Martine a fist fucké Oui-Oui [1 an de chroniques tordues = Chez Anne-Ju]

Anne-Ju organisait des concours tordus et j’ai participé, par sympathie, à son dernier concours où elle nous demandait de faire une critique d’un livre imaginaire avec un résumé vachement tordu.

J’ai poussé le vice jusqu’à faire une couverture cochonne parce que je suis aussi tordue que notre Anne-Ju !

Martine a fist fucké oui-oui

Résumé : Libérée, délivrée de chez Les motordus d’Anne-Ju au prix d’une soirée mojitos

A 47 ans, Martine est devenue une femme aigrie. Après avoir été à la plage, à la campagne, au PMU, au sex shop, au camp de naturistes, elle ne sait plus quoi faire de sa vie. Il faut dire que la vie ne l’a pas épargné. Elle se remet difficilement de son divorce avec le petit Prince qui a préféré partir avec son pote le renard et apprendre le dessin. Elle se retrouve donc , seule, avec ses enfants, Tom-Tom et Nana, qui passent leur temps à manger des chouquettes et à lui en faire voir de toutes les couleurs. Dans ses malheurs, elle a quitté sa ferme car Heidi a mis fin à son bail du jour au lendemain.

Mais grâce aux offices HLM, elle a trouvé un pavillon, pas de première jeunesse, dans un quartier résidentiel, les 3000. Elle commençait à se remettre sur pied et à trouver ses repères mais tout ceci était sans compter sur son nouveau voisin : Oui-Oui. Quand, elle l’a vu se balader dans sa voiture débile en chantant des chansons qui restent dans la tête toute la journée, elle a tout de suite su qu’elle ne le supporterait pas. Il faut dire qu’elle a le temps de l’observer car elle a un emploi à domicile : gratteuse de bancos pour manchots.

Sauf qu’un jour, la coupe est pleine. Elle n’a plus supporter son air jovial, gentil et serviable. Tout s’est passé un 25 juin 2016. Leur vie va basculer à jamais. « Libérée, délivrée » est devenue la sonnerie de portable de Martine.

Critique : C’est avec joie mêlée de crainte que je me suis jetée sur le dernier Martine sortit car j’avais peur que l’auteur, à force d’en écrire, n’arrive plus à se renouveler.

Mes craintes n’étaient pas justifiées, heureusement, et, une fois de plus, il a démontré avec brio – avec qui ? – que Martine était une héroïne pas comme les autres, surtout en injection à 7%.

Son Petit Prince lui ayant fait le coup du crayon – il s’est taillé, le bougre – notre héroïne (pure et blanche, non coupée) s’est retrouvée fort dépourvue (quand la cité HLM fut venue), avec son drôle de voisin, Oui-Oui (qui n’est pas le frère de la poupée qui fait « Non, non, non »).

De suite, l’auteur a su instaurer des tensions tendues entre Martine et le nain de jardin au grelot qui bouge dans tous les sens (toute ressemblance avec un autre nain de jardin serait purement fortuite parce que lui, c’est juste les épaules qui bougent).

On sent bien que la tension monte, monte, monte,… que les sangs s’échauffent et que ces deux là n’ont rien en commun, si ce n’est l’habitation HLM et tout le monde sait que Martine, le hash elle aime…

Distillant son suspense comme Heidi distillait son whisky frelaté (voir épisode précédent « Martine se fait enculer par Heidi qui boit du whisky»), l’auteur nous prend aux tripes lorsque Martine attrape Oui-Oui par le gland magique pour enfin lui faire arrêter sa stupide chanson en lui enfonçant l’index (qui monte lorsque les bourses baissent, c’est bien connu) dans sa prise jack personnelle…

Oh, pardon, toute à ma joie textuelle, je viens de spolier sans m’en rendre compte… Désolé, c’est sorti tout seul. Ça nous arrive à tous dans la joie et l’excitation, non ?

Oh my gode (sur batterie lithium)  ! C’est un magnifique fist-fucking que l’auteur nous décrit avec de grandes envolées livresques et poétiques, nous faisant bien ressentir toute l’allégresse ressentie par Martine qui était vénère de l’entendre chanter et ensuite par le Oui-Oui qui en a eu le grelot qui s’est tenu tout raide.

Quelle maîtrise de l’acte, quel suspense, quelles tensions dans cette scène qui fleurait bon le célèbre parfum de Guy Laproute « Fleur d’anus ». Martine en a même sniffé son index comme dans la pub Fingers…

Le livre a failli m’en tomber des mains tant je suis entrée en transe devant la plume égrillarde et la verge… la verve de cet auteur qui nous comble de jouissance à chacune de ses parutions avec Martine.

D’ailleurs, j’avoue que j’ai eu les larmes aux yeux et la bave aux lèvres (mais lesquelles ?) en entendant que Oui-Oui ne chantait plus puisqu’on lui avait oc-culté sa prise du son.

Un grand moment de littérature qui restera gravée en moi à tout jamais et que même le vilain Al Zheimer n’arrivera pas à me faire oublier tant cela était intense.

Un roman brut, un roman vrai, un roman écrit à l’encre de ses yeux, une série que j’aime à mourir, de la tension que l’on peut palper, sentir, tenir en main, et du suspense à gogo (danseur).

Vivement le prochain tome « Martine s’est trouvée une nouvelle pine ».

Advertisements

80 réflexions au sujet de « Martine a fist fucké Oui-Oui [1 an de chroniques tordues = Chez Anne-Ju] »

    • Merci ma poulette ! Je voulais faire profiter les autres de ma folie furieuse et même ceux qui n’avaient pas Fesse Bouc où qui n’étaient pas abonnés chez toi (si, si, il en a qui résistent encore et toujours…).

      Je suis aussi tordue que toi, tu sais !

      Bon, sur ce coup-ci, je pense que je vais perdre mon nouveau collabo… il va avoir peur, le pauvre !

      Aimé par 1 personne

  1. Je l’ai cherché toute la matinée à la Fnac ! Sans succès! Où puis je le trouver ! Je tiens absolument à l’offrir à la petite nièce de 6 ans! Pour son anniv!!!! 😜

    J’ai adoré la présentation ! Ça t’étonne? 😄
    A peluches

    Aimé par 1 personne

    • Le tirage est épuisé et donc, on ne tire plus… je vais numériser mon édition et te l’envoyer, ta petite nièce sera heureuse parce qu’il y a quelques images explicites, le reste, faut lire.

      Bon, niveau traficotage de couvertures, je suis pas au point et avec moi, votre ex-préz aurait eu ses horribles bourrelets effacé sans distinction. MDR

      Je suis étonnée que tu aies aimé, toi qui est si prude, si douce, si vierge… Non, pas frapper, pas frapper !

      A+

      J'aime

      • Naaaan! Chuis pas violente! Je laisse le grand art de la question extraordinaire à Toquéfada ! 😄

        Et puis tu as raison… J’ai tout d’abord été atrocement choquée! Horrifiée ! En effet… Le pauvre Oui-Oui n’a pas été initié dans les formes ! Il y a une progression, un rituel, une marche à suivre… Ça manque de crédibilité ! Martine n’est pas allée réellement au bout de l’expérience! Pas certaine que Oui-Oui en redemande après ça! Certes c’est une tête à claques… Mais quand même ! Il y a des limites !

        Cette petite idiote de Martine casse le boulot ! La prochaine fois, il faudrait que l’auteur se documente davantage pour mieux construire son scénario! Je pourrai donner un coup de main (de poing? À qui? Et où ça?) si nécessaire… 😝

        😱😱😱😱😱😨
        (Au secours … Je ne m’arrange pas, moi… Mon état s’aggrave ! Plus je me balade sur inter-pas-net, plus je vire en radasse mégas vulgos genre périprostipute retraitée qui a tout vu… Mon âme immortelle! Que va-t-elle devenir ??? Quels châtiments infinis en durée et en intensité vont-ils m’attendre en Enfer??? Va falloir que j’aille me confesser d’urgence… Et NON! Ne me dis pas que dans confesser il y a con et fessée! J’y ai pensé toute seule et j’en étouffe de honte!!!! Merde quôa! Je suis une mère de famille respectable bcbg respectée dans mon quartier à défaut d’avoir les moyens de me faire respecter chez Cartier!)😭😭😭

        J'aime

        • Mais enfin, qu’est-ce que tu fiches dans mes indésirables, toi ??? Tu visites les coulisses de l’affaire ou quoi ?? Les lutins de WP n’ont pas été content que je parle du nain de jardin et de ce fait, ils t’ont exclue les vilains ??

          Rassure-toi, dans le livre, la chose est pertinemment amenée, c’est moi qui, dans ma critique me suis laissée allée et qui ait divulgâché ce fait qui, je le répète une fois de plus, est amené avec douceur, lentement, avec suspense et « sus » tout ce que tu veux. Ce roman est d’une telle profondeur que j’en suis encore toute tourneboulée, toute retournée…

          Toi respectable ?? Tu es comme moi, tu en donnes l’illusion, c’est tout. Et fuck Cartier et fuck quartier aussi, na ! Purée, un Q qui devient C et tout change !

          J'aime

      • Tiens il semble que mon message soit encore resté bloqué! Je crois que les petits gnomes de WordPress ont un problème avec ce que j’écris…

        On peut les comprendre! Mon nom à lui seul va finir pas être classé X! 😫

        J'aime

        • Tu étais classée dans les indésirables, insolents, cochons, irrécupérables, drôles et marrants. J’ai été te rechercher dans les bas-fonds de mon blog et sortie de cette bauge infâme où ton message croupissait.

          Je suis en verve moi !

          J'aime

      • Et bien oui, je suis horrifié par cette fausse critique de ce livre ! Il me semblait, madame la Belette Cannibale, que vous ne faisiez pas dans la critique de complaisance, hors, c’est le cas ici !

        Je suis choqué aussi, mais pas pour les raisons que vous croyez !

        Bon sang, je suis tombé chez une vraie tordue !

        Aimé par 1 personne

  2. Eh, ma Belette, « Martine et Oui-Oui » ? Je réclame des droits d’hauteur, vu que c’est une idée que je t’ai récemment suggérée… Bon, je ne t’ai pas dit de faire empaler le gentil Oui-Oui par Cruella Martine ! Encore que le sado-maso entre ce mioche pervers (un cousin du Manneken Piss ?) et cette garce de Martine (ça rime aussi avec badine et épines), c’est carrément possible ! Manque plus que ma copine Bécassine, en soubrette forcément, et on tient le porno-polar du siècle !
    Amitiés.

    Aimé par 1 personne

    • Effectivement, tu avais parlé de Oui-Oui et voilà ti pas que peu de temps après, notre Anne-Ju nous propose un faux résumé mettant en scène la Martine et le Oui-Oui ! Vous êtes à la colle tous les deux ou quoi ? Louche…

      Ou alors, Anne-Ju, lisant ton commentaire sur ma publication du « mystèèèère » a eu une révélation…

      Je détestais Oui-Oui que ma petite soeur regardait et ça a dû me traumatiser violemment pour que des années plus tard, je devienne aussi sauvage avec eux.

      On va écrire un nouveau genre : après me mommy-porn, voilà le porn-polar où tout les grands enquêteurs vont devenir des quêteurs tout en enquêtant.

      Ok, j’écris et tu le proposes aux maisons d’édition, on fait un contrat avant et on divise les dividendes alors que la correctionnelle on l’additionne 😉

      J'aime

        • Aïe, je sens que tous les « ayant-droits » de Bécassine, Martine et Oui-Oui vont nous sauter sur le poil, vu la réputation qu’on leur fait. Pourtant, quoi, c’est vrai qu’il y a un max de perversité chez ces personnages supposés gentillets !

          Aimé par 1 personne

          • Oui, ils vont nous réclamer des royalties et on a oublié de noter « disclaimer : ces personnages appartiennent à… ».

            Je ne sais pas s’il y a de la perversité ou si c’est nous qui aimons rendre pervers les personnages gentillets ou très lisses comme Tintin. Je pense que ça nous énerve, au fond de nous, des personnages gentillets et tout propres sur eux, alors, on leur invente une vie sexuelle des plus trash, on leur fait faire des choses que nous ne ferions pas et ça nous excite 😉

            J'aime

          • Je me suis laissée entendre dire un jour que la Comtesse de Ségur était une grande perverse également mais… Je n’ai pas osé demander au prof de nous expliquer pourquoi…

            J’étais jeune, pure et innocente et certainement avais-je trop peur de la réponse !!! 😫

            Aimé par 1 personne

            • MERDE !! Moi qui voulait tout savoir sur cette dame qui me donna des cauchemars avec ses histoires qui n’étaient pas pour les tits n’enfants !

              Aurait-elle lu à vois haute en se pourléchant les babines les écrits du Marquis ??? Elle a écrit « 50 nuances de petites filles modèles se tapant l’âne Cadichon » ?? Non ??

              Mais pourquoi étais-tu donc si pure et si innocente alors ??

              J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s