Durango – Tome 12 – L’Héritière : Yves Swolfs

Titre : Durango – Tome 12 – L’Héritière

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : Alpen Publishers (1994) / Les Humanoïdes Associés (2006) / Soleil (2007)

Résumé :
Lors d’une tempête de neige, quatre hommes faisant partie de la bande à Maxwell, shérif véreux, et cherchant à se réfugier à « Carson Mine » se font descendre sans sommation.

Cependant, à Denvers, d’autres hommes font irruption dans un asile dans le but de délivrer Célia Norton et la ramener à Nortonville.

C’est dans cette bourgade minière que Durango, remis de ses blessures suite à son altercation avec Maxwell, a décidé de participer à la révolte des mineurs en associant Célia Norton.

Critique :
♫ Les neiges du Coloooraaaado ♪ ♪ Elles te feront un blanc manteau ♫ Où tu pourras pourrir, ♪ Elles te feront un blanc manteau ♫ Où tu pourras pourrir, pourrir, pourrir ♪

Pourrir sous la neige, voilà ce qui est arrivé aux hommes de la milice de Maxwell… Fallait pas se laisser surprendre par la tempête de neige et fallait pas tenter d’entrer là où ils n’auraient pas dû entrer.

Du côté des mineurs en révolte, on aurait plutôt envie de chanter ♫ C’est la lutte finale, groupons-nous et demain… ♪ car les conditions de vie sont de plus en plus difficile et si dans le tome précédent, nous étions sous le soleil exactement et que la misère est moins pénible au soleil, pour la suite de ce diptyque, nous sommes sous la neige.

Avec des tons sépias pour une grosse partie des coloris de cet album, l’auteur nous entraine un peu plus dans la violence de l’Ouest et il n’y a pas de Frontière dans la violence, vous le savez.

Quand aux traîtres, vous le savez aussi bien que moi, on n’est jamais aussi bien trahi que par les siens… Norton, le dictateur de la ville en sait quelque chose : son fils boit et n’a pas l’air de tenir les comptes de manière correcte, quand à sa fille, elle s’était révoltée contre lui…

Et pas de bol pour Norton et son shérif Maxwell : Durango nous a fait le coup de Jésus et est revenue d’entre les morts ! Je sais, il n’était pas vraiment mort dans le tome précédent !

Dans la veine des meilleurs western spaghettis avec la sauce bolo pour illustrer le sang qui va couler, Swolfs nous offre un doublé des plus réussi, du western pur et dur dans lequel le Gentil n’est pas tout blanc, puisque c’est un tueur, mais dans lequel les Méchants sont réussis, ce qui est un gage d’un bon album.

Et c’était lui aussi un super album, un western comme je les aime, saignant et réaliste, avec une pointe de roman noir puisque conditions sociales de mineurs de fond… mais je ne vous chanterai pas ♫ au Nord, c’étaient les corons ♪

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Publicités

Lucky Luke – Tome 35 – Le Klondike : Morris, Léturgie & Yann

Titre : Lucky Luke – Tome 35 – Le Klondike

Scénariste : Jean Léturgie & Yann Lepennetier
Dessinateur : Morris

Édition : Lucky Comics (2005)

Résumé :
Jasper l’ancien valet de Waldo Badminton disparaît alors qu’il est au Klondike. Lucky Luke et son vieil ami Waldo partent à sa recherche en passant par le fameux et terrible Chilcoot Pass.

Leur enquête les amène à suspecter Soapy Smith qui rançonne les chercheurs d’or du Klondike, ainsi que Mattie Silks, une femme plutôt attirée par l’argent.

Critique :
Le klondike est un endroit fort connu pour celui ou celle, qui, comme moi, a lu la jeunesse de Picsou car ce dernier y avait participé, lors de cette fameuse la ruée vers l’or qui eut lieu en 1896, et notre canard, à force d’acharnement, y avait trouvé la fortune.

Si l’album « Les Dalton dans le blizzard » ne manquait pas d’humour et de flegme du mounties qui aidait Luke à les récupérer, celui-ci n’aura que la neige en commun avec son prédécesseur publié aux éditions Dupuis.

Si l’humour est présent, il n’est pas présent à forte dose et le mounties de cet album est d’une imbécilité à faire peur.

Personne ne saura jamais pourquoi il ne voulait pas que Lucky Luke fasse le voyage jusqu’au klondike, mais ce running gag n’a de gag que le nom parce que hormis sa dernière apparition assez drôle, pour le reste, il ne l’était pas.

De plus, nous sommes dans des albums politiquement correct où Lucky Luke mâchouille son brin d’herbe et boit des limonades ou autres boissons soft.

Nous retrouvons une vielle connaissance, Waldo Badminton aperçu dans l’album « Le pied-tendre » et ce dernier est sans nouvelle de son valet, parti chercher de l’or dans cette contrée inhospitalière qu’est celle du Klondike.

Si vous pensiez que la case avec tout ces explorateurs du dimanche (et des autres jours de la semaine) franchissant Chilcoot Pass était exagérée, attendez-vous à une rude surprise à la fin de l’album où se trouve publiée la photo originale.

La ruée vers l’or du klondike…. beaucoup y ont été, beaucoup ont dû y trouver les engelures, le froid ou la mort, et peu ont trouvé de l’or. De plus, le tout n’était pas tant de le trouver que de ne pas se faire délester ensuite.

Niveau des méchants, on en a un beau d’une grande envergure, inventeur d’une belle arnaque afin de délester les pauvres mineurs de leur trésor aurifère. Là, je lui tire mon chapeau, on aurait pas pu inventer mieux pour profiter de la crédulité des hommes !

Pour le reste, l’album se lit, sans jamais atteindre la quintessence de certains, ceux qui étaient édités chez Dupuis, où le talent de Goscinny, même bridé, était inégalé et sera inégalable (hormis chez Franquin, mais nous ne sommes pas dans le même registre).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.