Le Mois Américain : Septembre 2015

Sortez les popcorn, les marshmallows et les pom-pom girls, car le Mois Américain est de retour !

À moi les grandes plaines de l’Ouest, à moi les chevauchées sauvages, cheveux au vent, hurlant dans les canyons que je suis le roi du monde…

Mais avant de me jucher sur ma fringante monture, je vais de ce pas rassurer cette brave Titine, la pauvre organisatrice qui m’a déjà sur le dos en juin, durant le Mois Anglais : non, cette année ne sera pas aussi pléthorique que la précédente !

Les raisons ? Je ne m’y étendrai pas mais je risque d’avoir un peu moins de temps à consacrer à la littérature américaine qu’en 2014 puisque je vais travailler plus (faute de collègues présents pour assurer le boulot). La fatigue risque d’être assez forte, donc.

En 2014; j’avais fait la part belle au western, aux séries et aux romans noirs (36 fiches). Je vais essayer de continuer sur ma lancée et de lire un peu « western »… ou Noir !

Ma liste dans laquelle je vais piocher :

  1. Craig Johnson : L’indien blanc
  2. Glendon Swarthout : Le tireur
  3. Glendon Swarthout : Homesman (le chariot des damnés)
  4. Robert Chambers : Le roi en jaune
  5. Ross Macdonald : Cible mouvante
  6. Léonard Elmore : 3h10 pour Yuma
  7. Donald Westlake : La mouche du coche
  8. Ginzberg : Arizona Tom
  9. Heurtier : Sweet Sixteen
  10. Fel Jeremy : Les loups à leur porte
  11. Johnson Dorothy : Contrée indienne
  12. Johnson Dorothy : Collines des potences
  13. Schaefer : L’homme des vallées perdues
  14. Whitmer Benjamin : Cry Father
  15. David Bell : La cavale de l’étranger
  16. Olmstead : Le voyage de Robert Child
  17. Chandler Raymond : Le grand sommeil
  18. Stokoe : Empty Mile
  19. Miller Jax : Les Infâmes
  20. Harper Lee : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (LC)
  21. Horwitz : Journal d’une fille de Harlem
  22. Carnival : Série
  23. Il était une fois dans l’Ouest : Film
  24. Le bon, la brute et le truand : Film
  25. True Grit : Film

Publicités

Nous rêvions juste de liberté : Henri Loevenbruck

Titre : Nous rêvions juste de liberté                                            big_5

Auteur : Henri Loevenbruck
Édition : Flammarion (2015)

Résumé :
« Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté. »

Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto.

Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres.

Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.

Critique : 
♫ Je vous parle d’un temps, Que les plus de vingt ans, Ne peuvent plus connaître ♫ Les routes en ce temps-là ♪ On les avalait d’jà ♪ Couché sur nos bécanes… ♪
Et si l’humble ville de Providence, Qui nous a servi de nid, Ne payait pas de mine, C’est là qu’on s’est connu, Moi qui n’avait pas d’amis et vous qui m’avez accueilli. ♪

La Bohem, la Bohem… Non les mecs, j’ai pas fait de fautes, ne me faites pas un scandale en Bohème parce que Bohem, c’est le surnom d’Hugo, un jeune gars de 16 ans à qui la vie n’a pas fait de cadeau, que l’école à préféré enfoncer plutôt que de secourir. Comme tant d’autres.

Hugo, il s’est fait trois copains dans cette école privée. Et putain de Dieu, il fallait du talent à l’auteur pour arriver à me faire aimer ces quatre petites graines de blousons noirs ! Sales gamins de merde, mais avec des règles morales : on vole pas les pauvres gars, on fait pas chier les meufs.

Avec eux, j’ai fait les 400 coups, avant que nous ne quittions la ville de Providence, juché sur Lipstick, la bécane d’enfer de Bohem. Mon seul regret sera de ne pas avoir su convaincre mon pote, mon frère, mon ami, Freddy, de nous suivre dans notre périple.

J’ai avalé tellement de kilomètres avec Bohem, La Fouine et Oscar, que j’en ai la gorge sèche, nouée, brûlante. Nous avons bouffé du bitume, dormi à la belle étoile, notre peau a bruni au soleil lorsque nous avons traversé le désert au guidon de nos brêles, tout les trois, puis avec trois autres motards ivres de liberté aussi.

Les jours d’après, on a roulé pareil, à s’arrêter quand on voulait, à faire les pitres sur la route, à dormir à même la terre, à manger un peu n’importe quoi et à payer une fois sur deux, à la tête du patron. On commençait à avoir la peau sacrément brûlée par le soleil et ça sentait pas vraiment la rose toutes ces journées sans se laver, sans se changer, mais, bon sang, on s’en foutait, on était pas sur la route pour embaumer la planète, les pirates qui sentent bon c’est pas des vrais pirates, et plus on se trouvait sales plus on se trouvait beaux, comme aventuriers, avec la peau qui tire et la crasse qui fait ressortir les rides du sourire.

On s’est bouffé quelques mandales dans la gueule, aussi… j’en ai encore les maxillaires tout ankylosés, ils sont tout dur quand j’essaie de faire bouger ma mâchoire.

C’est avec ses mots à lui que Bohem/Hugo nous raconte son périple, son voyage les cheveux au vent, la blanche dans les narines et avec les keufs au cul aussi, souvent…

Et les mots de Hugo, c’est pas du Victor ! Genre que ça ferait même grincer les dents des académiciens car c’est brut comme un arbre à came, noir comme du cambouis, mais ça ronronne comme des moteurs de motos sur la ligne de départ, quand on essore les poignées de gaz.

C’est pas du Baudelaire, mais putain de merde, qu’est-ce que ça fait du bien à tes tripes. Il t’invente même des mots, le Bohem, comme le faisait le Frédéric Noeud… Non, Dard !! Dard, pas Noeud… « Entrouducuter », fallait le pondre, ç’ui là !

Le voyage avec mes p’tits gars tient plus d’un road-trip que d’une promenade de santé, le dimanche, avec bobonne. Mais bordel de cul, qu’est-ce que ce fut bon de rouler les cheveux au vent, même si j’ai plus d’affinités avec les motos sportives qu’avec les chopper où on a les pieds dans le phare, façon Easy Reader.

Marrant comme les gars qui veulent plus de la société et de ses règles finissent par monter des clubs de motards avec des règles, eux aussi ! Loyauté, Honneur et respect ! Avec une hiérarchie et du protocole. L’homme restera toujours le même et sans règle, c’est le chaos et rien ne progresse lorsqu’on est dans le chaos.

Ce fut un voyage éprouvant, émouvant, beau comme un châssis de moto, fou, un voyage de malade, un voyage que je referais bien encore une fois. Des personnages attachants (pourtant, z’ont rien pour, ces petites teignes que j’ai aimé), profonds, des amis pour la vie, des frères de sang…

De l’amitié, de la vitesse, de la folie, un zeste d’iscariotisme (moi aussi j’invente de mots) et ça donne un cocktail détonnant, une furie.

Fais chier, merde, j’ai les yeux rouges à cause du soleil que je viens de regarder dans les yeux. Merde, une limaille dans mon œil ! Là, je chiale comme une gonzesse sur la fin du parcours.

Roule, mon Bohem, tu es libres de toutes entraves. Fais rugir ton moteur, mon Bohem, la route est longue et sans fin. Lève la roue avant, mon Bohem, ta moto glisse sur la route de la liberté retrouvée.

La liberté, il y en a partout. Il faut juste avoir le courage de la prendre.

Roule et ne pense pas aux miles, aux kilomètres… La liberté a un prix et tu as mis le flouze sur la table pour pouvoir la garder, quand d’autres se sont enchaînés à des bars, à des bagnoles, à du fric, malheureux deniers…

Dans la vie, je crois qu’il vaut mieux montrer ses vrais défauts que ses fausses qualités. Vaut mieux surprendre que décevoir.

Renie jamais ton âme, mon Bohem, ne renie jamais tes serments, ne lâche jamais ton guidon et roule jusqu’à plus soif. Parce quand t’arrêtes de rouler, t’es mort.

On roulait comme on respirait : pour pas mourir.

Merci à l’auteur d’avoir écrit ce magnifique voyage, ce putain de bordel de merde de coup de cœur, et fais chier qu’il y ait inséré des épluchures d’oignons entre les pages finales parce que je ne vois plus le clavier de mon PC…

Et j’ai pas les mots qu’il faut pour rendre hommage à ce roman qui m’a troué l’âme et perforé le cœur.

J’espérais qu’avec la nuit il voyait pas ces putains de larmes, ces salopes toutes salées qui coulaient encore sur mes joues.

Le « Challenge US » chez Noctembule.

BILAN - Coup de coeur

Le dernier arbre : Tim Gautreaux

316608~v~Le_Dernier_ArbreTitre : Le dernier arbre                                                                   big_5

Auteur : Tim Gautreaux
Édition : Sueil (2014)

Résumé :
Randolph, fils d’un riche négociant en bois de Pittsburgh est expédié par son père en Louisiane pour y récupérer son aîné Byron, qui fait office de constable dans une exploitation forestière perdue au milieu des marais.

Les ouvriers sont rongés par les fièvres et l’alcool, et Byron, moralement dévasté par son expérience de la Première Guerre en Europe.

Un misérable saloon tenu par des Siciliens (la Mafia étend son bras tout-puissant jusqu’aux bayous) catalyse la violence et le manque d’espoir de ces hommes coupés du monde. Tandis que Byron règle les problèmes à coups de feu et de poing, Randolph, lui, croit encore aux vertus du dialogue et de la diplomatie pour maintenir l’ordre dans la « colonie ».

Plus approche le moment où le dernier arbre sera coupé, et les ouvriers renvoyés chez eux aussi pauvres qu’ils étaient arrivés, plus l’on doute de voir Randolph ramener son frère à la civilisation — et à la raison.

Grand roman « sudiste » sur la fraternité et la paternité, mais aussi sur l’impitoyable capitalisme des années 20 dans une Amérique ivre de progrès technique. Un pays où être un bon citoyen, c’est être riche, ce qui signifie que celui qui possède l’argent est aussi celui qui dicte la loi.

Critique :
Bienvenue à Nimbus, concession forestière des Aldridge, un des nombreux trous du cul de la Louisiane. Bienvenue dans un enfer chaud et humide.

Attention, regardez où vous mettez les pieds car il y a des mocassins d’eau qui se nichent dans les flaques boueuses. Et rien à voir avec la chanson ♫ tes mocassins et les miens ♪ car ici, nous parlons de serpents d’eau.

Dans ce roman, les gars, va falloir bosser dur durant de longues années, le temps de couper tous les arbres, des cyprès chauves. Scier les troncs, les débiter 6 jours sur 7 avant de vous saouler la gueule du samedi soir au lundi matin dans le bastringue tenu par un sicilien louche ayant des cousins mafiosi.

Oubliez les syndicats et les droits des travailleurs, car en 1923, seuls les riches ont des droits. Je ne vous parlerai même pas du cas où vous seriez de couleur… là, le mot « droit » n’existe même pas pour vous, hormis celui de fermer votre gueule.

— Bon sang de merde, marshal, pourquoi vous avez descendu mon seul Blanc ? Merville cracha juste à côté de la botte du pilote.
— Le docteur refuse de soigner les nègres. Allez chercher votre brancard et emmenez-le à la clinique.

Sans user d’artifices, l’auteur nous décrit l’Amérique des années 20, celle qui avance à pas de géant, qui industrialise tout, qui déforeste tout… Le roman vous plongera dans un marais où les conditions de vie et de travail sont inhumaines, les accidents graves ou mortels nombreux et où le racisme, tel l’alligator dans le bayou, règne en maître.

Utilisant une multitude de personnages, tous bien travaillés, tous bien distincts – certains étant même très attachants – l’auteur explore une partie des années 20, avec tout ce qu’elles avaient de démesuré niveau progrès industriel (le téléphone et les constructions à tout va, en bois). Sans oublier le traumatisme de la Première Guerre, bien présent chez un des frères Aldridge, Byron.

— J’ai compris que notre première vague d’assaut, lourdement chargée, était censée se faire faucher par l’artillerie allemande et rester coincée dans les barbelés, nos corps servant de dépôts d’armes pour les vagues suivantes, tu vois ? C’est à ce moment-là que j’ai su ce que valait une vie humaine aux yeux d’un de ces maudits généraux.

C’est toute la vie de la concession forestière qui se déroule dans ce roman aussi profond que l’étendue des cyprès : les maladies, les accidents, le débit de boisson, la mafia qui tient les ouvriers par l’alcool, les putes et le jeu, ces hommes dépensant jusqu’à leur dernier sous dans ce bouge dégoutant.

La sueur a coulée sur mon front durant la lecture, non pas que le roman était pompant, mais il est tellement puissant que j’ai été emportée dans le bayou, suivant ses méandres tortueux et boueux, j’ai pataugé dans tout cela et j’en suis ressortie bouleversée, épuisée, secouée… L’âme de certains hommes est plus boueuse et tortueuse que les méandres de ce diable de bayou !

La tension est palpable tout au long de l’histoire, les salauds vous harcèlent comme un moustique la nuit, vous ne savez jamais quand ils vont frapper et c’est au moment où l’attention se relâche qu’ils en profiteront pour vous piquer définitivement d’une balle bien placée.

Il y a aussi dans ce récit de l’amour fraternel, celui d’un frère cadet (Randolph) qui ne sait rien de la Grande Guerre et qui voudrait aider son aîné (Byron) à se ressaisir, lui qui a vu les horreurs de Verdun. Un père aussi, qui voulait que son fil Byron fasse la guerre, qu’il soit un héros, qu’il aille au feu et qui ne comprend pas pourquoi il est revenu traumatisé, se réfugiant dans l’alcool et le fuyant comme la peste.

Cette pensée ne lui apporta nul réconfort; cependant, elle lui donnait un aperçu du puits abyssal rempli de sombres pressentiments dans lequel tombait son frère chaque fois qu’il ouvrait les yeux sur une aube nouvelle.

Tant de personnages dont j’ai partagé la vie, les souvenirs sur cette Amérique, tout ces gens que je dois quitter, maintenant, les laisser aller ailleurs, détruire une autre forêt (pour les Aldridge), reconstruire d’autres baraquements minables et continuer à se faire exploiter car une partie de ces pauvres gars,  après 5 années de dur labeur, n’ont même pas mis un dollar de côté sur un compte en banque et repartent avec les mêmes frusques sur le dos.

Il savait que le monde des humains n’était qu’une installation temporaire, un ouvrage de pacotille qui exploitait la nature avant d’être lui-même absorbé par le monde qu’il avait tenté de détruire.

Un grand roman coup de cœur qui ne vous laissera pas indifférent, un roman sur l’impitoyable capitalisme des années 20 dans une Amérique qui se gave de progrès technique au point de ne pas réfléchir et de détruire tout le capital « arbres ». Ici, c’est pas Zorro qui fait la loi, mais les Zéro qu’on a après les chiffres, sur un compte en banque.

Un grand roman presque en vase-clos, dans un décor dévasté par les crues, la boue… Une nature qui était magnifique mais qui sera dévastée car ici, on coupe les arbres jusqu’au dernier…

Cependant, lorsque le train pénétra en ferraillant dans une clairière de quarante hectares hérissée de souches, le hameau lui apparut comme une maquette de ville en bois, pas encore peinte, bricolée par un gamin à l’aide d’un canif émoussé. Jonché de bois mort – des cimes d’arbres détachées du tronc – sillonné par trois rues boueuses, le lieu ne semblait pas ancien mais gorgé d’eau, torturé par les intempéries, assailli par les mauvaises herbes.

Enfile tes bottes, prends ta scie et regarde où tu marches, des fois qu’un alligator ou un serpent te mordrais… gaffe aussi aux mafiosi, comme ces animaux précités, ils n’aiment pas qu’on les dérange dans leur petit business…

Prends une Winchester à plusieurs coups et laisse-toi tenter par un verre de whisky frelaté dans le troquet. La paye n’est pas bonne, la boisson non plus, les conditions de travail sont merdiques, mais putain, tu vas lire un sacré bon roman !

Le « Challenge US » chez Noctembule et le Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

BILAN - I-Love-Minion-Wallpaper - OK

CHALLENGE - Thrillers et polars 2015-2016 CHALLENGE - US

Replay : Ken Grimwood [LC proposée par Yvan]

Titre : Replay                                                            big_4-5

Auteur : Ken Grimwood
Édition : du Seuil / Points

Résumé :
En ce 18 octobre 1988, Jeff Winston se trouve dans son bureau new-yorkais, et écoute sa femme lui répéter au téléphone : « Il nous faut, il nous faut… » Il leur faudrait, bien sûr, un enfant, une maison plus confortable. Mais surtout parler. A coeur ouvert.

Sur ce, Jeff meurt d’une crise cardiaque. Il se réveille en 1963, à l’âge de dix-huit ans, dans son ancienne chambre d’université. Va-t-il connaître le même avenir? Non, car ses souvenirs sont intacts. Il sait qui va gagner le prochain Derby, et ce qu’il en sera d’IBM et d’Apple…

De quoi devenir l’homme le plus puissant du monde, jusqu’à…

Critique :
♫ Let the music play ♪ comme le chantait Barry White de sa voix chaude.

♫ Let the life replay ♪ comme on aurait pu chanter dans ce roman qui ne ressemble à aucun autre.

1988… Jeff Winston, le personnage principal, meurt dès la première ligne. Bardaf, on peut donc fermer le roman alors ? Noooooon, surtout pas !

Pourquoi ? Parce que l’ami Jeff, tel Jésus Christ Superstar, va nous faire le coup du « Coucou, me revoilou » et ressusciter le 3ème jour, conformément aux Écritures… Heu, curé, sors de ma tête ! Sorry, il ressuscitera direct, plus rapide que Jésus, La Redoute et Darty réuni.

Petit avantage et petite différence : il revient en 1963, époque de ses 18 ans, avec tout ses souvenirs intacts !! Ça donne envie aussi, non ?

Petit problème tout de même si vous n’étiez pas un féru de sport… un retour en arrière pareil, sans savoir qui a gagné le Derby ou les matchs de base-ball, c’est un sacré handicap. Mais pas pour Jeff qui connait aussi tout le potentiel des entreprises et des deux couillons qui bricolaient dans leur garage ! Un truc avec une pomme…

Quel plaisir j’ai ressentit en lisant ce livre ! Quel panard magistral j’ai pris pendant que les pages se tournaient toutes seules, les mots de l’auteur défilant devant mes petits yeux ébahis.

Jeff est un personnage que l’on adore d’emblée et le suivre durant ses différentes vies est un plaisir de fin gourmet.

De plus, pas de soucis, le récit ne se répète jamais, quand bien même Jeff aurait eu 36 vies nouvelles. L’auteur a eu l’intelligence de se renouveler, explorant d’autres hypothèses, faisant intervenir d’autres personnages, ou les mêmes mais avec une vie différente.

Récit de SF, mais on ne le ressent pas ainsi. Il y a une touche de fantastique, mais sans explications et il vous est loisible d’imaginer tout et n’importe quoi.

Un roman qui se lit tout seul, un roman émouvant, un voyage que j’ai fait avec plaisir, râlant même à un moment d’arriver au mot « fin » du livre.

Des personnages attachants, un récit qui se renouvelle sans cesse, des retrouvailles émouvantes, des séparations éprouvantes, un voyage dans le temps et dans l’Amérique des Sixties… un beau voyage.

Merci à Yvan/Gruz de m’avoir conseillé le voyage et proposé une Lecture Commune.

Bon, ben, il ne me reste plus qu’à faire un Replay !

Challenge « La littérature fait son cinéma – 4ème année » chez Lukea Livre, Le « Challenge US » chez Noctembule et Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (Prix World Fantasy en 1988).

 

Code 93 : Olivier Norek [LC avec Stelphique]

Titre : Code 93                                                            big_4

Auteur : Olivier Norek
Édition : Michel Lafon / Presse Pocket (2014)

Résumé :
Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au coeur de la violence banalisée et des crimes gratuits. Une série de découvertes étranges, un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par auto-combustion, l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3. Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Petit Plus : Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Critique :
♫ Ça balance pas mal Seine-Saint-D’nis, ça balance pas mal… ♪  Le 93… Ce n’est pas un lieu où j’aurais envie de passer mes vacances, ou de le visiter. La Plaine-Saint-Denis du Club Dorothée, c’est loin.

Ami du polar, au revoir ! Ami d’un Derrick classique, prends tes cliques. Amateur de Lescaut-Navarro, détale plein pot.

L’auteur ne fait pas dans le policier classique et nous sommes loin des séries télés du samedi soir ou de celles avec des lunettes de soleil et des tests ADN à foison. Ici, nous sommes les deux pieds dans la réalité.

Quoi de mieux qu’un flic pour nous parler des roussins ? Et monsieur Norek le fait avec brio et avec trio… Non, zut, avec un quatro de policiers bien campés (quatuor, ça ne rimait pas).

Ça commence un peu comme sur l’étal d’une boucherie avec la saucisse du gars ficelée comme un rôti et les deux boulettes absentes (parties sans prévenir la direction).

L’enquête démarre de suite, les policiers s’égarent, cherchent, trouvent, avancent un peu, reculent… Le tout avec de l’humour noir et une bonne dose de camaraderie.

— On commence par les tours nord et on fera retour par les sud.
— Tu te la joues pisteur indien? C’est où, le nord?
— Lève les yeux et cherche les paraboles sur les fenêtres, elles sont toutes dirigées vers le sud, c’est une constante. Maintenant que tu sais où est le sud, ça va aller pour trouver le nord?
— À tes ordres, Pocahontas.

— On va rejoindre deux équipes des compagnies d’intervention pour passer la cité au Kärcher.
— Attention, tu parles aussi mal qu’un président.
— Casse-toi, pauvre con.

Ça se lit tout seul, les chapitres s’enchainent, ça se déchaine, on ne s’embête pas, on trace sa route dans les immeubles tout pourris du 93, on évite de marcher sur les seringues ou les capotes.

Durant la lecture, en plus de bien aimer le récit, l’envie d’aller boire un verre avec ces flics a grandit de plus en plus en moi. Mais pas dans le 93, s’il vous plait !

Dans ce roman, c’est le réalisme qui te pète à la gueule. T’es dans la cité, mec, alors fais profil bas et perds pas de vue qu’ici, tu n’es pas le bienvenu. On sent que l’auteur a mis ses tripes et ses connaissances dans ce roman.

Tu trembles, tu sais des tas de choses que les policiers ne savent pas encore, mais ça change rien à l’affaire, tu sais qu’il manque une pièce du puzzle et que celle-là, tu la verras pas arriver avant la fin du livre.

Une fois le puzzle reconstitué, là, tu te prendras un coup dans le plexus. Et ça fait maaaaal. Mais t’as bon.

Un roman où les Poirot, Holmes, Columbo, Navarro et autre n’ont pas le droit de citée (warf warf warf). Une équipe de choc qui t’emmène au bout de l’horreur, une plume qui te tire des mots à la vitesse d’une balle sortant d’un révolver.

Un roman coup de poing dans ta gueule, mais coup de cœur aussi.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

unnamedImpressions de Stelphique :

Pourquoi je l’ai choisi :
L’idée de la lecture commune avec Cannibal Lecteur, était presque une évidence, tant on savait que ce thriller avait bonne impression, et saurait satisfaire notre soif d’hémoglobine. Je vous laisse apprécier:

« Jamais auparavant dans sa carrière de médecin légiste elle n’avait utilisé l’expression « délabrement périnéal massif ». (p10)

Synopsis :
Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Les personnages:
Victor Coste est un chef de meute. Un vrai flic comme on espère le voir sincèrement sur le terrain. Il tient à bout de bras son équipe, à moins que ce ne soit l’inverse… Reste que le point fort de ses personnages, c’est cet esprit de communion, d’entraide.

C’est bel et bien le groupe qui révèle chacun d’entre eux, et les font briller à leurs avantages. Un Camion, une Tique, un Don Juan , Une Poigne, chacun devra trouver sa place pour s’imposer et mener jusqu’au bout ,une enquête hors du commun.

« Voilà qui ne voulait rien dire. Comment fait-on peur à un flic du 93? » (p209)

Ce que j’ai peut-être le plus apprécié, en fait, c’est tous ses personnages. Il sont si humains. On se surprend à les comprendre tous, à (presque) pardonner chacun de leurs gestes (même les plus désespérés). La fiction est largement dépassée, tous pourraient s’inviter dans notre entourage. L’auteur doit avoir une incroyable empathie, pour nous donner tant d’humanité dans son imaginaire.

Ce que j’ai ressenti…Totalement bluffée, complètement charmée…..
La Seine Saint Denis n’est pas le quartier le plus tranquille de la France, que ce soit le flic où l’auteur en lui qui nous parle, on sent une volonté de coller à la réalité, de nous faire voir les coulisses de la police, de nous montrer la Vérité, toute la Vérité sur une des zones les plus bouillantes de l’Hexagone.

– On va rejoindre deux équipes des compagnies d’interventions pour passer la cité au Karcher.
– Attention, tu parles aussi mal qu’un président.

On a ici, toute la qualité de l’œil avisé et habitué du flic, avec des scènes qui prennent forme derrière nos paupières, mais on a aussi le talent d’un écrivain qui nous sert un thriller de haute voltige!

Je peux vous dire que j’ai accroché dès le prologue (enfin… Après avoir failli y laisser, une odeur de bile…) , mais que plus on avance, plus la tension, le suspense, la qualité de son intrigue s’intensifie, pour nous donner un final parfait et maitrisé.

Merci d’avoir fini sur une note aussi poétique en l’honneur de tous ses Invisibles. Le code 93 n’aura plus de secret, on se posera seulement la question de son existence ou pas.

Si la noirceur est, forcement, dans ses pages, l’humour est aussi de la partie. C’est appréciable! Les petites notes ici et là, permettent de rafraîchir un sujet aussi lourd. La petite note de « surnaturel » est pour moi, la cerise sur le gâteau.

On se régale de voir l’engouement journalistique pour le sensationnel, et c’est avec un grand sourire, que j’ai aimé voir les mots tels que: Zombie, auto combustion etc (no spolier) …..L’auteur, si réaliste, joue avec des codes « aux frontières du réel », et c’est joliment mené.

« Alors au boulot, « Fox Mulder ». » (p86)

Le 9-3 a mauvaise réputation en France. Dans ce livre, ça se confirme. Je n’irai pas y réserver mes vacances. Je me dis que si l’auteur s’est engagé à ne dire que la vérité, alors, ma confiance aux « hautes stratosphères » ne va pas s’améliorer. Mais c’est quoi le problème des Hommes avec le Pouvoir????!!!! Mais pourquoi leurs pires bassesses ressortent dès qu’un profil de « trône » se présente???!!!

Dans ses pages, j’ai été bouleversée plus que je ne le pensais, car on delà du thriller, c’est un authentique policier qui nous offre son regard sur la France d’aujourd’hui….Et c’est très déstabilisant!!!!!

Certaines strates sont trop élevées pour que la Justice vienne y jouer les alpinistes.

– Va pour le diable. » (p257).

En bref, c’est sans surprise que je vais vous dire que c’est un coup de cœur ! Une lecture très intense, rondement bien menée, et délicieusement réelle.

féegif

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

 

 

BILAN - LC réussie - OK

Code 93 : Olivier Norek [LC avec Stelphique] – Impressions de lecture (3/3)

Impressions du Cannibal (page 0 à 100) : RÉALISME ! Oui, c’est le mot qui me vient à l’esprit avant « gore » ou « mort dégueu » ou « sans couilles » (pour un cadavre). Ici, on sent que l’auteur connait le milieu, le job… Vous ne verrez pas des test ADN à gogo, comme dans CSI car le test ADN, nous ne le savions pas, coute bonbon et met du temps !
Les personnages nous sont présentés, bien typés, et on sent déjà des amitiés se créer entre eux et moi. Le premier cadavre est tout comme je les aime et je suis conquise pour le moment !

Dans son corps ouvert se lisaient les effets d’une consommation abusive de drogues et d’alcool ainsi que le résultat de relations sexuelles si violentes qu’on ne pouvait les imaginer consenties. Jamais auparavant dans sa carrière de médecin légiste elle n’avait utilisé l’expression de « délabrement périnéal massif ».

— Victor, je crois qu’il lui manque les couilles. Elle se reprit, dans un registre plus approprié. – Incision chirurgicale, ablation des testicules après ligature. Il n’a pas dû aimer, les blessures sont visiblement ante mortem. C’est confirmé par l’utilisation de ce qui m’apparaît comme de la ficelle à rôti, à la base du pénis, à la manière d’un garrot.
— Ça ne confirme rien, ça précise.
— C’est-à-dire, Sherlock ?

Impressions de Stelphique (page 1 à 100) : Intriguée.
J’ai failli vomir rien qu’avec le prologue, donc j’imagine que ça ne sera pas une ballade bien tranquille ce thriller….
Je suis curieuse de voir ce que va donner la suite, car pour l’instant on a presque de l’irréel. Des zombies, des combustions spontanées. On nage dans les légendes, et c’est bizarre je pensais pas que c’était comme ça le 9-3 !!!!! Agréablement surprise par l’enquête, mais j’attends un peu plus des personnages à ce stade.

— Alors au boulot, « Fox Mulder » (p86)

livre 018Impressions du Cannibal (page 101 à 200) : Enquête ! C’est le cas de le dire, cette enquête n’est pas une classique à la Columbo, même si, avant la page 200, vous saurez tout de qui l’a fait et comment. Mais je sens qu’il me manque une pièce du puzzle… L’important est ailleurs… La vérité aussi. Suspense ! J’adore l’équipe de flics, j’adore le ton, l’humour.

— Jevric t’a raconté son histoire ? Le type qui s’est fait couper le doigt pour un kil’ de cannabis ? Alors si un doigt égale un kilo de shit, une paire de testicules égale ?
— Ça a l’air simple, les maths avec toi, tu devrais avoir des gosses, tu les aiderais sacrément pour les devoirs à la maison.

« Certaines strates sont trop élevées pour que la Justice vienne y jouer les alpinistes ».

Impressions de Stelphique ( page 101 à 200) : Atterrée… Ça y est, j’ai eu la communion entre moi et ce groupe de flics hétéroclites : Un « Camion », un Don Juan, une Tique, un Chef tenant à bout de bras son équipe et tout un tas de de masses grouillantes qui interfèrent la cohésion (sinon c’est pas drôle…) .
Reste que ce quartier et ses habitants, est à vomir. Entre corruption et pouvoir, on a le portrait d’hommes pas franchement reluisants.
A fond, donc dans cette lecture, j’en apprécie le ton, les quelques perles d’humour, mais surtout le réalisme des scènes.

— On va rejoindre deux équipes des compagnies d’interventions pour passer la cité au Karcher.
— Attention, tu parles aussi mal qu’un président. (p129)

Il est de coutume que lorsque deux flics font connaissance, l’un comme l’autre, déroulent leur parcours, comme deux chiens se sentent le cul. (p189)

Impressions du Cannibal (page 201 à la fin) : Horreur, douleur, haine, jambes coupées.
Maintenant que je sais tout, je suis sonnée. Que ce genre de manigances existe, je n’en ai jamais douté depuis que je suis adulte. Mais qu’elles aient lieu dans ce genre de circonstances, si c’est véridique, là, ça me coupe un peu plus les jambes. Soufflée je suis. Mais j’ai toujours envie d’aller boire un verre avec l’équipe de flics du roman… Rendez-vous en septembre pour une bière bien fraiche en leur compagnie !

Impressions de Stelphique (page 201 à la fin) : Bluffée
Nous avons tous les tenants et aboutissants de ce Code, et on ne sait plus si on a peur, ou si on est juste triste…
Tout prend son sens, c’est parfaitement maitrisé dans l’écriture. On a eu raison d’attacher notre ceinture, cette lecture n’aura pas été de tout repos : on a pris des virages déroutants, des vols planés et des descentes vertigineuses. Un looping-thriller géniallissime !!!!

Code 93 : Olivier Norek [LC Stelphique – Intro]

[Stelphique] — Code 93 …Kesako ? Code secret, ça va on pite, on a développé notre code aussi et même un langage crypté entre binôme. Code barre, c’est bon on en voit tous les jours. Mais code 93 avec une espèce de ceinture rouge ???!!! Ça ne me dit rien vaille… On va attacher tout ça et partir à la recherche de ce mystère codé…

[Cannibal] 9-3, ça veut dire quoi ? Si on m’avait proposé du 22-16, j’aurais de suite compris qu’on allait me parler des mensurations de monsieur Rocco.

Ça, au moins, c’est un code assez simple pour moi. Mais 9-3 ? Là, j’ai du mal, surtout si ce sont des dimensions de la Chose. 9, c’est presque une micro saucisse Zwan. Quant au 3 de diamètre, c’est décevant.

Non, je pense que je ne vais pas faire cette LC consacrée à une aussi petite taille… (messieurs, si vous possédez ce genre de mensurations, ne le prenez pas mal, hein !).

— Stelphiiiiique !!!! *hurle* Je fais pas de LC sur d’aussi petites choses, moi !! Hors de question ! QUOI ?? Que dis-tu chère Binôme ??
— Département, imbécile !
— Désolé, nous n’avons pas de département, en Belgique. Elle est marrante, ma Binôme ! Mon pays a la taille d’un de ses départements et elle voudrait qu’on en fasse dans un truc qui a la taille d’un confetti ! Quoi ?? Aaaaaaah, le 9-3 correspond à un numéro de département !! Ok, je comprends mieux. Lequel ?
— Seine Saint-Denis.
— Wééééé, c’est Dorothée !! Fallait toujours envoyer le courrier à la Plaine Saint-Denis ! On va lire un livre sur le Club Dorothée ! Hein ? Comment ça « C’est pas tout à fait ça » ??? Bon, les gars, j’ai compris à votre 9-3 mais je m’en vais découvrir votre charmant quartier… département !

CVT_Code-93_14499782266249157

Aux animaux la guerre : Nicolas Mathieu

6a0120a864ed46970b01b7c7b1ddee970bTitre : Aux animaux la guerre                       big_4

Auteur : Nicolas Mathieu
Édition : Actes Sud (2014)

Résumé :
Une usine qui ferme dans les Vosges, tout le monde s’en fout. Une centaine de types qui se retrouvent sur le carreau, chômage, RSA, le petit dernier qui n’ira pas en colo cet été, un ou deux reportages sur France 3 Lorraine Champagne-Ardenne, et basta.

Sauf que les usines sont pleines de types n’ayant plus rien à perdre. Comme ces deux qui ont la mauvaise idée de kidnapper une fille sur les trottoirs de Strasbourg pour la revendre à deux caïds qui font la pluie et le beau temps entre Épinal et Nancy.

Une fille, un Colt 45, la neige, à partir de là, tout s’enchaîne..

indexCritique :
Ici, le crime paie… pas pour les victimes, mais pour les assassins. Oui, « LES » car ils sont plusieurs tueurs de masse… des serial-killer de la pire espèce, avec souvent peu de remords…

Vous comprenez, ce n’est pas de leur faute si vous vous retrouvez sur le carreau, le cœur à l’arrêt, votre fluide vital s’écoulant lentement de vos veines. Non, vraiment, c’est pas de leur faute, faut pas leur en vouloir, c’est la Société qui est responsable.

Pour vous, la vie vient de suspendre son vol, vos pensées vont à votre conjoint, vos enfants, votre famille, vous demandant ce qu’ils vont devenir puisqu’ils ne peuvent plus compter sur vous.

L’arme du crime ? Le C4 ! Non, non, ce n’est pas un nouvel explosif, mais c’est tout aussi radical parce que ça te dégomme de l’Humain et ça te l’éparpille aux quatre vents, façon puzzle. Les Belges connaissent bien le formulaire C4… Il va avec l’arme de destruction massive qu’est le licenciement (le C4 est un certificat de chômage qui vous est donné avec votre préavis, donc, chez nous, lorsqu’on parle de C4, on sait que c’est le licenciement).

Oui, dans ce roman noir, fort sombre, l’arme du crime est le licenciement massif de tous les travailleurs d’une usine, les morts en sursis sont les ouvriers sommés de prendre leurs cliques et leurs claques, les serial-killer sont les DRH, les directeurs, les actionnaires, qui, de par leur gourmandise jamais rassasiée, en veulent toujours plus, au détriment du personnel, bien entendu.

Ce roman, pour un premier, est réussi ! Évitant de sombrer dans la caricature ou les lieux communs, il offre un panel de point de vue de certains des protagonistes, nous donnant par-là une vision plus élargie de la fermeture de l’usine.

Nous offrant des personnages charismatiques, énigmatiques, d’autres à qui donnerait bien des coups de trique, l’auteur varie l’air et la chanson pour nous donner un roman dense, mais dans lequel on ne perdra pas le fil, un roman dont le destin des gens ne tient souvent qu’à ce fil, ténu, qui menace de rompre au moindre tiraillement.

L’écriture est simple, mais pas simpliste, la plume est âpre lorsqu’elle nous met face à ces fermetures d’usines dans des coins paumés, des fermetures qui ne feront même pas l’objet d’un gros titre dans les JT ou dans la presse écrite, des gens qui se retrouvent livré à eux-même et à l’impitoyable Chômage.

« Un jour, la classe ouvrière avait existé.Ils pourraient en témoigner.Si jamais quelqu’un demandait ».

Des gens qui ont des dettes, des emprunts et dont certains sont prêt à tout pour avoir du fric. Une fois le doigt mis dans l’engrenage, plus moyen de faire machine arrière…

Si ce roman noir est âpre de par le sujet traité, il reste néanmoins réaliste et ne verse jamais gratuitement dans le sordide ou dans le pathos.

Malgré tout, avec sa belle plume, l’auteur arrive à faire passer tout un tas d’émotions et j’ai senti ma gorge se serrer devant ces hommes anéantit depuis l’annonce de la fermeture de l’usine et la perte de leur boulot. Je me suis mise à leur place et l’angoisse m’a saisie.

Un magnifique roman noir servi par une plume efficace et des personnages bien travaillés. Malgré la noirceur du sujet, il y a des petites traces d’humanité et d’espérance dans ce roman.

C’était ça l’usine, un monde de peine et de réconfort, un monde qui n’avait cessé de rapetisser d’ailleurs, passant de plus de deux cent cinquante bonshommes à trois fois rien. Quarante qu’ils étaient désormais. Patrick aimait mieux ne pas penser à ce qu’il adviendrait si l’usine devait fermer. Les gars se connaissaient tous depuis l’enfance ou quasiment. Certains ouvriers avaient vu leur père travailler là avant eux, d’autres passaient la main à leurs fils. Par le passé, les patrons venaient vous cueillir à la sortie du collège, après le certif’, et il arrivait qu’on s’engouffre là-dedans jusqu’à la retraite. L’usine avait dévoré des générations complètes, survivant aux grèves,nourrissant les familles, défaisant les couples, esquintant les corps et les volontés, engloutissant les rêves des jeunes , les colères des anciens, l’énergie de tout un peuple qui ne voulait plus d’autre sort finalement.  

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

CHALLENGE - Thrillers Polars 2015-2016

Et ils oublieront la colère : Elsa Marpeau

Titre : Et ils oublieront la colère                                                big_3

Auteur : Elsa Marpeau
Édition : Gallimard (2015)

Résumé :
Été 1944. Une femme court dans la campagne icaunaise. Elle cherche à échapper à la foule qui veut la tondre.

Été 2015. Un homme a été tué près d’un lac. La gendarme chargée de l’enquête soupçonne que son meurtre est lié à une tonte, qui a eu lieu soixante-dix ans plus tôt.

Entre aujourd’hui et hier, les destins s’entremêlent mais les protagonistes ne s’en souviennent plus – ils ont oublié la colère, les jours de liesse et la cruauté des vaincus contre ceux de leur camp, lors de la Libération. L’enquête va exhumer ce passé dont plus personne ne veut se rappeler.

Critique : 
♫  J’ai eu des illusions et puis des certitudes, et comme au casino j’ai tout perdu d’un coup… ♪ [1]

Oui, dans ma vie j’ai eu des illusions. Toute jeune, je les ai cru tous résistants ! Pleins de résistants au milieu de très peu de collabos. Et puis, le grand Charles l’avait dit, non ?

« À entendre les Français, personne n’a jamais eu de collabos dans sa famille, pas même de pétainistes, ils étaient tous résistants ou, du moins, sympathisants du général de Gaulle ».

« Et malgré les vingt mille femmes tondues, on n’en retrouve plus aucune, ni d’ailleurs de tondeurs, comme si tous avaient disparu de la surface de la terre ».

Banqueroute totale ! Peu de résistants, beaucoup de Naphtaliens et à la Libération, tout à coup, tout le monde avait résisté, même les délateurs de voisins. Surtout les délateurs… ♫ Je retourne ma veste, toujours du bon côté ♪ [2]

L’auteur à l’art et la manière de retourner le couteau dans une plaie qui a du mal à cicatriser car on a bâti un monde libre sur des crânes rasés et des comportements indignes.

J’ai eu le cœur serré durant certaines scènes tant la honte de ces femmes était prégnante et tant l’imbécilité des autres était flagrante. Qu’on reste planqué, je peux comprendre, mais qu’on dénonce les voisins ou qu’à la fin, on se comporte comme pire que l’occupant, ça ne me rend pas fière vis-à-vis de certains humains.

Les chapitres se déroulant en 2015 sont entrecoupés de quelques uns se passant durant la Seconde Guerre Mondiale. On retrouve même des protagonistes sur les deux époques, ainsi que leurs descendants.

Mais quel est l’horrible secret qu’ils cachent ?? Un ogre, une sorcière, un bouilleur d’enfants ?? (Godefroy de Montmirail, sors de ce corps !).

J’ai eu des illusions et des certitudes dans ce roman… Certitudes car j’étais certaine d’avoir compris et résolu l’affaire avant la gendarmette Garance Calderon, personnage au passé trouble, soit-dit en passant.

Oui, je savais QUI avait tué Mehdi Azem, je sais QUI il était réellement et je connaissais la teneur du secret. Oui, je pensais tout savoir, pétrie de certitudes que j’étais mais comme durant un tour de magie, j’ai été illusionnée et bardaf, ce n’était pas le Colonel Moutarde dans la biblio ! Raté !

Illusions aussi sur certains passages du roman, qui me titillent un peu aux entournures si je commence à creuser un peu : la gendarmette qui creuse dans la propriété à la recherche d’un corps, seule, sans rien pour ramasser les preuves ou sécuriser la scène… Horatio en aurait avalé sa paire de lunettes de soleil de travers !

Problème aussi avec certains faits… que je ne puis tous étaler au grand-jour car risque de dévoiler des choses. Je peux juste vous dire que quand un gamin de 17 ans arrive à se faire passer pour un véritable curé auprès des Fridolins qui l’emmènent dans leur voiture pour lui épargner une marche, là je me dis qu’ils avaient besoin d’une visite urgente chez Afflelou !

Autre chose : si je devais tuer un homme endormi, je ne choisirais jamais un  fusil ! Peu maniable, déjà, et surtout, le recul ! Toi tu avance, lui il recule… Comment veux-tu, comment veux tu… ? On fait ça avec un révolver que diable ! Ça vous évite une épaule en compote à cause du violent recul de certains fusil.

Et puis, que fout un Fritz tout seul dans une maison durant l’occupation ? Il nous faisait un remake de la célèbre « tenaille » de la 7ème Compagnie ? De plus, c’est à croire que ce casque à pointe avait demandé une situation et pas du travail parce qu’il se la coule douce, le mec ! Ça nage dans le lac, ça fait la sieste durant 2h. Tranquille et détendu. Et il y a un autre fait avec cet allemand qui ne passe pas. Pas réaliste du tout, mais je ne puis rien dire.

Et puis, pourquoi diable les villageois en ont-ils eu après Marianne alors que tout le monde savait qu’elle n’aimait pas les occupants ?? Je veux bien que l’être humain, lorsqu’il est en groupe, devient con, mais là…

Il y a dans cette histoire des tas de petits détails qui clochent et qui me font enlever une étoile au Guide Beletien ! Le diable se cache dans les détails et les détails ont leur importance ! Sans ça, c’était 4 étoiles sans soucis. Mais faut pas jouer dans l’illogique juste pour arriver à écrire des fins auxquelles le lecteur ne s’attend pas.

Sinon, l’écriture se lit toute seule, le roman est court, intense, on ne s’embête pas, les personnages sont assez bien fichus, certains sont très mal fichus dans leur vie, mais bon, chacun fait ce qu’il veut de sa life…

Un proverbe à tirer de cette lecture ? Quand le chat Occupant fut parti en courant, les petits rats délateurs n’eurent plus peur et tondirent les petites souris qui avaient vécu dans le vice en tâtant le pénis de l’Occupant Allemand.

Que ces femmes soient innocentes, qu’elles aient des circonstances atténuantes ou qu’elles soient vraiment coupables, ils s’en moquaient, le tout étant de tondre le bouc émissaire afin de laver leurs propres péchés et leurs vilaines lâchetés.

Quand tout les regards et l’opprobre convergent vers celles qui avaient tripoté de la verge (ou pas), personne ne regarde vos propres vilénies ou ce voisin que vous avez fait envoyer en « colonie » (c’est pour la rime, on sait où ils ont terminés et ce qu’on leur avait fait croire).

Au final ? Une enquête contemporaine avec un cadavre tout frais et un Cold Case menée par une gendarmette moins sympathique que la blonde Lilly Rush.

Une enquête où le passé et le présent s’entremêlent pour danser une gigue endiablée mêlée à un tango sensuel, le tout sur un air de Faust-semblant.

Ami lecteur, laisse tomber tes illusions et tes certitudes… malgré les petits détails qui clochent et pas logiques, malgré la torsion du récit, j’ai été bluffée par la fin. La torsion était là pour ça…

Dommage qu’il ait fallu tordre pour faire plier, parce que la partie sur la Seconde Guerre était vraiment très bien.

[1] « Casino » Michel Sardou (1998)
[2] « L’opportuniste » Jacques Dutronc

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

CHALLENGE - Thrillers et polars 2015-2016

Mon Top 10 musical toutes périodes confondues

Puisque c’est un jeu qui fleurit sur la blogo, je me suis dit « tiens, qu’est-ce que ça donnerait mon Top 10 des albums de musique qui ont marqué ma vie ? C’est parti mon kiki !

1. Synthesizer Greatest : acheté début 1990… Mon premier CD, c’est vous dire si ça vous marque ! Ma chaine Hi-Fi était de 1989 (je l’ai encore et elle fonctionne toujours), et le CD vint naturellement début 90. Cadeau de ma grand-mère (mais je l’avais choisi moi-même), j’y tiens énormément.

Ce fut aussi une claque parce que les mélodies étaient superbes, les musiques de film telles Antartica ou L’Exorciste m’avaient scotché devant le lecteur CD.

2. Depeche Mode (Album Violator) : une autre entrée dans le monde de la musique avec l’album Violator qu’une amie de classe m’avait fait découvrir. Je ne connaissais de Depeche Mode que quelques titres (sans en connaître les auteurs) et elle m’avait prêté sa K7 (là, tous les moins de 20 ans vont aller demander à Wiki ce que c’est que ce truc !). J’ai aimé toutes les chansons, les mélodies, la voix… Surtout les chansons « Sweetest Perfection » et « Waiting For The Night ».

La K7 originale avait était été copiée à l’aide du double desk de ma chaine et fut écoutée des centaines de fois. Plus tard, j’ai acheté e CD car la bande était fichue sur cette bonne vieille K7.

3. Guns’N Roses (Album Appetite for Destruction) : fut une autre découverte musicale à une époque où nous achetions encore nos CD au disquaire du coin et où je ne connaissais pas le mot « FNAC ». C’est mon oncle qui me l’avait ramené de la FNAC, sur commande exprès de ma part, puisque je voulais découvrir ce groupe. Ma première écoute ne fut pas un coup de cœur, j’avais pas aimé.

Alors, je l’avais copié sur une K7 pour l’emmener dans mon walk-man (Dico pour les jeunes !) et le déclic a eu lieu, j’ai adoré ! Ma préférée est « Sweet Child o’ Mine ».

Mais à choisir, mon préféré de Guns sera « Use Your Illusion II » que j’ai acquis un peu plus tard. Lui, je ne m’en lasse pas non plus et certaines de ces chansons sont maintenant sur mon MP3 : Civil War – 14 Years – Knockin’ on Heaven’s Door – So Fine – Estranged -You Could Be Mine – Don’t Cry.

4. Renaud (Albums Mistral Gagant & Ma Compil I & II) : Non, je ne triche pas, j’adapte les règles du Top 10 ! Encore une découverte que je dois à quelqu’un d’autre parce qu’avant, de Renaud, je ne connaissais que quelques chansons, mais je n’y faisais pas vraiment attention.

Une amie m’avait donc prêté ces CD et j’étais tombée amoureuse des albums Mistral Gagnant (aaah, cette chanson, ce piano) et Ma Compil parce que j’avais une sorte de Best Of de Renaud. J’aime sa manière de chanter, ses paroles, parfois légère, parfois plus sombres, comme dans « Morts les enfants », « P’tite conne », « Manu », « Hexagone » et encore bien d’autres.

5. Ennio Moricone (Album Film Music by Ennio Morricone 1993) : ben oui, j’aime les westerns et la musique d’Ennio en fait partie intégrante ! L’écouter me donne toujours des visions de folles chevauchées sur un fringant étalon arabe noir… Oui, j’exporte le western spaghetti en Arabie !

La musique de Le bon, la brute et le truand est magique lors d’un galop endiablé, celle du  Clan des Siciliens est superbe et va bien à mon Chouchou, celle de Chi Mai : Le Professionnel vous donnera envie d’acheter du Pedigree Pal pour votre chat ou de la faire passer le jour de votre enterrement et vous aurez la sueur à votre front en vous rappelant la scène culte avec The Man With The Harmonica (« Il était une fois dans l’Ouest » pour les ignares) et The Falls vous donne envie de chialer.

6. Rolling Stones (Album Best Of 1993) : Aaaah, les Pierres qui roulent m’ont toujours donné envie de me trémousser dans tous les sens et la voix de Mick Jagger me donne des frissons. J’apprécie aussi les Beatles, mais ma préférence ira aux Rolling !

Mes préférés sont Satisfaction, Sympathy for the devil, Paint It black, Wild Horses, Jumpin’ Jack flash, Brown Sugar, Miss You, Angie, Honky Tonk Woman… mais celle que je ne me lasse pas d’écouter c’est Paint It Black !

Bien que dans les médias, les Rolling Stones incarnent les « mauvais garçons » (Oldham n’avait hésité à interroger : Laisseriez-vous votre fille sortir avec un Rolling Stone ?) et les Beatles, les « gentils garçons », les membres des deux groupes s’apprécient et se côtoient dans le privé. Les Beatles, John Lennon et Paul McCartney offriront même la chanson I Wanna Be Your Man aux Rolling Stones pour lancer leur carrière en 1964 et feront les chœurs sur la chanson We Love You en 1967. Brian Jones jouera plus tard sur certains titres des Beatles comme Baby, You’re A Rich Man ou You Know My Name.

7. Pet Shop Boys (Album Discography: The Complete Singles Collection 1991) : je connaissais quelques unes de leur chansons, mais c’est un ami, maintenant décédé, qui m’avait fait écouter leur album de Best Of, en 1995. Coup de foudre, j’ai acheté l’album ensuite, copié sur mon walk-man et maintenant, j’en ai deux puisque j’ai hérité du sien… Un album qui a une haute valeur sentimentale.

Leur reprise de « Always on my mind » d’Elvis est magnifique, ainsi que la reprise de « Where the streets have no name » de U2. Les PSB ont repris cette chanson dans un rythme dance, mélangé avec Can’t Take My Eyes Off You de Frankie Valli. West end girls, Suburbia; It’s a Sin; Being Boring et toutes les autres de l’album, je ne m’en lasse pas.

8. Metallica : Nothing else matters, The Unforgiven et Until It sleep sont mes préférées. Comment je les ai connues ? Grâce à une amie de classe (lorsque j’étais en graduat) qui adorait le Metal et le hard-rock… Pourtant, je vous jure qu’elle n’avait pas la tête à ça. Moi, je connaissais mêmes pas Metallica, Bon Jovi, INXS et autres groupes qu’elle adorait.

Pour me prouver qu’ils n’étaient pas que des excités, elle m’avait offert pour mon anniversaire une K7 avec les chansons les plus douces des groupes de hard-rock. Preuve était faite que les beaux slows, ils savaient les faire. Sa K7 a tellement tourné dans mon walk-man qu’elle est morte. Mais les chansons sont toujours dans mon MP3.

The Unforgiven est envoutante avec son début à la guitare.

 9. E.S Posthumus (Album Makara) : Eux, je les ai découvert avec la BO du film « Sherlock Holmes » de Guy Ritchie, Unstoppable. Après quelques recherches, je me suis retrouvée avec un DD rempli de musiques d’ambiance, de eux et de bien d’autres aussi : X-Ray Dog, Audiomachine, Immediate Music). Mais c’est leur album Makara qui m’a éblouit et je l’adore !

Quand à leur reprise de « Moonlight Sonata », elle me fait orgasmer direct !

10. Two Step From Hell (Album Invincible) : Comme je vous le disais, en cherchant des musiques d’ambiances pour écouter en bruit de fond lorsque j’écris, je suis tombée sur ce groupe dont le nom ferait frémir toute bigote qui se respecte. Moi, ce genre de musique, ça me motive, me fait marcher plus vite, mes doigts parcourent plus vite le clavier, je fais la vaisselle sans même m’en rendre compte, bref, je ne suis plus sur terre !

Bonus Tricherie :
Bach – St John Passion – Herr, unser Herrscher (chorus) : Parce que lorsque j’entends la musique augmenter de tempo et les chœurs chanter, je suis transportée ailleurs. J’adore écouter cette musique lorsque je marche en Ardèche et que ça grimpe fort. J’en oublie toutes mes douleurs. Par contre, pas moyen de trouver la même version que mon CD et celles proposées sur You Tube ont moins de punch que celle que j’écoute.

Samuel Barber –  Adagio For Strings : On l’entend dans le film « Elephant Man », à la fin et ça me donne envie de pleurer !

Vivaldi – Four seasons – Summer – III mouvement : Parce que c’est tout simplement beau ! Surtout par Nigel Kennedy !