Le Noël d’Hercule Poirot : Agatha Christie

Titre : Le Noël d’Hercule Poirot                                                      big_4

Auteur : Agatha Christie
Édition : Le Masque (1989)

Résumé :
Pour la première fois depuis vingt ans, le vieux Simeon Lee a décidé de réunir tous ses enfants pour les fêtes de fin d’année.

Le 24 décembre, on le trouve sauvagement assassiné dans sa chambre. Tout le monde, évidemment, détestait ce vieillard cynique : Alfred et sa femme pour la tyrannie qu’il exerçait sur leur couple, David pour les humiliations dont il a abreuvé sa mère, George pour la rente – trop parcimonieuse à son goût – qu’il lui sert, Harry, le fils prodigue, pour le mépris dans lequel il le tient.

Et puis il y a ce mystérieux M. Farr qui vient d’Afrique du Sud. Et la jeune Pilar, la petite-fille espagnole, n’a-t-elle pas déclaré froidement que, si elle avait un ennemi, elle n’hésiterait pas à lui trancher la gorge ?

Vraiment, le vieux Simeon n’aurait pas dû faire part devant tout le monde de son intention de modifier son testament, il n’aurait pas dû faire cette scène détestable à ses enfants réunis, il n’aurait peut-être pas dû faire devant Pilar étalage de ses diamants.

Critique :
Noël est ses réunions de famille version Agatha Christie : ça fleure bon le meurtre et le cadavre, pendu au sapin par ses boules…

Surtout que Siméon Lee est le parfait candidat au crime, le genre de type pour qui les prétendants se battraient pour lui faire la peau ou du moins, pour payer la balle qui le zigouillera.

Même moi j’ai failli le tuer, ce type aigri, mesquin, qui lance plus de piques que le docteur House (mais House, il est me fait rire, Siméon pas).

A défaut de pouvoir sabrer le vieux, sabrez le champagne parce qu’il a avalé son extrait de naissance.

Pas de bol, dans ce livre, les suspects sont légion. Tous avaient un bon motif pour envoyer le vioque tutoyer Dieu.

Nom di djû, mais qui a fait le coup ?? Vu que la romancière m’a souvent étonné, voir même troué le c** quelques fois… fallait être rusée pour trouver le coupable !

Donc, passant en revue les suspects, j’en avais éliminé un qui était tellement suspect (tout le monde le déteste) qu’on flairait le piège tendu par l’auteur. Cet homme a bel et bien quelque chose à se reprocher… mais je ne vous dirai pas quoi !

Le coupable n’est jamais le suspect le plus évident. C’est une Règle du roman policier et Agatha Christie la connaissait parfaitement bien.

Mais… vu que le reine du crime s’est bien souvent fendue d’écarts dans la Règle, on cogite et on se dit que le plus suspect est peut-être bien le coupable… et on se prend la tête parce que Agatha aurait pu ne pas respecter la Règle, une fois de plus.

Une fois de plus, je ne m’y attendais pas du tout… Quel roman ! Poirot est fidèle à lui même, exaspérant, mais je l’apprécie toujours.

Une constante, dans les romans d’Agatha : il faut respecter certaines règles de moralité, sinon… Sur cela, elle est très à cheval là-dessus. Pour le reste, comme le disait la pub pour un scotch célèbre : No rules ! (pas de règles).

transfert OK

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le Noël d’Hercule Poirot : Agatha Christie »

  1. Ping : Le Noël d’Hercule Poirot | Thé, lectures et macarons

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s