Bilan Livresque Mensuel : Février 2016

BILAN - Bilan Lecture mensuelle EXTRA

Février a vu le compteur de lecture exploser ! 17 romans lus et 10 bédés.

Difficile de faire mieux que cela, mais j’avoue être contente d’être arrivée à dépasser un vieux score de 16 lectures, il y a quelques années, au mois d’août.

Certes, ce n’étaient pas des grosses briques, ni des pavés, mais j’ai tout de même lu un roman tous les deux jours. Un roman tous les 1,8 jours, pour être exacte.

Et puisque c’était le Mois du Polar chez Shannon, j’ai mis les bouchées triples avec toutes des fiches qui entraient dans son challenge et une fournée de romans anglais juste pour bourrer les urnes chez Titine et son « A Year In England ».

Un polar historique pour commencer, avec le génial Oscar Wilde et le nid de vipères de Gyles Brandreth (ICI). Un roman policier historique qui même la fiction à la réalité, qui mélange des personnages ayant réellement existé avec des fictifs, le tout donnant un récit qui a tout d’une affaire d’état ou un complot visant la monarchie. Une belle bouffée d’air frais dans mes lectures sombres.

Allez hop, une bédé avec le dernier Sherlock Holmes Society – Tome 4 – Contamination de Cordurié & Toulhoat (ICI). Une belle aventure holmésienne avec des zombies… sans pour autant sombrer dans le fantastique ! C’est ça que j’aime…

La LC du mois avec Stelphique portait sur L’Évangile des ténèbres de Bizien (ICI) et ce fut une déception à cause d’un personnage imbuvable. Sinon, j’ai apprécié le voyage en Corée du Nord.

Une découverte avec l’inspecteur Resnick, dans Cœurs solitaires de John Harvey (ICI). Un roman noir avec de la profondeur, qui dépeint la vie d’une petite société anglaise. Je dois absolument lire la suite !

Sorte de thriller psychologique, Deux de Penny Hancock (ICI) à tout pour nous donner des sueurs froides. Tout le sel du roman se trouve dans ces deux personnages ainsi que tout ceux qui gravitent autour et dans cette putain de tension qui va s’insinuer entre Theodora et Mona. Diabolique !

Petite pause avec Les noyées de la Tamise / Ressac mortel de A.J. Waines (ICI) qui tient plus du roman policier pour se détendre que de celui qui vous hantera longtemps. J’ai malgré tout passé un bon moment lecture, mais rien de marquant.

Bédé western avec le magnifique Sept Pistoleros de Chauvel, Ayala & Sarchione (ICI). Une bédé qui rend hommage aux grands noms et aux films western par le biais de sept pistoleros qui ressemblent un peu, de par leur légende, aux 7 mercenaires. C’est violent – la fin ayant justifié les moyens – mais c’est jubilatoire parce c’est du bon western que les auteurs nous ont présenté là. Lorsqu’on referme l’album, on a les tripes serrées.

Tant qu’à faire dans la bédé, autant revenir vers l’Angleterre avec ce petit bijou rempli de cynisme et d’humour noir qu’est Green Manor – 16 Charmantes historiettes criminelles de Vehlmann & Bodart (ICI). Les histoires sont courtes, mystérieuses, bien trouvées, sadiques, perverses et qui ont la précision d’une véritable horloge suisse. C’est noir, amusant, machiavélique. C’est anglais ? Non, réalisé par un duo franco-belge, uns fois !

Allez, on quitte les brumes de Londres pour aller dans un autre monde, celui de Ekhö monde miroir – Tome 1 – New York de Arleston & Barbucci (ICI). C’est drôle, aéré, amusant et la découverte de ce monde parallèle et étrange est très vivifiant.

Ekhö Monde miroir – Tome 2 – Paris Empire de Arleston & Barbucci (ICI) est la suite et nous avons de nouveau droit à une chouette petite enquête qui n’a de dommageable que sa brièveté. 49 pages, c’est peu, alors qu’on a un univers riche et dense. Un bon moment de rigolade en compagnie de nos deux amis, qui, bien que catapultés dans un autre monde ont l’air de bien s’y accommoder.

Une autre découverte que celle de l’inspecteur Faraday avec Disparu en mer de Graham Hurley (ICI). Pas eu le temps de m’ennuyer durant ma lecture, j’ai dévoré le roman en deux jours à peine, tant je voulais savoir ce qui s’était passé. de plus, j’ai apprécié les personnages, ni tout blanc, ni tout noir, mais réalistes.

Je ne pouvais pas laisser passer ça ! Une affaire de sang – Une aventure inédite de Sherlock Holmes de Bonnie MacBird (ICI) fut lu aussitôt que je l’ai acheté.

Nous sommes ici face à un roman noir plus sombre que dans la raie des fesses d’un mineur occupé au fond de sa mine, à minuit, par une nuit sans lune avec La moisson des innocents de Dan Waddell (ICI). Une fois qu’on en ressort, on respire un grand coup l’air frais, tout en frissonnant de ce que l’on vient de lire.

Vous reprendriez bien un petit coup de guiness ?? Delirium tremens – Une enquête de Jack Taylor de Ken Bruen (ICI) est le premier de la série, mais pas le premier que je lis et j’ai toujours un faible pour cet ancien flic devenu détective privé et éponge imbibée d’alcool. Un roman de Jack Taylor, on ne le lit pas, on ne le dévore pas : on le boit. Cul-sec !

Allez, on se reprend un petit coup du capitaine Mehrlicht avec le troisième roman qui lui est consacré : Sans pitié, ni remords de Nicolas Lebel [LC avec Stelphique] (ICI). Un roman avec le capitaine Mehrlicht c’est comme ce vin qui vient de vous surprendre et dont vous n’avez qu’une seule envie : vider la bouteille et vous enivrer avec.

♫ MEXICOOOO, MEXIIIICO ♪ Tijuana city blues de Gabriel Trujillo Muñoz (ICI). Tijuana et ses cartels de la drogue… Une enquête de l’avocat Miguel Àngel Morgado qui fut trop courte et qui aurait mérité plus de développement.

Retour à Londres pour la traque d’un mafioso de la ville. Je m’attendais à du super avec Dans son ombre de Gerald Seymour (ICI) mais j’ai eu une soupe assez fade, hormis dans ses 200 dernières pages.

Ce cher shérif Walt Longmire ! Toujours un plaisir de le retrouver et Enfants de poussière de Craig Johnson (ICI) ne fera pas exception à la règle. Une enquête rondement menée par notre shérif préféré, de l’Histoire, des Indiens, de l’humour, des fines réparties, de l’amitié, et une plume qui m’entraine toujours dans un autre monde, celui de Walt et de son équipe.

Retour aux États-Unis et à l’Ouest avec la bédé déjantée de Lupano & Salomone L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T1 – Chili con carnage (ICI). Un pari osé de nous sortir un western aussi déjanté mais le pari est réussi car jamais ils n’ont sombré dans le lourd ou le grotesque, ni au niveau du scénario, ni au niveau des dessins qui ne manquent jamais de tons chauds. C’est fin, très fin et ça se mange sans faim.

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T2 – Sur la piste de Madison de Lupano & Salomone (ICI). On en apprendra un peu plus sur ce qui a ammené nos acolytes sur la piste de l’Ouest avec cette partie à Los Angeles.

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T3 – Le mystère de la femme araignée de Lupano & Salomone (ICI). Plus de profondeur, plus de roublardises, mais toujours aussi déjanté et j’adore !

Comment était Erlendur avant d’être le commissaire taiseux que l’on connait ? La réponse dans Les Nuits de Reykjavik de Arnaldur Indriðason (ICI). Un roman qui se lit tout seul, découvrant, émerveillée, les premiers pas de Erlendur dans la police, moins bougon que d’habitude, encore célibataire et sans ses problèmes avec ses deux enfants (pas encore nés), mais déjà un homme soucieux, taciturne, mélancolique, solitaire et sans cesse hanté par les fantômes de son enfance.

Le retour du Boucher de Christchurch ? Non, c’est une blague ? Non, Un prisonnier modèle de Paul Cleave (ICI) est bien la suite d’Un employé modèle qui m’avait tant fait rire. Une suite aussi jubilatoire que le premier tome, mais dans un registre différent. Un puzzle dont les pièces se mettront en place lentement mais sûrement et des personnages qu’on prend plaisir à retrouver.

Châtié par le feu de Jeffery Deaver (ICI) est la preuve que l’on peut faire de bonnes nouvelles avec un début, une fin non ouverte et un développement au milieu ! Ici, nous sommes face à une nouvelle d’une efficacité redoutable !

Les critiques mitigées ne m’ont pas empêché de lire Viens avec moi de Castle Freeman Jr. (ICI) mais je me rangerai parmi les déçus. L’intrigue est bonne, les personnages aussi, mais certains dialogues m’ont couru sur le haricot et fait descendre le roman dans mon enthousiasme.

BILAN - scrat ok

Bilan Livresque Février : 17 romans / 10 bédés / 3 films / 1 livre

  1. Oscar Wilde et le nid de vipères : Gyles Brandreth
  2. Évangile des ténèbres : Bizien [LC avec Stelphique]
  3. Cœurs solitaires : John Harvey
  4. Deux : Penny Hancock ♥1/2
  5. Les noyées de la Tamise / Ressac mortel : A.J. Waines
  6. Disparu en mer : Graham Hurley
  7. Une affaire de sang – Aventure inédite S. Holmes : MacBird
  8. La moisson des innocents : Dan Waddell 1/2
  9. Delirium tremens – Une enquête de Jack Taylor : Ken Bruen
  10. Sans pitié, ni remords : Nicolas Lebel
  11. Tijuana city blues : Gabriel Trujillo Muñoz
  12. Dans son ombre : Gerald Seymour
  13. Enfants de poussière : Craig Johnson ♥1/2
  14. Les Nuits de Reykjavik : Arnaldur Indriðason ♥1/2
  15. Un prisonnier modèle : Paul Cleave ♥1/2
  16. Châtié par le feu : Jeffery Deaver ♥1/2
  17. Viens avec moi : Castle Freeman Jr.
  18. Le royaume-Uni de 1837 à 1914 : Christian Bonnet
  1. Sherlock Holmes Society T4 – Contamination : Cordurié
  2. Sept Pistoleros : Chauvel, Ayala & Sarchione 
  3. Green Manor – 16 Charmantes historiettes criminelles : Vehlmann & Bodart
  4. Ekhö monde miroir – T1 – New York : Arleston & Barbucci
  5. Ekhö Monde miroir – T2 – Paris Empire : Arleston & Barbucci
  6. Long John Silver – Tome 1 – Lady Vivian Hastings : Dorison & Lauffray
  7. Roma – T1 – La malédiction : Adam, Boisserie, Chaillet, Convard, Penet
  8. L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T1 – Chili con carnage
  9. L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T2 – Sur la piste de Madison : Lupano & Salomone
  10. L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T3 – Le mystère de la femme araignée : Lupano & Salomone
  1. Sherlock Holmes and the Case of the Silk Stocking – La Revanche de Sherlock Holmes [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 6/52]
  2. Sherlock Holmes – Incident at Victoria Falls [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 7/52] 1/2
  3. Django Unchained : Quentin Tarentino [#LeFilmDeLaSemain2016 – 8/52]

 

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T2 – Sur la piste de Madison : Lupano & Salomone

Couv_178424

Titre : Sur la piste de Madison – L’homme qui n’aimait pas les armes à feu 2

Scénariste : Wilfrid Lupano
Dessinateur : Paul Salomone

Édition : Delcourt – Conquistador (2013)

Résumé :
Pourquoi Margot de Garine a-t-elle quitté son époux, Maître Byron Peck? Comment le Danois Knut Hoggaard, alors encore en pleine possession de ses moyens intellectuels, est-il entré dans la vie de Margot et de Byron ?

Surtout, que contiennent ces mystérieuses lettres, pour lesquelles cet improbable trio est prêt à s’entretuer ?…

Deuxième volet de la poursuite infernale au cœur de l’Arizona.

Couv_217918Critique : 
Sur la piste, elle m’a dit « Sonne »…

Non, non, non, le Madison de cet album rien à voir la route du même nom dans le roman et le film, ici, on parle d’un Grand Homme, le père de la constitution des États-Unis, excusez du peu.

Dans le tome 2, on apprend comment notre Byron Peck, éminent avocat de Los Angeles, en est arrivé à sillonner les routes à bord d’un chariot avec son Hercule qui ne lâche plus que des borborygmes.

Dans ce tome 2, on quitte les pistes de l’Ouest profond direction Los Angeles pour nous expliquer comment tout cela a commencé et nous montrer les personnages tels qu’ils étaient avant que tout cela n’arrive.

Byron Peck est un avocat qui ne recule devant rien pour gagner un procès, Margot de Garine, son épouse, ne rêve que d’argent et de mener un encore plus grand train de vie et Knut Hoggaard n’était pas encore cet homme diminué que l’on a vu dans le premier tome.

— Désormais, son sort est entre les mains du seigneur…
— Et du diable ! Et comme à mon avis aucun des deux n’en veut chez lui, nous avons toutes les chances de le garder encore quelques temps avec nous.

— C’est d’autant plus appréciable que souvent, les bonnes nouvelles arrivent en groupe.
— LHA SoloOop !
— M. Hoggaard n’allait pas nous quitter pour quelques malheureux litres de sang.

Beaucoup de profondeur dans ce tome, avec notre Byron Peck qui va ressentir une peur atroce et dont les dessins vont nous montrer sa descente aux enfers, barricadé dans sa maison qui va commencer à sentir le puma puisque notre avocat ne se lave plus.

C’est aussi une partie de l’Histoire Américaine que nous allons explorer aussi avec son fameux deuxième amendement, celui qui permet à quiconque de porter une arme à feu.

— C’est ce pays qui est souffrant, Hamilton ! Ce pays magnifique, plein de promesses qui, d’un côté, défend la liberté, le droit, et de l’autre… qui permet à n’importe quel aliéné de se balader avec une arme à feu !

Les dialogues sont toujours aussi savoureux, Margot est toujours aussi calculatrice et, telle une araignée veuve noire, tissera sa toile afin de dévorer toutes ses proies.

— Ne le prenez pas mal, Madame de Garine, mais je crois que vous êtes la personne la plus répugnante qu’il m’ait été donner de rencontrer.

Le dessin est chaleureux grâce à ses couleurs et bien que ce tome soit un peu moins « fou » que le premier, il permet, grâce à ses flashbacks de poser les bases de l’histoire et tous les différents enjeux selon les personnages.

Il est à noter que pour certains, la situation a bien mal tourné et notre naïf Tom Bishop en fera l’amère expérience.

— Toi comprendre moi ? Toi vouloir quoi ? Argent ? Nous pas argent ! Nous vouloir papiers toi avoir volés ! Voler pas bien ! Grand manitou pas content dans le ciel ! Grand manitou Trèèèèèès Fâché !
— Je suis très triste pour lui, mais hélas, je suis Navajo, et les Navajos ne croient en aucun grand Manitou.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, Le « Challenge US » chez Noctembule, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Le « RAT a Week, Winter Édition » chez Chroniques Littéraires (48 pages – 4477 pages lues sur le Challenge).

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

Mois du Polar - Février - Sharon