Mémorial Sherlock Holmes I : Jacques Baudou & Paul Gayot

Titre : Mémorial Sherlock Holmes

Auteur : Jacques Baudou & Paul Gayot
Édition : Clancier-Guenaud (1982) / Terre de brume (13/02/2003)

Résumé :
On le sait, Sherlock Holmes, le roi des détectives, l’amateur boulimique des mystères, l’immortelle créature de son immortel créateur, Sir Arthur Conan Doyle, s’il envahit l’existence et la création de son géniteur au point que ce dernier alla jusqu’à tenter de le tuer, n’en a pas moins suscité depuis sa naissance l’engouement d’une quantité incalculable de lecteurs et l’admiration de multiples écrivains dont un grand nombre a souhaité lui rendre la vie que l’abandon, puis la mort de Conan Doyle, lui avaient ôtée.

Depuis sa dernière apparition publique officielle dans « Son dernier coup d’archet », on ne compte plus les textes d’auteurs aussi innombrables qu’éclectiques qui l’ont mis ou en scène ou pastiché.

Ce premier Mémorial Sherlock Holmes s’est voué à la découverte, ou redécouverte, des œuvres par lesquelles ces auteurs divers ont souhaité prolonger, dans leur propre écriture, le mythe.

1 – Jacques BAUDOU & Paul GAYOT, Introduction, pages 9 à 15, Introduction
2 – Arthur PORGES, Le Dernier coup d’archet de Miss Marple (Her Last Bow)
3 – Miles KINGTON, L’Affaire du prince danois (The Case of the Danish Prince
4 – Robert Lloyd FISH, L’Énigme de Lotteries l’anormal (The Adventures of the Odd Lotteries)
5 – John Basil BOOTHROYD, Le Fusil à air comprimé, colonel Moran (The Air-Gun, Colonel Moran)
6 – OULIPOPO, Le Vol du cormoran
7 – Rod REED, La Lib ou la mort (Give Me Lib, or Give Me Death)
8 – Barry PEROWNE, Raffles sur la piste du chien (Raffles on the Trail of the Hound)
9 – Poul ANDERSON, Les Joyaux de la couronne martienne (The martian crown jewels),
10 – AEP, Le fils de Sherlock Holmes
11 – Robert Barr, Le grand mystère de Pegram

Critique :
Le gros inconvénient des collectionneurs, c’est que souvent, ils se retrouvent avec deux fois les mêmes livres dans leurs étagères et bien entendu, je n’échappe pas à la règle puisque, je mémorise plus facilement les couvertures que les titres !

Sachant que la première anthologie parue aux éditions Clancier-Guenaut (1982) a été revue, corrigée et augmentée dans sa version de chez Terre De Brume, on se dit qu’on a pas perdu dans l’affaire.

Ma nouvelle édition gagne l’introduction et deux nouvelles, dont la très amusante « Le fils de Sherlock Holmes » et « Le grand mystère de Pegram » que j’avais déjà lue dans un autre recueil.

Si vous cherchez des nouvelles de Sherlock Holmes ayant des airs du canon holmésien, passez votre chemin, car elles sont peu nombreuses les histoires qui le mettent en scène à la manière de Conan Doyle.

Nous sommes plus face à des parodies que des pastiches dans le premier sens du terme puisque les auteurs peuvent vous transposer Holmes et Watson (ou leurs copies médiocres) dans des univers décalés allant du théâtre à la planète Mars.

On a même une histoire où Holmes laisse partir le coupable, faisant preuve d’une grande erreur de jugement. Pardon, ce n’était pas Sherlock Holmes mais Schlock Homes !

Moi, de mon côté, je me suis bien amusée de découvrir enfin cette anthologie que je possède depuis des lustres et dont je n’avais jamais eu le temps d’ouvrir.

Les références homésiennes sont présentes, les auteurs savaient de quoi ils parlaient, ils avaient potassé leur canon et le tout est assez décalé, humoristique.

Rien d’exceptionnel, mais ça fait passer un bon moment !

Challenge« Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et Le Mois Anglais (Juin 2017 – Saison 6) chez Lou et Cryssilda.