L’évangile des ténèbres : Jean-Luc Bizien [LC avec Stelphique – Intro]

— Chouette, un roman qui parle de l’enfance de papa ! [Cannibal qui bat des mains]
— Papa ? Tu peux développer, Cannibal ? [Stelphique étonnée]
— Les Ténèbres, ça fait référence au diable et le diable, c’est papounet ! [Enjouée]
— Encore à côté, Cannibal ! [Stelphique désespérée et exaspérée] Ce n’est pas ça, rien à voir avec le Diable, que diable !
— Zut. [Dépitée] De toute façon, moi je sais une chose : les Ténèbres vont plus vite que la lumière !! [Yeux qui brillent]
— Heu, je doute, c’est impossible, vu que la lumière se propage à la vitesse de 299 792 km/s. Les physiciens et les amateurs de science-fiction le savent: rien ne peut aller plus vite que la lumière dans le vide ! [Cou qui gonfle]
— Élémentaire, ma chère Stelphique… parce que les Ténèbres sont toujours là avant l’arrivée de la lumière ! CQFD [Rire gras]
— Mouais… Et dire que je dois bosser tous les mois avec une folle pareille ! Et dire que je suis assez zinzin pour lui confier les rédactions de nos intros… Je dois aimer la prise de risque et jouer avec le feu, moi. [Gros soupirs de Stelphique]
— Stelphique, si tu veux, pour la prochaine LC, on peut se faire une lecture des Évangiles tout court… PTDR !!!
[Gros, gros, gros soupirs de Stelphique]