Notre-Dame des Loups : Adrien Tomas

Titre : Notre-Dame des Loups                                                      big_3-5

Auteur : Adrien Tomas
Édition : Mnémos (2014)

Résumé :
1868, aux confins de l’Amérique, les Veneurs, une petite troupe d’hommes et de femmes sans foi ni loi, aux munitions forgées d’argent, l’âme froide comme l’acier, parcourent les immensités de l’Ouest sauvage.

Ils s’enfoncent, la peur au ventre mais déterminés, dans les gigantesques forêts que seuls les Indiens et les pionniers arpentent. Ils connaissent leur mission : elle pue le sang et la mort. Elle a le son des chairs qui se déchirent et des os qui rompent, des incantations vaudou, des balles qui sifflent et des molosses qui aboient.

Au loin, les premiers hurlements se font entendre. La chasse commence… Une chasse qui doit réussir quel qu’en soit le prix. Une chasse pour abattre leur plus terrible ennemie : Notre-Dame des Loups…

Critique :
Vous hurler « Cours, Forrest, cours » ou « Fuyez, pauvres fous » ne servirait à rien… La bête est plus rapide que vous ! Le mieux, c’est de lui tirer dessus à coups de balle d’argent. Vous n’en avez pas ? Alors vous êtes morts ! Adieu !

Nous allons suivre 7 veneurs, 7 chasseurs de Rejs… Rejs ? Ce sont des wendigos, lycanthrope ou loups-garous. Sans jamais s’arrêter, ils arpentent le Nouveau-Continent sur leurs chevaux, avec des dogues casqués aux mâchoires d’argent pour éclaireurs.

En plein cœur de la Forêt blanche, aux confins des territoires indiens, pendant la conquête de l’Ouest américain et peu de temps après la fin de la guerre de sécession, nous allons chasser, traquer, tuer, éradiquer des lycanthropes qui agissent sous les ordre d’une mystérieuse Dame-Blanche. Pas la glace recouverte de chocolat, mais une louve, leur reine à tous, leur Mère.

Ce que j’ai aimé, dans ce roman, en plus de l’action qui ne subit que peu de temps mort, c’est le fait que chaque veneur raconte un chapitre. Changer de narrateurs de la sorte et faire tout les membres de la troupe a donné un plus à ce roman et je ne vous dirai rien de plus pour ne pas dénaturer la chose.

Du mystère, des tensions, de la brutalité, de la chasse autre que celle pratiquée par les petits bonhommes verts le dimanche, parce que ici, si tu loupes ton coup, le Rej, lui, ne te loupera pas. Et la moindre morsure, griffure est synonyme que tu verras ton Créateur car tes collègues veneurs ne prendront pas le risque de te voir te transformer en poilu aigri.

Les personnages qui compose la troupe de veneur sont bien campés, bien différents l’un de l’autre et sans en faire trop, l’auteur nous plonge dans le groupe et distille quelques mystères. Il en dit assez, mais ne nous dit pas tout. Ce sera progressif.

Le reste de l’histoire, vous l’apprendrez donc en chevauchant et en tuant des wendigos.

Le seul point qui m’a attristée, c’est que je n’ai pas ressenti très fort les changements de narrateurs. Ok, le nom du personnage est noté en haut du chapitre, mais là n’est pas le problème.

Alors qu’on a des membres de Vénerie bien travaillés, bien différents, sombres, complexes, lorsqu’ils passent en narrateurs, on sent moins cette différence. Elle est moins marquée. Comme s’ils devenaient plus lisses lorsqu’ils racontent. C’est l’effet que cela m’a fait.

Malgré tout, je ne bouderai pas mon plaisir parce que voilà un petit qui en a sous le coude, qui fait son boulot : nous entrainer dans une aventure de fou et qui donne plus de plaisir que sa petite taille ne pourrait laisser penser de prime-abord. Comme quoi, la taille ne fait pas tout !

Et puis, les dialogues sont souvent incisifs, mordants comme un Rejs, aiguisés comme un couteau d’argent et qui te percutent comme une balle d’argent dans ton pelage puant.

Alors c’est décidé, je vais hurler mon plaisir de lecture à la lune et grogner entre mes dents aiguisées que j’ai reçu mon lot de surprises vachardes dans ma gueule et que j’ai pris un plaisir fou à lire ce roman de 200 pages.

Comme quoi, la taille n’est pas importante… ça peut être court et bon.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, le « Le Mois Américain » chez Titine et « Totem » de Lili Galipette dans la catégorie « Loup-garou ».

CHALLENGE - Thrillers Polars 2015-2016 CHALLENGE - Mois Américain Septembre 2014CHALLENGE - XIXè siècleCHALLENGE TOTEM LOUP GAROU    CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

Publicités

22 réflexions au sujet de « Notre-Dame des Loups : Adrien Tomas »

    • Pardon, quand les crocs me poussent une fois toutes les pleines lunes, je ne me sens plus… au moins, ces poils là sur les gambettes, faut pas les épiler, ils s’en vont ensuite ! ;-))

      Qui sait, tu pourrais aimer… le changement de narrateur est une bonne trouvaille, plus les petites surprises, plus la profondeur des veneurs, ça pourrait te botter si tu lisais sur le livre qui faut recharger…

      J'aime

  1. Ping : Le mois américain – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  2. Ping : Challenge « Il était une fois dans l’Ouest  : reprise par le Cannibal Lecteur | «The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Septembre 2015 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Bilan du Mois Américain : Septembre 2015 | The Cannibal Lecteur

  5. Ping : Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s