Le Diable de la Tamise : Annelie Wendeberg

Diable de la Tamise - Wendeberg

Titre : Le Diable de la Tamise

Auteur : Annelie Wendeberg
Édition : Les Presses De La Cite (2016)

Résumé :
Londres, 1889. Quand une victime du choléra est retrouvée dans la Tamise, le Dr Anton Kronberg, bactériologiste de son état, est appelé pour confirmer les causes du décès.

Toutes les précautions sont prises pour éviter une épidémie. Les choses auraient pu en rester là si les résultats intrigants de l’autopsie n’avaient poussé Kronberg à s’intéresser de plus près à cette affaire.

Alors que Scotland Yard souhaite classer ce cas, Kronberg se rapproche de Sherlock Holmes. Et il ne faut que peu de temps au célèbre détective pour percer le secret du médecin qui, en réalité, est… une femme.

Un secret qui pourrait la mener droit en prison s’il venait à être révélé. Mais tous deux vont unir leurs forces pour débusquer un criminel aussi redoutable que Jack l’Éventreur…

keep-calm-and-read-for-the-english-month-2.jpgCritique :
Pas évident de mettre en scène un détective archi-connu tel que Sherlock Holmes dans une enquête qui tienne la route et encore moins évident de le faire enquêter aux côtés d’une femme qui a choisi de se travestir en homme afin de pouvoir étudier et ensuite exercer la médecine.

Franchement, l’exercice était plus que casse-gueule, une véritable folie mais l’auteur a réussi ce coup de folie !

Non seulement le Holmes qu’elle nous présente ressemble au vrai, a la couleur du vrai, mais tel le ©Canada Dry, ce n’est pas le vrai…

Pourtant, ça pétille et fait du bien de retrouver mon bon vieux Sherlock dans cette courte enquête (256p), même s’il n’a pas le premier rôle…

Le Dr Anton Kronberg se prénomme en fait Anna et puisque les études de médecine ne sont pas accessibles à la moitié de l’humanité (les femmes), elle a dû ruser et se grimer en homme pour y arriver. Il n’y a que Holmes qui a percé le déguisement de la bactériologiste à jour.

Certes, si je voulais chipoter, je dirais que cette femme a beaucoup de qualités, dont celle de se livrer à des déductions, d’avoir un sang-froid parfaitement maîtrisé (mais ça craquera parfois), une philanthropie que peu de médecins possèdent, qui joue au médecin légiste sans même frémir et qu’elle mène une double vie sans que personne n’ait jamais rien remarqué.

Une sorte de docteur Kay Scarpetta en moins chiante… Si, si, au bout de quelques romans, la Scarpetta, elle devenait imbuvable !

Le truc du faux pénis qu’Anna porte pour faire semblant aux urinoirs aurait pu ne pas être mentionné, mais bon, ça passe (oups) et ça laisse imaginer ce que nous les femmes (nous le charme ♫) avons dû faire pour avoir quelques droits dans cette société menée par des phallocrate aux petites bi… aux petits esprits qui auraient trop peur que nous prouvions que nous pouvons être meilleures ou aussi pires qu’eux !

Les idées préconçues nous empêchent d’apprendre ! Ce n’est qu’une fois que nous avons appris tout ce qu’il y a à savoir, une fois que nous avons étudié, observé, que nous pouvons tirer nos conclusions. Et ne vous attendez pas à toujours trouver une réponse à vos questions. Si jamais vous avez fait de votre mieux et que l’explication vous échappe toujours, il est acceptable et honorable de reconnaître votre ignorance.

Une des premières choses que j’ai apprises en tant qu’adulte, c’est que, pour les gens qui ont toujours vécu dans la peur et les préjugés, la connaissance et les faits n’ont strictement aucune importance.

Le manque de discernement a toujours été pour moi le trait le plus dérangeant de mes congénères.

La plume de l’auteur m’a entrainé en peu de mots dans le Londres victorien, nous brossant la misère de ses quartiers, le peu de scrupules de certains médecins (mais nous le savions déjà, non ?), les avancées de la médecine qui se sont faites au détriment des vies humaines (qu’est-ce quelques indigents contre l’humanité ?) et la non-place de la femme dans une société dont le souverain était… une femme.

Les personnages sont bien brossés, Holmes est conforme, le Dr Anton/Anna Kronberg attachante, une femme qui vit selon ses convictions, qui ne dit pas non à une partie de jambes en l’air et qui est prête à toute pour résoudre ce cas étrange du cadavre retrouvé sur les bords de la Tamise et qui présentait tous les signes d’une mort due au choléra.

Oui, on oscille entre enquête policière et enquête médicale, mais on ne jouera pas au médecin non conventionné avec Holmes…

De plus, la fin laisse présager une suite car tout n’est pas résolu. Non, on ne pourrait pas terminer cette enquête par un arrêt total de tout, impossible, ce ne serait pas réaliste à ce niveau là.

J’espère juste que j’aurais droit à une autre enquête du Dr Anton/Anna Kronberg et de Sherlock Holmes.

« L’égalité entre hommes et femmes sera une réalité le jour où on mettra une femme incompétente à un poste de responsabilité » (Françoise Giroud)

Étoile 4,5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et Le Mois anglais 2016 (Saison 5) chez My Lou Book et Cryssilda.

SH - Keep-Calm-Sherlock Power déduction

Publicités

45 réflexions au sujet de « Le Diable de la Tamise : Annelie Wendeberg »

    • Sérieux ? Toi dans le Londres victorien ? Tu t’es perdu ? Viens me retrouver au 221b, je demanderai un mojito à madame Hudson !

      Il y a des plus grands spécialistes du Holmes que moi, je ne suis qu’un petit ver de terre infâme, tu sais. J’ai conscience de ma petitesse… ;-))

      Aimé par 1 personne

  1. Hello your Ladyship!

    Mais c’est que tu me mets l’eau à la bouche avec ce billet!!! 🙂 C’est que ça m’a l’air très engageant ce petit livre! Bon… à noter dans la liste des courses quand je suis en bookshopping! D’autant que les vacances arrivent et qu’il faudra bien que je m’occupe au bord de la piscine (je bronze pas moi! Je passe directement au stade cramée au 3ème degré… Donc si j’ai pas un bouquin je fais vraiment potiche!!!)… Mais restera-t-il des sous pour les livres une fois que j’aurai fini les soldes (fuuuuuuuuckyeeeeeeeeeeeeaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh!!!!!!) ??? Voilà une question qu’elle est bonne! 😀

    Les épidémies de choléra pendant la période victorienne je crois qu’on y fait aussi mention dans Penny Dreadfull, non (saison 2)? 😉

    Pas difficile d’être moins chiante que Scarpetta! Je me souviens de mon énervement quant à ses moments introspectifs pleins de jugements de bourgeoise coincée sur la vie privée de sa nièce alors qu’elle-même s’envoyait un homme marié ou quelque chose de ce genre là… Ces côtés faussement empathiques sur-joués alternant avec ces petits passages où l’on sent poindre son esprit matérialiste et narcissique… Et je passe sur le fait qu’à l’instar de Flaubert qui disait que Mme Bovary, c’était lui… On voit bien comment Cornwell tartine ses fantasmes, ses frustrations et sa vie telle qu’elle l’aurait aimée en la projetant sur Scarpetta, ce qui me rend l’auteur encore plus imbuvable! Je l’ai revue sur 2 reportages différents sur Jack l’Eventreur (Parce qu’elle est tellement bonne, elle, qu’elle a découvert le véritablement vrai assassin sur la base de théories que le plus mauvais des psychanalyste ne validerait pas lui-même, et à l’aide d’approximations ADN aussi tirées par les cheveux que le reste), liftée et botoxée (ah oui… il y a des fronts légèrement bombés et lisses – alors que le reste du visage s’anime – qui ne trompent pas), en train de nous expliquer pourquoi ELLLE, elle est la meilleure! Beurk! 😦

    Bon… je m’arrête! Je ne vais quand même pas me faire monter la tension alors que tu nous parlais d’un super bouquin! Mais bon il est puissant le fantôme de la Scarpettasse! (je sais c’est nul mais j’ai pas pu m’empêcher! 😀 )

    Aimé par 1 personne

    • Zut, tu crames ! Moi je bronze, mais plus facilement aux bras (les avant-bras) et le bas des jambes, les cuisses, elles, elles brûlent sans protection à 50.

      Achète moins aux soldes, et tu auras des sousous sinon, braque un djeun’s !

      La Scarpetasse (j’adore), je l’ai lue l’année dernière en LC avec ma binômette, pour le mois de juin et je l’ai descendue… viendra ensuite le dernier sur l’identité révélée de Russel Edwards qui se prend pas pour de la merde non plus, le bougre ! Tu dirais Cornwell en mâle !

      Pour les analyses, il suffit que Sikert, dans un jour de mauvaises plaisanteries ait envoyé une fausse lettre et bardaf, c’est bon !

      Russel c’est pire, c’est avec un foulard qui, sois-disant, aurait appartenu à Eddowes, on lui avait offert, un flic l’a ramassé et il est resté dans la famille… mhouais !

      Oui, Kay baisait avec son Benton qui était marié, mais elle, c’est pas grave du tout, elle léchait pas de la moule ! Je pense que l’auteur faisait passer son personnage par tout les stades parce qu’elle savait pas trop ce qu’elle faisait…

      J'aime

      • Et ben Scarpetasse est rhabillée pour l’été et l’hiver! 😄

        En revanche si le bouquin dont tu me parles est celui qui défend la thèse du schizophrène qui aurait laissé son ADN sur le châle ayant appartenu à une victime… Et ben… L’un des documentaires les plus récents dispo sur YouTube (le plus récent diffusé sur Arte et qui incrimine un témoin retrouvé plusieurs fois mais usant de deux noms différents – thèse d’un journaliste suedois et validée par un commissaire et un procureur anglais) disait que rien ne prouve que ce châle ait appartenu à la victime en question, qu’il n’était pas mentionné dans les procès verbaux et les preuves récoltées autour du cadavre… Et que les recherches ADN mentionnées seraient douteuses…

        Ça évidemment ça ne sera pas dans le bouquin…

        A peluches! 😜

        Aimé par 1 personne

        • Oui, c’est l’affaire du châle douteux dont sa présence n’est pas notée dans le procès-verbal des biens appartenant à Catherine Eddowes… lui aussi va être rhabillé pour l’été et l’hiver, même s’il n’est pas aussi pire que la Scarpetasse parce que son suce proute… non, son suspect (suce pet, suce proute) est plausible, lui ! Mais le reste, heu, ben, comment dire, WTF ? Carnaval ? Je publie le brol le 30 juin.

          J'aime

  2. Rhoooooo, évidemment que ce titre était fait pour toi. Mais pourquoi, ne t’en ai-je pas parler plutôt.
    J’adore le compte rendu que tu en as fait. Tu nous fait vivre l’histoire et le contexte avec justesse.
    Merci ma Belette !

    Aimé par 1 personne

  3. Très chouette, ta critique, elle donne très envie ! C’est difficile de réinvestir un personnage aussi tutélaire que Sherlock Holmes en restant cohérent avec ses propres apports à l’histoire… Je note le titre, hop dans la wishlist 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : The English Month Is End !! Oh Fuck ! – Bilan [Juin 2016] | The Cannibal Lecteur

  5. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Juin 2016 | The Cannibal Lecteur

  6. Ping : Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s