Half Moon Street : Anne Perry

Titre : Half Moon Street                                                                big_4

Auteur : Anne Perry
Édition:  10/18

Résumé :
En cet automne 1891, Londres semble bien triste au commissaire Thomas Pitt, depuis que sa chère Charlotte est partie se reposer à Paris.

Mais il n’a guère le temps de sombrer dans le spleen, car la découverte du corps d’un homme habillé en femme dans une barque, sur la Tamise, l’entraîne dans une nouvelle aventure pleine de mystère.

Qui était la victime et pourquoi cette mise en scène macabre ? Aidé de l’irascible sergent Tellman, Pitt fouille les consciences et les coeurs de la haute société, arpentant les coulisses des théâtres où se jouent les pièces d’un certain Oscar Wilde.

Gentlemen et ladies irréprochables peuvent parfois cacher de bien dérangeantes vérités…

Critique : 
♫ Depuis que je suis loin de toi, Je suis comme loin de moi, ♪ Et je pense à toi là-bas ♪…

Cette petite chanson aurait pu être fredonnée par le commissaire Thomas Pitt car sa douce moitié, Charlotte, est partie visiter Paris avec sa sœur Emily et son beau-frère. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

Contrairement à Thomas, je n’ai pas souffert de l’absence de Charlotte et de sa petite bonne, Gracie.

Attention, j’adore ces personnages, mais vu que le roman était très court (280 pages – lu en une journée), je n’ai pas eu le temps de me languir de leur absence.

Il faut dire que l’auteur ne perd pas son temps, dès la première page, boum, un meurtre assez sordide de par sa mise en scène : un homme, mort, habillé en femme et menotté dans une barque, les jambes écartés comme si… vous voyez ce que je veux dire.

L’enquête devra faire la lumière sur le coupable, le mobile et surtout, trouver l’identité de l’assassiné !

Dans ce roman policier victorien, le sujet traité sera « l’orgasme féminin dans la bonne société victorienne »…

Réanimez les culs-bénis, jetez de l’eau aux lecteurs en rut et restez calme !

Le sujet était tabou à ce siècle mais puisque l’art précède le progrès, c’est une actrice de théâtre qui a décidé de dénoncer le fait que la femme mariée devait rester passive durant l’acte, attendant que monsieur ait terminé sa petite besogne. Ça la fou en rogne que les femmes soient victimes des préjugés des hommes…

— Et quelles idées pensiez-vous faire évoluer avec cette photographie, Miss Antrim ?
— L’idée que la femme se satisfait d’un rôle passif dans l’amour, parce que c’est l’opinion des hommes depuis la nuit des temps ! Être prisonnier de ses propres préjugés est déjà bien triste, mais être prisonnier de ceux des autres est à mes yeux une monstruosité ! Vous ne comprenez donc pas ? s’écria-t-elle avec véhémence, agacée par le silence du policier. Personne, vous m’entendez, personne n’a le droit de décider pour autrui !

Le plaisir féminin ? Quel plaisir féminin ? Ça n’orgasme pas, une femme ! Et d’ailleurs, dans la bonne société, on n’en parle pas, on n’y pense même pas.

— Seuls les mots qui dérangent sont capables de nous faire réfléchir et évoluer. Grandir est souvent douloureux, mais refuser de grandir est le début d’une mort lente…

Le rythme de l’enquête est assez rapide, pas de temps à perdre à déguster des petits fours ou des sandwiches au concombres, bien que l’enquête soit tout de même entrecoupée par des petites scènes de vie quotidienne dans la famille de de Charlotte : en l’occurrence, sa mère et sa grand-mère.

S’il y avait bien un personnage que je détestais, c’était la grand-mère paternelle de Charlotte ! Une vieille dame aigrie, une vieille peau acariâtre et méchante. Bref, ce que je nommerai une frustrée de la vie doublée d’une mal baisée. De plus, cela fait plus de 20 ans qu’elle porte le deuil de son mari. Vous parlez d’un triste !

Et bien, ce tome a le mérite de m’avoir fait revisiter mon jugement sur cette sale bique octogénaire ! La tatie Danielle a des blessures secrètes et l’auteur fera monter le suspense jusqu’aux aveux. J’ai apprécié d’aller m’immiscer là où personne ne va voir.

Cette aventure m’a emmenée dans le Londres victorien des salons de thé et des pubs un peu mal famés, j’ai passé du temps avec des photographes, j’ai discuté un bout de gras avec Oscar Wilde, j’ai fouillé les tiroirs dans des arrières boutiques, mettant la main sur les ancêtres de nos images pornos… Et à cette époque, une jambe dénudée, c’était le summum de l’érotique.

— Une image qui n’est pas dérangeante ne fait pas évoluer les mentalités.

Des cartes postales inhabituelles ??? C’est à ce moment là que je me suis rendue compte que j’avais déjà lu ce roman il y a très longtemps. Diable, j’avais réussi à oublier le traumatisme de la tatie Danielle (pourtant, je n’aurais pas dû oublier, il est costaud) ? Par contre, les cartes postales osées étaient là, bien présentes dans ma mémoire. Mémoire sélective quand tu nous tiens.

Pas grave, de toute façon, j’avais tout oublié et le coupable, je ne l’ai pas vu venir ! Enfin, j’ai cru « le voir venir » mais je me suis plantée.

Un roman court, intense, pas le temps de s’ennuyer, l’auteur nous distille quelques vérités tout en nous proposant un sujet intéressant qui nous apprend un peu plus sur les mœurs de cette époque. Comme à chaque fois.

— J’ai entendu dire que c’était un pays peuplé de sauvages coupeurs de tête, murmura Mrs. Hunter-Jones.
— Des chasseurs de scalps, madame, la corrigea-t-il. Ce sont les Français qui coupent les têtes, si je ne m’abuse. Et sachez que ce sont les Blancs qui ont introduit la coutume du scalp; les indiens n’ont fait que les imiter. Ils étaient d’ailleurs bien plus doués que nous…
Il regarda au loin.
— Nous, nous avions les fusils, le whisky, la rougeole… Nous avons gagné.
Mariah Ellison lui lança un regard noir.
— Je ne comprends pas. Vous avez bien dit « rougeole » ?
— Oui, madame. Les Indiens ne supportaient pas le whisky, et la rougeole les a décimés par milliers. Nous pensons souvent, à tort, que les hommes ont la même constitution.

— […] La corruption ne se cachait pas; d’ailleurs, elle venait d’en haut : le gouvernement, les hommes politiques étaient corrompus. La violence régnait de chaque côté; la police ne valait guère mieux que les malfaiteurs. C’est terrible, n’est-ce pas ?

— Les esprits étroits critiquent toujours ce qu’ils ne comprennent pas, pour faire croire qu’ils dominent le sujet, en masquant leur ignorance, expliqua-t-il avec véhémence. C’est pour moi une perpétuelle source d’étonnement de constater que plus l’homme est stupide, plus il fait étalage de ses imperfections.

Attention, que, à force de partir en croisade, on en oublie les autres, leurs sentiments et le mal qu’on peut leur faire sans le savoir…

Lu dans le cadre du Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), du Challenge « Polar Historique » de Sharon, de l’Objectif « PAL Noire à Zéro » de George et « Vingt Mille Lieues Sous Mes Étagères » by The Cannibal Lecteur, du Challenge « Victorien » chez Arieste, du Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et, last but not leaste, d’une LC chezBianca.

Publicités

13 réflexions au sujet de « Half Moon Street : Anne Perry »

    • Oui, je sais, mais je n’ai pas mis le logo « I Love London »… dis-moi que je l’ai bien enlevé en le dupliquant ??

      Dis-moi que je l’ai bien enlevé du pavé de challenge que j’ai copié sous le billet !!

      Vu la teneur de ton message, j’ai dû oublier d’enlever le lien 😛 Et meeeerde ! 😀 Ton challenge Londres me manque…. 😦

      Bon, je ferai gaffe de l’enlever dans mon prochain copiage de liens pour challenge ! 😆

      J'aime

  1. Ping : Half Moon Street de Anne Perry | Dans le manoir aux livres

  2. Ping : Half Moon Street | des livres, des livres !

  3. Ping : Bilan Livresque : Septembre 2014 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : « Objectif PAL Noire à Zéro  ou « Vingt mille lieues sous mes étagères  | «The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s