Djebel : Gilles Vincent

POCHE 2Titre : Djebel                                                                           big_2-5

Auteur : Gilles Vincent
Édition : Jigal (2013)

Résumé :
Pendant des décennies, ils ont enfoui leurs lourds secrets…

Mars 1960 en Kabylie, le jeune appelé Antoine Berthier achève à l’aube sa dernière garde avant d’être libéré et pouvoir enfin retrouver ses parents et sa sœur jumelle qui l’attendent sur le continent.

Quelques jours plus tard, sans aucune explication, il se donnela mort sur le bateau du retour.

En septembre 2001, on découvre à Marseille, les corps sans vie de plusieurs de ses anciens compagnons d’armes.

Très vite, Aïcha Sadia, jeune femme d’origine kabyle, aujourd’hui commissaire, et Sébastien Touraine, ex-flic à la dérive, désormais détective, vont remonter les traces de l’Histoire…

Entre les errances d’alors et les rancœurs d’aujourd’hui, ils vont découvrir que des deux côtés de la Méditerranée les mémoires saignent encore…

POLAR - AlgérieCritique : 
On le sait, il n’y a pas de guerre propre… L’Algérie, je ne connais que des bribes, honte à moi. Tout ce que je savais, c’est que ça avait été une belle saloperie, comme toutes les guerres.

Ce roman est assez atypique et je dois dire que j’ai eu un peu de mal à rédiger ma chronique parce que j’oscille entre le « charmée » et le « déçue ».

Mes déceptions vont au style de l’auteur qui, d’un côté peut me réjouir et puis me faire passer au grincement de dents à cause d’erreurs dues sans doute à son désir d’en faire trop ou à des erreurs de « jeunesse ».

Autant les personnages peuvent être « grands » et « profonds », autant ils peuvent m’exaspérer par leur côté « je suis grand beau et fort ». Sans compter que le détective Sébastien Touraine, profondément blessé par sa précédent histoire d’amour, ait déjà envie d’embrasser la commissaire Aïcha Sadia…

Bon, je passerai sur le côté « coup de foudre » décrit de manière un peu malhabile et les autres erreurs parce que, dans le fond, l’auteur a su me surprendre et m’émouvoir.

Le fait de commencer le récit par un épisode de la guerre d’Algérie est une bonne idée, tout de suite on plonge dans l’horreur et on frémit à l’idée qu’un jeune homme soit déçu de « ne pas s’en être fait un »… L’être humain peut être aussi crétin qu’il est intelligent, on le sait.

Souvent, j’ai pensé que tout était plié et que l’auteur nous faisait comme dans un bon vieux Columbo en nous montrant tout. Et bien non, il a su jouer avec mes pieds, bien que j’aie deviné une chose importante, et ce, bien avant les policiers.

Pas de temps mort, un roman court qui se lit rapidement, mélangeant l’Histoire et le présent, le tout mené par deux policiers expérimentés : un ancien commissaire et une toute fraiche. Le tout sur fond de rancœurs vieilles de 40 ans (nous sommes en 2001).

Une lecture en deux teinte… Charmée d’un côté et embêtée de l’autre par quelques erreurs qui auraient pu être évitées à mon sens.

Malgré tout, je ne regrette pas ma lecture et je compte bien découvrir les autres ouvrages de cet auteur qui a du potentiel. À lui de faire attention à certaines choses.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015).

CHALLENGE - Thrillers polars 2014-2015 (1)

Publicités