Voyez-vous ça ??

Eh ! Regardez un peu ça !

Mais non, pas ça… Ça ! Allez, un petit effort, quoi. Ça n’est pas si difficile que ça.

À croire que ça vous fait peur. Ça vous fait flipper ? Ça est le but.

Bon, ça va pas être du gâteau cette LC avec ma binôme Stelphique. On risque de finir coulrophobe avec tout ça…

Ça serait dommage… Quoique, ça m’a toujours intrigué ces adultes qui se déguisaient comme ça pour approcher les petits n’enfants. Ça est un peu glauque et bizarre.

Ça n’est rien… Si, ça est tout un symbole.

Pourquoi tous ces ça ? Parce que nous allons nous faire le King ! Non, pas le chanteur à la voix suave comme le miel, mais l’écrivain à la plume suave comme la peur.

Nous allons nous le faire avec un titre qui me fait déjà pisser dans mon froc d’avance… ÇA !

Que nous dit le Net sur ÇA ?? Oui, autant le savoir avant d’ouvrir le roman et de vous donner nos impressions de lecture.

Ça (titre original : It) est un roman d’horreur écrit par Stephen King, publié en 1986 et qui a remporté le prix British Fantasy 1987. Publishers Weekly l’a classé comme le roman le plus vendu aux États-Unis en 1986.

Cette histoire raconte la lutte entre sept enfants terrorisés devenus adultes et une entité maléfique connue sous le nom de Ça qui prend la forme des peurs les plus profondes mais se présente principalement sous la forme d’un clown se faisant appeler Grippe-Sou.

Le roman propose un récit non-linéaire qui alterne entre deux périodes de temps différentes (à vingt-sept ans d’intervalle) ainsi qu’entre les différentes perspectives et les histoires des sept personnages principaux.

Il traite de thèmes tels que la puissance de la mémoire, les traumatismes de l’enfance et la laideur qui se cache derrière la façade d’une petite ville.

Selon Michael R. Collings, universitaire spécialiste de l’œuvre de Stephen King, Ça est l’un des récits les plus complexes de l’écrivain.

La narration va et vient entre deux époques différentes à travers les points de vue de sept personnages principaux différents et plonge parfois, lors d’interludes, dans des périodes plus anciennes du cycle.

Le roman résume et conclut la période « enfants en danger » de la carrière de l’écrivain, approfondissant des thèmes abordés dans ses romans précédents, notamment celui de « l’enfance sacrifiée » qui trouve ici sa résolution, les sacrifices faits par les sept enfants étant « entérinés par leurs actions vingt-sept ans plus tard ».

King « combine avec succès les enfants et les adultes, l’innocence et l’expérience, l’énergie naïve et la maturité réfléchie ».

Le fait que les sept héros n’aient pas d’enfants est révélateur car « c’est seulement en suivant à nouveau les traces de leur enfance […] qu’ils pourront faire le dernier pas vers l’âge adulte ».

Le roman est d’autre part une véritable « encyclopédie de l’horreur » où « presque toutes les variations sur le thème du monstre sont présentes à un niveau de lecture ou un autre », King faisant de nombreuses allusions et clins d’œil au genre horrifique sous ses formes littéraires et cinématographiques.

Ça, monstre aux nombreux visages, rappelle les Grands Anciens mais les monstres les plus dangereux « portent le déguisement d’enfants aux impulsions vicieuses et violentes », « de pères qui passent leur temps à se « faire beaucoup de souci » pour leur petite fille » ou encore de mères « dont le seul but dans la vie est de rendre leurs enfants toujours plus dépendants ».

Le livre alterne continuellement entre les monstres symboliques et les monstres réels qui sont « affrontés et finalement vaincus ».

Ça est aussi en partie autobiographique, les personnages principaux ayant le même âge que King en 1958 et Derry étant basée sur des lieux où il a vécu son enfance.

Anciennes éditions J’ai Lu en 3 tomes : bigre, ça fiche la pétoche !

En 2 tomes chez « Livre de Poche », couvertures moins effrayantes, déjà !

Advertisements

52 réflexions au sujet de « Voyez-vous ça ?? »

  1. J’ai l’édition en 3 tomes… C’est un de mes romans préférés (j’ai la VHS du tvfilm aussi)… Tu vas bien t’amuser, chère Belette, mais attention tu risques d’avoir un problème avec les clowns après 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Déjà je me demande si je vais continuer à te parler, alors que tu n’as pas encore lu cette oeuvre… bon ok je préfères me réjouir de lire vos deux avis cumulés 😉
    Je l’ai lu à sa sortie, durant mon adolescence et je ne suis plus sorti de ma chambre durant des jours (c’était il y a longtemps)

    Aimé par 1 personne

    • Souvent, les mecs, à l’adolescence, ils restent enfermé dans leurs chambres, les mains non posées SUR la couette, mais SOUS la couette. Oui, je pars en courant !! 😀

      Jamais j’aurais osé te dire que je ne l’avais pas lue, je savais que tu m’aurais lynché sur place en me lapidant à coup de Harlequin ou de Barbara Cartland ! PTDR

      Nous allons cumuler et j’espère que nous allons aimer. Parce que jamais je n’oserais écrire que j’ai détesté, tu me tuerais à coup de phrases tirées du truc « 50 nuances » 😛

      Aimé par 1 personne

  3. Cette lecture m’a fait vraiment peur mais j’ai ADORE ! Bon depuis j’ai encore plus peur qu’avant des clowns. J’ai une autre édition en 2 tome que celle que tu présentes 😀
    Et j’ai craqué pour une édition france loisirs en un seul tome (+ le téléfilm en dvd)
    Bref je te souhaite un bon moment de lecture.

    Aimé par 1 personne

    • Merci !

      Je regardais déjà les clowns de travers, mais je sens que je vais le faire encore plus.

      Oui, édition en deux tomes, ça prend moins de place dans la biblio surchargée.

      Nota bene : vérifier sous le lit qu’il n’y a pas de monstres cachés 😀

      J'aime

      • Le début de la lecture m’a donné une peur d’autre chose. Un truc un peu surprenant du coup je n’ose pas trop le dire de peur de passer pour une barge 😀
        Le soucis de ce livre c’est que tu n’as plus seulement peur de ce qui peut se cacher sous ton lit mais de tout le reste 😀

        Aimé par 1 personne

  4. toujours pas lu…; dans ma PAL…. un peu la trouille quand même ! pourtant j’adore Stephen King…. mais je vais essayer de le lire en 2015 ! et ce billet m’a redonné envie lol merci ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ça me fait penser aux cartes des Crados qu’on avait lorsque nous étions gosses. Typiquement le même design !

      Les nouvelles covers sont plus belles, tout en restant tout aussi effrayante parce que tu imagines des chose avec ces yeux qui regardent de l’intérieur du caniveau. Tandis que les autres ne laissent aucune place à l’imaginaire, celui qui te fou la pétoche.

      Pour le moment, je ne suis pas encore sous le lit !

      J'aime

            • Il faut !! Tiens, un amant dans le placard, ça me rappelle une blague !

              Une dame se rend chez IKEA pour acheter une penderie.

              Rentée à son domicile, elle entreprend de la monter.

              Une fois le montage achevé, la dame admire sa nouvelle penderie, satisfaite de son achat et de son travail de montage.

              Malheureusement, un bus passe devant la maisons et les vibrations qu’il émet alors font écrouler la penderie.

              Elle remonter la penderie. Mais, un nouveau bus passe et la penderie s’écroule.

              Elle retourne chez IKEA et se plaint au vendeur.

              Celui-ci un peu perplexe, lui répond : « Ecoutez, je vois que vous n’habitez pas très loin de chez moi. Je termine ma journée dans une demi-heure ; je vais passer pour voir ce qui se passe sur cette penderie »

              Arrivé chez la dame, le gars remonte la penderie en quelques minutes et satisfait de lui, dit : « Vous voyez, ce n’était pas si difficile ! »

              Mais, un nouveau bus passe et la penderie s’écroule.

              Réellement agacé, le vendeur propose à la dame, de remonter encore la penderie, mais cette fois, il va entrer à l’intérieur, la refermer, et observer ce qu’il se passe au moment du passage du bus.

              Il fait donc cela.

              Quelques minutes s’écoulent et ils attendent, la dame assise sur le coin de son lit et le vendeur à l’intérieur de la penderie.

              Quand, le mari de la dame arrive et entre dans la chambre. Il voit immédiatement la nouvelle acquisition de son épouse et la félicite, sans lui laisser placer un mot, il l’ouvre.

              A ce moment il aperçoit le vendeur à l’intérieur.

              — Qu’est-ce que vous foutez-là ???

              — Vous n’allez pas me croire, Monsieur, mais j’attends le bus…

              Aimé par 1 personne

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s