Bonne Année 2016 !!

Meilleurs vœux à tous mes suiveurs, suiveuses, papoteurs, papoteuses, canlette, binômette, Divan et tout le reste !

Qu’elle sois source de belles lectures et de tout ce que vous voulez d’autres : pas trop de travail mais plein de sous !

Demain, ce sera l’heure des Bilans !

Mangez pas de trop et buvez bien… heu, pardon, buvez avec Modération (non, je sais pas qui c’est !!).

Et à tous les suiveurs et commentateurs, je vous dis :

Allez les filles, venez boire un ch’tit canon Mojito à la maison ! Mdr

Publicités

Undertaker – Tome 2 – La danse des vautours : Xavier Dorison & Ralph Meyer

Titre : Undertaker – Tome 2 – La danse des vautours

Scénariste : Xavier Dorison
Dessinateur : Ralph Meyer
Édition : Dargaud (2015)

Résumé :
Jonas Crow, croque-mort; Rose, gouvernante anglaise; et Lin, domestique chinoise, doivent ramener la dépouille remplie d’or du vieux Cusco au filon « Red Chance ».

Ils ont trois jours.

Trois jours, un corbillard, 50 miles à parcourir et une ville entière de mineurs survoltés à leurs trousses !

Critique :
Cusco, notre patron mégalo et inhumain envers ses mineurs avait cassé sa pipe dans le tome 1 et le voilà donc aux bons soins de Jonas Crow, undertaker de son état (fossoyeur ou croque-mort chez nous).

Je me marre et seuls ceux qui ont déjà lu les deux tomes comprendront pourquoi je me marre en le sachant aux bons soins de Undertaker et de son pote bizarre, Jed.

Oui, Cusco, gros mégalo égoïste, t’es pas prêt d’arriver dans ta dernière demeure, mon salaud !

« Et Dieu dit, ceux qui sont assez cons pour aller s’enfoncer en enfer méritent d’y rester. À perpète. » Lettre de Jonas aux Californiens.

Nous retrouvons donc nos amis – Undertaker, Rose, Lin et Jed – là où nous les avions laissé en fin de tome 1, c’est à dire dans la merde, pour ne pas dire en mauvaise posture.

Va falloir se bouger les z’amis parce que d’un côté, il y a les mineurs d’Anoki qui veulent la dépouille de leur fripouille de patron et de l’autre, il y a des Tuniques Bleues qui arrivent et… Bordel de Dieu, mon cœur, quel suspense, bande de salauds !

Des dessins superbes, réalistes, du western qui a tous les codes du genre mais qui revisite la recette pour vous servir ce petit nectar plein de saveur western sans en être vraiment. Vous suivez toujours ou ça va trop vite ?

Au menu de ce deuxième opus : des courses-poursuites, des tirs (baissez-vous les gars), des morts, du sang qui coulera, des pièges, des stratégies, de la violence (mais pas gratuite) et des personnages qui n’ont pas fini de nous surprendre ! Certains cachaient même bien leur jeu.

Undertaker – Jonas Crow – est toujours aussi allumé et son côté « No Rules » (sauf dans son corbillard) et tête brûlée n’arrête pas de me faire penser à Blueberry.

— Tu sais pourquoi je suis croque mort ?
— Parce que t’es cinglé !
— Tuer des étrons dans ton genre, c’est bon, mais c’est trop court. Ça va trop vite. J’aime voir la mort longtemps, la contempler, la déguster, la laisser prendre son temps. C’est comme ça qu’elle me réconforte; elle me rappelle que la saloperie humaine… ça finit toujours par disparaitre.

Rose et Lin, nos deux dames, vont devoir s’accrocher à leurs jupons et suer, une fois de plus, si elles veulent s’en sortir vivantes et ne pas voyager, raides étendues, à l’arrière du corbillard.

— Cet or appartient à monsieur Cusco. Mort ou vivant, c’est la loi. Peut-être qu’aujourd’hui, cette loi ne vous arrange pas… Mais quand on ne porte pas un colt à la ceinture, c’est encore elle qui protège le mieux.

Un deuxième tome à la hauteur du premier, un récit mené main de maître, les rênes bien tendues, un rythme soutenu sans pour autant virer à la cavalcade avec le mors aux dents, des personnages qui vont se livrer un peu plus, le tout dans des décors grandioses dignes des plus grands western !

Étoile 5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, Le « Challenge US » chez Noctembule, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

BILAN LECTURE - Veux la suite

2015 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 37 000 fois en 2015. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 14 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Extinction : Matthew Mather [LC avec Stelphique]

Titre : Extinction

Auteur : Matthew Mather [Auteur Anglais]
Édition : Fleuve Éditions (Nov 2015)

Résumé :
À la veille de Noël, à New-York, Mike Mitchell s’apprête à passer un réveillon en famille et compte sur cette période de fête pour apaiser les tensions dans son couple.

Cependant ces projets vont être anéantis par une gigantesque tempête de neige qui s’abat soudain sur Manhattan et provoque un black-out total. Internet et les réseaux de communication ne fonctionnent plus, les infrastructures s’effondrent.

Le désastre gagne progressivement tous les secteurs d’activités, paralysés par cette coupure soudaine. Rumeurs d’attentats, de cyber-attaque, thèses du complot… On accuse les Russes, les Chinois, les Iraniens. La panne généralisée alimente la psychose, renforcée par l’apparition d’une épidémie mortelle qui affole la population.

Au milieu du chaos, Mike et ses voisins se retrouvent sans eau, sans chauffage, et bientôt sans nourriture…

Dans ce tombeau à ciel ouvert qu’est devenu New York, l’ordre a laissé la place à la loi du plus fort. Alors que la trahison guette à chaque instant, Mike va devoir livrer une lutte sans merci pour sa survie et celle de sa famille.

Critique (Stelphique en bas) : 
Riche idée que d’avoir commencé le roman au moment des fêtes puisque son récit commence quelques jours avant Noël.

Cette année, Petit Papa Noël a apporté des cyber-attaques, l’arrêt du Net, des coupures totales de courant, de l’eau, la disette, le repli sur soi, la crasse, la vermine, la paranoïa, l’animalité, un huis-clos et tout un gros tas de neige !

Bref, il nous a déposé, sous le sapin, un joli black-out !

— Qui est responsable d’Internet – cet outil dont nous sommes tous dépendants, aujourd’hui ?
— J’en sais rien – le gouvernement ?
— Eh bien non, figure-toi. Tout le monde s’en sert mais personne n’en est responsable.
— Ça effectivement, c’est la recette du désastre.

Avec un style simple qui fait mouche, des personnages sympathiques auxquels ont s’accroche et avec lesquels on sympathise vite, l’auteur nous narre la vie qui s’organise, tant bien que mal, dans un immeuble new-yorkais, avec ses amitiés, ses tensions, ses coups de putes… et sa solidarité.

Nous suivons la famille de Michaël et celle de Chuck, amis dans la vie, ainsi que de leurs quelques amis de l’immeuble qui tentent, vaille que vaille, de survivre dans une ville livrée à elle-même, une ville qui ne peut compter que sur elle-même puisque le pays tout entier est touché, le reste du monde aussi…

Cela m’a frappé de m’apercevoir que, dans mon esprit, les gens qui avaient débarqué à notre étage étaient devenus des « réfugiés ».

Les habitants crevant de faim et de froid, se laissent aller à leur animalité, à leurs peurs les plus primales et à leurs hypothèses les plus farfelues quand aux responsables de ce bordel sans nom.

— Si on doit aller mettre sur la figure de quelqu’un, c’est bien à ces Arabes enturbannés. Ils n’arrêtent pas de nous chercher des poux depuis qu’ils ont pris notre ambassade en otage, en 79.
— Parce qu’on avait renversé leur gouvernement élu démocratiquement pour installer un dictateur qui faisait régner la terreur, a observé Rory. Et puis, ce ne sont pas des Arabes, mais des Perses.

Sans en faire des tonnes, sans nous noyer dans des explications techniques ou scientifiques ou verser dans la surenchère, l’auteur nous torche un chouette roman dans lequel on se plait à être, tout en redoutant le jour où cette merde de cyber-attaque arriverait chez nous pour de vrai.

— Nous répugnons à prendre quelques risques à titre individuel, nous donnons au gouvernement le droit d’envahir notre vie. Nous sommes en train de renoncer à notre liberté, par simple trouille.

Pas de temps mort, j’ai eu froid et faim en même temps qu’eux, j’ai tremblé de peur pour eux, j’ai cogité en lisant les vérités distillées au fil du récit et ce fut un calvaire de devoir abandonner le récit durant 4 jours pour cause de fêtes !

— Il y a quelques années, on a découvert la présence de codes informatiques étrangers dans les systèmes de commande des centrales électriques, un peu partout aux États-Unis. Ces machins étaient spécifiquement conçus pour mettre notre réseau électrique hors service.
— Et… ? a lancé Chuck, l’air nullement impressionné. Que s’est-il passé ?
— Rien – à ce jour. Mais le problème, tu vois, c’est ta réaction. Qui est celle de tout le monde. Alors que si les Chinois venaient fixer des explosifs sur nos tours émettrices, toute la population de ce pays hurlerait au meurtre et prendrait les armes.

— Dans ce pays, chaque fois qu’on soupçonne le gouvernement de vouloir réglementer la vente de fusils d’assaut, les gens deviennent fous et hurlent au liberticide. Ces nouvelles lois donnent au gouvernement un droit de regard sur tout ce que tu fais, sans ton consentement – et personne n’ouvre la bouche ! Qu’est-ce qui définit la liberté ? Les libertés civiles, qui elles-mêmes reposent sur le respect de la vie privée. Si on foule ce respect aux pieds, c’est la fin des libertés civiles, et donc de la liberté tout court.

Un roman qui vous distille du suspense au compte-goutte pour mieux vous faire flipper en pensant à « Et si tout ça n’était pas que de la fiction ?? » mais de l’anticipation… Moi, ça me fout la trouille encore plus !

— Je suis d’accord. Par peur du terrorisme, nous avons accepté que le gouvernement collecte des informations personnelles, surveille nos faits et gestes, mette des caméras partout.
— Mais si tu ne fais rien de mal, tu n’as rien à craindre, ai-je souligné. Moi, ça m’est égal de renoncer à un peu de liberté en échange d’une meilleure sécurité.
— C’est là que tu te plantes. Tu as toutes les raisons d’avoir peur. Où vont-elles, ces informations ?

J’vous laisse, je vais constituer des stocks de bouffe dans ma cave !

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), Le « Challenge US » chez Noctembule et A year in England » chez Titine.

Pourquoi je l’ai choisi (Par Stelphique) :
On ne pouvait vraiment pas passer à coté de ce thriller de fin d’année, surtout après être passé sur les blogopotes, ici et …On a pas pu résister à a tentation avec ma binômette pour faire une LC….

Synopsis :
Alors qu’une gigantesque tempête de neige s’abat sur Manhattan, Internet s’effondre, entraînant dans sa chute les infrastructures municipales : l’électricité, l’eau courante… Le black-out est total, les vivres viennent à manquer. Dehors, c’est la loi de la jungle, entre pillages et épidémies. On accuse les Chinois, les cyberpirates. La faim, le froid, la soif guettent à chaque corner – mais l’ennemi le plus redoutable partage sans doute votre palier…

Dans la résidence de Chelsea ou, hier encore, les voisins se pressaient joyeusement autour d’un barbecue, confiance et solidarité s’érodent peu à peu. Mike Mitchell, jeune père et ingénieur aisé, sait que la menace peut surgir de partout. Aucune barricade ne peut garantir contre la trahison, l’égoïsme, la paranoïa… Sa vie, celle de sa femme et de son fils ne dépendent que de son jugement. À mesure que la communauté se disloque, l’extinction opère son effroyable sélection naturelle…

Les personnages :
Mike est un homme, un vrai, avec ses failles et un courage à toute épreuve! Il a la force de ne pas tomber dans des travers irréversibles, ce n’est certes pas un meneur, mais un personnage des plus intéressant à suivre ! Un petit coup de cœur donc pour ce personnage !

Chuck, il m’a régalée avec toutes ses « théories du complot » qu’il voit un peu partout, sa façon de protéger sa famille et ses proches.

Damon, je ne vois pourquoi un tel choix de prénom, je l’aurai plutôt appelé Angel, moi, à mon avis!!!!!Trop fort ce gamin!!!!;)

Ce que j’ai ressenti : Un thriller glaçant !!!!!

« Seul face à ce vide intersidéral, j’ai senti combien mon existence se réduisait à un point infinitésimal, flottant dans l’univers. »

Je crois qu’il est des livres qui nous marque plus que d’autres, des aventures qui nous emmène plus loin qu’au bout des pages, des thrillers qui nous effraie plus que de raison !!!! Celui ci en fait partie! Non seulement Extinction est une réussite, mais il m’a vraiment remuer les tripes et les méninges !!!

« Celui qui veut voir ce que réserve l’avenir n’a qu’à se tourner vers le passé. »

Matthew Mather a eu le talent de créer une ambiance hors du temps, un scénario plausible, une catastrophe toute contemporaine. Mêler effondrement d’Internet et tempête de neige, vont emmener une multitude de faits et conséquences irrémédiables qui fait froid dans le dos, et ça ne sera pas uniquement à cause de la neige !!!!!

On est saisi jusqu’à la moelle, tant ses enchainements sonnent justes et sont plutôt horrible à voir… Plus qu’un roman post apocalyptique, je lui ai trouvé des airs d’avant-gardisme, je suis presque certaine que cette ère nous pend au nez si jamais on continue sur cette voie là…..

« Protéger notre liberté est un travail de chaque jour, et cela commence par la protection de nos données personnelles sur Internet – qui est, elle, de notre responsabilité. Si on suspend notre vigilance, petit à petit, on perdra toutes les libertés pour lesquelles nos ancêtres ont combattu. »

wpid-wp-1428578175280L’auteur nous apporte un roman humain, réaliste, mais aussi intellectuel. Cette lecture tridimensionnelle tient toutes ses promesses jusqu’au bout! J’ai aimé que ça ne reste pas linéaire, on a autant d’émotions, qu’un avant goût de l’apocalypse moderne, avec des théories qui emmène à diverses réflexions profondes.

L’enfer blanc de ce New York était terriblement effrayant, délicieusement paranoïaque, incontestablement violent, irrémédiablement humain avec tout ce que ça comporte d’horreurs et de valeurs qui nous caractérisent. Sur la couverture , on peut y lire: « Les situations les plus extrêmes révèlent nos pires instincts » : ouais, c’est peu de le dire!!!!

Je ne pouvais pas lâcher ce livre…. Impossible!!!J’ai été téléportée dans ce couloir au sixième étage, je vivais au milieu de ses habitants, j’étais rongée par le froid, la faim, la soif, l’angoisse…En plus, les dates coïncidaient, cela à donc rajouter à cet effet de mise en situation, même si je n’aimerai pour rien au monde connaitre un Noel pareil !!!!

Vivre au jour le jour, le calvaire de Mike, nous entraine sur la pente, très descendante , des pires scénarios, où peur et ignorance s’emmêlent, où  froid et catastrophe s’imbrique à la perfection, où l’humain se révèle bien plus animal qu’on ne le soupçonnerait sur une si courte période….

« Il faisait un froid de gueux. « 

En  bref, c’est sans surprise, mais encore secouée par tous ses rebondissements, que j’annonce encore un coup de cœur 2015 à quelques jours de cette fin d’année!!!!Heureusement que nous ne sommes pas passé à coté de cette lecture avec ma chère binômette !!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

BILAN - LC réussie - OK

Utopia : Ahmed Khaled Towfik

Titre : Utopia

Auteur : Ahmed Khaled Towfik
Édition : Ombres Noires (2013)

Résumé :
Dans un monde arabe en ébullition, Utopia est un cri d’alarme sur les clivages sociaux et la disparition des couches moyennes en Égypte.

Le Caire, 2023. À l’abri de hauts murs barbelés, la jeunesse oisive de la colonie d’Utopia s’ennuie. Seule la « Chasse » procure le grand frisson et a valeur de rite initiatique. Le but : s’introduire dans les bidonvilles du Caire, tuer un pauvre et ramener un trophée.

Un jeune homme et sa petite amie ont décidé de goûter à la poussée d’adrénaline. mais leur immersion dans les bas-fonds du Caire, véritable cour des miracles post-apocalyptique, se révèle plus dangereuse que prévu.

Démasqués, traqués par une population haineuse, ils vont à leur tour devenir la proie des chasseurs. Parviendront-ils à sauver leur peau?

Critique : 
Si vous avez l’âme d’une fleur bleue, je vous conseilles d’aller lire un Oui-Oui (chez les Pingouins, le meilleur à mon sens), c’est mieux, mais surtout pas Utopia !

Utopia, c’est le futur, nous sommes en Égypte, en 2023, et, suite à une division des classes, les très riches vivent retranchés dans une partie de la ville, protégée par de hauts murs et des anciens marines Américains.

Sécurité de haut vol pour les très riches tandis que le reste de la populace, les pauvres, vivent dans des taudis, ce sont les Autres.

La classe moyenne ?? Y’en a plus, ma bonne dame ! Disparue, aux oubliettes, et ce n’est pas tout à fait de la SF, ce petit roman, puisque chez nous aussi la classe moyenne recule tandis que la classe aisée avance. Une qui avance, une autre qui recule, comment veux-tu, comment veux-tu… qu’on s’en sorte !

Dans ce court roman qui t’en fout plein la gueule, deux récits s’alternent : celui d’un des gamins riches et oisif qui a décidé de pimenter sa vie en allant kidnapper un Autre pour ramener un trophée, tel un scalp chez les Indiens, et celle de Gaber, un lettré, universitaire, qui vit dans les bidonvilles et dans la misère la plus totale.

Deux hommes que tout oppose mais que tout réunit, comme si le riche était la part sombre et obscure du pauvre. Tout deux aiment lire, les filles, la drogue et tout deux s’ennuient de la vie. L’un parce qu’il a tout, l’autre parce qu’il n’a rien. Tout le monde prend de la drogue, les riches pour sortir de leur ennui, les pauvres pour oublier leur misère.

La lecture pour moi est une sorte de drogue à bon marché. Je ne m’en sert que pour perdre conscience. Quand on pense qu’autrefois les gens lisaient pour développer leur conscience !

Mais si le gamin riche (16 ans) a depuis longtemps cédé à sa part d’animalité, Gaber le pauvre la refuse, le rejette, et c’est pourquoi il va tenter de les aider (le riche est venu avec sa meuf).

Alternance de point de vue, mélange du chasseur et de la proie car le chasseur, en terrain hostile, devient vite la proie des moutons, pas de temps morts et des descriptions de deux modes de vie dont je ne voudrais ni l’un, ni l’autre. Sans oublier un récit qui est parti dans une direction à laquelle je ne m’attendais pas, et c’est tant mieux.

Un récit qui ne laisse que peu de répit au lecteur, deux hommes que tout oppose mais que tout pourrait réunir, de la drogue, de la violence (jamais gratuite), de l’humanité aussi, une leçon pour le gamin riche (la retiendra-t-il ?).

Un conte cruel, sombre, où le pessimisme règne en maître avec son fidèle serviteur, la résignation; le tout servi par une plume acide qui dénonce l’effondrement de nos sociétés actuelles par la perte du ciment : les classes moyennes.

Mon seul bémol sera que je n’ai ressenti aucune sympathie pour les personnages principaux. Même pas le pauvre !

Utopia, ça te foutra un coup de pied dans ton cul et t’en restera baba.

C’est curieux de voir à quel point les besoins humains se sont rétrécis. Au début, il y avait encore des appartements avec des téléphones, des frigos, des télévisions, des salles de bains. Du coup, les gens se plaignaient toujours de la vie de chien qu’ils menaient, obligés de regarder des émissions débiles et de composer avec les coupures d’eau, de téléphone ou d’électricité. Une fois que vous avez perdu tout ça, il n’y a plus de motif de se plaindre. Un genre particulier de karma, en somme. Quand il n’y a pas d’électricité, il n’y a pas de coupures de courant.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

Extinction : Matthew Mather [LC – Impressions de lecture 2/2]

9782265098688

Impressions du Cannibal Lecteur (page 1 à 200) : Et si jamais ça arrivait ?? J’ai peur !
Extinction des feux, de électricité, du Net, mais pas de mon plaisir. Et puis ♫ Tombe la neige, impassible manège ♪. Lire ce roman pile au bon moment – les fêtes de Noël et de fin d’année – ajoute des frissons de froid à ma trouille.

Impressions de Stelphique (page 1 à 200) :  Électrisée….
Si nos personnages sont privés d’électricité, moi, en revanche je suis branchée en survoltage avec cette lecture !!!! C’est un drôle de Noël sous la neige….Voilà transie de froid et de trouille, j’ai d’autant plus apprécié ce moment que les dates correspondent !!!!!! 😉

Impressions de lecture du Cannibal Lecteur (pages 201 à fin) : Ça me démange de partout !!
Suite au black-out de tout, j’ai chopé des puces, des poux, des morbacs, ils me bouffent comme je bouffe le roman et ça me démange de partout, comme ça me démangeait de terminer le roman tellement le suspense était prenant ! À cause des fêtes, un répit dans la lecture avait été contraint et forcé… Quelle torture ce fut de devoir abandonner le roman pour 4 jours !

Impressions de Stelphique (pages 200 à fin) : Soufflée…
Non, pas soufflée par le vent glacial, mais bien par le talent de cet auteur !!!! Un roman saisissant et parfaitement maitrisé entre réalité et projection catastrophique dans un futur probable…. Très efficace !!!!

Extinction : Matthew Mather [LC avec Stelphique – Intro]

Deux filles (qui a lu 2 folles ???!!! Hein ???!!!), parlent , parlent,et vous inondent depuis un moment avec nos LC déchainées et survoltées….Et là, la commande c’était Extinction….

What ???

Extinction ? Mais de quoi ? Des feux ? Si c’est l’extinction de la série « Les Feux de l’Amour », je ne verserai pas une seule larme…

Extinction de la race ? On s’est fait niquer notre race ? Extinction de voix ? Ça ferait des vacances à tout le monde si on la fermait un peu, non ??

Extinction de quoi ? Des filles ??? Bande de misogynes… Sans femmes, faudra vous le faire tout seuls et pas sûr que vous y arriviez (hormis si vous vous faites enlever deux côtes ou si vous en avec une grande).

Extinction de voix ? Mais quoi, on chante trop bien avec ma binôme !!!! 😉

Extinction des feux ? Ben nous, on adore faire la fête alors c’est pas un problème !!!!

Extinction nous révèlera bientôt tous ses secrets, et on se fera plaisir de vous les délivrer avec nos deux avis toujours aussi tranchés et plein d’humour…

Coupable vous êtes : Lorenzo Lunar

Titre : Coupable vous êtes

Auteur : Lorenzo Lunar
Édition : Asphalte (2015)

Résumé :
Santa Clara, ville de province cubaine. Le cadavre d’un caïd est découvert non loin de la gare routière.

L’arme du crime étant un marteau de cordonnier, le commissaire de quartier Leo Martín soupçonne tout de suite son ennemi juré, Chago Le Boeuf, dont c’est la profession. Sauf que celui-ci vient de lui-même au poste pour déclarer le vol de l’outil… Puis il annonce qu’il souhaite collaborer avec la police sur cette affaire. Sa piste : les prostituées.

Aux côtés d’un Leo Martín toujours en proie à ses démons, le lecteur découvre la vie des jineteras, jeunes femmes vendant leurs charmes aux hauts fonctionnaires cubains comme aux touristes, à travers une galerie de personnages féminins aux caractères bien trempés.

L’une d’elle pourrait bien être impliquée dans le meurtre…

Critique : 
Cuba comme vous ne le verrez jamais sur les guides touristiques, ceux qui vous vantent les charmes des cigares cubains ou des plages de sable fin…

El Condado, le quartier pauvre de Santa Clara, ne fait sans doute pas partie des cartes postales proposées par les Tour-Opérateurs. Ça vous ferait foutre le camp fissa !

Dans le quartier, la mort est chose quotidienne. Rien de plus naturel à ça. Les gens meurent à n’importe quelle heure, dans le quartier : le matin, l’après-midi, la nuit. Les gens meurent de choses et d’autres, dans le quartier : le foie, la prostate, la gorge. Les poumons ! Ils meurent, tout simplement.

Pourtant, le commissaire Leo Martín aime son quartier, ses putes… Leo est fort critique envers son pays, surtout que nous sommes en pleine période « spéciale » (période qui eut lieu après la chute du bloc soviétique et qui a vu les importations de produits d’Europe de l’Est chuter et cela a bouleversé l’économie locale, créé des pénuries en tout et de ce fait, fait augmenter l’économie parallèle et le système D) et on ne peut lui donner tort.

Depuis que la période spéciale a commencé, ma mère ne pense qu’aux stratagèmes auxquels elle doit recourir pour mettre quelque chose sur la table. Elle a déjà expérimenté un tas de recettes alternatives – du hachis de peaux de bananes, des écorces de pomelo panées aux allures d’escalopes. Tous les deux jours, avec un stoïcisme olympien, elle fait la queue devant la rudimentaire presse à hamburger pour pouvoir, carte d’identité en main, acheter des steaks hachés à base de soja, de sang de taureau et de viande maigre. Elle raccommode de vieux vêtements – ceux de mon défunt père, les siens et les miens – pour les échanger contre des tubercules ou du saindoux auprès de paysans qui apportent dans le quartier leur marchandise de contrebande.

Entre les femmes qui doivent se prostituer, les files de malade pour obtenir un peu de viande hachée, les listes jaune ou rouge sur lesquelles il faut être inscrit pour avoir le droit d’aller à l’hosto et la pénurie dans toutes les choses importantes, l’amertume est grande, mais tout le monde – dans les petites gens – doit faire avec.

La description de la vie à Cuba est sans fard, sans artifices, sans colifichets, elle est brute de décoffrage, donnant à certains cubains le moral à hauteur du cul, c’est à dire : bas ! (« Cuba », si vous n’aviez pas compris le jeu de mot).

Une chose est sûre, on ne doit pas choisir une enquête de Leo Martín pour son rythme trépidant parce que notre Leo, il trépide pas fort…

Pour résoudre le cas du maquereau en provenance de Varadero, assassiné à coups de marteau de cordonnier (ça s’invente pas), monsieur le commissaire va à une allure de sénateur (mais sans son salaire), emberlificoté qu’il est dans ses histoires de cœur, de cul, de sexe…

Notre homme prend le temps, à chaque interrogatoire, de nous dévoiler des morceaux entiers de la vie du suspect, nous donnant ainsi un portrait peu flatteur de l’ile de Castro.

Roman court, véritable concentré de renseignement sur les prostituées et les hommes du parti qui se pavanent (ou qui chutent), le tout servi par une plume sans fard et acérée qui donne lieu à une critique acerbe du pays, mais sans jugement aucun sur celles qui font le trottoir, le tout emballé dans de belles feuilles de tabac et arrosé d’alcool pas net.

C’est tout ça dans ce petit roman qui, contrairement au guide touristiques, ne vous donne pas envie d’aller folâtrer dans le quartier de Leo Martín, mais juste de lire ses autres aventures !

Le quartier est un monstre et on ne sait jamais jusqu’où il peut étendre sa tête.

Étoile 3,5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

CHALLENGE - Thrillers Polars 2015-2016

Le chasseur de lucioles : Janis Otsiemi

Titre : Le chasseur de lucioles

Auteur : Janis Otsiemi
Édition : Jigal (2012) / Presse Pocket (2014)

Résumé :
À Libreville, une prostituée est découverte sauvagement assassinée dans un motel de la périphérie. Les agents de la PJ – de fidèles abonnés des bordels de la capitale – pensent tout d’abord à un crime de rôdeur…

Quand une seconde fille est retrouvée égorgée dans un autre hôtel du quartier, les policiers sont encore loin d’imaginer qu’ils ont affaire à un client bien décidé à nettoyer la ville de toutes ses lucioles… Celui qui te veut du mal la nuit a commencé à t’en vouloir le jour.

C’est dans ce climat de psychose générale que les gendarmes de la DGR enquêtent de leur côté sur le braquage d’un fourgon de la Société Gabonaise de Sécurité dont le butin de plusieurs millions de francs CFA attise bien des appétits…

Critique : 
Vous voulez en apprendre un peu plus sur le Gabon ? Oubliez le Guide du Routard, trop gentil, et ouvrez plutôt ce roman !

L’auteur est sans concession aucune envers son pays, gangréné par la corruption qui se pratique à tous les étages, tout en sachant que plus on est haut dans la société, plus on peu corrompre et s’en mettre plein les poches.

On ne peut pas prêcher l’honnêteté en bas de l’échelle sociale quand d’autres, au plus haut niveau, s’en mettent plein les poches.

Celui qui voudrait rester honnête ne le pourrait pas. Oui, ici la corruption et le clientélisme sont des véritables sports nationaux.

Le tribalisme doublé du népotisme, du clientélisme et de l’allégeance politique est ici un sport national, comme le football l’est au Brésil. Plus qu’une chasse aux sorcières, l’épuration ethnique est légion dans toute l’administration gabonaise. Certains ministères étaient même réputés être la propriété d’une certaine ethnie. Vive la république tribaliste !

Ici, il dit tout ce qu’un guide touristique ne dirait pas et que le politiquement correct (ou la trouille des répressions) évite de dire, entre autre, les problèmes entre les ethnies. Si un bureau est rempli de Fangs, n’y faite pas entrer un Myènè.

Le dépaysement est garanti dans ce roman car nous ne faisons pas que de changer de pays, de continent, de culture…

L’auteur étant du pays, il nous parle en connaissance de cause, émaillant ses dialogues de mots bien de chez lui, avec les traductions en bas de pages, parce que leurs expressions ne sont pas les mêmes chez eux que chez nous. Ou le contraire, tout dépend dans quel pays on se place.

Ici, les flics n’ont rien de Sherlock Holmes, rien des Experts Miami… On bosse encore à l’ancienne et niveau recherches des preuves, ma foi, on tabassera le suspect d’abord, on vérifiera après. La preuve, la résolution des crimes ne passera pas par de puissantes déductions, mais devra plus à la chance et aux renseignements obtenus.

J’ai eu juste un peu de mal au départ avec les différents personnages, n’arrivant pas à assimiler qui était qui et faisant un bouillon avec tout le monde avant que le cerveau ne se reconnecte et enregistre le tout.

Un cadavre sur la plage, un trafic d’armes, une enquête, un braquage de fourgon blindé, une autre enquête, des prostituées (lucioles) qui se font assassiner sauvagement, on secoue et hop, on vous emballe le tout dans un chouette petit roman bien dépaysant, avec des chapitres courts, des proverbes bien de chez eux, des expressions aussi, une grosse louche de corruption et le tour est joué.

Étoile 3

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

CHALLENGE - Thrillers et polars 2015-2016

L’heure des fous : Nicolas Lebel [LC avec Stelphique]

Titre : L’heure des fous

Auteur : Nicolas Lebel
Édition : Marabout (2014)

Résumé :
Paris: un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard…

Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité.

L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale.

Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

Critique (celle de Stelphique en bas) : 
Kermit la grenouille ! Putain, et moi qui avais imaginé le capitaine Mehrlicht en beau grand blond avec des yeux bleus (et dans ma tête, j’entends Jean-Claude Dusse qui dit « Eh ouais, le nazi quoi ! »).

Ben merde alors, le capitaine Mehrlicht il est petit, moche, porte un costume marron que même celui de Columbo doit être plus neuf, il fume pire que toutes les cheminées d’usine du Londres de Sherlock Holmes et ses yeux globuleux de sa tête de grenouille suffirait à rendre jaloux Marty Feldman, l’acteur fétiche de Mel Brooks.

« Ses yeux étaient deux boules sombres que l’on aurait juré indépendantes l’une de l’autre, capables de lorgner l’une la grille de sudoku, l’autre ce qui se passait alentour. Nul n’aurait pu dire s’il avait une langue visqueuse, mais à l’instant où il quittait le bâtiment – ce qui se produisait toutes les demi-heures – on voyait poindre de sa gueule un mégot laiteux qu’il supait avec délectation, s’imbibant de sa teinte cireuse jusqu’au bout de ses doigts-ventouses. Au portrait s’ajoutaient des taches brunes qui ponctuaient chaotiquement son crâne fripé où vacillaient au vent du ventilateur les derniers lambeaux d’une chevelure défunte. »

Quand à son équipe de flics, elle est barrée. Hormis le lieutenant stagiaire Ménard et Sophie Latour qui sont « normaux », on fera aussi la connaissance du lieutenant bodybuildé Dossantos qui vous récite le code pénal comme d’autres vous balancent des proverbes et dont la culture se résume aux séries télés.

Dossantos enfila des gants de latex et se pencha à son tour sur le corps.
— Qu’est-ce que tu fous avec des gants en latex, toi ? lui demanda Mehrlicht, éberlué.
— Je regarde Les Experts sur la Une. Tu devrais.
— Il a raison, reprit Carrel. C’est là que j’ai tout appris. Mehrlicht grogna et aspira une bouffée de sa gitane.
— Je regarde pas la télé. Ça rend con. Et puis, si c’est pour finir habillé en latex…

Il ne m’a pas fallu 10 lignes pour entrer dans le roman. D’ailleurs, j’y étais tellement bien que j’ai lu tout d’une traite. 276 pages, c’est peu, mais l’avantage c’est qu’on reste dans le rythme, sans pour autant faire des excès de vitesse.

Si j’ai trouvé Mehrlicht imbuvable au départ, me disant que si j’avais dû turbiner avec cézigue j’lui aurais ouvert le chou-fleur d’un coup d’surin. On m’aurait même pas embastillée au mitard tellement qu’il est imbuvable… Enfin, je le croyais imbuvable, le gus.

Dans ce roman qui se dévore, si j’ai adopté de suite l’équipe de flic de Mehrlicht, j’ai appris à bosser avec son capitaine, appris à le connaître, appris à l’apprécier, ce Kermit amateur de Sudoku, de bons mots trempés dans l’humour noir et de l’argot.

— Il habite avec sa femme, Jeanne Crémieux, dans le cinquième arrondissement, 34, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève.
— Là, tu peux dire « habitait » parce ce que, en ce moment, il habite dans le douzième arrondissement, 2, place Mazas, à l’institut médico-légal.

Ce que j’ai aimé aussi, dans ce roman, c’est que ce n’est pas qu’un polar où il faut résoudre l’assassinat du Docteur Lenoir et trouver que le coupable est le chandelier dans le Colonel Moutarde avec la biblio (oups, remettez-les dans le bon ordre)… Non, c’est mieux que ça !

On a du contexte social, une critique de notre société, de la culture générale, quelques tours dans Paris et ses bois, le tout servi enroulés dans de l’argot (Mehrlicht) et des répliques cultes d’Audiard (je veux l’appli de Mehrlicht, moi !).

— Arrête ! Ça me défrise, la verdure. Il y a que les toubibs et les cordonniers pour te conseiller un tour en forêt, parce que c’est comme ça que t’attrapes la crève et que tu bousilles tes godasses, putain.

Un roman qui se lit tout seul, des personnages peu habituels et attachants, une critique sociale « pan dans ta gueule, tu l’as pas volée celle-là », de l’humour noir, de l’humour tout court, et un meurtre dont l’enquête les mènera là où ils ne s’y attendaient pas.

Un ronflement irrégulier s’échappait d’un vieil ordinateur dont l’apparence aurait tué Steve Jobs une seconde fois.

Vivement que j’enquille sa suite !

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016).

Pourquoi je l’ai choisi :
Deux folles qui veulent lire leur dernière heure…..Heu….Deux filles qui souhaite lire L’heure des fous….Ce titre c’était comme une évidence pour nous deux, alors on se met à l’heure Lebel, sur vos titres…..

Synopsis :
Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard… Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité.

L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

Les personnages :
Mehrlicht, c’est l’élément fort de cette équipe! Son humour est à tomber! Je me suis régalée de lire chacune de ses répliques, le voir jurer, pour ensuite nous éblouir de phrases de haute voltige: j’ai adoré ce mélange détonnant et je suis impatiente de pouvoir le retrouver très prochainement !!!
Dossantos, il m’a bien plu ce flic, un peu soupe au lait, mais à fond dans son rôle de justicier !!!!
Latour, elle se fait une petite place au milieu de ce groupe de mecs. Petite, mais néanmoins présente, et nécessaire.
Menard, il m’a fait un peu de la peine à subir les piques de son chef, mais bon il faut bien le mettre au parfum! Je trouve qu’il s’en sort plutôt pas mal ensuite !

Ce que j’ai ressenti:…Une belle virée enrichissante!

« La mort, ça secoue les humeurs, ça bouscule les molécules. »

L’heure des fous….Tic tic et tac….L’heure des vauriens….DiiingDiiiingDooooong…..La Cour des Miracles renait de ses cendres…

« Mais vous policiers, où serez vous quand sonnera l’heure des fous ? »

J’ai adooooooooooooooooooooré ce mélange de rétro/contemporain, Lebel qui nous fait revivre Notre-Dame-de-Paris, avec sa touche personnelle: un grand moment! Napoléon, Victor Hugo traine avec le nouveau terrorisme, les trésors enfouis vont côtoyer la Sorbonne, les petites gens ont un Gouverneur, Les bas-fond de Paris vont enfin avoir une Voix….

Si au départ, l’intrigue était simple, elle s’intensifie au fil des pages pour notre plus grand plaisir. On fonce avec ce quatuor dans une enquête au fin fond des rues de la capitale, puis dans ses fameux égouts! Tout un programme!!!!Et moi, juste je kiffe trop ses égouts, parce qu’il y a vraiment l’air d’y avoir tout et n’importe quoi dans ses souterrains!!!!!!Alors bien sur, je rêve pas d’y mettre un pied, mais j’adore l’imagination de certains pour y faire vivre toutes sortes de détraqués, légendes urbaines, ou animaux exotiques…..

Ici Lebel remplit sa mission haut la main! J’ai adoré Son Paris, Son équipe d’enquêteurs, Sa façon de nous faire voir enfin en quatre yeux les SDF. On fait un tour de sensibilisation politique, sociale , urbaine, on ne perd aucune miette de suspense, et on prend même en pleine tronche un humour cynique à mourir de rire! Bref, un condensé de réussite, ce petit roman!

« Je regarde pas la télé. Ça rend con. Et puis si c’est pour finir habillé en latex…

Court, Intense, Puissant!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10