Code 93 : Olivier Norek [LC avec Stelphique]

Titre : Code 93                                                            big_4

Auteur : Olivier Norek
Édition : Michel Lafon / Presse Pocket (2014)

Résumé :
Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au coeur de la violence banalisée et des crimes gratuits. Une série de découvertes étranges, un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par auto-combustion, l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3. Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Petit Plus : Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Critique :
♫ Ça balance pas mal Seine-Saint-D’nis, ça balance pas mal… ♪  Le 93… Ce n’est pas un lieu où j’aurais envie de passer mes vacances, ou de le visiter. La Plaine-Saint-Denis du Club Dorothée, c’est loin.

Ami du polar, au revoir ! Ami d’un Derrick classique, prends tes cliques. Amateur de Lescaut-Navarro, détale plein pot.

L’auteur ne fait pas dans le policier classique et nous sommes loin des séries télés du samedi soir ou de celles avec des lunettes de soleil et des tests ADN à foison. Ici, nous sommes les deux pieds dans la réalité.

Quoi de mieux qu’un flic pour nous parler des roussins ? Et monsieur Norek le fait avec brio et avec trio… Non, zut, avec un quatro de policiers bien campés (quatuor, ça ne rimait pas).

Ça commence un peu comme sur l’étal d’une boucherie avec la saucisse du gars ficelée comme un rôti et les deux boulettes absentes (parties sans prévenir la direction).

L’enquête démarre de suite, les policiers s’égarent, cherchent, trouvent, avancent un peu, reculent… Le tout avec de l’humour noir et une bonne dose de camaraderie.

— On commence par les tours nord et on fera retour par les sud.
— Tu te la joues pisteur indien? C’est où, le nord?
— Lève les yeux et cherche les paraboles sur les fenêtres, elles sont toutes dirigées vers le sud, c’est une constante. Maintenant que tu sais où est le sud, ça va aller pour trouver le nord?
— À tes ordres, Pocahontas.

— On va rejoindre deux équipes des compagnies d’intervention pour passer la cité au Kärcher.
— Attention, tu parles aussi mal qu’un président.
— Casse-toi, pauvre con.

Ça se lit tout seul, les chapitres s’enchainent, ça se déchaine, on ne s’embête pas, on trace sa route dans les immeubles tout pourris du 93, on évite de marcher sur les seringues ou les capotes.

Durant la lecture, en plus de bien aimer le récit, l’envie d’aller boire un verre avec ces flics a grandit de plus en plus en moi. Mais pas dans le 93, s’il vous plait !

Dans ce roman, c’est le réalisme qui te pète à la gueule. T’es dans la cité, mec, alors fais profil bas et perds pas de vue qu’ici, tu n’es pas le bienvenu. On sent que l’auteur a mis ses tripes et ses connaissances dans ce roman.

Tu trembles, tu sais des tas de choses que les policiers ne savent pas encore, mais ça change rien à l’affaire, tu sais qu’il manque une pièce du puzzle et que celle-là, tu la verras pas arriver avant la fin du livre.

Une fois le puzzle reconstitué, là, tu te prendras un coup dans le plexus. Et ça fait maaaaal. Mais t’as bon.

Un roman où les Poirot, Holmes, Columbo, Navarro et autre n’ont pas le droit de citée (warf warf warf). Une équipe de choc qui t’emmène au bout de l’horreur, une plume qui te tire des mots à la vitesse d’une balle sortant d’un révolver.

Un roman coup de poing dans ta gueule, mais coup de cœur aussi.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

unnamedImpressions de Stelphique :

Pourquoi je l’ai choisi :
L’idée de la lecture commune avec Cannibal Lecteur, était presque une évidence, tant on savait que ce thriller avait bonne impression, et saurait satisfaire notre soif d’hémoglobine. Je vous laisse apprécier:

« Jamais auparavant dans sa carrière de médecin légiste elle n’avait utilisé l’expression « délabrement périnéal massif ». (p10)

Synopsis :
Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Les personnages:
Victor Coste est un chef de meute. Un vrai flic comme on espère le voir sincèrement sur le terrain. Il tient à bout de bras son équipe, à moins que ce ne soit l’inverse… Reste que le point fort de ses personnages, c’est cet esprit de communion, d’entraide.

C’est bel et bien le groupe qui révèle chacun d’entre eux, et les font briller à leurs avantages. Un Camion, une Tique, un Don Juan , Une Poigne, chacun devra trouver sa place pour s’imposer et mener jusqu’au bout ,une enquête hors du commun.

« Voilà qui ne voulait rien dire. Comment fait-on peur à un flic du 93? » (p209)

Ce que j’ai peut-être le plus apprécié, en fait, c’est tous ses personnages. Il sont si humains. On se surprend à les comprendre tous, à (presque) pardonner chacun de leurs gestes (même les plus désespérés). La fiction est largement dépassée, tous pourraient s’inviter dans notre entourage. L’auteur doit avoir une incroyable empathie, pour nous donner tant d’humanité dans son imaginaire.

Ce que j’ai ressenti…Totalement bluffée, complètement charmée…..
La Seine Saint Denis n’est pas le quartier le plus tranquille de la France, que ce soit le flic où l’auteur en lui qui nous parle, on sent une volonté de coller à la réalité, de nous faire voir les coulisses de la police, de nous montrer la Vérité, toute la Vérité sur une des zones les plus bouillantes de l’Hexagone.

– On va rejoindre deux équipes des compagnies d’interventions pour passer la cité au Karcher.
– Attention, tu parles aussi mal qu’un président.

On a ici, toute la qualité de l’œil avisé et habitué du flic, avec des scènes qui prennent forme derrière nos paupières, mais on a aussi le talent d’un écrivain qui nous sert un thriller de haute voltige!

Je peux vous dire que j’ai accroché dès le prologue (enfin… Après avoir failli y laisser, une odeur de bile…) , mais que plus on avance, plus la tension, le suspense, la qualité de son intrigue s’intensifie, pour nous donner un final parfait et maitrisé.

Merci d’avoir fini sur une note aussi poétique en l’honneur de tous ses Invisibles. Le code 93 n’aura plus de secret, on se posera seulement la question de son existence ou pas.

Si la noirceur est, forcement, dans ses pages, l’humour est aussi de la partie. C’est appréciable! Les petites notes ici et là, permettent de rafraîchir un sujet aussi lourd. La petite note de « surnaturel » est pour moi, la cerise sur le gâteau.

On se régale de voir l’engouement journalistique pour le sensationnel, et c’est avec un grand sourire, que j’ai aimé voir les mots tels que: Zombie, auto combustion etc (no spolier) …..L’auteur, si réaliste, joue avec des codes « aux frontières du réel », et c’est joliment mené.

« Alors au boulot, « Fox Mulder ». » (p86)

Le 9-3 a mauvaise réputation en France. Dans ce livre, ça se confirme. Je n’irai pas y réserver mes vacances. Je me dis que si l’auteur s’est engagé à ne dire que la vérité, alors, ma confiance aux « hautes stratosphères » ne va pas s’améliorer. Mais c’est quoi le problème des Hommes avec le Pouvoir????!!!! Mais pourquoi leurs pires bassesses ressortent dès qu’un profil de « trône » se présente???!!!

Dans ses pages, j’ai été bouleversée plus que je ne le pensais, car on delà du thriller, c’est un authentique policier qui nous offre son regard sur la France d’aujourd’hui….Et c’est très déstabilisant!!!!!

Certaines strates sont trop élevées pour que la Justice vienne y jouer les alpinistes.

– Va pour le diable. » (p257).

En bref, c’est sans surprise que je vais vous dire que c’est un coup de cœur ! Une lecture très intense, rondement bien menée, et délicieusement réelle.

féegif

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

 

 

BILAN - LC réussie - OK

Publicités

27 réflexions au sujet de « Code 93 : Olivier Norek [LC avec Stelphique] »

  1. Ping : Bilan Livresque : Août 2015 | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s