Sherlock Holmes – Tome 2/2 – Les origines : Beatty & Indro

Titre : Sherlock Holmes, Tome 2/2 : Les origines                       big_3-5

Scénariste : Scott Beatty
Dessinateur : Daniel Indro
Édition :  Soleil Productions n° 2 (2012)Résumé :
« Le légendaire détective d’Arthur ConanDoyle revient dans une nouvelle aventure explorant ses origines jamais révélées ! Joignez-vous au docteurJohn Watson lors de sa rencontre avec le jeuneSherlockHolmes.Une rencontre qui définira à jamais le destin des deux hommes. En proie à des meurtres sanglants, Londres a peur.

Le Dr. Watson réalise que le seul homme capable de faire cesser les assassinats n’est autre que le jeune Sherlock Holmes, un apprenti détective aussi mystérieux que les crimes sur lesquels il enquête. »

Critique :
Second et dernier album des origines de Sherlock Holmes.

Le premier m’avait déjà bien plu, avec ses crimes sordides évoquant la mort de chacun des Césars (il y en eu douze), alors, c’est tout naturellement que je les relis régulièrement.

Cet album clôt le cycle de la rencontre entre Holmes et Watson, les auteurs les ayant fait se rencontrer avant « Une étude en Rouge », impliquant aussi, bien avant l’heure, des personnages canonique dans cette histoire.

Cela ne gênera pas les non connaisseurs et les connaisseurs auront un petit plus, puisque qu’ils ont lu le canon.

L’aventure, tout en continuant sur les meurtres sordides, englobera aussi celle du « Gloria Scott (bien connue des holmésiens), sans oublier le personnage de Victor Trévor, seul ami de Holmes au collège.

L’album, est un comics et non une bande dessinée habituelle. Les couleurs sont sombres, il y a beaucoup de traits sur les visages, les rendant moins esthétique, de ce fait.

Par contre, je salue une mise en scène des auteurs, nous faisant passer du présent à des évènements se déroulant dans le passé d’une manière très subtile.

Je m’explique : nous voyons la tête du pendu, couché au sol après sa dé-pendaison, ensuite, la case suivante, juste en dessous, nous retrouvons la même tête, mais dans un décor différent, l’homme étant endormi.

Dans une autre case un peu plus loin, on frappe à la porte de la chambre dans laquelle Holmes et Watson se trouvent, en la case suivante, à l’autre page, nous sommes ailleurs, avec un policier qui frappe à la porte de son supérieur.

Belle manière de mettre du suspense ou de passer à un récit dans le passé.

Juste un petit bémol, dès la première case, on voit Holmes se coiffer d’un deerstalker, la fameuse casquette à double visière, juste bonne pour les balades à la campagne. Il faut sans doute contenter les non-holmésiens qui pensent, dur comme fer, que cet appendice était le couvre-chef préféré de Holmes…

Dans cet album, nous découvrirons enfin la tête du Grand Méchant, totalement givré et possédant une invention diabolique qui servit assez bien dans les temps passé et que l’on nommait « le feu du diable ».

Le méchant expliquera pourquoi il a fait tout ça (les méchants parlent toujours trop), ses origines lointaines et nous donnera l’explication de son nom de famille.

Pourquoi pas ? On a déjà entendu pire.

Je m’en voudrais d’oublier de vous signaler que notre jeune Sherlock Holmes m’a rempli de joie avec une scène qui sera LA scène de l’album (pour moi). Je ne vous dis rien de plus.

Au final, nous avons Holmes et Watson qui emménagent au 221b et qui se retrouvent, ensuite, avec un Lestrade, sur une scène de crime, où le policier leur parie un mois de son salaire qu’une femme nommée Rachel est impliquée dans le meurtre.

Erreur, Lestrade !! Le grand « RACHE » inscrit en lettres de sang sur le mur signifie « Vengeance » en allemand…

J’ai passé un bon moment avec les deux albums et les relire afin de me remettre tout en mémoire m’a fait du bien.

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Arieste et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Publicités

Que ta volonté soit faite : Maxime Chattam

Titre : Que ta volonté soit faite [NUM]                                            big_5

Auteur : Maxime Chattam
Édition : Albin Michel (2015)

Résumé :
« Les enfants de toute l’Amérique avaient le Croquemitaine pour se raconter des histoires qui font peur, à Carson Mills, ils avaient Jon Petersen. »

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam dresse le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen – pervers psychopathe – de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle.

Petit Plus : Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible. Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime.

Nourri de ses lectures de Stephen King, Maxime Chattam s’inscrit ici dans la filiation de Jim Thompson et de D.R. Pollock dont Le diable tout le temps ne laissait pas indemne.

Critique : 
Si on m’avait fait lire ce livre à l’aveugle, j’aurais parié ma chemise et tout le reste que l’auteur était américain et auteur de polars noirs.

C’est toute nue que j’aurais terminé puisque Maxime Chattam est français et que le polar noir n’est pas son créneau habituel.

Pourtant, ce n’est pas la première fois que je lis cet auteur, sa trilogie du Mal m’avait déjà happé, ses autres œuvres aussi, mais je fus bien incapable de reconnaître sa patte.

Direction Ploucville… Enfin, Carson Mills, plutôt, mais c’est du pareil au même. Nous sommes dans les années 50-60, dans une petite bourgade un peu retirée avec des gens simples, frustres, une famille riche qui domine le tout et une division religieuse entre les luthériens et les méthodistes.

Et le Mal rôde en la personne d’un homme qui fera preuve d’une extrême violence envers les autres, avec sa femme, son fils et envers tout le monde.

Le premier chapitre est sans concession et je l’ai terminé en fermant les yeux, avalant difficilement ma salive. Le ton était donné : âmes sensibles, dégagez !

Sombre, violent, dérangeant, angoissant, avec un contexte social d’une petite ville en toile de fond. Bref, un p’tit roman noir serré comme je les aime.

Ce que j’ai apprécié, c’est que le premier chapitre donne le ton tout en nous présentant deux personnages clés – Jon Petersen et son fils, Riley – avant de faire un retour de plus de 30 ans en arrière pour nous expliquer l’histoire de Jon.

L’écriture est âpre et elle vous imprégnè, telle de la fumée qui se fixerait dans vos vêtements et sur votre peau. Nous sommes face à un roman cérébral qui, même refermé, nous fera encore cogiter longtemps.

Si la violence transpire à toutes les pages, elle n’est pas gratuite et bien souvent larvée, cachée, en attente. On la sent naître, on suspecte ce qu’il va se passer (ou ce qu’il s’est passé) et la sueur froide dégouline dans le dos. Bref, c’est pire qu’une explosion de violence. C’est sournois, même.

Les personnages sont typés, mais sans être stéréo (typés), ils sont travaillés avec peu de détails et, malgré tout, ils arrivent  à être tellement présent qu’ils vous hanteront longtemps après la fin (et vous mettrez des années à regarder les coquelicots sans frissonner). Il y a une dualité du Bien contre le Mal, au travers de deux personnages, qui ajoute de la pression durant la lecture.

La psychologie des différents personnages est très fine et bien mise en œuvre, notamment avec les deux communautés religieuses. Là, on est dans le très fin et on touche à l’excellence à tous les points de vue.

Chattam a dû biberonner aux grands auteurs noirs, les trempant dans sa soupe du midi et en reprendre dans ses biscuits de 16h. D’ailleurs, il en cite quelques uns – le shérif est un lecteur – et c’est pas de la gnognotte.

L’auteur a dû suivre aussi un stage de foot parce qu’il m’a taclé assez violemment alors que je soufflais après une accalmie et que l’enquête était en place.

Paf, dans ma gueule. L’équivalent du choc que le joueur Battiston a dû ressentir en se faisant percuter par Schumacher lors de la fameuse finale à Séville en 1982.

J’étais par terre, groggy, sonnée. Pas de gong pour sonner le glas, on se relève et on continue jusqu’à ce que je me reprenne un uppercut qui m’a envoyé au tapis.

Brillant ! Faudra d’ailleurs un jour que j’embrasse l’auteur – si j’ai le bonheur de le croiser – pour le remercier de m’avoir offert ça !

C’est un roman noir très fort, prenant et un coup de cœur, aussi fort que les coups de poings que j’ai pris. Chattam, il shoote et ça fait mal, mais c’est bon.

Avec ce livre, t’es sur un ring, tu te prends les coups, tu voudrais les rendre mais… t’en redemande !

Que ta volonté soit faite… et elle le fut ! Oh que oui !

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015) et Le « Challenge US » chez Noctembule.

BILAN - Coup de coeur