En ce lieu enchanté : Rene Denfeld

Titre : En ce lieu enchanté                                                               big_5

Auteur : Rene Denfeld
Édition : Fleuve Éditions (2014)

Résumé :
La dame n’a pas encore perdu le son de la liberté. Quand elle rit, on entend le vent dans les arbres et l’eau qui éclabousse le trottoir. On se souvient de la douce caresse de la pluie sur le visage et du rire qui éclate en plein air, de toutes ces choses que dans ce donjon, nous ne pouvons jamais ressentir.

Dans le couloir de la mort, enfoui dans les entrailles de la prison, le temps passe lentement. Coupés du monde, privés de lumière, de chaleur, de contact humain, les condamnés attendent que vienne leur heure.

Le narrateur y croupit depuis longtemps. Il ne parle pas, n’a jamais parlé, mais il observe ce monde « enchanté » et toutes les âmes qui le peuplent : le prêtre déchu qui porte sa croix en s’occupant des prisonniers, le garçon aux cheveux blancs, seul, une proie facile.

Et surtout la dame, qui arrive comme un rayon de soleil, investie d’une mission : sauver l’un d’entre eux. Fouiller les dossiers, retrouver un détail négligé, renverser un jugement.

À travers elle naissent une bribe d’espoir, un souffle d’humanité. Mais celui à qui elle pourrait redonner la vie n’en veut pas. Il a choisi de mourir.

La rédemption peut-elle exister dans ce lieu où règnent violence et haine ? L’amour, la beauté éclore au milieu des débris ?

Critique : 
En ce lieu enchanté règne toute sorte de princes : ceux des voleurs, ceux venu du royaume des assassins, des violeurs, nous avons aussi le roi des caïds, les rois de la pègre, les barons de la drogue… Que du beau linge !

Les seules oies blanches que vous croiserez sera les pauvres gars qui servent, contre leur gré, de femme objet aux caïds. Si d’aventure il y a de la blancheur, ce sera celle de l’héroïne.

L’histoire de ce roman se déroule dans une prison d’état, pas une prison moderne, non, une vieille prison sale, vétuste, où certains caïds font régner leur loi.

Notre narrateur est dans le couloir de la mort. Vous qui entrez ici… Oui, oubliez toute espérance.

Pourtant, j’ai décelé des soupçons d’humanité dans cette prison gangrénée par la corruption à tous les étages. Dans toute cette haine des autres et de sois-même, j’ai décelé des traces d’amour. Non, tout n’est pas perdu.

De notre narrateur, nous ne saurons que son nom ainsi qu’une partie de son enfance, mais rien des crimes qui l’ont conduit en prison. On se doute que ce fut terrible, horrible, mais on arrive pas à haïr cet homme qui n’a plus proféré une parole depuis des lustres. Cet homme qui s’évade au travers de ses livres qu’il chérit plus que tout.

Ce qu’il lit n’a pas d’importance. L’essentiel, c’est que la lecture lui ait ouvert un autre monde.

Quand je lis des livres qui parlent d’amour, je sais qu’ils disent la vérité. Cette vérité m’étreint le cœur à m’en faire mal. J’essaie de la voir à travers mes yeux, levés vers le plafond de pierre de ma cellule, et je me demande: Quel effet ça fait, de ressentir de l’amour ? Quel effet ça fait, d’être reconnu ?

Les livres ont apporté un sens dans ma vie, ils lui ont donné un sens; car la vie est une histoire.

Stephen King nous avait offert un récit rempli d’humanité dans La Ligne Verte et l’auteur de ce roman réussi l’exploit de nous parler du milieu carcéral avec sensibilité et beaucoup de douceur, sans tomber dans le pathos mais ça appuie là où ça fait bât blesse.

Je ne peux plus penser à ce monde du dehors, il est trop vaste, il me fait peur. C’est un cirque effréné qui résonne de l’affrontement des idées et des êtres. Depuis que j’ai neuf ans, j’ai passé mon temps enfermé quelque part. Je suis habitué à ces pièces contenues dans d’autres pièces, elles-mêmes contenues dans des enceintes de barbelés électrifiés. Les murs que d’autres trouveraient suffocants sont devenus mes poumons.

Le récit est court : 200 pages qui se lisent en quelques heures. Quelques heures dans ce monde enchanté, dans cette prison où les conditions de vie sont inhumaines et où la bouffe est tellement avariée que les soupes populaires ne l’ont pas voulue. Alors, des margoulins la revendent aux prisons…

Nous sommes en Amérique, dans un pays démocratique et civilisée (sois-disant) mais quand on entre dans cette prison, on a l’impression d’être reparti en arrière, vers le Moyen-Âge.

La prison accepte toutes les marchandises mises au rebut que même les soupes populaires refusent. Quand un magasin se retrouve avec une benne pleine de courgettes pourries, de viande avariée ou de rognures de légumes jaunis, il s’adresse à une liste de bonnes œuvres qui vont des refuges pour SDF aux agences alimentaires pour l’Afrique en passant par les soupes populaires. C’est seulement quand aucune n’en a voulu qu’ils téléphonent aux autorités pénitentiaires.

L’écriture est magnifique, sans chichis, sans fioritures, mais sa richesse fait mouche et vous transperce le cœur.

Mon âme m’a quitté quand j’avais six ans. Elle a passé un rideau qui claquait au vent et s’est envolée par la fenêtre. Je lui ai couru après, mais elle n’est jamais revenue. Elle m’a abandonné sur des matelas humides et puants. Elle m’a abandonné dans l’obscurité étouffante. Elle a pris ma langue, mon cœur, mon esprit.

Les personnages sont travaillés, sans avoir besoin d’en dire trop sur eux, ils sont profonds, qu’ils soient humains ou salauds.

Il y a de la pudeur dans ce roman qui ne porte aucun jugement mais vous laisse seul juge.

Même la Dame qui travaille pour un cabinet judiciaire et qui enquête sur certains prisonniers du couloir de la mort ne porte pas de jugement. Son rôle est de fouiller les dossiers afin de retrouver un détail négligé, dans l’hypothétique but de faire renverser un jugement.

Elle fait son boulot, sans leur chercher d’excuses, elle veut juste « comprendre » pourquoi, un jour, ces hommes sont devenus des bêtes féroces. Véritable enquêtrice, c’est dans l’enfance des criminels qu’elle va mettre le nez et ce qu’elle renifle ne sent pas bon du tout.

C’est sa mère, cette femme aux cheveux clairsemés, au corps tassé. Cette femme à l’haleine de pommes mûres, aux seins écroulés. Une femme qui, des années durant, a laissé des hommes passer sa porte pour abuser de son enfant. Pas parce qu’elle était une mauvaise mère, mais pour une raison plus difficile à accepter : parce qu’elle ne voyait pas le problème.

Si vous avez l’impression que ce roman est sombre et que le soleil n’est accessible uniquement par la petite fenêtre du parloir, vous avez tort. La lumière se cache dans les pages, aux détours des phrases, des personnages, et de toute la grandeur du récit.

Vous qui ouvrirez ce livre, n’abandonnez pas toute espérance. Dans la couloir de la Mort, il y a de la Vie. Et des larmes, aussi.

Je reste sous ma couverture pendant une éternité avant de décider que la dame est assez forte pour avoir posé les yeux sur moi. Un jour, elle considérera les monstres pour ce qu’ils sont et cessera de se demander pourquoi elle va les chercher. Elle arrêtera de se reprocher de vouloir leur édifier des châteaux forts. Les monstres ont besoin de paix, eux aussi. Les monstres ont besoin d’une personne sincèrement désireuse de les écouter eux-aussi, de les entendre vraiment, afin qu’un jour nous puissions trouver les mots qui soient davantage que des mots à cocher. Alors nous pourrons peut-être faire en sorte que jamais plus n’existent des gens comme moi.

Cet article clôt mon année littéraire 2014.

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015)et Le « Challenge US » chez Noctembule.

Publicités

22 réflexions au sujet de « En ce lieu enchanté : Rene Denfeld »

  1. Ping : Bilan Livresque : Décembre 2014 | The Cannibal Lecteur

  2. Celui-ci ne me tente a priori pas du tout. Son thème ne m’attire à la base vraiment pas mais tu as une telle façon d’en parler que je vais peut-être me laisser tenter. Surtout qu’il est visiblement très court.

    J'aime

    • Ce n’est pas mon thème de prédilection non plus, mais beaucoup en parlait en bien, alors, je me suis laissée tenter… la cover m’attirait déjà et comme le disait Yvan « dès qu’il y a des chevals, je ne me sens plus » 😆 La faute était comprise dans le comm (pour rire).

      Il est court et si tu as une liseuse, il existe en format numérique (que je peux te procurer).

      J'aime

  3. Ping : Le challenge USA revient | 22h05 rue des Dames

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s