Un fond de vérité : Zygmunt Miloszewski

Titre : Un fond de vérité                                     big_5

Auteur : Zygmunt Miloszewski
Édition : Mirobole (2015)

Résumé :
Fraîchement divorcé, Teodore Szacki a quitté son travail de procureur à Varsovie et débarque dans la paisible bourgade de Sandomierz, où il compte bien refaire sa vie. Mais six mois à peine après avoir abandonné l’agitation de la capitale et l’asphyxie de son mariage, il s’ennuie déjà.

Heureusement, devant l’ancienne synagogue de la vieille ville, du travail l’attend : un corps de femme drainé de son sang, tout comme dans un rite sacrificiel juif… Lorsque le mari de la victime subit le même sort, la population de la ville renoue avec des peurs vieilles de plusieurs décennies. Aux prises avec une flambée d’antisémitisme sans précédent, Szacki va devoir plonger dans un passé aux échos douloureux, et tenter de trouver la vérité dans une histoire qui déchaîne toutes les passions.

Critique : 
Son premier roman m’avait emmené au 7ème ciel, malgré son introduction assez longue (mais les préliminaires, avec cet auteur, c’est agréable) et le second, c’est un pied intégral, confirmant tout le bien que je pensais de l’auteur.

Je me suis toujours dit que je vivais dans un pays de malades mentaux niveau politique (celle dite « du gaufrier », on vous l’expliquera un jour), mais je vois qu’à la course à l’imbécilité, la Pologne galope à nos côtés.

Le premier roman m’avait subjugué par son côté politique – le communisme était au menu – et le second ne déroge pas à la règle.

Aux rayons X, la Pologne ne laisse voir que des fantômes des années 40-50 et un antisémitisme qui s’accroche à ses basques mieux qu’un virus. Vous croyez en être débarrassé, et bien non, il revient au galop.

Je dois dire que j’ai eu un peu peur en ouvrant le roman, peur qu’il n’arrive pas à la cheville du premier, peur d’être déçue… Et puis, mon procureur préféré, Teodore Szacki, a quitté la capitale pour se retrouver muté dans la petite ville de Sandomierz et j’avais quelques craintes pour lui.

C’est vrai, quoi, qu’allait-il avoir à se mettre sous la dent, le Sherlock Holmes des prétoires ? Hein ? Un vol de GSM ? Une dispute conjugale ? Il ne se passe jamais rien chez ces bouseux de Sandomierz et ses collègues ont l’air moins sympa que les anciens.

Fallait pas avoir peur pour notre procureur imbu de sa petite personne ! Il a déjà trouvé où fourrer son bâton de berger (le cochon) et en plus, il est confronté à un meurtre assez sanglant, avec des relents antisémites qui vont venir se graver dessus.

Une femme a été retrouvée, saigné à blanc, selon un vieux rituel d’abattage juif. Là, sûr qu’elle était casher.

L’auteur n’est pas tendre avec son pays, la Pologne a des squelettes dans le placard – comme d’autres – et des spectres qui flottent toujours autour de certaines villes.

Les mentalités sont encore fort moyenâgeuse pour certains et les imbéciles croyant encore aux vieilles légendes sont nombreux. Oh, on ne les entend pas, en temps normal, mais chassez l’imbécilité et elle reviendra ventre-à-terre.

Il n’existait pas de remède à la stupidité.

Pas tendre non plus avec les médias, avides de sang, inventant des faits s’il le faut, publiant tout et n’importe quoi sans l’avoir vérifié et montant la tête des habitants de la petite ville.

Il [Teodore] connaissait assez le fonctionnement des médias pour savoir que, grosso modo, il consistait à manger son propre vomi. Le circuit de l’nfo était si rapide qu’on n’avait plus le temps de chercher la source ou de la vérifier, l’information en elle-même devenait la source et le fait que quelqu’un l’avait transmise, la justification suffisante de sa rediffusion. Après quoi, il suffisait simplement de la répéter en boucle, en ajoutant un commentaire de son cru ou de la bouche d’un expert invité sur le plateau.

Ce que j’aime chez l’auteur, c’est sa plume (même si on a droit à celle du traducteur) qui n’hésite pas à pratiquer l’humour, qui n’est pas tendre envers son pays et ses compatriotes et qui a un petit je-ne-sais-quoi qui me prend aux tripes pour ne plus me lâcher.

Ils buvaient leur café dans des gobelets en plastique. Son goût était si affreux qu’au final, Teodore en était persuadé, tous les patients devaient revenir ici pour troubles gastriques.

Si l’enquête est prenante à suivre, il y a aussi tout l’aspect « j’entre de plein-pied dans la société polonaise » qui est important. Ceci est un vrai roman noir.

L’auteur ne se borne pas à écrire un fait ou une histoire, non, il développe le tout, brode autour – sans jamais lasser le lecteur – vous faisant entrer tout entier dans son histoire avec un grand H.

Il lui aurait fallu répondre sincèrement que n’importe quelle tentative de juger des personnes selon leur appartenance à un groupe national, ethnique ou religieux, lui était complètement insupportable. Il en était persuadé, chaque pogrom avait trouvé sa source dans une discussion modérée à propos d’une « certaine réserve »

Les rancœurs sont tenaces, le passé leur colle aux basques, les vieilles haines aussi et le portrait qu’il nous brosse de son pays est assez sombre.

Notre procureur est toujours aussi imbu de lui-même, a gardé son esprit acéré, sa bite est devenue volage, il est toujours aussi anti-religieux, anti-dogme, anti-hobby, mais sa vision des habitants changera au fur et à mesure que le temps passe.

La juge Tatarska l’avait exploité d’une manière qu’il n’avait auparavant jamais connue, pas même dans les films pornographiques.

— Vous êtes tellement lubriques dans ce patelin.
— De longs hivers, de longues nuits, il n’y a plus de ciné, la télé est chiante. Que faire d’autre ?

Les personnages secondaires vont aussi évoluer et les surprises seront nombreuses. J’ai vraiment pris mon pied lors de ma lecture. Bluffée j’ai été.

— Il ne restait plus qu’à appliquer la vieille règle de Sherlock Holmes qui dit qu’une fois qu’on a écarté toutes les alternatives, alors, celle qui reste, même la plus invraisemblable, doit être vraie.

Lire Zygmunt Miloszewski est un plaisir de fin gourmet, du petit-lait, le petit Jésus en culotte de velours.

Ouvrir un roman avec le procureur Teodore Szacki, c’est aussi orgasmique qu’un roman caché de Conan Doyle où Holmes culbuterait Irene Adler sur la table en lui disant « Vous avez de beaux yeux, vous savez »… et elle qui lui répondrait « Oh oui, grand fou, allez-y, prenez-moi sur le coin de la table ».

C’est vous dire le plaisir que j’ai eu à le lire. Mais gaffe, sortez couverts, messieurs. N’oubliez pas l’imper anglais… Ceux qui l’ont lu sauront de quoi je veux parler.

PS : À noter que le titre et l’illustration de la couverture lui vont comme un gant.

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015).

BILAN - Coup de coeur

Publicités

29 réflexions au sujet de « Un fond de vérité : Zygmunt Miloszewski »

    • Oui, dans mon blog, publié le 6 mai 2014… dans la case des recherche, tu tapes « les impliqués » et bingo, tu auras le lien 😉

      J’adore cet auteur, ces ambiances, mais je sais aussi que je perds toute partialité dès que l’on me cause de la Russie ou de la Pologne.

      J'aime

    • La broche à rôtir, c’était un must !

      J’aime la manière dont il aborde le thème et la manière dont il en parle.

      C’était à cause de toi que j’avais acheté le premier 😉 Merci à toi pour la découverte.

      J'aime

    • Faut pas résister !!

      Cette politique consistait à dépenser autant pour le nord que pour le sud du pays, si on dépensait 1 franc au nord, fallait l’équivalent pour le sud.

      C’était au temps où l’État était encore unitaire que chaque fois qu’un franc belge était dépensé en Flandre, un autre franc devait être dépensé en Wallonie.

      Et vice versa. L’Etat belge a englouti des sommes faramineuses dans les ports d’Anvers et de Zeebrugge. En échange, on a construit des autoroutes en Wallonie. Voilà… comme avec deux gosses, tu achètes des godasses à l’aîné, mais tu dépenses la même somme pour le cadet, pour lui acheter un truc, même si pas besoin !

      C’était pour assurer la paix sociale, communautaire, philosophique qu’ils ont conclu des pactes coûteux.

      J'aime

    • Je sais que tu n’avais pas accroché, j’aime la politique dans un polar, toi moins. L’enquête est différente du premier, ça traîne moins, néanmoins, connaissant ta PAL, je comprends que tu le passes 😉

      J'aime

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Avril 2015 | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Bilan Livresque : Avril 2015 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s