Une putain d’histoire : Bernard Minier

Une putain d'histoire - Bernard Minier [NUM]Titre : Une putain d’histoire                                                         big_4-5

Auteur : Bernard Minier
Édition : Xo Editions (2015)

Résumé :
Une île boisée au large de Seattle…
« Au commencement est la peur. La peur de se noyer. La peur des autres, ceux qui me détestent, ceux qui veulent ma peau.

Autant vous le dire tout de suite :
Ce n’est pas une histoire banale.
Ça non. C’est une putain d’histoire.
Ouais, une putain d’histoire… « 

Un thriller implacable.

Critique : 
Ah ça, pour une putain d’histoire, c’était une putain de bonne histoire !

Un résumé des plus énigmatiques, ça change des 4èmes de couverture qui en dévoilent beaucoup trop et c’est bien mieux ainsi.

C’est donc vierge de tout résumé que j’ai commencé ce roman, ne sachant vraiment pas à quoi m’attendre comme histoire, sauf que c’était une putain d’histoire !

L’introduction était tout aussi énigmatique, tout aussi mystérieuse, mais elle vous donnait envie de dépiauter l’histoire de suite. L’auteur était déjà un putain de conteur qui me donnait envie dès les premiers frémissements.

Après de tels préliminaires qui me laissaient entrevoir et espérer un truc de malade, le récit s’est un peu calmé. Faut pas monter dans les tours directement non plus, faut se faire désirer, se faire mousser.

Tout ce que je vous dirai, c’est que nous sommes à Glass Island, une île au large de Seattle, que le Dr Mamour du Seattle Grace Hospital n’est pas présent et que nous en compagnie d’une bande d’ados. D’ailleurs, c’est Henry, 16 ans, qui nous raconte cette putain d’histoire.

Mon seul regret sera de ne pas avoir eu d’atomes crochus avec ces ados… Autant j’avais de l’empathie et de l’amour pour les 7 gamins du Club des Ratés dans « ÇA », autant je n’ai rien ressenti de tel pour ces ados-ci. Je ne me suis pas retrouvée en eux.

Bon, je n’ai pas grandi avec les PC et les réseaux sociaux, comme eux et j’ai même eu une vie privée étant ado, c’est vous dire le gouffre entre nous. Les jeunes des années 2000 ne savent même pas ce que veut dire « vie privée » !

— Se balader sur Internet, c’est comme se balader à poil toute la journée dans une maison de verre : tu vois ce que je veux dire ?

Malgré tout, Henry et Charlie sont deux ados sympa et j’ai passé un très bon moment avec eux, j’ai eu quelques frayeurs aussi, durant leur petite enquête.

Le roman se lit tout seul, pas de grandes envolées lyriques, des phrases simples mais pas simplistes, un ton agréable, de l’humour et des trucs de jeunes.

— Sûr, m’a-t-il rétorqué en refermant la porte du magasin. Certains jours, elle est plus gonflée qu’un artichaut tellement je l’astique ! Si la masturbation était une discipline olympique, j’aurais la médaille d’or ! Je suis le Usain Bolt de la branlette !

Sans oublier quelques tacles bien senti sur la surveillance accrue dont nous sommes les premières victimes, consentantes, qui plus est.

La révolution numérique était en train de bâtir brique par brique le rêve millénaire de toutes les dictatures – des citoyens sans vie privée, qui renonçaient d’eux-mêmes à leur liberté…

C’est peut-être un auteur français qui écrit, mais il a tout de même des accents américains, ce thriller. Yeap, si on me l’avait fait lire en aveugle, j’aurais parié deux hamburger bien gras sur un auteur amerloque. Il y aura des cuisses de grenouilles dans le burger.

Plus on avance dans l’histoire, et plus la tension monte. Si, au départ, ça avait l’air gentillet et un peu banal, genre du « déjà-lu », et bien, ce n’était qu’une impression. Comme un kayak dans des rapides, on se fait bousculer et nos certitudes s’ébranlent.

Mon dieu… mon fondement me fait encore mal du retournement de situation que l’auteur a donné à son histoire dans les 40 dernières pages.

Là, je me suis faite entuber grave ! Pire qu’aux élections, même. La seule différence, c’est qu’ici, c’est le pied de se faire avoir de la sorte ! D’ailleurs, j’en redemande.

Si l’après préliminaires avait l’air d’un déjà-vu, si un roman raconté par un ado de 16 ans pouvait sembler rébarbatif au départ, on est loin d’une resucée. Comme quoi, faut jamais se fier aux apparences ! Un auteur qui a l’air tout gentil, vous franchissez le pas avec lui et bardaf, il vous retourne comme une crêpe un jour de chandeleur.

On croit qu’on vogue tranquille sur l’océan, certes, un peu agité, mais quand le kayak se retourne, ça vous surprend et ça vous glace. Et l’orque nomade vous croque. Je ne m’en suis pas encore remise.

Rien à dire, c’est bien une putain d’histoire que je viens de lire. Un truc pas banal et pas bancal. Magistral. Avec une belle morale et un putain de final qui te fait mal dans le futal. Et j’en termine là avec les rimes en « al » sinon ça finira avec ****.

L’orque nomade est le plus cruel des mammifères marins mais l’homme nomade est le plus cruel des mammifères tout court.

Les murs de la pièce principale étaient entièrement recouverts de livres du sol au plafond. Des tours de Pise de bouquins qui menaçaient de s’effondrer partout.

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015) et Le « Challenge US » chez Noctembule.

Publicités