamné à une lourde peine, Chester n’est pas au bout de son calvaire…

Petit plus : Noir de Detroit, proxénète, dealer, trafiquant et consommateur de drogue plusieurs fois emprisonné, Donald Goines a écrit une douzaine de romans au style épuré et d’un indéniable réalisme.

Le présent roman, publié en 1973, est une impitoyable description de l’univers carcéral, des brimades sordides endurées par les détenus les plus faibles et des rapports de domination racistes qui se trouvent inversés en prison.

C’est aussi un virulent pamphlet à propos du système de libération sous caution qui bafoue les droits des plus pauvres et singulièrement ceux de la communauté noire.

Critique : 
— Hé, man, si t’es à la recherche d’un récit trépidant avec des courses-poursuites, faudra que t’ailles voir ailleurs si j’y suis. Ici, tu mets les pieds dans un huis-clos sordide.

« Si ça te plaît pas, t’as qu’à demander à ton baveux commis d’office de te faire sortir de ce trou à rat. Mais n’oublie pas, man, si t’es pas un Blanchot, compte pas trop dessus. T’as pas la bonne couleur, man ! »

— Tout Noir qui n’est pas totalement dénué de connaissance est bien conscient que la démocratie, la liberté et la justice qui sont vantées dans les tribunaux ne sont qu’une façade. […] Un Noir est coupable jusqu’à ce qu’il prouve son innocence, et même alors on le trouve coupable à cause de sa couleur de peau. Alors pourquoi vous vous mettez en tête que ces flics puissent être différents ?

Bienvenue dans la prison du comté où les détenus attendent l’audience qui les déclarera coupable ou non du délit qui leur est reproché. Les cellules peuvent contenir 14 détenus mais elles sont occupées par une vingtaine d’hommes, ceux en trop dormant à même le sol.

La bouffe ? Dégueulasse ! Le café ? Amer. Le sucre ? Faut payer, comme pour tout le reste. La douche est au milieu de tout et les chiottes aussi. Que vous vous laviez ou que vous vous soulagiez, ce sera aux yeux de tout le monde.

Et pour peu que vous soyez un Blanc perdu avec quelques autres au milieu des Noirs et que votre petit cul soit à leur goût, vous n’échapperez pas à la perte de votre virilité par introduction d’un membre vigoureux dans votre fondement.

Un Blanc était obligé de se battre s’il voulait sauver son trou du cul.

Ne cherchez pas à vous évader, durant tout le récit, vous serez enfermé avec ces hommes et vous entrerez dans un véritable huis-clos oppressant où le plus fort mange à sa faim et le plus faible non.

Les garçons blancs se faisaient sodomiser et on leur piquait leur bouffe et leur argent. Ça se passait dans tous les blocs.

Si dehors, les Blancs sont les plus forts, dans la prison du comté, ce sont les Noirs ont le pouvoir sur les Blancs.

— Je vais faire payer à ces culs blancs les trois siècles de douleur qu’ils nous ont causés.

Le titre du livre résume bien toute l’injustice du système carcéral américain : la justice y est pour les Blancs, pas pour les Noirs. Un Blanc qui vole et qui tire purgera moins qu’un Noir qui vole sans faire usage d’une arme.

Triste constat que l’auteur nous rappellera souvent, dans ce livre : un accusé blanc a beaucoup plus de chance de faire moins d’années de prison qu’un Noir, quel que soit le délit, et y compris pour des délits moindres que ceux commis par des Noirs.

Idem en ce qui concernait les cautions, fixées à des montants exorbitants pour les prévenus Noirs, montants que les accusés ne récupéreront jamais, même s’ils sont jugés innocents.

D’abord, les Blancs sortaient sous caution beaucoup plus vite. Soit leurs amis réussissaient à trouver l’argent, soit leur caution n’était pas aussi élevée que celle de la majorité des Noirs. Quoiqu’il en soit, tout Blanchot assez malchanceux pour passer quelque temps dans la prison du comté vivait une expérience qu’il n’oublierait jamais. La perte de la virilité n’était qu’un début. La perte de sa vie était une probabilité non négligeable.

Pire, le jour de leur jugement, le juge a déjà lu leur dossier et décidé des peines qu’il leur infligera à chacun.

Chester Hines y est détenu, en attente de son jugement et il s’est lié d’amitié avec Willie Brown. C’est à deux qu’ils vont tenter de survivre à l’enfer.

L’homme a des principes : il ne sera pas un bourreau des Blancs, tout comme il n’a jamais accepté d’en être leur victime.

Avec un style propre à lui et un langage très argotique et fort cru, Goines aborde à travers les thématiques propres à la prison : l’homosexualité, le viol, la survie alimentaire, les comportements hiérarchiques, l’amitié, la trahison…

Rien n’est épargné au lecteur. Ici, tout n’est que noirceur. On s’en prend plein la gueule et on se dit qu’on n’aimerait pas se retrouver à leur place !

Malgré leur passé sombre, ces hommes ne méritent pas un traitement aussi inhumain de la part des gardiens car ces hommes n’ont pas encore été jugés « coupables » des délits qui leur sont reprochés ! Tellement inhumain qu’ils furent tous content d’être transféré à la prison de Jackson, après leur condamnation, c’est vous dire.

Un grand roman noir, véritable pamphlet sur le système carcéral totalement inhumain ainsi que sur l’injustice flagrante qu’il régnait dans les années 70. Un brûlot virulent sur le système des libérations sous cautions. Le pays n’en sortira pas grandi.

Les tribunaux sont surchargés, et le droit qui garantit au citoyen une audience ou un jugement rapides est bafoué, en premier lieu à cause de l’énorme quantité d’affaires que les tribunaux doivent traiter. Il arrive que des gens (dont une bonne partie sont ensuite innocentés des faits ayant conduit à leur arrestation) passent plus d’un an dans une prison de comté parce qu’ils ne sont pas en mesure de réunir les fonds nécessaires à leur caution. Et ceux qui ont la chance de trouver ces sommes ne les récupéreront jamais, même si en fin de compte leur affaire se solde par un non-lieu ou s’ils sont acquittés à leur procès !

Les Noirs sont conscients de cet abus, car ce sont eux, dans une très large majorité, qui en font les frais, et ce en permanence. Mais les Noirs n’ont pas les moyens de remédier à cette situation. Aucun de nos leaders noirs (ou plutôt de nos prétendus « leaders noirs ») ne semble vouloir affronter les municipalités sur ce terrain. Peut-être ont-ils peur d’offenser leurs amis blancs.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), « Ma Pedigree PAL – La PAL d’excellence » chez The Cannibal Lecteur et le Challenge « Le Mois Américain » chez Titine.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Justice blanche, misère noire : Donald Goines [NUM] »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois américain 2014 | Plaisirs à cultiver

  2. Eh girl, ça t’a pas manqué le contact du papier ?
    Au moins avec un roman noir tu ne risques plus d’avoir des traces sur les doigts 😉
    Elles me plaisent toujours autant tes chroniques, même quand le livre ne m’attire pas au départ !

    J'aime

    • Non man, j’ai zappé le papier parce que j’ai envie de passer à l’autre côté de la Force, le côté obscur ! 😀 Pour les gros volumes, ça m’évitera d’avoir des muscles à la Schwarzy 😆

      C’est génial, je devais pas mettre un objet lourd sur les pages pour éviter qu’il ne se referme. Génial pour celles qui lisent en mangeant 😀

      Vais éviter les traces sur la vitre de ma future liseuse 😉

      Faut toujours faire le curieux ! Parfois, un titre ne me botte pas chez les autres, mais je clique quand même, parfois, je suis agréablement surprise !

      J'aime

  3. Ping : Bilan Livresque : Septembre 2014 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Bilan du Mois Américain : Septembre 2014 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s