911 : Shannon Burke

Titre : 911 [NUM]                                                                        big_4

Auteur : Shannon Burke
Édition : Sonatine (2014)

Résumé :
Lorsqu’il devient ambulancier dans l’un des quartiers les plus difficiles de New York, Ollie Cross est loin d’imaginer qu’il vient d’entrer dans un monde fait d’horreur, de folie et de mort. Scènes de crime, blessures par balles, crises de manque, violences et détresses, le combat est permanent, l’enfer quotidien.

Alors que tous ses collègues semblent au mieux résignés, au pire cyniques face à cette misère omniprésente, Ollie commet une erreur fatale : succomber à l’empathie, à la compassion, faire preuve d’humanité dans un univers inhumain et essayer, dans la mesure de ses moyens, d’aider les victimes auxquelles il a affaire. C’est le début d’une spirale infernale qui le conduira à un geste aux conséquences tragiques.

Petit Plus : Dans un style viscéral, Shannon Burke prend littéralement le lecteur à la gorge et nous livre un portrait de la condition humaine digne d’Hubert Selby Jr ou de Richard Price.

Critique : 
911, Nine-one-one est un numéro que nous connaissons tous et toutes. C’est celui des urgences. Les urgences américaines, bien entendu.

New-York, années 90… Un groupe d’ambulanciers urgentistes que nous allons accompagner durant des interventions.

De grâce, laissez de côté vos souvenirs de la série Urgences ! Ici, pas de beau George ClooNescafé pour vous prendre en charge avec gentillesse tout en vous servant un ristretto.

Ici, le seul Noir que vous pourrez prendre, ce sera celui que vous chargerez – ou non – dans votre ambulance. Et si vous êtes un peu sadique sur les bords ou brisé par votre travail, vous le prendrez avec votre ambulance, mais au sens propre… Oui, « boum » dans un être humain.

Je vous avais dit que nous étions à New-York, mais dans le quartier de Harlem !

La misère humaine est celle de Zola, les êtres décharnés qui louvoient dans les rues ont tous une aiguille fichée dans le bras, ou presque. Le quartier est gangréné et l’amputation ne résoudrait rien. Des immeubles sont laissés à l’abandon et la population aussi. Ce qui ne la rend pas aimable, vous en conviendrez.

Vous intervenez pour essayer de sauver des vies et vous vous prenez des insultes ou des parpaing sur la tronche. Bienvenue à Harlem !

Nos voisins de Manhattan ont des boulots, ils votent, ils paient leurs impôts. Les gens qu’on a ici, c’est de la racaille. Des parasites. Et dès que quelqu’un essaie de les aider, ils se mettent à hurler, jamais un merci. Je leur souhaite tous de crever. Je leur souhaite tous de se prendre une putain de balle dans le foie et de crever de la mort la plus douloureuse qui soit. Mais s’ils souffrent, s’ils sont mes patients, je les soignerai mieux que Verdis. […] Ma façon de voir les choses, c’est que, pour préserver l’objectivité et la distance

C’est dans cette atmosphère particulière que travaille notre unité d’ambulanciers : des anciens, des vieux de la vieille, des altruistes, des sadiques, des blasés et notre Ollie, jeune bleu qui fait ambulancier afin d’avoir de l’expérience pour entamer des études de médecine.

Il est jeune et rempli d’empathie, l’amertume ne l’a pas encore contaminé, lui. D’autres sont déjà passé du côté obscur, se donnant pour mission d’éradiquer les drogués en les laissant crever (sorry pour le terme, mais c’est celui qui convient vu la manière dont c’est fait).

Il est difficile d’expliquer cette transition à quelqu’un qui n’a pas vécu çà, mais lorsque vous n’arrivez plus à dormir, lorsque votre vie vous semble complètement vide, que vous croisez la mort tellement de fois qu’elle en devient banale, que vous êtes dévoré par la culpabilité d’être vivant parmi les morts, alors vous finissez par devenir parfaitement insensible, immunisé contre les sentiments qu’éprouvent habituellement les gens, le genre de personne qui peut trébucher sr le corps mutilé d’un ado ou le cadavre pourrissant d’une vieille dame.

Chaque personnage est bien campé, a son caractère bien à lui, sa manière de bosser. Ollie est en apprentissage et son coéquipier est important. Nous verrons comment notre Olivier va basculer lentement du côté obscur de la Force. L’indifférence, ça te tue à petit feu.

De cette indifférence, qui n’est qu’une protection, découle un risque bien particulier du métier. Lorsque plus rien n’a de sens, y compris la vie ou la mort d’autrui, vous n’êtes plus qu’à un pas du mal. Et ce putain de pas est terriblement facile à franchir.

Si ceci est une œuvre de fiction, l’auteur, qui fut ambulancier, sait de quoi il parle et chaque intervention est tintée d’un réalisme qui frôle la perfusion… non, pardon, la perfection !

Sans jamais tomber dans l’excès de voyeurisme, sans temps mort, sans jamais gaver son lectorat de termes médicaux en tout genre qui ferait ressembler le roman à un syllabus médical, l’auteur a mis en place toute une histoire derrière et on s’attache à certains personnages, on les voit sombrer, se raccrocher, s’en sortir ou péter les plombs.

Attention, c’est sombre, c’est du p’tit roman noir serré et vos tripes vont se remuer parce que l’auteur a dû mettre les siennes pour l’écrire. C’est sans concession aucune.

Si le 911 a changé notre jeune Ollie en 11 mois, le 911 vous changera en 200 pages. Ensuite, comme eux, vous ressentirez un grand vide.

Excellent !

BILAN - Coup de coeurChallenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015) et Le « Challenge US » chez Noctembule.

Publicités

24 réflexions au sujet de « 911 : Shannon Burke »

  1. Très juste, chronique très juste ! On se souvient de cette lecture, longtemps après, je peux te le dire.
    Je savais que ça te plairait !
    Te rends-tu compte que durant la panne Facebook de cette semaine, le 911 a été envahi d’appels !! Délirant…

    J'aime

    • Un roman noir et je suis partante, moi ! 😉 et là, c’était sombre. Bref, j’aime ça !

      Fesse Bouc en panne cette semaine ? Chez les yankee, parce que je ne vois qu’eux pour appeler les urgences pour une futilité pareille. Dire que quand on assassine quelqu’un, pas un ne pense à appeler les poulets 😦

      Merci de m’avoir fait découvrir cette lecture, voir Ollie devenir aussi insensible m’a fait réfléchir. ça me tourmente.

      J'aime

  2. « un portrait de la condition humaine digne d’Hubert Selby Jr ou de Richard Price. »

    Rien qu’avec cette phrase, je me prends une claque et tu me donnes envie de lire ce nonente-un-un.

    J'aime

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Janvier 2015 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Le challenge USA revient | 22h05 rue des Dames

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s