Détective Conan : Gosho Aoyama

détective conan 1

Titre : Détective Conan – Tome 1 : Détective Conan

Auteur : Gosho Aoyama
Édition : Kana (1997)

Résumé :
Shinichi Kudo est élève de première au lycée Tivedétec. Pour avoir résolu plusieurs enquêtes difficiles, beaucoup le considèrent comme «l’aide la plus précieuse que la police pouvait espérer.

Un jour, alors que Shinichi se baladait avec sa petite amie Ran Mouri, il fait la rencontre d’hommes étranges vêtus de noir.

Par curiosité et intuition, Shinichi les suit et comprend que ce sont des maîtres chanteurs. Découvert, on lui fait boire un poison expérimental pour le faire taire et l’effet est inattendu…: il rajeunit.

Shinichi, aidé par son voisin le Dr.Agasa, inventeur génial et farfelu, décide de partir à la recherche de l’organisation secrète dont il a été victime. Il cache sa véritable identité sous le pseudonyme de Conan Edogawa, et se réfugie chez Ran, dont le père est détective.

Les bases du manga sont posées: Conan habite chez Ran et il se sert de Kogoro pour résoudre ses enquêtes incognito. Ses gadgets lui donnent un côté « James Bond ».

Detective-Conan-tome-1_-plancheCritique :
Oui, je sais, sur ce coup là, j’ai 20 ans de retard !

On m’avait souvent parlé de ce manga mais je n’avais jamais franchi le pas. Je viens de le franchir en louant les premiers tomes à la bibli.

20 ans plus tard, la série compte pas moins de 84 volumes, que je ne compte pas tous lire !

Alors de quoi ça cause, ce manga ? Imaginez un Sherlock Holmes moderne, âgé d’à peine 17 ans, vivant à la fin des années 1990 ! Il est jeune, beau, doué. Il se nomme Shinichi Kudo.

Et puis, un jour, bardaf, c’est l’embardée et voilà notre beau jeune homme qui se retrouve avec l’apparence d’un petit garçon de 6 ans suite à l’ingestion d’un poison que des gangsters lui ont fait boire, pensant le tuer.

Alors je le dis de suite, c’est assez drôle, bourré de gadgets sophistiqués qui tiennent plus de James Bond que de l’inspecteur Gadget. Ici, son nœud papillon possède des changeurs de voix, il a des chaussures spéciales, des micros très… micros !

Ce qui est drôle, c’est que seul son oncle est au courant de sa transformation, qu’il est obligé de vivre chez Ran, sa petite amie qui ne sait pas que c’est son fiancé sous les traits de ce jeune gamin au nom de Conan Edogawa.

De plus, le père de la jeune fille est détective, mais détective alcoolo et raté, c’est Conan qui résout tout sans trop le montrer, devant souvent ruser pour que tout le monde pense que cela vient du détective.

Il y a de l’humour, mais les crimes sont souvent sanglants et le dessinateur en rajoute un peu trop, je trouve…

Deux trois trucs ne sont pas réalistes, aussi. Et je ne parle pas des gadgets, eux sont drôles et nécessaires.

Dans le premier tome, dans une enquête avec une star de la télé, un corps est retrouvé poignardé dans le dos, avec le couteau enfoncé juste de quelques centimètres, juste la pointe quoi.

Sachant qu’il est plus facile de poignarder dans le dos quelqu’un au sens figuré qu’au propre, car dans le dos, c’est plus difficile, il y a la colonne, les côtes et vu la profondeur de l’enfoncement de l’arme, hormis lui trouer un poumon, il était impossible d’arriver jusqu’au cœur.

Mais avec un poumon perforé, la personne aurait agonisé longtemps, et donc remué beaucoup, sans compter qu’il aurait instinctivement retiré la lame de son dos.

Là où le bât blesse encore plus, c’est quand on découvre le modus operandi du meurtre et là, je m’insurge ! Le couteau aurait dû s’enfoncer plus alors, ou riper sur une côté ! Bref, le crime était très peu plausible pour moi. Impossible, même.

Autre chose, dans le tome 3, sur le bateau avec le meurtre en chambre close… Là aussi une personne se fait poignarder, le sang gicle, on le voit sur un dessin et il en est ainsi dans la réalité, mais bizarrement, le coupable n’a jamais de sang sur les chaussures, les vêtements, les mains… Rien, c’est tout propre !

Alors que dans le tome 4, l’armure dans laquelle le meurtrier s’était caché pour pourfendre la victime était éclaboussée de plein de sang ! Ça dégoulinait !

Bref, ça se lit avec plaisir, quelques tomes, ça fait passer le temps agréablement et on s’amuse des ruses que le gamin doit user pour qu’on l’écoute.

Hé oui, quand il avait 17 ans, on l’écoutant, là, comme personne ne sait que c’est lui, plus difficile de se faire entendre, on le traite en gamin. Et comme il ne veut pas mettre ses amis en danger en faisant savoir aux gangsters qu’il est toujours vivant, il doit mordre sur sa chique.

Je me ferai sans doute les derniers pour voir quand Conan Edogawa retrouvera sa taille adulte et pourra redevenir, enfin, Shinichi Kudo.

Étoile 2,5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017) et le RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires.

Publicités

23 réflexions au sujet de « Détective Conan : Gosho Aoyama »

  1. Pour ma part, j’ai commencé par la série animée, vue il y a…. quelques années. (Je pense que j’enseignais encore en Picardie, donc avant 2006). J’ai dû lire quelques-uns de ces mangas aussi – la série la moins rendue de mon précédent établissement. 67 tomes sont disponibles à ma bibli !

    Aimé par 1 personne

  2. Tu es très exigeante sur les blessures. On croirait presque que tu travailles dans ce secteur ou que tu es une meurtrière….
    L’expérience de la lecture t’a rendu incollable.
    C’est un manga pour les enfants, il ne faut pas trop leur en dire.

    Aimé par 1 personne

    • Ce devait être mon côté holmésien qui ressortait… 😀 Mais ce genre de faute est commise aussi dans les séries pour adultes, donc, je pense que le fait que ce soit un manga pour enfant ne change rien à la chose parce qu’il n’est tout de même pas pour les touts petits, il y a des meurtres, des situations oppressantes, et toussa toussa.

      Faut justement apprendre aux enfants à faire gaffe aux éclaboussures de sang ! mdr

      Aimé par 1 personne

  3. Mouais… La BD à la base c’est pas mon truc… Et si je suis une admiratrice inconditionnelle des arts traditionnels japonais et de la culture de l’empire du soleil levant… Je n’ais jamais mais alors jamais réussi à adhérer aux « japoniaiseries » dont l’increvable Dorothée à traumatisé mon enfance et aux mangas qui ont suivi! Alors… Navrée mais je n’adhère pas aux aventures de cet herzats de Sherlock!😕

    J’espère que tu m’en voudras pas! En plus il est trop jeune pour être sexy! Même si je suis assez vieille pour jouer les Cougars… Ya des limites! 😬

    A peluches!

    Aimé par 1 personne

    • Mon dieu, elle n’est jamais aimé le club Dorothée, ni Cobra, ni Ken le survivant, ni Goldorak, ni les Chevaliers du Zodiaque, ni toussa toussa… vous permettez, madame, que j’aille pleurer un bon coup ? Merci.

      La bédé, moi, c’est mon dada ! Plongée dedans avant de savoir lire, j’en ai des tas chez moi, et le manga, ben oui, j’aime ça ! Pas tous, j’ai pas la folie du manga comme de la bédé, mais j’aime bien pour le côté « je te vide la tête » surtout avec de Conan ou des One Piece.

      Il n’est pas sexy et nous aurions des soucis judiciaire si nous faisions des choses avec lui, bien que, réellement, il en ait 17 !

      J’ai loué encore quelques tomes à la bibli mais je ne lirai pas toute la série qui en compte plus de 65 !!

      J'aime

      • Ah console toi! J’étais amoureuse d’Actarus, de Capitaine Flam… D’Albator…

        D’ailleurs je préférais Sylvidra! Et pis cette salope de Candy qui faisait rien que me copier pour me piquer Antony…

        Mais Bioman, Spectreman, Ken le survivant (qu’il crève enfin!) et compagnie BEURKISSIME! Et le Miel et les Zabeilles et Hélène et les garçons (Ah ouais… C’est vrai… C’est Pas japonais ça!)… Ils faut tous les envoyer dans les ténèbres extérieures!!!

        Ouais… Je sais j’abuse… Mais les dessins animés du registre manga c’est aussi prévisible que le scénario d’un téléfilm allemand… Alors tout de même…

        Aimé par 1 personne

        • Actarus !!! Miam miam ! Albator, j’eusse aimé qu’il me montre son long fusil et qu’il tire… Candy, elle chialait, non ? Mais son copain Antony, sexy, comme Abel, le grand demi-frère de Georgie !

          Ken, j’aimais ça, le giclement des boyaux, mais ma mère elle voulait pas que je regardasse… pfffff.

          Les séries d’AB productions, c’étaient d’un kitch à mourir, mais on les a regardées…

          Téléfilm allemand ?? Derrick ??

          J'aime

            • Les séries allemandes, à la télé, elles se repèrent de loin comme les françaises, je trouve. On sent la patte du cuisinier, elle est toujours la même dans les séries des différents pays, allemagne, france, amérique, angleterre.

              J'aime

            • Et ben question séries je préfère de loin la cuisine anglaise. D’ailleurs c’est pas si mauvais la vraie bonne cuisine anglaise!

              Aimé par 1 personne

            • Séries anglaises et américaines, ils peuvent en faire des très bonnes, sauf quand ils reprennent les séries anglaises et les mettent à leur sauce, comme les films, aussi. J’ai vu l’autre jour l’adaptation du dîner de cons et c’était une horreur, la version US.

              Mais ils peuvent faire d’excellentes séries, mais niveau cuisine, heu, t’es sûre qu’elle est vraiment bonne ??

              J'aime

    • Ah ah ! Mais Claude, tu as toujours le bienvenu ici. Assied-toi et raconte-moi tout ! Ou alors tu veux que je passe chez toi ? N’ayant pas encore ouvert mon « Lecteur WP » ce matin, je n’ai pas encore découvert les chroniques postées par mes petits camarades de jeu ! mdr

      J'aime

  4. Ping : Bilan du challenge Polar et Thriller – février 2017 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s