Les voies de l’ombre sont-elles impénétrables ? On pénètre page après page… (Stigmate – Part 3/3)

Malgré la déception du premier tome, nous poursuivons gaiment la trilogie parce que nos échanges via mails sont bien amusants (mais ça, on ne publiera jamais, warf !).

Stigmate commence à la page 383 dans le gros recueil. Voici nos impressions.

Impressions du Cannibal (pages 383 à 500) : « Désorientés, traque, désespoir, dépression, peur, paranoïa ».

Comme les personnages, je suis désorientée et au désespoir parce que la trilogie ne satisfait pas la lectrice que je suis. C’est bien parce que je suis en LC et que je ne veux pas abandonner (trop d’amusement). Si j’avais lu ce roman seule, je ne poursuivrais pas la lecture. Le tueur en série manque de crédibilité et à plus l’air d’un Superman à qui rien ne résiste qu’à un être humain avec ses failles.

Impressions de Stelphique (pages 383 à 500) :
Je dirais un peu perdue pour le coup: trop de personnages, même si c’est ceux qu’on à déjà vu…Ca part un peu de partout, ca bouge dans tous les sens, c’est assez gênant….Trop de dispersion pour noyer un poisson pas assez convaincant????

Contente d’avoir eu le fin mot sur le comment du pourquoi des Voies de l’ombre….

Impressions du Cannibal (pages 501 à 600) : « Piège, Superman, paranoïa, distance (entre des personnages), soupçons, meurtres, argent sale, magouilles ».

Comme dit précédemment, le tueur a tout du Superman, échappe à tout, possède une chance de cocu (et même plus) et il lui manque cette étincelle qui lui donnerait cet air inquiétant et qui me donnerait, à moi, la chair de poule. Au début du récit, j’ai même pris mes distances, échappant de peu à l’envie de sauter des pages. Je tiendrai bon !

Impressions de Stelphique (pages 501 à 600) : Perturbant…

On ne dirait plus la même enquête, plus le même tueur… Les auteurs nous emmènent complètement autre part, et c’est perturbant… Du coup, tous les personnages du premier tome sont liés mais disparates, Kurtz perd encore plus en crédibilité puisque il se retrouve avec des « qualités » insoupçonnées, et essayer de « raccrocher » un semblant d’alibi en mayonnaise, ça ne prends pas, désolée….

Impressions du Cannibal (pages 601 à 752) : « Folie, chirurgie, questions, taupe, imbécilité, pétage de plombs, scalpel, énervement, jeu du chat et de la souris, tourne en rond, alcool, loi du Talion ». ».

Impression de tourner en rond, comme Rufus qui veut débusquer le nonos alors que tout le monde lui dit que le nonos n’est plus de ce monde. Mais Rufus est un chienchien qui a du flair doublé d’un caractère de cochon ! Y m’énerve !

Rufus est devenu littéralement chiant. Là, je suis déçue de l’homme parce que c’était un bon flic, avec de l’instinct et tout pour réussir. Oui, je sais, il a des circonstances atténuantes… Andréas aussi m’a déçu, il est devenu violent, a laissé tomber sa petite fille et bascule du côté Obscur de la Force. Kurtz est toujours aussi mal travaillé.

Impressions de Stelphique (pages 601 à 752) : Manipulée…
Il y a eu un petit regain d’intérêt dans ces pages, et comme pour la fin de Prédation, j’ai bien envie de poursuivre cette trilogie… J’ai bien aimé ce jeu de chat et de la souris qui s’est profilé, ce petit trio m’a tenu en haleine jusqu’au dernier souffle…
Publicités

6 réflexions au sujet de « Les voies de l’ombre sont-elles impénétrables ? On pénètre page après page… (Stigmate – Part 3/3) »

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s