Nains – Tome 1 – Redwin de la forge : Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux

Titre : Nains – Tome 1 – Redwin de la forge                              big_4

Scénariste : Nicolas Jarry
Dessinateur : Pierre-Denis Goux

Édition : Soleil (2015)

Résumé :
Un adolescent nain, Redwin, de l’ordre de la Forge, malmené régulièrement par un sale gosse Rom, veut devenir contre vents et marées un seigneur des runes.

Un seigneur des runes a l’honneur de se battre pour son clan contre le champion adverse. En cas de conflit, cela évite un bain de sang, uniquement deux combattants, un vainqueur et le conflit est réglé. Le père de Redwin s’oppose à cette ambition.

Mais Redwin qui souffre que l’on traite souvent son père de lâche, décide de devenir seigneur des runes par ses propres moyens et quitte définitivement son père. S’en suit alors une initiation tant à l’art de forger des armes qu’à celui de se battre.

Pour devenir un seigneur des runes, Redwin affrontera mille guerriers, dont Rom qui partage son ambition. Il y perdra beaucoup, son âme et son père…

Critique :
Même principe que pour la magnifique série « Elfes » : un scénariste et un dessinateur différents pour chaque album, album qui doit avoir une fin, mais pas trop fermée pour que l’on puisse faire une suite en cas de succès.

Dans cette série des Nains, le scénariste sera le même pour les 5 tomes. La seule différence.

Bon, l’autre différence sera de taille puisque l’on passe des oreilles pointues à des Gimli (le nain du Seigneur des Anneaux).

Ulrog est un nain curieux… Il est le plus grand forgeron nain de sa génération, il pourrait forger des armes puissantes, il est un orfèvre en la matière, il connait les runes puissantes à graver dessus, il sait comment leur donner vie, mais il refuse de mettre son art au service de la guerre et ne forge donc aucune arme. Les autres nains l’ont bannis, presque et personne ne le respecte.

Ulrog s’en torche le cul de ce que les autres pensent ou pas, lui, il est en ordre de conscience, mais pour son fils, Redwin, être traité de lâche ou de fils de lâche, c’est un calvaire, une torture, surtout qu’il voudrait bien forger des armes, lui, afin de devenir le Seigneur des Runes de leur ordre.

Voici une histoire classique d’un fils qui voudrait plus, alors qu’il ne manque de rien, un gamin qui voudrait laver tous les affronts que lui a fait subir Rom, un nain de son âge. Un fils qui va trahir son père, le renier, afin d’accomplir son rêve et pouvoir se vautrer dans le luxe et fourrer pieutard dans le joufflu des filles.

Classique, mais servi par des dessins magnifiques, des décors à couper le souffle, des couleurs et des ambiances à vous trouer le cul.

Il y a de la profondeur, dans tout cela. Même si on a affaire au problème éternel du fils qui se rebelle contre le père (tuer le père, pour Freud) parce qu’il croit que papa est un lâche.

Les personnages sont attachants, même Redwin, même quand on le voit s’enfoncer dans l’entêtement le plus crétin. On a mal avec lui, on a envie de lui crier qu’il s’est gouré de chemin, mais on sait qu’il ne nous écoutera pas, trop enfoncé qu’il est dans sa bêtise qu’il ne voudrait même pas se l’avouer à lui-même.

Parti de chez son père pour aller vivre chez son oncle Jarsen afin d’apprendre l’art de la forge et l’art du combat, Redwin n’aura de cesse de forger des armes afin de les exploiter au cours de combats. Il a du talent et son oncle espère bien réaliser un retour sur investissement lorsque son neveu arrivera au faîte de sa gloire.

Voilà un garçon qui ne savait pas se battre et qui, après des heures et des heures d’entrainement, mettra sa mauvaise science à son service en combattant dans les arènes de la cité des sang-mêlé, apprenant la haine et la violence…

Un scénario au poil, des combats sanglants, des arènes où se mêlent les remugles de chair perdues, la sueur et le vomi. Des personnages travaillés, attachants, qui évolueront avec l’âge.

Sans oublier le langage « spécial nains » utilisé dans le récit. La plupart des mots sont facilement compréhensibles, pour les autres, un lexique vous tend les bras en fin d’ouvrage, avec le cahier des dessins.

Un parcours initiatique où Redwin apprendra que le courage n’est pas celui dont on fait preuve durant un combat dans une arène, que l’or et la richesse n’apporte pas le bonheur et lui démontrera tout l’amour que son père avait pour lui. Et son talent !

Le côte Obscur de la Force est toujours à éviter…

Une putain de bien belle histoire avec des nains teigneux comme on les aime. Mais y’a de l’amour, dans tout ça…

Publicités

5 réflexions au sujet de « Nains – Tome 1 – Redwin de la forge : Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux »

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Juillet 2015 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s