Un meurtre est-il facile ? : Agatha Christie

Titre : Un meurtre est-il facile ?                                              big_5

Auteur : Agatha Christie
Édition : Livre de Poche (2002)

Résumé :
Était-elle attendrissante cette vieille dame qui confiait à Luke Fitzwilliam qu’elle se rendait au Yard pour dénoncer un individu coupable d’une série de meurtres! Elle lui rappelait sa tante Mildred. Pour sûr, elle déraillait un peu…

Luke l’aurait d’ailleurs oubliée si elle ne s’était pas fait écraser un peu trop à propos par une voiture, juste avant d’avoir pu parler à la police.

Eh oui! la vieille dame avait raison : un meurtre est si facile – et même plusieurs – pour peu qu’une vie jusque-là irréprochable vous mette à l’abri de tout soupçon et qu’à un brin d’intelligence vous joigniez une chance exceptionnelle…

Mais, tôt ou tard, il y a une faille qui stimule l’intuition d’une vieille dame, réveille le flair d’un policier et chatouille l’imagination du lecteur.

Critique :
Mais que voilà un autre excellent roman de la Reine du Crime dans ma collection ! Lui aussi fait partie des premiers romans d’Agatha que j’ai lu et il était tout bon.

De plus, je suis toujours en admiration pour ces vieilles couvertures qui ont une histoire. Ce livre a vécu quelques vies avant d’échouer dans mes mains et il coule des jours heureux dans ma bibliothèque.

Cette enquête se déroule sans notre vaniteux détective aux moustaches lustrées, j’ai nommé Hercule Poirot et sans cette agaçante Miss Marple. Oui, j’ai un faible pour Hercule mais pas pour Marple !

Voilà donc un roman qui pourrait plaire au public qui déteste la vanité de l’un et les manières faussement modestes de l’autre.

Ici, c’est le policier retraité, Luke Fitzwilliam (non, pas Luke Skywalker !), qui mènera l’enquête sans signaler qu’il est policier, bien entendu. Par contre, dans la série télé, c’est avec miss Marple et Fitzwilliam est jeune et beau (photo en bas d’article, attention les yeux, les filles).

L’histoire débute dans un train. Les langues se délient, surtout celles des vieilles dames : elles sont si bavardes et parfois même commères !

Luke ne croit donc pas cette mignonne vieille dame qui affirme se rendre à Scotland Yard pour dénoncer un « serial killer ». Vous savez, les vieilles dames, elles font vite toute une histoire avec un rien…

Malheureusement, cette petite vieille là n’en faisant pas puisque, quelques jours plus tard, elle est assassinée.

Luke, estomaqué et atterré, décide alors de se rendre dans le petit village de Wychwood-under-Ashe où habitait cette dernière. Sous une fausse identité et un faux job, il se retrouve à loger chez une soi-disant « cousine », Bridget, une belle brune ténébreuse et méfiante qui cache bien des secrets…

Chaud, chaud… non, pas chez la mère Agatha, on reste sobre et on garde sa Chose au fond du slip. On n’y pense même pas, tiens !

Intrigue bien ficelée, agréable à suivre, où, comme d’habitude, on ne voit pas le coup venir et le coupable se révèle dans les dernières pages.

Agatha Christie mélange habilement « humour discret » (oui, j’ai souri lors de ma lecture, je m’en souviens) et « suspense » tout en profitant de l’occasion pour dresser un tableau caustique des habitants de ce petit village anglais.

Une fois pris dans ce roman, il est difficile de le lâcher, notamment les dernière pages qui offrent de bons rebondissements. Sans oublier que les meurtres sont légions et que ça trucide à tout-va !

Délicieusement sanglant !

Léger bémol, la dernière page est kitchounette à mort, digne de Harlequin, le champion de l’amour (celui qui tamponne comme un fou et que ça fait des phrases).

Sérieux, si mon homme m’avait balancé pareille déclaration, j’aurais rompu sur le champ, tant c’est gnangnan dégoulinant de romantisme à la fraise. Je veux bien du romantisme, ça ne me gêne pas, mais là, on frôle la crise de gagaterie.

Mais ce n’est pas bien grave, le reste du roman valait bien une déclaration à la Harlequin puissance 10 ! Après tous ces cadavres… Un coup de cœur à l’époque.

Et devinez qui jouait le rôle de Luke Fitzwilliam ?? Sherlock ! Enfin, je veux dire : Benedict Cumberbatch...

Et devinez qui jouait le rôle de Luke Fitzwilliam ?? Sherlock ! Enfin, je veux dire : Benedict Cumberbatch…

Publicités

8 réflexions au sujet de « Un meurtre est-il facile ? : Agatha Christie »

  1. Put……..!!!!! déjà jeune qu’il était mignon ce Sherlock !!!!! j’en veux un comme ça pour Noël !!!!!
    et j’ai prévu de lire tous les Agatha ( ou presque ) la prochaine fois que je me casse une jambe …ou en maison de retraite …on verra!

    J'aime

    • Il était à croquer, hein ??? Je me le ferais bien sous le sapin aussi. Ah zut, j’ai pas fait mon sapin ! Bon, ben, je me le ferai ailleurs dans la maison 😀

      J’ai fait tous les Agatha quand j’étais jeune… bon, je le suis toujours… 🙄

      J'aime

    • Chez nous, ils se regardaient dedans, passaient sous le sapin, mais ne jouaient pas trop avec les boules, mais par mesure de sécurité, on mettait des non cassables en bas 😀 Et puis, chez nous, à la campagne, les chats vivent dehors et rentrent peu.

      J'aime

    • Je cherche toujours l’adaptation télé, mais je ne la trouve qu’en streaming… :/

      Il est canon, le Benedict… mais ça me fait toujours sursauter quand je lis « Benedict me fait craquer », parce que à une lettre près, le « e » à la fin, c’est mon prénom 😆

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s