Je m’appelle requiem et je t’… : Stanislas Petrosky

je-mappelle-requiem-et-je-t-stanislas-petrosky

Titre : Je m’appelle requiem et je t’…

Auteur : Stanislas Petrosky
Édition : Lajouanie (08/07/2016)

Résumé :
Moi, vous ne me connaissez pas encore, mais ça ne va pas tarder. Je m’appelle Estéban Lehydeux, mais je suis plus connu sous le nom de Requiem. Je suis curé, ça vous en bouche un coin ? Oubliez tout ce que vous savez sur les prêtres classiques, je n’ai rien à voir avec eux, d’autant que j’ai un truc en plus : je suis exorciste. Je chasse les démons.

Bon pas tous, parce que je dois d’abord gérer les miens, surtout quand ils font du 95 D, qu’ils dandinent du prose et qu’ils ont des yeux de biche. Chasser le diable et ses comparses n’est pas de tout repos, je ne vous raconte pas.

Enfin si, dans ce livre. Ah, un dernier détail : Dieu pardonne, moi pas.

lucife10Critique :
Le commissaire San-Antonio a un fils ! Et je parle pas du rejeton qui écrit ses aventures à la place de son père, non, je parle d’un vrai fils !

« Trash Cancan » ne le sait pas encore, mais ce fils, San-Antonio l’a eu avec Don Camillo, Audiard, le Père Gilbert et Sœur Marie-Thérèse des Batignolles ! Partouze totale.

Tout ces gènes – que dis-je ? la crème de ces gènes – ont été enfournés dans la matrice de Stanislas Petrosky pour donner naissance à Esteban Lehydeux, dit Requiem, prêtre de son état.

Non, je n’ai rien fumé la moquette, je sais toujours comment on fait des enfants et comment on peut ne pas en avoir. Ici, je parle d’une naissance littéraire, bien entendu, pas une véritable. L’enfant aurait eu une vie de dingue avec ses 4 pères et cette mère !

Ami(e) lecteur(trice), toi qui prend la peine de lire cette bafouille, toi qui perd du temps de vie à lire mes conneries, va plutôt te procurer le dernier roman de Petrosky, il est bien plus drôle que moi, plus doué, et plus politiquement incorrect que moi.

Si tu es dans une période de blues profond et que tu n’es pas une grenouille (ou un crapaud) de bénitier, ce roman déjanté (dont l’auteur a trempé sa plume dans le même encrier que San-Antonio et à été biberonné aux Tontons Flingueurs) est fait pour toi !

Certes, le personnage principal – un prêtre !! – est non conventionnel, a la bite en chaleur, la fourre dans quelques chattes (parfois dans des culs) boit du Jack’s à la communion, des bières aux repas (des bières belges !), fait quelques exorcismes de temps en temps, roule en Mustang,  manie l’argot et a un langage de charretier, mais, ma foi, il me plait bien ce cureton !

Bordel de Dieu, il en faudrait plus des comme ça parce que lui, quand il fourre son crucifix dans une foufoune (ou dans l’entré des artistes de la dame), elle a plus de 18 ans d’âge et est consentante, nom de Dieu. Et puisqu’il te le raconte si bien, on ne peut que lui donner son pardon. Pas vrai, Dieu ?? Oups, il est en colère sur son curé non conventionnel, Dieu.

On ne causera pas trop de péché de chair, parce que, comment dire ? C’est un véritable sujet de fâcherie avec le Patron. Si tu veux, pour lui coquette devrait juste servir à pisser,point barre.

Une enquête assez hard, dégueu, où les estomacs devront s’accrocher, des cascades sans filets, des extrêmes onctions adressés en paquet économique à des salopards de raclure de bidets, de la baise, de l’alcool, des gros mots, de la baise, quelques énervements et voilà notre prêtre agissant en Sherlock déguisé en Bruce Willis.

Je me suis fendue la poire durant toute ma lecture, avec les réflexions de Esteban – Requiem – adressées à son lecteur ou à ses ouailles.

Purée, l’auteur avait vraiment bouffé du San-Antonio, mais pas de trop, puisqu’il y a quand même de la profondeur dans son roman et je ne parle pas que de celle durant les scènes de sexe débridé.

Par contre, deux fautes, Stanislas (tu me permets ?) : dans ton roman, ton personnage ne s’adresse qu’à un potentiel lecteur mâle… Comment oses-tu mettre ainsi de côté la moitié de la planète Terre en oubliant une potentielle lectrice ?? Là, tu mériterais que je prenne un cierge pascal pour te le foutre, avec de l’élan, dans… ta tête ! What did you expect ?

Deuxième faute dans la crucifixion, très cher : on ne plantait pas les clous dans les paumes des mains, mais dans le poignet, entre le cubitus et le radius (mais je te pardonne, parce que même si tu as visité 1.000 églises, tu les as tous vu plantés dans la paumes des mains – fatale erreur dans les églises, mais tu me diras que s’il n’y avait que ça…).

Vous savez quoi, chers lecteurs et chères lectrices ? Ce roman, je ne vais pas le ranger dans ma biblio, non, je vais le garder à portée de main et au moindre coup de blues, je me lirai un chapitre des aventures de Requiem et je serai repartie sur le bon chemin, celui du rire et de la bonne humeur.

On peut postuler pour devenir la bonne du curé ?? Parce qu’avec un prêtre comme Esteban, moi, je retourne à messe !

Bon je cause, je cause ,je te fais part de mes états d’âme mais tu as acheté un bouquin policier, tu veux de l’intrigue, de l’aventure, du punch, du suspens, du sexe, toi ce que tu veux c’est un putain de « Page-Turner ».

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017).

Enregistrer

Publicités

128 réflexions au sujet de « Je m’appelle requiem et je t’… : Stanislas Petrosky »

        • Il est édulcoré, même si on sent l’hommage dans la plume, mais je t’avoue que si le style avait été du 100% San-Antonio, je n’aurais pas su le lire, j’ai lu de S-A, j’ai apprécié certains bouquins, mais il ne m’en faudrait plus ! 😀

          Aimé par 1 personne

            • Tu as remarqué que dès qu’une femme ne se laisse pas faire, directement elle taxée de tous les noms possibles, alors que si c’est un mec, il est viril, il a des couilles, c’est un homme, un vrai…

              Oui, faut faire ça intelligemment ! Hélas, c’est pas toujours le cas.

              Aimé par 1 personne

            • Tout à fait ! Une femme qui ne se laisse pas faire et qui affronte un homme, de suite, elle est mal baisée, elle porte la culotte, elle se prend pour qui, elle a ses clopes, sa ménopause…. pareil pour les conquêtes, trop de mecs pour nous, on est une pute, un homme, c’est un séducteur. Ok, on va éviter de suivre les sales manières des hommes ! 😀

              Aimé par 1 personne

            • Ahahah, c’est exactement ça! La crédibilité d’une femme est sans cesse remise en cause! Bon, comme on le sait, on s’adapte mais c’est usant parfois! En général, une bonne réflexion sur leur cerveau placé bien bas les remet à leur place! 😉

              Aimé par 1 personne

            • Ou comme une journaliste qui un jour, fit remarquer à Trump qu’il avait de petites mains… on comprend le sous-entend de suite 😆 Il n’a pas aimé, depuis, il ne veut plus qu’on lui cause de ses mains !

              Aimé par 1 personne

            • Mdr! 🙂 Je regarde toujours les yeux de celui à qui je parle… tu sais le micro-langage du corps et toussa toussa… c’est souvent révélateur et davantage que les mots ou les gestes volontaires! Tu verras! Ils écarquillent les yeux, l’horreur traverse le regard et après, vite, protéger nos parties incriminées! 3:)

              Aimé par 1 personne

            • Les mains ! Je regarde souvent les mains, elles disent beaucoup. Les doigts qui grattent la tête, l’oreille, le nez,… langage corporel, oui, mais je ne sais pas toujours le décoder, hélas.

              Aimé par 1 personne

            • Héhé, les mains aussi parlent beaucoup, c’est vrai! Mais je trouve qu’elles sont moins expressives que les yeux car quelqu’un en pleine maîtrise de soi, aurait plus de facilité à contrôler ses gestes que l’expression de son regard… à mon sens… Savoir décoder, écouter son instinct, prêter attention… ça aide beaucoup pour une asociale comme moi! 😉

              Aimé par 1 personne

            • L’autre jour, samedi, j’étais chez mes parents pour m’occuper des mes bestiaux (déjà là vendredi) et on faisait les courses. Le type derrière moi va contre mes jambes avec son caddie, je me retourne, il fait même pas un geste « désolé », puis, quelques instants plus tard, il recommence à le pousser dans mes jambes. Un regard, juste un… ma mère m’a dit que mes yeux étaient devenus des poignards et que mon regard était noir ! Le mec ne l’a plus fait… 😀

              Tu es juste socialement sélective… 😉

              Aimé par 1 personne

            • Vouana, je suis socialement sélective! C’est plus joli! 😀 Mdr, je rigole seule car depuis toute petite, on me dit souvent que j’ai le regard qui tue. Et ça m’arrange car si je peux économiser mes paroles, je suis ravie! Alors j’imagine très bien la scène du caddie! 3:)

              Aimé par 1 personne

            • Tout dans le regard ! Que ma mère ne disent rien, ça vient en droite ligne de son père et elle en a hérité aussi, elle a une fois fait son regard de tueuse à la nouvelle jument et celle-ci la suivie comme un toutou pour rentrer au box ! La plus âgée recule d’office quand ma mère lui porte son foin, et attend qu’elle le dépose pour avancer. mdr

              Aimé par 1 personne

            • Si tu fais, je jure de venir te hanter toute ta vie et tes vies d’après! 😮 Désolée, je suis anti-Johnny, anti-variétés! J’adore ma musique… mais pas ça! 😮

              Aimé par 1 personne

            • Je ne suis pas pour les variétés, même si mes goûts musicaux sont éclectiques au possible, sans doute au fait que ma mère écoutait la radio et le programme du soir, avec les Vieux Machins ! (années 50-60-70 et 80 maintenant)

              J’ai vu Johnny deux fois en concert, j’aime une partie de ses chansons, mais je ne suis pas fan absolue, j’ai des tas d’autres chanteurs que j’adore, comme Lama, Dutronc, Hardy et les autres. J’écoute aussi du X-Ray dog, du Two step from hell ou autre 😀

              Aimé par 1 personne

            • Le hard-rock style Metallica, Iron Maiden, AC/DC, c’était mes jeunes années… je me suis calmée depuis… c’est davantage Disturbed, Taproot, Chevelle… oui, oui, je sais, pas très connu! :p

              Aimé par 1 personne

            • Et c’est même pire que ça, comme disait Beauvoir, il suffira d’un rien pour que les droits de femmes s’envolent en poussière! 😮 En ce moment, Poutine dépénalise les violences conjuguales, Moumout’man ne verse plus un sou aux organismes pro-IVG, tu entends des VIP claironner que le viol, ce n’est pas grave du tout… et j’en passe… Et nous sommes au XXIe siècle! -_-

              Aimé par 1 personne

            • En Pologne, l’avortement est interdit, même si viol, même si enfant mal formé, même si danger pour la mère, et ils râlent plein leur panse parce que les femmes ne sont pas d’accord avec ça ! Quand Simone Veil a fait passer la loi sur l’IVG, les quolibets qui ont fusé étaient honteux : point Goodwin direct ! Du pas joli joli à entendre.

              On recule ma poule, ça fait quelques années que je le dis, avant, ça ne se voyait pas de trop, maintenant, on est passé à la vitesse supérieure et une fois que ta Société est descendue, elle ne remonte plus ! Terminé ! Nada ! Oh putain, je vais voir ça de mon vivant !

              Aimé par 1 personne

            • Je tiens le même discours depuis quelques années aussi! Que les hommes soient cons et machos pour beaucoup, ça, on le sait… mais quand les discours sur le viol pas grave, l’anti-IVG et autres propos dégradants viennent de nos consoeurs les femmes… là, tu te dis, putain, on est retourne dans l’obscurantisme le plus abject! On est en train de le vivre et pourtant la majorité des femmes continuent de se faire les ongles en ricanant… et elles ne sont pas toutes blondes!

              Aimé par 1 personne

            • Suffisait d’entendre parler la Palin, là, à ses Tea Party ! Pour elle, pas de cul avant mariage, pas d’avortement, le viol, ben c’est de ta faute, parce que si tu tombe enceinte, c’est que tu le voulais bien, parce qu’une femme qui ne voulait pas se faire violer, elle tomberait pas enceinte. Non, elle n’a pas fait fureur au Moyen-Âge ! On régresse, on régresse ! Et on dit que ce sont les autres qui vivent dans l’obscurantisme ???? Mon cul, oui.

              J’ai peu pour l’avenir et honte. On nous jugera à l’aune de nos actes. Ça m’a permis de sortir un mot que j’aime beaucoup mais qui est difficile à placer.

              Aimé par 1 personne

            • Je suis totalement d’accord avec toi! Et l’hyper-sexualisation de notre société n’aide pas à aller dans le bon sens! Les êtres humains sont censés avoir un cerveau qui leur permet de maîtriser leurs pulsions. Nous vivons en société avec des codes que nous sommes totalement aptes à suivre (après qu’ils te plaisent ou pas, c’est un autre sujet!). Tout ça pour dire qu’il n’y a aucune excuse au viol puisque nous sommes censés savoir nous contrôler! Je n’ai pas à m’habiller en pensant à ne pas éveiller des idées lubriques chez l’homme, c’est à l’homme à se maîtriser. On se trompe sans cesse de coupable! De toutes façons, un mec tordu aura des envies même devant une cagole habillée d’un sac!
              J’en reviens souvent à ce constat pour beaucoup de domaines: au XXIe siècle, on n’est toujours pas foutu d’atteindre un équilibre dans les rapports humains! C’est affligeant, consternant! J’ai honte aussi et très peur pour l’avenir de la femme! 80% des crimes commis envers les femmes sont des crimes à caractère sexuel! Est-ce à dire que les hommes sont des animaux? Et en disant cela, je fais sûrement injure à l’animal! 😉 Bon, heureusement, il y a des exceptions… (je nuance mon propos sinon tu vas tirer la conclusion que je hais les hommes!) 3:)

              Aimé par 1 personne

            • Je ne tirai pas ce genre de conclusions, ils ne sont pas tous des prédateurs sexuels. Bon, je les comprend s’ils regardent, quand tu expose la marchandise, ça attire les regards et je reluquerais un type qui aurait un short moule **** ! 😀

              Je ne dis pas qu’il faut sortir à poil et je peux comprendre qu’n gamin en classe ait du mal à se concentrer si la fille devant lui a un jeans taille basse et un string qui dépasse ! Mais bon, quand on dit non, c’est non, même les chiens à la maison connaissent le mot, même mes chevaux, bien qu’ils tentent parfois de faire comme s’ils n’avaient rien entendu, mais ils restent des animaux !

              Il y a un roman qui est sorti avec une fille violée par des vedettes de l’équipe de foot locale (US), et la pauvre va en baver en portant plainte, car lors des examens, c’est un second viol qu’elle a (pas au sens propre du terme, mais les questions et les sous-entendus).

              Trop de sexualité casse la sexualité et le plaisir, trop de jeunes mecs ont vu trop de pornos et pensent des choses fausses sur la femme, trop les considère moins que des chiennes, hélas. Tu as remarqué que l’asservissement sexuel existe depuis que l’Homme est sur terre. Depuis toujours… En temps de paix, comme de guerre, et les violeurs n’étaient pas toujours l’ennemi de ton pays (celui qui attaquait, des américains se sont permis des privautés aussi).

              Je ne sais pas où va le monde, mais ça fait peur, je te jure !

              Aimé par 1 personne

            • Cela existe depuis la nuit des temps, c’est clair et c’est malheureux que cela n’ait pas évolué depuis! Alors c’est marrant d’entendre beaucoup dire qu’il ne faut pas toucher à leur mère ou leur soeur mais ils oublient que chaque femme peut être la mère ou la soeur de quelqu’un! 😮 Pour les affaires de viol, je ne suis pas étonnée que très peu portent plainte car comme tu le dis, la suspicion est tellement présente et porter plainte et faire face aux flics et aux médecins est comme une seconde agression. C’est un choc psychologique, après le choc physique, dont on ne se remet que difficilement! Nier l’existence du viol au sein du couple est un exemple flagrant également! Pour les pratiques des peuples en temps de guerre, le « on tue les enfants, on viole les femmes » est la traduction que l’homme est un lâche et une sous-merde. S’en prendre à physiquement plus faible que soi n’a rien de glorieux! Et oui, n’oublions pas qu’on parle beaucoup des agressions sexuelles russes à la fin de la seconde guerre mondiale mais les américains ne sont pas en reste! Je crois que l’homme ne supporte pas l’idée d’être sorti du ventre d’une femme! ^_^

              Aimé par 1 personne

            • Je ne sais pas d’où ça vient, mais oui, l’homme avec sa bite est tout puissant, il aime violer, asservir, et prendre de force ce qu’il ne pourrait pas avoir autrement. Un sentiment de puissance ? La frustration de la guerre ? Le fait de rendre à l’ennemi ce que lui même a fait : les allemands ayant violés les femmes russes en passant, les russes ont rendu la pareille aux femmes allemandes en allant dans l’autre sens, au cul des allemands…

              Les psychologues se sont sans doute penchés sur le cas du viol, mais je ne sais pas ce qu’il en est ressorti.

              Oui, on ne peut pas faire du mal à leurs mères, leurs soeurs, mais eux, oui, ce qui est con, et un manque de respect d’eux-mêmes, entre nous. Mais très souvent, les hommes n’aiment pas que les femmes soient leurs égales et aient des droits…

              Tout le monde est sorti du ventre de sa mère, mais pas toujours avec des intentions louables. Hélas !

              Aimé par 1 personne

            • Tiens! C’est une bonne question ça! 😮 Je serais curieuse de lire une étude sur le sujet! Car c’est un phénomène récurrent depuis la nuit des temps, on l’a dit! C’est clair qu’on repassera pour les intentions louables de certains… Bon, je peux entendre ce que tu me dis pour les allemands et les russes… mais les américains? Bref… de toutes manières, nous, femmes, devons toujours et encore faire attention à nos miches!

              Aimé par 1 personne

            • Il y a eu des tas de pauvres femmes qui ont souri à un yankee et qui se sont retrouvées violées, ou qui n’avaient même pas souri. J’avais oublié d’en parler… mais je ne connais pas leur excuses, juste qu’ils ont une bite et qu’ils sont des Hommes, comme ceux qu’ils combattaient.

              Les mecs diront qu’ils baisent pour évacuer la pression. Enfin, je pense, mais je prends pas leur défense, je cherche juste des explications à l’indicible.

              Aimé par 1 personne

            • Évacuer la pression? Tape dans un sac de frappe et la pression va se barrer! Perso, je ne trouve aucune excuse car je l’ai dit, nous sommes des animaux sociaux dont capables, en théorie, de maîtriser nos pulsions les plus retorses! La preuve, je me lève souvent le matin avec des envies de meurtre envers une certaine personne mais elle est toujours vivante… enfin je crois! ^_^ Pour moi, le viol est l’exercice de la violence envers plus faible que soi, besoin de domination, de susciter la terreur, expression abjecte de sa virilité… donc grande lâcheté… S’en prendre à des femmes, des enfants, des vieillards, des animaux ne fait pas de toi un homme mais une sous-merde… Peut-on expliquer l’indicible? On ne peut que le constater, je crois… Parce que « expliquer » c’est déjà le justifier et lui apporter une légitimation à terme, non?

              Aimé par 1 personne

            • Je ne sais pas si tenter de l’expliquer le légitimiste, en tout cas, pour moi, non. Si on peut expliquer le pourquoi ce genre de pulsions arrivent, même à des types qui n’y auraient jamais pensé auparavant, ou aurait condamné cet acte, il faut qu’il y ait un truc qui déraille dans la tête (ou ailleurs) à ce moment là.

              Une explication,, pour moi, avec ce genre d’horreur ou avec un meurtre, permet de comprendre comment ça arrivé, pour peut-être guérir, prévenir, avertir, mais jamais pardonner.

              Mais je sais que ce genre d’horreur ont été commise par des types biens, des types qui jamais de leur vie n’auraient violé une femme, alors, pourquoi ?? Quelles furent leurs frustrations avant, leurs traumatismes, qu’est-ce qui a transformé ces types normaux en violeurs ??

              Lâcheté, oui, sous-merde, oui, quand tu t’en prends à des plus faibles que toi, tu assois ton pouvoir, tu te sens grand, tu te sens fort, tu bandes… Parce que tu oublies que celui-ci ne savait pas se défendre, parce que tu ne ferais pas ça à un plus fort que toi, parce que tu as la trouille.

              Il est des moments, dans les guerres, que tu sois soldat ou prisonnier – je n’excuse pas, je te jure – où on pète un câble, réellement, et où taper dans un sac gonflé n’aiderait pas. Ça n’excuse rien, que du contraire, mais ça peut expliquer. De plus, l’Homme n’a qu’un vernis de civilité, et ce vernis, il se craque très vite !!

              Aimé par 1 personne

            • Oui le vernis de civilité est mince et se craquelle vite! Peut-être qu’à trop vouloir contrarier la nature profonde de l’homme pour le conformer à la société produit ces coups de folie? Ce qui revient à dire que la nature intrinsèque de l’homme est d’être violent? Je ne sais pas. Le cerveau (celui sous le crâne) est une machine fabuleuse qui n’en a pas terminé de livrer ses secrets. La maternité induit une volonté de protection, en général, donc cela fait-il de la femme un être meilleur que l’homme? Parce qu’il y a aussi de belles saloperies parmi les femelles… C’est un vaste débat. Faut-il analyser les coups de folie au coup par coup car chacun a un passé, des traumatismes etc… ou faut-il en retirer une généralité? Les crimes passionnels, sexuels, de masse ou de sang froid sont-ils le résultat d’une rupture psychotique ou juste l’expression d’une nature profonde? Je crois qu’on n’en verra jamais la fin, ni le fin mot d’une explication possible… Et peut-être que notre amour des thrillers nourrit notre besoin de savoir et de comprendre… ou aimons-nous vivre par procuration des horreurs que nous ne commettrions jamais dans la vie. Quelqu’un qui ne lit jamais m’a sorti que mon intérêt pour les thrillers était du voyeurisme morbide, comme ceux qui ralentissent sur l’autoroute et ne peuvent s’empêcher de regarder quand un accident est signalé… Je n’aime pas cette idée mais elle est envisageable d’après toi?

              Aimé par 1 personne

            • Ma foi, je pense qu’il faut voir au cas par cas car l’un n’est pas l’autre, mais ceci n’est que mon opinion, je ne dirai pas qu’il fait loi !

              L’Homme aime la castagne, s’il ne la fait pas sur un champ de bataille, ce sera sur un terrain de sport, en tant que supporter d’une équipe. Là, tu as déjà un sacré panels de gens massacrés du cerveau ! Pas tous, attention, mais les plus violents s’y retrouvent dans les ultras.

              C’est donc peut-être bien du cas par cas qu’il faut faire, avec l’Homme.

              Le cerveau est plus puissant qu’un PC, il n’a pas encore tout livré ses secrets, tout comme l’origine du Monde (et je ne cause pas du tableau ! mdr), de l’espace, que de mystères et d’enquêtes il nous reste à résoudre (nous au sens large).

              Pour les crimes, je ne me prononcerai pas s’il s’agit d’une rupture psychotique ou juste l’expression d’une nature profonde car je ne le sais pas. Pitêtre les deux à la fois ?? Ou l’un ou l’autre… certains sont méchants dans leur nature et prennent leur pied en faisant du mal et en emmerdant les autres, d’autres, c’est une pulsion : bardaf, t’es mort, je t’ai tué, merde… Et la personne s’en veut parce que « accident ».

              J’aime les thrillers, mais pas parce que j’ai une fascination morbide pour ça ! Je ne regarderai pas un accident, je ne ralentirai pas, pas envie de voir des chairs explosées. Je l’ai fait une fois pour un suicidé sous le train, j’ai dit jamais plu !

              Morbides, nous ?? Prenons-nous des photos avec notre smartphone en passant à côté d’un accident ?? Non ? Alors nous ne le sommes pas, nous avons juste envie de nous faire peur sans risques.

              L’autre qui t’as dit ça ferait mieux de lire ! 😀

              Aimé par 1 personne

            • Naaan je préfère les photos de chats! :p Oui, c’est sûrement au cas par cas! Pour le sport, nous sommes aussi victimes des extrêmes malheureusement… C’est tellement fort de sentir tout un stade vibrer pour une équipe, comme pour un concert de ton groupe préféré. C’est intense! Mais faut toujours qu’il y ait des tordus pour tout foutre en l’air… Pour beaucoup, lire est une perte de temps.. mais quand je vois ce que font ces gens de leur temps… je préfère lire! 😀 J’adore tout ce qui touche au cerveau car il garde sa part de mystère, que ça reste quand même un grand territoire sauvage et rebelle à découvrir! 😀

              Aimé par 1 personne

            • Une sale de concert qui vibre, c’est le pied, ma soeur est allée voir quelques matchs de foot, dont un de Chelsea, son équipe préférée, et elle a dit que c’était gigantesque. Beaucoup disent que avant, ils allaient au stade avec les gosses et que maintenant, ils n’oseraient plus.

              lire est une excellente activité, avec la marche, ça aère le cerveau, mais bon, faut sélectionner ses lectures aussi, je ne penses pas que Voici, Gala ou Public t’ouvriront l’esprit… 😆

              Dire que les médecins ne savent toujours pas soigner les migraines, ça laissent pantois ! Un terrible mystère !

              Aimé par 1 personne

            • Fan de foot il fût un temps lointain, je confirme, c’est géant! Mais je déconseille les enfants pour certaines rencontres, c’est sûr! 😦 Je suis migraineuse ma brave dame et non contents de ne pas savoir soigner, beaucoup de médecins sont récalcitrants à te dire migraineuse. Bin oui hein, ça ne se voit pas en prise de sang, ni sur une radio, le sang ne coule pas… etc… Le pire, c’est quand tu échoues aux urgences… tu as l’impression d’être un camé qui vient réclamer sa dose! 😦 Perso, je fuis le corps médical, j’ai appris à éviter autant que faire se peut ce qui me provoque des migraines et je n’ai recours à la médecine qu’en cas de top de top de douleur… -_- Je n’ai jamais acheté ce style de presse et ça ne risque pas d’arriver un jour! 😮

              J'aime

  1. Naaaan! Il a un faux air de l’Abbé Stiale! Mais si… Tu sais, celui qui terrorise les copines de Ginette Schlombück les jours de confession! Mais je ne t’en dis pas plus… 🤐

    Aimé par 1 personne

    • Il mérite d’être connu, dommage qu’il ne le soit pas plus. On aurait envie de lui dire « merci pour ce moment » tant il fut bon, sans ironie aucune, bien entendu, je ne suis pas Valérie Tir-rotweiller, moi !

      Bon, je n’ai plus qu’à continuer d’écrire mes conneries, moi ! Chouette, j’avais pas l’intention de devenir sérieuse là… 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne sais pas si tu te souviens de mon avis, mais j’ai détesté l’écriture et le style. Je l’ai écrit et je le redis. Je n’ai même pas pu le finir, tellement je souffrais en le lisant. Je me suis attirée les foudres de blogueuses (qui ne sont pas partiales étant données qu’elles sont amies) mais je ne changerai pas d’avis ! C’est trop ! tellement trop que rien que d’y penser….Allez je vais me servir un mojito !

    Aimé par 1 personne

    • Non, je ne m’en souviens plus, mais ça se pourrait oui, il me semble me souvenir d’un avis négatif après le positif de « Dealer de ligne ».

      Je vais pas t’engueuler, chacun son ressentit, chacun ses goûts, moi, j’ai aimé, tu te doutes, ce genre d’écriture, je me marrais comme une bossue. Mais je ris toujours de ma vieille blague sur « comment appelle-t-on un dinosaure homosexuel ? » alors je ne suis pas une référence (mais j’apprécie aussi les jeux de mots de Devos).

      Ma foi, tous les goûts sont dans la nature et tu peux me servir un mojito aussi, le rhum soignera ma gorge et j’en ai marre de sucer ! 😉

      Aimé par 1 personne

      • Tiens un mojito frappé miss !
        Tu sais je me suis faite tellement huer pour cet article, que j’en souris encore ! Je me marre ! Car certaines blogueuses se disent tolérantes mais que dale en vérité ! S’il faut dire que les livres sont bien parce que les maisons d’édition nous les envoient , non merci ! J’ai eu pareil avec le dernier Norek. C’est même l’auteur qui m’a claqué cette phrase !
        Je suis une rebelle, et je vous emmerde !

        Aimé par 1 personne

        • La tolérance, ça n’existe pas ♫ (ah non, zut, c’était la solitude qu’il chantait, monsieur 100.000 volts – Cloclo, lui, ce fut monsieur 220 volts) 😆

          Nom de zeus, tu as le droit de parler des romans que tu n’as pas aimé, tu le faisais avec sobriété, pas en hurlant que c’était de la merde. Serait-on dans une société intolérante où le droit de parole n’existe pas ?? On accuse les barbus, mais en fait, pas besoin d’eux pour se faire clouer le bec et privé de sa liberté de paroles (je ne parle pas d’injurier les gens, ça, je suis moins d’ok).

          J’ai bien aimé le dernier Norek, moi, mais moins que le 2ème, mais tu as le droit de pas avoir apprécié ta lecture et le dire. Sinon, ce sont des avis dirigés et je n’aimerais pas que sur ton blog apparaissent des critiques de complaisances.

          Norek lui-même t’as dit que tu avais le droit de pas aimer son dernier livre alors ?? Ça c’est le signe d’un type qui sait qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et se faire encenser par toute la blogo. Bravo !

          Aimé par 1 personne

  3. Bonjour très chère Belette,
    Merci pour cet avis très enthousiaste, de tout cœur…
    Heureux de vous avoir fait rire et non souffrir 🙂
    Et allez en paix ma fille, dans le second je m’adresse plus aux femmes, d’ailleurs Requiem s’entoure de femmes de caractères dans cet opus.
    Et merci pour l’indice de crucifixion, je mets une croix, sic, dans mon carnet pour m’en souvenir.
    Au plaisir.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, mettez-y une croix et faites chier les curés avec ce détail important, même si je frémis encore de savoir comment certains l’ont su que ce n’était pas dans les paumes (expériences sur humains, bien entendu, réalisées dans les camps).

      Ah, chouette, vous allez vous adresser aux gueuzes qui vous lisent, chouette ! Il était temps, nom de dieu.

      Je vais aller en pets… en paix ! 😆 et espérer me dérider encore une fois la gueule avec l’opus suivant 😉

      J'aime

  4. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Janvier 2017 | The Cannibal Lecteur

  5. Ayé! Trouvé chez ma dealeuse ! Lu!
    Apprécié. Mais… quelques faiblesses.

    La langue utilisée et fort réjouissante et l’usage des methaphores même scabreuses en est presque poétique! Le personnage hors norme est évidemment amusant quoi qu’il frise parfois la caricature…

    En revanche le livre est court… et le traitement de l’intrigue s’en ressent misant un peu trop à mon goût sur les heureux hasards qui perdent en crédibilité… ok, ok… peu de chance qu’un tel curé puisse continuer à sévir avec la bénédiction du Vatican… mais bon quand même… 😏

    Aimé par 1 personne

    • J’aime la métaphore ! Il m’a fait l’amour comme un pompier au prise avec un grand incendie !! Métaphorez, messieurs, métaphorez !

      Je suppose que le frisage de caricature n’est en rien la faute d’un coiffeur, mais le but recherché, fallait le caricaturer, ce curé ! C’est tout ce qu’on peut encore lui faire… 😆

      Oui, trop court, je le dis toujours… quand c’est trop court, c’est trop court, t’es en train de prendre ton pied que boum, c’est terminé ! 😦 Bon, faudra que je demande à l’auteur de le réécrire avec 100 pages de plus, tiens ! 🙂

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s