Sherlock Holmes – Tome 2 – La folie du colonel Warburton : Jean-Pierre Croquet & Benoît Bonte

Titre : Sherlock Holmes – Tome 2 – La folie du colonel Warburton

Scénariste : Jean-Pierre Croquet
Dessinateur : Benoît Bonte

Édition :   Soleil Productions n°2 (2000)

Résumé :
Coïncidence ou machination ? Hasard ou acte criminel ? Une chose est sûre, il se passe d’étranges événements au manoir Glenmore où le colonel Warburton a pris sa retraite.

Morts violentes, apparitions fantômes : toutes les diableries de l’enfer semblent s’être donné rendez-vous dans ce coin perdu de la campagne écossaise.

Seul, Sherlock Holmes peut venir à bout d’un tel mystère, à coup sûr un des plus fascinants de sa longue carrière. Car cette fois, l’assassin vient d’ailleurs. Du royaume des morts. De l’autre côté du temps.

a8878Critique :
Je vous entend déjà dire à voix haute en découvrant ma chronique : « Mais il est où le tome 1 ?? ». Ben il se trouve ici puisque c’est le fameux tome 7 paru aux éditions « Lefrancq Bdétectives » sous le titre de « L’Étoile Sanglante ».

Tout le monde vous le dira quand il s’agit de lancer (ou relancer) une série, il est plus facile de l’installer avec plusieurs albums d’un coup et puisque c’était le même duo…

Déjà la couverture vous plonge dans l’atmosphère : Holmes, deerstalker sur la tête, macfarlane sur le dos, épée à la main, regard suspicieux, prêt à trancher le premier qui passe tel une rondelle de saucisson.

Watson, lui, révolver à la main, prêt à descendre le premier chienchien méchant qui passerait aussi. Bref, on les croiserait au coin d’un bois à minuit avec cet air là, on ne leur demanderait pas l’heure !

Décor dantesque et désolé, juste pourvu, en arrière-plan, d’un château où ne brille qu’une lumière, seul phare pour guider les malheureux égarés, perdus dans la brume qui tombe doucement, tel un voile diaphane sur la lande sauvage et déserte (me voici en train de poèter plus haut que mon luth… Pardon).

C’est fort, déjà, comme première vue. Mais ne cherchez pas cette scène dans la bédé, elle ne s’y trouve pas. Holmes manipulera une épée, mais à l’intérieur. Couverture mensongère.

Ça faisait longtemps que je n’avais plus relu cette collection et je sens que je ne vais pas me réconcilier avec elle non plus.

Dès la première page, on se retrouve dans un paysage désolé et écossais. Le brouillard, le vent, un castel et les paroles de deux personnes, sans phylactères, semées dans la nuit, qui vous distillent une atmosphère comme un alambic le ferait avec du whisky.

Manque plus qu’un air de cornemuse pour aller avec les paroles anxieuses de l’un.

En tout cas, pour ce qui est des dessins, ils sont déjà beaucoup mieux que ceux fournis par la collection de chez Lefrancq et ses Bdétectives. Les couleurs sont correctes et ne vous feront pas mal aux yeux.

Quand aux références canoniques, elles jalonneront l’album, mais pas toujours de manière adéquate.

Passons au 221b où nous retrouvons Holmes qui s’ennuie…

Du coup, afin de tirer notre détective de la torpeur dans laquelle il s’enfonce, arrive une cliente (elle tombe bien, non ?).

Une jeune fille, seule, qui croira même à de la sorcellerie lorsque Holmes se livrera à quelques déductions sur elle… Pouffiasse, va !

Que veut-elle ? Son oncle, le colonel Warburton (une vieille connaissance de Watson, rencontré lors de la campagne d’Afghanistan), est devenu zinzin depuis qu’il a découvert un bateau échoué et que son ami est passé au travers d’un pont. Oui, moi aussi je deviendrais zinzin pour ça…

Elle a besoin d’aide et son oncle encore plus. Rassurez-vous, pas dans le but de financer la consolidation des ponts !

Pas de chance, Holmes a une affaire en cours et des plus délicates (un rendez-vous avec LA femme peut-être ? *rires*) et il charge Watson de se rendre seul à Glenmore, en Écosse. Justement je vous parlais de whisky et de distilleries !

Tiens, tiens, un air de déjà vu, non ? Cela me fait penser au chien des Baskerville. De plus, il envoie la cliente passer la nuit au Northumberland Hotel. ZE grosse référence au toutou des Baskerville.

C’est cela qui me gêne un peu. Le scénariste aurait pu distiller (elle est facile, on est en Écosse) des références canoniques sans pour autant en extraire des pans entier. Pourquoi ne pas inventer sa propre histoire ? On n’est pas dans une fanfic…

Pourquoi copier une partie du scénario du chien des Baskerville ? Un bon holmésien a déjà tout compris sur les intentions cachées de Holmes. Ben oui !

Le reste est de la même trempe et ce qui avait bien commencé se transforme en eau de boudin. Watson est une espèce de gros nigaud qui ne pense qu’à manger et à boire.

Pourquoi faire de Watson un crétin congénital alors que ce serait si agréable qu’on fasse un Watson comme dans la série de la Granada. Un type à l’intelligence normale. C’est si compliqué un Watson qui n’est pas limite « débile » ? Sans doute…

Notre brave docteur se promènera aussi en kilt (sans que l’on sache ce qu’il porte en dessous), et quand il fera sortir le colonel Warburton de sa chambre, se sera pour s’entendre raconter la malédiction dont il se croit la victime.

On aura même droit, dans le récit du colonel, à une sorte de Jésus-Christ déguisé en fakir et qui ressuscite les chats. Le fantastique, encore une fois !

Tiens, une grosse référence aux 5 pépins d’orange avec les clous de la planche de fakir envoyé en guise d’avertissements. Une bonne grosse malédiction et une bonne aspiration du Canon.

Bref, rien de neuf sous le Soleil… Productions (rires).

Les paysages écossais que Watson traverse sont jolis, désertiques ou peuplés de moutons et il n’y pleut pas souvent.

La suite, je ne peux pas vous la raconter, mais bon, le scénariste aurait pu mieux faire. C’est téléphoné. On sait tout de suite où est caché Holmes.

Le seul point positif de l’album sera que Holmes ne portera sa macfarlane que sur la couverture et un peu à la fin. Marrant, à la campagne, il ne la porte pas, mais en plein Londres, oui.

La résolution de l’enquête était claire et nette, sans l’élément fantastique. Mais les quatre dernières pages m’ont plongées dans la consternation. Il fallait boucler l’album… D’accord, mais quelle manière. Fallait le sortir à ce moment là, leur fantastique ? Dubitative, je vous dis.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « A year in England » chez Titine (Juillet 2016 – Mai 2017), le Challenge British Mysteries chez My Lou Book et RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires.

rat-a-week-3-copie

Publicités

12 réflexions au sujet de « Sherlock Holmes – Tome 2 – La folie du colonel Warburton : Jean-Pierre Croquet & Benoît Bonte »

  1. Bouh! Qu’il est moche le Holmes de la couv’ !!! 😖 Ils ont trouvé Jack The Riper et lui ont fait enfiler le macferlane et le deerstalker ? 😦 Mais POURQUÔÔÔAAAAA ils se sentent toujours obligés de le mochir !!!! 😫

    Être bô ou ne serait-ce que moyen serait il incompatible avec le fait d’avoir un QI supérieur à 130 (on ne parle pas de surdoué avant ce seuil!) ???? 😤

    Bon et en plus non seulement la couv’ est moche mais en plus le contenu est pourri??? Ben j’achèterai pas! Na! Toute façon j’y comprends rien aux BD! Trop d’infos à traiter ! 😯

    Au fait j’ai trouvé un truc atroce sur l’île de Tortuga! Un dessin animé style manga steampunk ou un jeune Watson au mœurs équivoque ressuscite un éphèbe… Dans un univers où on utilise des necromates (cadavres ranimés et utimisés comme des pantins) pour faire tout le boulot et même la guerre… C’était d’un nul! Et pis un Dr John Watson sans un Sherlock ça n’a AUCUN intérêt !😴 En plus c’est limite yaoi… Le genre de trucs qui nous zénerve sévère 😤

    Toquéfada ! Lâche donc les chiens de l’enfer sur ces philistins ! 😫

    Aimé par 1 personne

    • Non, pour la tranquillité d’esprit des gens, le surdoué doit être moche, point barre et l’éphèbe est le pas très malin mais qui a des tablettes de chocolat miam mioum.

      Le contenu il est pourri et il y a encore plus pourri avec la malédiction de la momie qui pue ! Mais c’est pour après… demain et lundi, j’ai des publications hyper importantes de la mort qui tue. Après, je me suicide aux émissions de télé-réalité et je ressuscite ensuite sur Arte. Faut que j’arrête le café, moi…

      Oui, les bédés, tu as l’image et le texte, dur dur !!

      J’avais déjà été voir le truc manga dont tu m’avais parlé une fois, avec des vampires et toussa toussa (et Sherlock), j’ai regardé mais pas terminé le jeu avec l’héritage de Sherlock et la gamine mais si dans celui-là il a y des trucs qui collent l’urticaire, je fuis ! Bon, déjà que le pitch il sent mauvais… et que Watson se prend pour Dieu rien que ça. Pour animer les pantins, on leur met le bras dans le cul aussi ??

      Toquéfada, vas-y, mords !!!

      J'aime

      • Ah! Je comprends enfin! Le fist-fucking est donc une pratique de ventriloques sur des tarés qui se prennent pour des marionnettes! Je m’étais toujours questionnée sur l’intérêt de telles pratiques!

        Heureusement que tu es là pour éclairer ma lanterne éteinte sur les pratiques sexuelles modernes… Moi de mon temps c’était seulement après le mariage en regardant le plafond et en pensant à la France dans le noir (ben quoi? Y a des zômes qui aiment les femmes qui jouent au cadavre pendant… Enfin tu vois quoi… Le souci c’est qu’ils te demandent de prendre des bains glacés avant pour que tu sois un peu en hypothermie…).

        Putain! Mais je suis folle à lier moi… 🙄

        Aimé par 1 personne

        • Oui, tu es folles à lire mais qu’est-ce que je ris quand je te lis ! Je me pisse dessus, tiens. Tu peux pas savoir comme ça fait du bien.

          Oui, on glisse la main et le bras dans le biiiiip de la marionnette et elle s’allume. En fait, je l’avoue parce que c’est dimanche, mais je suis une marionnette et c’est Chouchou qui me manipule derrière l’écran. Après, faut bien se laver les mains, hein !! Et pas oublier d’accrocher sa montre à son bras, bien en haut…

          Le mien aime que je bouge, que je gigote et pas que je pense à la France, ni à la Belgique, mais à son obélisque bien dressée entre la nuit et la journée ♫ Il est 5h ♫

          J'aime

          • Une de mes copines me disait qu’elle, elle faisait la liste des courses pendant ce temps là… Ou aux menus de la semaine… Ça risque pas de t’arriver à toi! T’es plutôt du genre à ouvrir le frigo et à prendre ce qui reste dedans, non ?😄

            Moi… Pfff… Entre les fois où je dois faire la morte… Les fois où il me demande de crier « pitié! Ne ne faites pas de mal! J’ai des enfants! Tuez plutôt mes enfants… »… Ou les fois où il me bâillonne… Celles où il m’enchaînent… Celles où faut que je sois enduite de pâte à tartiner, ou de confiture ou de chantilly… Celles où il faut que je me déguise en collégienne, en sorcière, en citrouille, en institutrice avec une loooongue règle…

            Tu crois que j’ai le temps de penser à la France moi???? 😝

            Aimé par 1 personne

            • non, impossible de penser à la France dans ces moments là, alors, fuckons nos pays de temps en temps.

              Non mais sérieux là ?? Une de tes copines fait vraiment la liste des courses pendant que son mari lui asticote la caverne aux moult merveilles ?? Comment elle jouit ? Je suis bête, elle croit que le point G est au bout du mot shoppinG !

              Une question qui me déprime grave et à laquelle je ne sais jamais quoi répondre c’est « qu’est-ce qu’on mange ?? » quelle soit posée par ma mère ou mon mon divin népoux en tablier sans rien dessous…

              J’aime ta vie sexuelle pimentée ! Tu m’enverras encore des photos parce que déguisée en citrouille, je veux voir !!

              J'aime

  2. Ping : A year in England 2016 – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  3. Ping : Premier bilan du mois du polar | deslivresetsharon

  4. Ping : Bilan du challenge Polar et Thriller | deslivresetsharon

  5. Ping : Bilan du challenge Polar et Thriller – février 2017 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s