La forme de l’eau : Andrea Camilleri [Les enquêtes du commissaire Montalbano – 1]

Titre : La forme de l’eau – Les enquêtes du commissaire Montalbano 1

Auteur : Andrea Camilleri
Édition : Pocket (05/01/2007)
Édition Originale : La forma dell’acqua
Traducteurs : Serge Quadruppani avec l’aide de Maruzza Loria

Résumé :
A Vigàta, Sicile orientale, pour s’en passer, il s’en passe des choses au Bercail, mi-terrain vague, mi-décharge publique, hanté par les couples en mal de sensations fortes, où dealers et prostituées font leurs petites affaires.

Un type qui trépasse entre les bras de sa dulcinée d’un moment, ce n’est pas monnaie courante mais ça arrive. Mais lorsque le type s’appelle Luparello et que c’est le parrain politique local, tout le monde s’affole. La Mafia, les politiques, les autorités religieuses…

Seul le commissaire Montalbano, un homme bourru, flegmatique et terriblement « sicilien », garde son sang-froid, habitué qu’il est à louvoyer dans des zones grises et glauques où la loi et son contraire ont tissé des liens étroits…

Critique :
À défaut d’avoir foulé la petite île d’où est originaire Chouchou, je pourrai au moins dire que j’ai entraperçu une certaine mentalité sicilienne au travers de cette première enquête du commissaire Salvo Montalbano.

Un politicien qui meurt durant l’acte, ce n’est ni le premier, ni le dernier à qui ça arrive, la France ce souvient encore de ce président qui voulait être César et qui fini Pompée…

Mais dans ce cas-ci, ça soulève tout de même quelques vagues et même si la presse reste pudique, il n’empêche qu’on a tout de même retrouvé l’homme avec le pantalon et le calebard sur les mollets.

Le diable se cache dans les détails et l’homme a beau être mort d’une crise cardiaque, il n’en reste pas moins que le commissaire Montalbano veut en avoir le cœur net et continue donc sa petite enquête alors que tout le monde la voudrait voir classée.

Voilà une autre découverte pour moi : le commissaire Montalbano ! Et le voyage valait le détour car j’ai aimé l’ambiance sicilienne, le flegme de certains, l’emportement des autres, le côté bourru mais intègre du commissaire qui n’a rien lâché sur cette enquête, sauf des bons mots.

Parce que oui, il y a de l’humour noir dans cette enquête, des dialogues et des réparties pas piquées des hannetons, des vérités, un soupçon de magouille, de sexe, de cul, et quelques bons plats que j’aurais aimé goûter, dont la recette du poulpe.

Il est un fait que l’enquête n’a rien d’extraordinaire, mais au final, elle m’a permis de mieux faire connaissance avec le commissaire et sa fine équipe, qu’elle soit composée de policiers ou de son ami proxénète.

Sans me faire fondre des neurones, j’avais trouvé qui était en présence du politicien lorsqu’il fit son arrêt cardiaque, deviné aussi une autre chose (que je ne vous dirai pas), mais il me manquait quelques précisions pour boucler l’affaire avant le commissaire.

N’allez pas croire que cela a entravé mon plaisir de lire le final, où le commissaire explique le tout à son supérieur et ensuite à sa copine. Là, l’auteur a joué finement, je ne m’y attendais pas et je dis bravo pour ce final.

Si la série ne m’avait pas bottée, les enquêtes du commissaire me plaisent bien en version écrite et je pense me faire plaisir avec tous les autres tomes qui existent.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et le Mois du polar (Février 2018) chez Sharon.