À LA RECHERCHE DU THÉ PERDU… LE THÉ RETROUVÉ… [ou la petite madeleine de Dame Ida]

À LA RECHERCHE DU THÉ PERDU… LE THÉ RETROUVÉ…

ou la petite madeleine de Dame Ida [toujours non rémunérée]

Après avoir nettoyé la flaque de thé et les éclats de sa tasse qui avaient ruiné sa moquette, Dame Ida essaya maintes fois d’apaiser sa frustration en cherchant à attraper le chat en vain pour le passer au lave-vaisselle et au micro-ondes…

Dépitée et épuisée elle chiffonna la recette de chat en civet au vin et aux carottes trouvée dans son dernier numéro de Femme+ pour son déjeuner dominical.

Sa belle-mère devait venir manger… Dame Ida décida qu’elle se contenterait d’une part de tarte à la grimace. Elle la réussissait depuis bien des années pour elle !

Non… Dame Ida ne se laisserait pas démoraliser pour si peu! C’était une battante ! Elle était bien parvenue à détourner Toquéfada de son ambition pour la prêtrise et d’une grande carrière d’Inquisiteur !

Elle l’avait séduit et depuis, il se contentait de torturer et de brûler des sorcières en amateur dans sa cave…

De toute façon, il n’y en avait plus tant que ça en liberté de nos jours, et il n’aurait jamais pu gagner sa vie ainsi !

Anybref ! Elle avait tout de même réussi quelque chose dans sa vie !

Certes ses enfants en pleine crise d’ado lui attirait les regards courroucés des voisins du fait de leur déplorable habitude de se courir l’un après l’autre dans les cages d’escaliers de l’immeuble en brandissant les ustensiles de torture fauchés à leur père pour s’entre-tuer…

Et elle avait été convoquée par le proviseur de son fils le jour où le débat en instruction civique portant sur l’abolition de la peine de mort avait conduit leur aîné à regretter profondément d’avoir dû renoncer à devenir « exécuteur des hautes œuvres »…

Et il y avait cette sombre histoire avec sa fille en cours de biologie, lors d’expériences sur des batraciens… le professeur s’étant évanouie ne supportant pas très bien la façon dont sa pioupioute s’était bien amusée au médecin légiste sur les grenouilles…

Non ! Dame Ida n’allait pas se laisser abattre pour si peu !

Après tout, s’il n’y avait plus de Lapsang Souchong dans son placard, voire en Europe, Dame Ida avait d’autres possibilités pour se faire plaisir.

Proust avait sa petite Madeleine…

Et bien Dame Ida aussi : le Mélange Madeleine de chez Hédiard, délicatement vanillé et parfumé à l’huile essentielle d’orange était un véritable délice, et accompagnait très bien la nouvelle recette de scones qu’elle avait trouvée sur internet et qu’elle se promettait d’essayer un jour !

En effet, recherchant où l’on pouvait contourner l’embargo Européen supposé contre les thés fumés, Dame Ida s’était donc tournée vers les partisans du Brexit qui s’était affranchis de telles mesures…

Et comme Dame Ida n’aime pas la gnognote, elle avait carrément envoyé une petite lettre à une fameuse Nonagénaire drapée de robes aux couleurs vives et constellée de pierreries (mais si, vous savez… celle qui agite encore très gracieusement la main quand on la plante sur son balcon londonien, et qui file ensuite bouder à Pâlemoral pour tout l’été!), pour lui demander où elle-même se fournissait !

Son ami Charlot Kolmse à qui elle avait envoyé ses félicitations pour son divorce très lucratif d’avec le Docteur Jo Newattesön, lui avait donné son adresse postale.

La Nonagénaire lui avait fait répondre par un de ses nombreux secrétaires d’aller voir chez Fortnum and Mason (https://www.fortnumandmason. com/) si elle y était.

Puisque c’est en effet chez cette prestigieuse maison, sise depuis plus de trois siècles sur Piccadilly, que la Nonagénaire cousue d’or et son fils qui rêvait d’être le tampon hygiénique de sa nouvelle femme, se fournissaient.

Dame Ida s’en fut alors voir sur le site de la prestigieuse maison dont elle avait une fois par mégarde avalé une boîte entière de chocolats devant la télé…

Avant de réaliser que la personne qui la lui avait offerte avait déboursé près de 100 euros pour lui filer une crise de foie…

Elle craignait le pire, mais la boîte de Lapsang Souchong était proposée pour une dizaine d’euros les 125g… Ce qui était très raisonnable.

Un peu plus loin sur le site, elle trouva même LA recette de leur scones (ici : https://www.fortnumandmason. com/fortnums/scones-made-in- piccadilly ) !!!

Hélas ! La E-card de crédit de Dame Ida ne fonctionnait plus ! Impossible de commander son lapsang souchong par internet ! Là c’était trop !

Dame Ida essaya alors d’attirer le chat avec la souris de l’ordinateur, espérant pouvoir l’étrangler avec le câble pour se passer les nerfs…

Mais le chat ne fut pas séduit par la bestiole, que Dame Ida essaya de lui jeter à la tête pour l’assommer.

Malheureusement, le câble était trop court, et fit brutalement revenir la souris qui percuta l’écran, achevant définitivement son ordinateur ! La commande de lapsang était franchement compromise !

Dame Ida avait bien besoin de consolation et de Mélange Madeleine, faute de Lapsang Souchong…

Hélas, il n’y en avait pas davantage dans ses placards ! Elle se précipita donc sous la pluie battante vers la dernière boutique Hédiard « de proximité » qui n’était qu’à 20km de chez elle…

Après avoir subi les embouteillages du marché et victorieusement forcé le passage pour piquer la place que convoitait un bellâtre en voiture de sport, elle s’en fut sous les insultes de malotru vers la boutique de ses rêves, sans oublier d’agiter son majeur avec classe et distinction vers le type qui soudainement paraissait nettement moins beau, et encore moins jeune, au point que Dame Ida douta franchement que les dents et les cheveux du dit type lui aient toujours appartenu.

Évidemment dans la boutique noire et rouge, la vendeuse était débordée et la fit attendre deux trop longues minutes avant de venir la voir…

— Bonjour Madame, vous désirez ?
— Auriez vous du Mélange Madeleine s’il vous plaît ?
— Mais certainement ! Voyons voir…
10 minutes plus tard… après avoir retourné toutes les boîtes à thé du rayon…
— Hé Robert ? Tu sais où est rangé le mélange Madeleine ?
— Il est en rupture ! Cherche plus, Paulette !

Dame Ida sentit tout à coup sa main se crisper sur son parapluie, estimant d’un regard le nombre de clients présents dans la boutique et se persuadant que chacun d’entre eux pouvait constituer autant de témoins gênants devant une cour d’Assises si elle se laissait aller à son furieux désir de s’en servir pour empaler la vendeuse.

Se contentant de prendre son air le plus pincé et le moins aimable, Dame Ida redressa dignement la tête, rejetant une mèche comme elle l’avait vu faire dans les films par les bourgeoises élégantes, et tripotant un triple rang de perles imaginaires, elle repris plein de morgue :

— Et je suppose évidemment qu’il en est de même pour le lapsang souchong ?

Convenons en, une telle remarque par les temps qui courent était d’une vile mesquinerie…

Mais semblant ne pas le relever, la vendeuse esquissa un large sourire et répondit :

— Mais si, Madame, nous en avons !

Sous l’effet du choc, Dame Ida s’accrocha à son parapluie qui heureusement pouvait aussi servir de canne, afin de ne pas tomber.

Presque assommée, balbutiante, se prenant soudainement pour une tradeuse un jours de flambée boursière, Dame Ida bredouilla un « Je prends ! Je prends ! » qui tenait plus de l’éructation d’une junkie en manque que de la digne bourgeoise pour qui elle aurait encore voulu passer quelques fractions de secondes plus tôt.

Treize euros et 200 grammes plus tard, repartie de la boutique avec son précieux paquet, Dame Ida était prête à défendre chèrement sa vie et son thé, brandissant son parapluie tel un sabre, négligeant de l’ouvrir sous la pluie.

La pluie, on s’en fout ! Le paquet était étanche!…

Et c’est une fois séchée, bien au chaud chez elle, affalée dans son fauteuil le plus moelleux, que faute de mélange Madeleine, après un toast à la santé de la Nonagénaire chapeautée, Dame Ida se délecta du suave nectar, oubliant allégrement le chat qui ronronnait à ses pieds au point d’omettre de l’écraser d’un coup de talon !

110 réflexions au sujet de « À LA RECHERCHE DU THÉ PERDU… LE THÉ RETROUVÉ… [ou la petite madeleine de Dame Ida] »

Répondre à rachel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.