Durango – Tome 5 – Sierra Sauvage : Yves Swolfs

Durango-05

Titre : Durango – Tome 5 – Sierra Sauvage

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : des Archers (1985) / Dargaud (1988) / Alpen Publishers (1985) / Les Humanoïdes Associés (2006) / Soleil (2008)

Résumé :
Emprisonné depuis plus de 3 mois au Nouveau-Mexique, Durango se voit proposé par l’envoyé du gouverneur du Texas, une mission qui lui permettra en cas de réussite d’échapper à la pendaison.

Cette mission consiste à mettre un terme aux agissements dérangeant d’un truand notoire que Durango connaît bien en l’occurrence Amos Rodriguez.

N’ayant pas d’autre alternative, il accepte et quitte sa geôle flanqué de 4 rangers.

Cependant, sa sortie de prison ne passe pas inaperçue et ce sont plusieurs personnes pas forcément honorables qui se lancent à sa suite…

durango05couvCritique : 
Si avec ce volume là on n’a pas encore compris l’amour de Swolfs pour les western spaghetti, alors, on ne le comprendra jamais !

Tous les ingrédients de la sauce sont là, bien utilisés et couchés sur le papier tels les grands espaces désertiques, les « gueules » représentatives de la faune locale, les duels…

Manque plus qu’une musique d’Enio Morricone et on y est !

Sierra sauvage est le suite d’Amos qui se terminait sur très une mauvaise posture pour notre Durango, même si on se doutait qu’il allait s’en sortir pou continuer d’être le héros de cette série qui porte son nom.

Une des règles à ne pas oublier, messieurs les rangers du risque : on ne propose pas de deal à Durango ! On ne lui demande pas de trahir un ami pour récupérer sa liberté et si on a les couilles de le faire, ou la folie de le penser, on lui adjoint une troupeau de rangers du niveau d’un Walker, au minimum.

C’est Durango qu’il faut surveiller, messieurs les rangers, pas les Dalton dans un Lucky Luke.

— J’aurais voulu le liquider en finesse mais ses vertèbres ont craqué trop fort et il a fallu improviser. [Ortega]

Toujours un plaisir de retrouver Amos, notre truand moustachu aux idées révolutionnaires et partisan de la liberté. Un bon salopard en quelque sorte, même s’il réalise ses idéaux dans la violence et le sang.

Tiens, une vieille connaissance se promène dans cet album en la personne de Max Von Ruhenberg (ceux qui ont lu Le Prince de la Nuit savent qui c’est).

Lui, c’est l’opposé d’Amos : riche, issu d’un père baron, le cul bordé de nouilles, allemand, blond, supportant difficilement la chaleur du désert,…

De plus, c’est aussi le contraire d’Amos dans sa lutte contre le pouvoir car lui, il prêcher la bonne parole aux peones mexicains et ne conçoit pas la révolution autrement qu’avec des mots. Il a lu Karl Marx et parle de l’homme qui exploite l’homme.

— Ach !! Jugement simpliste ! Il faut de tout pour faire une révolution. Des malades du révolver comme vous et des gens qui pensent avant d’abattre tout ce qui bouge ! Moi j’explique aux paysans pourquoi ils crèvent de faim… Comment fonctionnent les mécanismes de l’exploitation de l’homme par l’homme !

Comme d’habitude, c’est parfaitement scénarisés, les dessins sont toujours réalistes mais mon album des éditions des Archers (1985) a toujours des couleurs qui tirent vers le jaune orangé et ça gâche tout le dessin !

Un album comme toujours bourré d’actions très explosives, de duels sanglants et  également de bons sentiments avec un général anti-torture et qui a compris que le pouvoir corrompt tout.

— Vous verre si un jour vos idées triomphent que le pouvoir corrompt tout ! Entre son exercice et les idéaux, il existe tant de contradictions. Mais à quoi bon vous expliquer tout ça, je vous ai assez vu, vous êtes libre.

Allez, on monte de suite sur sa monture, on prend les armes et on poursuit l’aventure revolucion avec Durango et Amos dans leur troisième aventure !

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - The magnificent seven

Publicités

6 réflexions au sujet de « Durango – Tome 5 – Sierra Sauvage : Yves Swolfs »

  1. Ping : Le mois américain 2016 – Billet récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  2. Ping : Bilan du Mois Américain : Septembre 2016 | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Septembre 2016 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Bilan du challenge Polar et Thriller | deslivresetsharon

  5. Ping : Bilan du challenge Polar et Thriller – février 2017 | deslivresetsharon

  6. Ping : Bilan pour le challenge polar et thriller 2016-2017 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s